Pourquoi accomplir l'acte du baptême ?

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Les sacrements
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager
1 Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
2 Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?
3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
7 car celui qui est mort est libre du péché.
8 Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui,
9 sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui.
10 Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit.
11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ.
(Rm 6.1-11)

Paulc commente ici l'acte du baptême, mettant en avant la prédication du Christ mort sur la croix plutôt que l'acte baptismal. Il continue ensuite en parlant de la mort de Christ, scandal pour les juifs, folie pour les grecs. Toute cette discussion entre Paul et les Corinthiens se faisait autour de l'impossibilité pour le corps du Christ, c'est-à-dire l'église, d'être divisé.

Tout comme Paul, nous croyons que l'acte le plus important pour le chrétien est celui de faire des disciples. Pour cela, l'enseignement de la Parole, c'est-à-dire l'annonce de la bonne nouvelle de la mort de Christ, fils de Dieu, sur la croix, pour nos péchés, reste incontournable. Accepter cela, accepter ce scandal, cette folie aux yeux des hommes, c'est comprendre la puissance et la sagesse de Dieu, c'est être au bénéfice de cette grâce.

Et le baptême dans tout cela ? Nous le constatons à plusieurs reprises dans la Bible : le baptême n'est pas un acte magique qui permet à l'homme d'être sauvé. Nous le constatons avec les hommes de foi de l'Ancien Testament, nous le constatons avec le brigant qui accompagne Jésus sur le supplice de la croix. Ce n'est pas l'acte baptismal qui sauve, mais la foi.

Mais alors, pourquoi baptiser aujourd'hui, pourquoi nous, baptistes, mettons-nous en avant l'importance du baptême ?

Dieu, ne voulant pas laisser l'homme dans la perdition, se fait homme en Jésus Christ. Il nous a cotoyé, annoncé la bonne nouvelle du Salut. Il a accepté d'être molesté, contredit, arrêté, frappé, mis en croix pour mourir de la plus abominable manière selon sa propre Loi, tout cela par amour pour nous. Christ est mort en croix pour mourir au péché, pour permettre à tout ceux qui croient en cela d'être sauvé !

Quel scandal ! Quelle folie ! Comment Dieu a-t-il pu simplement imaginer cela ? Un Dieu créateur, omniscient, omnipotent ; à lui dont il était si facile de faire autrement. C'est bien pour cela que le monde n'y croit pas, c'est bien pour cela que le monde a rejeté Christ !

Jésus ne pouvait-il pas tout simplement annoncer le pardon de Dieu aux hommes ? Ce Jésus, vous dites qu'il est mort sur la croix pour payer le prix de notre péché, mais ne pouvait-il pas, en tant que Dieu, tout simplement solder notre compte sans passer par cette ignominie ?

Avec toute la puissance de mon raisonnement, je ne crois pas pouvoir comprendre l'ensemble de la porté du plan de Dieu. Pourquoi Dieu, dans sa folie, comme le dit Paul, a-t-il agit ainsi pour apporter le salut aux hommes ? Pourquoi avoir agit de cette façon, qui heurte notre pensée, notre raisonnement ?

L'apôtre Paul nous dite ceci, dans la première épître aux Corinthiens, chapitre premier, verset 21 : Car puisque le monde, avec sa sagesse, n'a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. (1 Co 1.21).

Ainsi que ceci, plus loin, versets 27 à 31 :

27 Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes;
28 et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont,
29 afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.
30 Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption,
31 afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.
(1 Co 1.27-31)

Et le baptême dans tout cela, me direz-vous ?

Dire ce qu'est et n'est pas le baptême n'étant pas ici le sujet, je ne ferait qu'un résumé de ce qu'il est. Vous trouverez l'explication et les références bibliques dans le coutumier de la fédération ainsi que sur les sites internet baptistes.

Donc pour rappeler l'essentiel, le baptême est l'acte par lequel le croyant reconnaît cette folie de Dieu, c'est-à-dire la mort et la résurrection de Christ pour les hommes. Au travers du baptême, le croyant confesse sa foi. C'est donc un acte personnel et réfléchi. Ainsi, le baptême des nouveaux-né n'est pas considéré comme un baptême. A l'origine, la forme du baptême étant une immertion totale, nous reprenons cette forme dans la mesure du possible bien que cela ne soit pas primordial !

Nous avons dit précédemment que le baptême ne sauvait pas, c'est donc un symbol, mais lequel ? C'est ici que nous reprenons le passage lu dans l'épître aux romains.

Versets 3 et 4 :

3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
(Rm 6.3-4)

Le baptême est, au-delà de la confession de foi, le symbol de l'unité entre Christ et le croyant. En effet, par le baptême, le croyant accepte de passer par la mort au péché. Le baptême est cette appropriation de la mort du Christ. Tout comme Christ, j'accepter, par les eaux du baptême, de mourir au péché ! J'accepte ce scandal, j'accepte cette folie !

En acceptant le baptême, j'accrédite aussi ce que ma foi espère : la résurrection des morts pour la gloire du Père, j'accepte cette nouveauté de vie.
Le baptême est donc le symbole de la mort de Christ sur la croix. Tout comme le Christ est mort au péché, nous acceptons de mourir au péché.
Or, voilà la clé, pourquoi se faire baptiser ? Une autre question que l'on pourrait se poser : pourquoi le Christ s'est-il fait baptisé par Jean ?
Tout simplement par ce que Christ nous a montré l'exemple, jusqu'au bout.

Nous avons du mal, humainement parlant, à comprendre la façon dont Dieu est venu sauver l'homme. Nous avons du mal à accepter cette folie qui ne correspond pas du tout à notre manière de voir et de penser.

Par la foi, le croyant l'accepte. Là se situe l'importance du baptême. Non, il ne sauve pas, non, ce n'est pas la chose la plus importante comme dit l'apôtre Paul, mais elle est nécessaire, car elle représente notre acceptation de la folie de Dieu : cette immense puissance, cette infinie sagesse divine, qui dépassent de loin tout ce que nous pourrions jamais imaginer.

Le baptême est cette démarche publique de soumission, d'abandon, de reconnaissance de qui est Dieu.
Ce n'est pas obligatoire, mais c'est indispensable ; ce n'est pas incontournable, mais c'est nécessaire.

Vous avez peut-être accepté Jésus dans votre coeur, vous avez peut-être reconnu la folie de la croix, et par la foi, vous êtes-vous appropriés la résurrection qui en découle.
Alors comme vous avez accepté cette folie de Dieu, accepter cette folie du baptême.

Vous vous dites que l'important n'est pas là, que l'on peut montrer d'une autre manière notre appartenance à l'Eternel, la plus importante étant la nouveauté de vie. Dans le fond, vous avez raison. L'important dans l'histoire de Christ, ce n'est pas sa mort sur la croix, c'est bien que Dieu nous accorde sa miséricorde. Et pourtant, la folie de Dieu vient de la façon dont Il a accordé cette miséricorde. Ne soyez pas sage, mais soyez fou, de cette folie qui caractérise notre Dieu !

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères