Galates 1 (Annotée Neuchâtel)

   1 Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par aucun homme, mais par Jésus-Christ, et par Dieu le Père, qui l'a ressuscité d'entre les morts, 2 et tous les frères qui sont avec moi, aux Eglises de la Galatie : 3 Grâce et paix à vous, de la part de Dieu le Père, et de notre Seigneur Jésus-Christ, 4 qui s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous retirer du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père ; 5 auquel soit la gloire aux siècles des siècles, amen !
   6 Je m'étonne que vous vous détourniez si vite de Celui qui vous a appelés en la grâce de Christ, vers un autre évangile ; 7 qui n'est point un autre, si ce n'est qu'il y en a quelques-uns qui vous troublent et qui veulent renverser l'Evangile de Christ. 8 Mais si nous-mêmes, ou si un ange du ciel vous annonçait un évangile contraire à celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème ! 9 Comme nous l'avons déjà dit, je le dis encore maintenant : Si quelqu'un vous évangélise contrairement à ce que vous avez reçu, qu'il soit anathème ! 10 Car maintenant est-ce que je désire la faveur des hommes ou celle de Dieu ? ou cherché-je à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.
   11 Or je vous fais connaître, frères, que l'Evangile qui a été annoncé par moi n'est point selon l'homme ; 12 car je ne l'ai reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. 13 Car vous avez ouï dire quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme ; que je persécutais à outrance l'Eglise de Dieu et la ravageais ; 14 et que j'étais avancé dans le judaïsme, plus que beaucoup de ceux de mon âge dans ma nation, étant le plus ardent zélateur des traditions de mes pères. 15 Mais quand il plut à Celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce, 16 de révéler en moi son Fils, afin que je l'annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai point la chair et le sang, 17 et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui avaient été apôtres avant moi ; mais je m'en allai en Arabie, et je revins de nouveau à Damas. 18 Ensuite, trois ans après, je montai à Jérusalem, pour faire la connaissance de Céphas ; et je demeurai chez lui quinze jours. 19 Mais je ne vis aucun autre des apôtres, sinon Jacques, frère du Seigneur. 20 Or dans les choses que je vous écris, je proteste devant Dieu que je ne mens point. 21 Ensuite, j'allai dans les pays de Syrie et de Cilicie. 22 Or j'étais inconnu de visage aux Eglises de Judée qui sont en Christ ; 23 seulement elles avaient ouï dire : Celui qui nous persécutait autrefois annonce maintenant la foi qu'il s'efforçait alors de détruire. 24 Et elles glorifiaient Dieu à cause de moi.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

Galates 1
  • 1.1 Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par aucun homme, mais par Jésus-Christ, et par Dieu le Père, qui l'a ressuscité d'entre les morts,
    Cette salutation renferme déjà en abrégé la double pensée de toute l'épître, qui est d'établir l'autorité apostolique de l'auteur contre ceux qui la niaient ou la rabaissaient, et surtout de remettre dans tout son jour la doctrine de la rédemption du pécheur parfaitement accomplie par Jésus-Christ et reçue par la foi seule. Relativement à la première de ces pensées, il importait infiniment à Paul, non dans l'intérêt de sa personne ou de sa gloire, mais dans celui de la vérité, qu'il avait prêchée aux Galates, de déclarer dès l'abord que son apostolat ne provenait des hommes ni immédiatement ni médiatement. (Ni de la part, ni par ; comparez versets 11,12) Les deux termes dont il se sert pour cela signifient, l'un, que cet apostolat, en soi, n'est point d'origine ou d'institution humaine ; l'autre, qu'il ne l'a point reçu, lui, de la main d'aucun homme. Par le premier de ces termes, il oppose son autorité à celle des faux docteurs qui s'attribuaient à eux-mêmes une mission tout humaine ; par le second, il l'oppose à celle d'évangélistes fidèles, instruits et envoyés par d'autres apôtres, tels que Timothée, Tite, Luc, etc., dont l'autorité dans l'Eglise était inférieure à celle des douze apôtres de JésusChrist. Tels sont encore aujourd'hui tous les pasteurs, dont la charge dans l'Eglise est bien d'institution divine, mais dont l'instruction et la vocation ont lieu par le moyen des hommes.
    - Après avoir nié, Paul affirme ; à cette autorisation humaine, qu'il récuse, il oppose l'autorisation divine, à laquelle il en appelle exclusivement. Il est apôtre, envoyé par Jésus-Christ qui lui a conféré directement sa mission, et par Dieu le Père, origine éternelle de toutes choses. L'apôtre ajoute encore : qui l'a ressuscité d'entre les morts, afin de bien établir que sa vocation à l'apostolat par Christ était revêtue de l'autorité de Dieu même. En ressuscitant Jésus d'entre les morts, Dieu l'a déclaré son Fils avec puissance (Romains 1.4) et lui a délégué ses pouvoirs, de sorte qu'un appel adressé par Jésus-Christ est un appel de Dieu. Et, de fait, c'est par Christ ressuscité que Paul fut appelé.
    - Calvin pense que l'apôtre oppose cette idée de la résurrection de Christ (déjà glorifié lorsqu'il l'a appelé) à ceux qui lui reprochaient de n'avoir pas été témoin de sa vie terrestre. Olshausen l'applique à la puissance de résurrection et de vie par laquelle Paul a été renouvelé pour son apostolat.
    Luther la rapporte au but général de l'épître, qui combat la propre justice. "Celui, ditil, qui croit en Christ mort pour nous, meurt aussi au péché ; celui qui croit en Christ ressuscité, se relève de la mort par la puissance de la même foi, il vit en Christ et Christ en lui."
    Il est douteux que l'apôtre anticipe déjà ici sur ces pensées.
  • 1.2 et tous les frères qui sont avec moi, aux Eglises de la Galatie : Ses compagnons d'œuvre et tous les frères qui l'entouraient et qui, en pleine communion d'esprit avec lui, appuyaient son témoignage contre les faux docteurs.
  • 1.3 Grâce et paix à vous, de la part de Dieu le Père, et de notre Seigneur Jésus-Christ, Voir Romains 1.7 note.
  • 1.4 qui s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous retirer du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père ; Rappeler, dès l'abord, le grand fait de la rédemption, ce moyen unique du salut, c'était déjà réfuter les erreurs que l'apôtre allait combattre.
    Le but final qu'avait le Sauveur en se donnant pour nos péchés, c'est-à-dire en sacrifice expiatoire, (1Timothée 2.6 ; 2.14) était de nous retirer (Grec : "arracher") de ce présent siècle mauvais ; le premier de ces actes désigne la rédemption accomplie sur le Calvaire, le second la rédemption ou délivrance qui s'opère chaque jour dans les croyants par la régénération. Ces deux actes de la grâce, bien que distincts, sont toujours inséparablement unis dans l'Ecriture ; et, en effet, l'un produit l'autre en tous ceux qui s'attachent au Sauveur par une foi vivante.
    - Le présent siècle mauvais est l'économie actuelle, l'état présent de l'humanité déchue de Dieu et où règne le péché, en opposition au "siècle à venir" où cette domination du péché aura été anéantie. Par le double acte de rédemption dont parle ici l'apôtre, les rachetés de Christ sont, dès ici-bas, arrachés à l'un de ces "siècles," et mis en communion vivante avec l'autre, qu'ils possèdent en espérance.
    Ces mots ne signifient point que Jésus-Christ ait été contraint par la volonté de Dieu de se donner pour nous ; il a offert son grand sacrifice par amour, comme Dieu a livré son Fils unique par amour. Mais Paul veut rappeler que toute l'œuvre du Sauveur a été accomplie en conformité avec la volonté de Dieu, et il donne ainsi une sanction souveraine à la doctrine qu'il va exposer, celle du salut de l'homme uniquement par la foi en ce sacrifice expiatoire, à l'exclusion de toute justice par les œuvres de la loi.
  • 1.5 auquel soit la gloire aux siècles des siècles, amen ! Une telle parole de profonde adoration est toujours bien placée dans la bouche du chrétien qui prononce le nom trois fois saint de Dieu son Père : combien plus, lorsqu'il se rappelle que ce Dieu de miséricorde l'a sauvé de la ruine éternelle par son Fils bien-aimé.
  • 1.6 Je m'étonne que vous vous détourniez si vite de Celui qui vous a appelés en la grâce de Christ, vers un autre évangile ; 6 à 10 Occasion de l'épitre.
    L'apôtre, comme un homme tout rempli d'une grande et sérieuse pensée, entre brusquement en matière, et exprime un douloureux étonnement de la chute des Galates. (Comparer Galates 5.7)
    En effet, aux yeux de Paul et de toute l'Ecriture, l'Evangile n'est point une simple doctrine, une opinion ; il est un fait divin, une œuvre de Dieu, par laquelle Dieu réconcilie l'homme avec lui. Quiconque se détourne de cet Evangile ou le dénature par ses propres vues, abandonne Dieu, qui l'avait appelé et déjà attiré à lui par la puissance de sa parole. Cet appel efficace rend le pécheur participant de la grâce de Christ ; les Galates, séduits par de faux docteurs et cherchant leur justice dans les œuvres de la loi, retombaient de cette grâce sous "la malédiction." (Galates 3.10)
    - L'apôtre parle ici au présent : Vous vous détournez, ou plutôt "vous êtes transportés" à un autre Evangile, par où il veut désigner cet acte de séduction comme étant encore en voie d'accomplissement, et ainsi il adoucit son reproche et exprime charitablement l'espoir que les Galates peuvent être ramenés à la vérité.
  • 1.7 qui n'est point un autre, si ce n'est qu'il y en a quelques-uns qui vous troublent et qui veulent renverser l'Evangile de Christ. Selon la version que nous conservons ici, l'apôtre, après avoir nommé un autre évangile, ajoute aussitôt : qui n'est point un autre, qui n'est point un évangile, puisqu'il n'y en a qu'un seul. Mais on peut aussi traduire toute la phrase ainsi : "Je m'étonne que vous soyez si promptement transférés de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, vers un autre évangile ; ce qui n'est pas autre chose, sinon qu'il y a quelques-uns qui vous troublent, etc."
    Ainsi l'apôtre n'a pas plutôt exprimé son étonnement, qu'il se hâte de désigner les faux docteurs comme la cause de la chute des Galates. Par là il tempère les reproches qu'il adresse à ces derniers, et prépare le lecteur aux sévères paroles qu'il va prononcer contre les premiers. Telle est l'interprétation de Calvin, de Olshausen et d'autres.
    - Renverser l'Evangile n'était peut-être pas l'intention de tous les faux docteurs, mais qu'ils le voulussent ou non, tel était le résultat de leurs erreurs. (Galates 2.21)
    - L'Evangile de Christ ne signifie pas que Christ en est l'auteur, mais l'objet, le contenu.
  • 1.8 Mais si nous-mêmes, ou si un ange du ciel vous annonçait un évangile contraire à celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème ! C'est-à-dire exclu de l'Eglise de Dieu, maudit, en exécration. (Romains 9.3, note ; 1Corinthiens 16.22) Comme Romains 9.3, Paul, en admettant que lui-même ou un ange de Dieu pût annoncer un autre Evangile, suppose une chose impossible, afin de rendre sa pensée plus absolue. (Comparer 1Corinthiens 13.1)
    Son indignation paraît d'autant plus effrayante qu'elle lui fait retourner l'imprécation contre luimême.
  • 1.9 Comme nous l'avons déjà dit, je le dis encore maintenant : Si quelqu'un vous évangélise contrairement à ce que vous avez reçu, qu'il soit anathème ! Grec : "Je vous l'ai déjà dit auparavant ;" où ? Quelques-uns répondent : ici même. (verset 8) D'autres pensent que c'était auparavant, lors de son second séjour en Galatie, où certains symptômes pouvaient lui faire prévoir ce qui arriverait.
    Maintenant il répète ce jugement en présence du fait accompli. La répétition n'en a que plus de force. Il est impossible, en effet, d'exprimer d'une manière plus énergique et plus pénétrante l'absolue certitude et l'absolue autorité de l'Evangile annoncé par l'apôtre.
    Pour parler comme Paul le fait ici, il faut avoir, non seulement une conviction profonde de la divinité du christianisme, mais la certitude de l'avoir reçu par une révélation personnelle, et d'avoir été élevé au-dessus de toute erreur dans l'exposition qu'on en a faite.
    Un docteur infaillible peut seul tenir ce langage ; tout autre, même instruit et établi par Paul, n'aura qu'une intelligence incomplète de l'Evangile et devra admettre que tel de ses frères peut l'avoir compris et le prêcher mieux que lui. Aussi l'apôtre sent-il fort bien qu'il vient de prendre dans l'Eglise de Dieu une position telle qu'il faut la justifier ; et c'est ce qu'il fait dans les versets qui suivent.
  • 1.10 Car maintenant est-ce que je désire la faveur des hommes ou celle de Dieu ? ou cherché-je à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. Grec : "Persuadé-je les hommes ou Dieu ?"
    Persuader a ici le sens de se concilier, gagner pour sa cause, et cette question : persuadéje ? signifie à peu près la même chose que la suivante : cherché-je à plaire ? Ce maintenant reprend celui de verset 9 ; là se trouve la réponse péremptoire à la question que Paul pose ici.
    En effet, les terribles paroles qui précédent, si propres à provoquer l'animadversion de tout homme non soumis à l'Evangile, prouvent abondamment que tout, dans son ministère et dans sa prédication, est de Dieu, et qu'il est bien éloigné de vouloir plaire aux hommes, de rechercher leur faveur, comme on le lui reprochait. Il est probable, en effet, que ses adversaires l'accusaient de rechercher la faveur des hommes en les déchargeant du joug de la loi.
    "Si je plaisais encore..." il y avait eu un temps où Paul plaisait aux hommes : c'est quand il vivait en pharisien. Comparer sur la pensée elle-même, Romains 15.1-3, où elle est présentée plus complète et sous ses deux faces opposées en apparence.
  • 1.12 car je ne l'ai reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. 11 à 24 L'apostolat de Paul indépendant des hommes.
    La déclaration solennelle de verset 11 n'a pas pour but d'établir que l'Evangile, en soi, n'est pas d'origine humaine ; personne dans les Eglises de Galatie n'en niait la divinité ; mais Paul, afin de justifier l'autorité absolue qu'il vient d'assumer, (versets 8,9) tient à protester que l'Evangile annoncé par lui ne lui venait d'aucun homme. Il explique clairement sa pensée à cet égard, (verset 12) comme il l'avait déjà fait dès les premiers mots de sa lettre. (verset 1)
    Il n'a point reçu l'apostolat de l'Evangile par l'autorité d'un homme, il n'a pas même été enseigné (ainsi porte le grec) par les hommes, mais directement par une révélation de Jésus-Christ. Cette expression désigne en premier lieu l'apparition du Sauveur à Saul de Tarse sur le chemin de Damas (Actes 9.3 et suivants ; Actes 22.6 et suivants ; verset 15 et suivants) ; car à cette apparition remontent non seulement la conversion de Paul et sa mission apostolique, mais le contenu tout entier de son enseignement, de sa prédication.
    En se montrant dans sa gloire céleste à celui qui le persécutait comme un imposteur, Jésus l'avait convaincu de l'erreur dans laquelle il était et de la fausseté de ce système juif et pharisaïque dont il s'était fait l'ardent défenseur. Son apparition jeta Saul de Tarse dans une crise morale dans laquelle son vieil homme reçut le coup de mort pour céder la place à un homme nouveau. Cette transformation morale eut pour conséquence une transformation complète de ses idées ; elle produisit cet Evangile que Paul devait prêcher et qui dans ses grands traits et dans ses caractères distinctifs porte la marque de la soudaine et radicale conversion de l'apôtre.
    "Impuissance du régime légal pour sauver l'homme, gratuité du salut, fin de l'économie mosaïque par l'avènement du salut messianique, divinité du Messie, destination universelle de son œuvre, tous ces éléments de la nouvelle conception religieuse de Paul, de son évangile, (Romains 2.16 ; Romains 16.25) étaient implicitement renfermés dans le fait qui opéra sa conversion et s'en dégagèrent graduellement pour sa conscience, dans l'évolution qui s'opéra chez lui sous le rayon de l'Esprit pendant les trois jours qui suivirent ce fait décisif." Godet, Com. sur l'ép. aux Romains I page 25. Comparer aussi notre Introduction générale aux ép. de Paul.
    - Après cette grande révélation initiale, le Seigneur accorda à Paul, dans le cours de son ministère, d'autres révélations directes, (Galates 2.2 ; Ephésiens 3.3 ; 2Corinthiens 12.1-7 ; 1Corinthiens 9.1 ; 15.8 ; Actes 18.9) des visions prophétiques, (Actes 16.9 ; 18.9 ; 23.11) des directions surnaturelles du Saint-Esprit. (Actes 16.7 ; 18.5 ; 20.22,23 ; 21.4)
    Dans ces communications exceptionnelles, l'apôtre trouvait une abondante compensation à ce dont il avait été privé en n'étant pas, comme les autres apôtres, témoin de la vie terrestre de son Maître. Il ressort de là que nul, parmi les docteurs ou pasteurs de l'Eglise, n'est en droit de tenir le langage de Paul, vu que nul n'a reçu personnellement ni sa mission ni sa doctrine par des révélations directes de Jésus-Christ. Il en résulte aussi le devoir de ramener sans cesse tout enseignement humain, et même la doctrine de l'Eglise entière, à la pierre de touche, seule infaillible, des écrits apostoliques. Vouloir rabaisser ce témoignage apostolique au niveau d'un simple enseignement religieux, tel que tout chrétien éclairé peut le donner, c'est nier ou ignorer les faits les plus patents du Nouveau Testament.
    Ces deux versets (versets 11,12) contiennent le sujet entier de la démonstration historique qui va suivre et par laquelle Paul établit que son évangile est indépendant des hommes. (Ch. 1 et 2.) C'est pourquoi il débute par une déclaration solennelle : Je vous fais connaître, frères, (Comparer 1Corinthiens 15.1, note) comme si ses lecteurs n'en avaient aucune connaissance, ce qui pour plusieurs était possible.
  • 1.14 et que j'étais avancé dans le judaïsme, plus que beaucoup de ceux de mon âge dans ma nation, étant le plus ardent zélateur des traditions de mes pères. En rappelant ces circonstances notoires de sa vie, l'apôtre veut prouver encore (car) qu'il avait reçu son Evangile directement de Jésus-Christ, puisqu'il avait été brusquement converti et appelé à l'apostolat, sans aucune intervention des hommes.
    En même temps, il montre qu'il n'a que trop bien connu, par sa propre expérience, ces traditions des pères que les faux docteurs voulaient imposer de nouveau aux disciples du Sauveur. Ces traditions, ce n'était pas seulement la loi, mais tout l'ensemble des préceptes pharisaïques, tout ce qu'il appelle le judaïsme. Il en était zélateur au point de persécuter et de ravager l'Eglise. (Actes 9.1,21) Sa conversion était donc inexplicable sans une intervention divine.
  • 1.15 Mais quand il plut à Celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce, Dès le sein de ma mère, c'est-à-dire sans aucun mérite de ma part, sans égard possible à mes œuvres. (Romains 9.11 ; Esaïe 44.2 ; 49.1 ; Jérémie 1.5 ; Psaumes 139.15,16)
    - Le texte reçu porte : "Quand il plut à Dieu qui..." ce mot n'est pas authentique. Notre version rétablit la vraie leçon.
  • 1.16 de révéler en moi son Fils, afin que je l'annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai point la chair et le sang, "De même que tout l'ensemble du règne de Dieu a son temps marqué pour l'accomplissement des promesses (Galates 4.4) de même aussi le salut de chaque racheté. Lorsque ce moment décisif vint pour Paul dans son voyage à Damas, Dieu accomplit en lui le conseil éternel de son élection par la vocation, afin de faire de lui un instrument béni pour la propagation de l'Evangile. L'élection se présente donc ici comme entièrement indépendante des œuvres. C'est la grâce (à laquelle l'apôtre attribue ici toutes choses) qui l'a, à la fois, mis à part, appelé, et qui a révélé le Fils de Dieu en lui. Ces derniers termes ne doivent donc pas s'entendre seulement de l'apparition extérieure de Jésus-Christ à l'apôtre, mais de tout l'ensemble de l'opération de la grâce, par laquelle Christ fut révélé intérieurement, dans son cœur, comme le Fils éternel de Dieu." Olshausen.
    Et en révélant ainsi le Sauveur en lui, Dieu fit comprendre à Paul que c'était afin qu'il l'annonçât aux païens (aux "nations"). Conversion et apostolat furent une même œuvre divine en lui. (Comparer Actes 22.21)
    C'est-à-dire ni les penchants de son propre cœur, ni les avis ou les instructions d'aucun homme, d'aucun des apôtres. (verset 17) Il ne mentionne pas même ici ses rapports avec Ananias, qui n'avait point pour mission de l'instruire. (Actes 9.15)
    - Le mot aussitôt se rapporte à tout l'ensemble des trois phrases jusqu'à je m'en allai. (verset 17)
  • 1.17 et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui avaient été apôtres avant moi ; mais je m'en allai en Arabie, et je revins de nouveau à Damas. D'après le récit des Actes, il aurait commencé immédiatement à prêcher l'Evangile dans les synagogues de Damas. (Comparer Actes 9.20 note.)
  • 1.18 Ensuite, trois ans après, je montai à Jérusalem, pour faire la connaissance de Céphas ; et je demeurai chez lui quinze jours. Trois ans, à dater de sa conversion ; Paul prêcha l'Evangile tout ce temps sans avoir vu les apôtres.
    Comparer Actes 9.26-30, notes. Luc relève d'autres circonstances de ce séjour à Jérusalem ; mais c'est bien le même séjour.
    - Le texte reçu dit ici Pierre, au lieu de Céphas. (Comparer Galates 2.9,11,14) Paul insiste sur la courte durée de quinze jours pour écarter l'idée qu'il eût reçu alors des instructions de Céphas ou d'autres. Le verset suivant a le même but.
  • 1.19 Mais je ne vis aucun autre des apôtres, sinon Jacques, frère du Seigneur. Voy. l'Introduction à l'épître de Jacques.
  • 1.20 Or dans les choses que je vous écris, je proteste devant Dieu que je ne mens point. Grec : "Or les choses que je vous écris, voici, devant Dieu, que je ne mens point." (Comparer Romains 9.1 ; 2Corinthiens 11.31) Cette attestation, dans un récit qui n'est pas achevé, paraît se rapporter surtout à verset 19. Et c'était bien là le point important.
  • 1.24 Et elles glorifiaient Dieu à cause de moi. Dans le récit de toutes circonstances, Paul n'a d'autre but que de montrer combien sa vocation à l'apostolat, et toutes les premières années de l'exercice de son ministère, restèrent indépendantes de toute influence humaine, même à l'égard des autres apôtres.
    Le Seigneur seul avait tout opéré en lui et par lui. De là, l'autorité de sa mission, qu'il oppose aux prétentions des faux docteurs. La même intention se manifeste dans le récit des faits qui vont suivre. (Galates 2)