La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets

7. Cinquième signe : Les assauts de l'Ennemie

Auteur :
Type : Livre en ligne
Thème : Rencontrer Dieu
Source : Carnets Croire & Servir   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets
  2. La Nouvelle Naissance
  3. Premier Signe : L'assurance du Salut
  4. Second signe : La vie nouvelle se manifeste
  5. Troisième signe : L'esprit de prière
  6. Quatrième signe : Faim de la Parole de Dieu
  7. Cinquième signe : Les assauts de l'Ennemie
  8. Sixième signe : La victoire sur la tentation
  9. Septième signe : L'attente de Christ
  10. Comment puis-je parvenir à la nouvelle naissance ?

Celui qui est né de nouveau est exposé à de durs assauts.

Le calme du cimetière est un calme de mort. Mais là où il y a vie il y a combat. L'homme qui se sait ressuscité avec Christ, donc né de nouveau, se voit en même temps violemment attaqué par Satan. Le diable s'acharnera à vouloir le séparer de son Maître, par le péché. Il lui enverra des adversaires qui le calomnieront à cause de sa foi. Il murmurera à l'enfant de Dieu : « tu n'arriveras à rien, regarde, comme tu es faible et misérable ! » Il lui insufflera des désirs de péché et des instincts pervers. Rien de pareil à craindre pour le chrétien de façade. Tout au plus sa propre conscience l'inquiétera-t-elle. Mais il ne présente aucun danger pour le royaume du diable. A l'homme qui n'est pas re-né, il manque le Saint-Esprit, dont la force fait sauter les remparts du diable. Parce qu'il est encore la chose de Satan, celui-ci n'a pas à s'occuper de lui. Il ne fait que le conduire et lui montrer en certaines occasions qu'il est en sa puissance. Le véritable enfant de Dieu, en revanche, est toujours en alerte, en position offensive contre le royaume des ténèbres. L'Epître aux Ephésiens, au chapitre 6, lui fournit des munitions. Il sait que le Seigneur l'a laissé sur cette terre pour annoncer l'Evangile libérateur à d'autres âmes, encore enchaînées. Son « oui » à Jésus-Christ est actif, et, par conséquent, aussi le « non » du diable contre lui.

Frère, soeur, as-tu versé des larmes à cause de dures épreuves au-dedans et au-dehors? C'est bon signe : « Vous aurez des tribulations dans le monde, dit Jésus, mais prenez courage : j'ai vaincu le monde ! » (Jean 16 : 33).

Nous avons discerné dans un signe précédent l'arme la plus efficace d'un homme nouvellement né, la prière. Attention ! c'est dans ta vie de prière que Satan t'inquiétera le plus cruellement, car la prière fervente et incessante arrache des âmes à l'Ennemi. Puis, prends garde aux embûches qu'il te tend, dans la personne des gens religieux ! Les plus grands ennemis de Jésus-Christ, à son passage sur la terre, n'étaient pas toujours des pécheurs invétérés, au contraire, il en faisait son entourage. Mais il n'avait pas de plus perfides adversaires que les gens pieux. Ce sont eux qui ont fini par le faire crucifier. De même aujourd'hui, tu auras à subir la plupart du temps le mépris des « chrétiens sans Christ ».

A ces derniers je voudrais dire : Savez-vous vraiment où vous allez? Votre religion confortablement assise fait les délices du diable. Si vous ne venez pas à la nouvelle naissance, c'est-à-dire au véritable renouvellement du coeur, en fin de compte vous appartiendrez pour l'éternité à Satan, l'ennemi de vos âmes.

Peut-être ne comprenez-vous pas très bien, mais voici qui vous aidera. L'évangéliste Moody nous parle d'un croyant noir, un esclave. Un jour, il devait accompagner sort maître à la chasse aux canards. Le maître était incroyant, et se fâchait contre son esclave, calme et pieux. En chemin il le plaisantait, disant : « Quand tu m'as parlé de ton Jésus, tu affirmais que tu subissais de fortes attaques de Satan. Je ne comprends pas bien. Moi, qui suis incrédule, j'appartiens par conséquent à Satan? Mais il ne me gêne pas tant que cela ! » Notre frère noir priait intérieurement le Seigneur de lui donner la sagesse pour répondre. Mais avant d'en avoir eu le temps, il voit passer un vol de canards ; le maître tire et en abat quelques-uns. « Vite, crie-t-il, prends les canards vivants ; ils pourraient s'enfuir ; laisse les morts, je les aurai de toute façon ». Le serviteur s'exécuta et revint avec quelques bêtes blessées qui se débattaient. S'adressant alors au chasseur il lui dit : « Maître, vous m'avez demandé tout à l'heure comment il se fait que le diable s'attaque à moi et non à vous. Je crois que vous venez de m'ordonner exactement ce que le diable commande à son aide à votre sujet : « Vite, prends les hommes vivants ; les morts, je les aurai toujours ».

O homme ! Jésus t'aime; laisse-toi sauver avant qu'il soit trop tard pour jamais!

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères