Lueur - un éclairage sur la Foi
  Lueur sur Facebook Lueur sur Twitter RSS de Lueur.org RSS de Lueur.org Soutenir Lueur  
  Lueur > Textes > Mettez-vous en colère !  

Lueur va faire peau neuve et augmenter le contenu proposé... soyez partenaire avec nous !

Une vision réaffirmée, évangéliser, édifier : participez au projet de refonte du site !

5631 € (38 %)
15000 €

Avec vous, nous faisons plus pour répandre la Bonne Nouvelle sur Internet ! Participez !

Mettez-vous en colère !

Texte
Auteur : Pasteur
Type de texte : Etudes Bibliques
Thème : Textes divers
Source : Lueur, www.lueur.org

Il y a quelques années, un magazine du TGV* titrait en première page : "coups de gueule, bonnes et mauvaises colères au banc d'essai"
C'est un sous-titre qui attira mon attention plus particulièrement, il disait : "Péché capital pour la Bible, affirmation de soi selon les psy..."

A consommer avec modération

Ceux qui écrivent des articles concernant le christianisme font bien des erreurs confondant l'idée qu'ils en ont avec ce que dit la Bible elle-même.
Ainsi la de notion de "péché capital" ne se trouve pas dans la Bible mais est une des doctrines qui avait cours (peut-être encore aujourd'hui) dans l'Eglise Catholique.

Mais revenons à notre propos, se mettre en colère est-ce vraiment un péché ?
Dans le magazine cité, "s'énerver est un signe de bonne santé, encore faut-il la consommer avec modération" ce à quoi je souscris volontiers.

J'ai souvent entendu dire qu'il ne fallait pas se mettre en colère, que ce n'était pas sain (ni saint). En même temps, Dieu nous a créé avec des émotions, ainsi nous pouvons rire, pleurer, aimer, être en colère, … il n'a pas fait de nous des blocs de marbre mais nous a donné une réelle sensibilité !

Que nous enseigne la Bible concernant la colère ?
Si nous prenons la lettre de Paul aux Ephésiens, au chapitre 4 et verset 26 nous lisons :
Mettez-vous en colère et ne péchez pas: que le soleil ne se couche pas sur votre irritation (traduction Darby) ; Emportez-vous, mais ne commentez pas le péché (Jérusalem) ; une note Bible du Semeur spécifie : autre traduction "mettez-vous en colère mais ne commettez pas de péché" quand à la traduction littérale du grec elle dit ceci "mettez-vous en colère et ne pas péchez: le soleil ne pas se couche sur l'irritation de vous".

Ce passage est clair et dément l'affirmation du magazine, la colère n'est pas un péché et encore moins un péché capital, c'est une émotion légitime !
Maintenant, nous devons dissocier la colère d'un caractère colérique qui là est un péché.

Le Larousse définit ainsi la colère : "état violent et passager résultant du sentiment d'avoir été agressé ou offensé et qui se traduit par une réaction agressive"

Dans l'hébreu et le grec nous retrouvons cette idée :
S'irriter, être fâché, narine, souffle, nez, (ne dit-on pas la moutarde me monte au nez), chaleur (l'Eternel s'enflamme de colère Ex. 4.14), fureur, furieux, violent, indignation, se ronger, être courroucé, se mettre en rage, irritation, poison. Il est aussi intéressant de relever d'autres termes comme: duel, jalousie, exaspération, insolence

Dieu ne peut pécher et pourtant il se met en colère de nombreuse fois.
Pourquoi se met-il en colère ? Parce que les hommes et son peuple l'offensent, lui font mal par leurs actions, leurs propos, leurs péchés.
En voici un exemple, à peine le peuple d'Israël sortit miraculeusement du pays d'Egypte, il se fait un veau d'or et dit "c'est lui notre Dieu qui nous a fait sortir d'Egypte".
Ce Dieu d'amour qui s'est coupé en quatre pour sortir son peuple de l'esclavage est comparé à une vulgaire effigie en métal qui n'a aucune vie, ni émotion. C'est très offensant pour l'Eternel
Le Psaume 78, à lire en entier en fait aussi écho : "Génération indocile et rebelle, inconstant, infidèle (8) "s'ils priaient c'était pour le tromper" (36) "à nouveau ils mettaient Dieu au défi, ils attristaient le Saint d'Israël." (41)
N'a-t-il pas alors le droit de "pousser un coup de colère ?" Pourtant, il est lent à la colère nous dit un certain nombre de textes. Par notre péché, par notre révolte, par certaines de nos attitudes, nous offensons Dieu, nous le blessons. Faisons attention à cette vérité !

La bonne colère

Et nous alors ? C'est la même chose. Lorsque l'on nous fait du mal, lorsque l'on nous trahit, lorsque l'on nous offense, nous avons aussi le droit de nous mettre en colère.
Quel enfant, quelle femme n'aurait pas le droit d'être offensé, en colère, dans une rage inexprimable pour avoir vécu l'inceste ou le viol ?
Comment ne pas être en colère envers le chauffard ivre qui tue sur la route ?

Devrions-nous réprimer notre colère parce nous sommes chrétiens ?
NON non non ! Comme toute autre personne il est souhaitable que cette colère s'exprime. Elle signifie : "HALTE, là ça suffit, pas plus loin". Elle nous permet de poser des limites.

Une parenthèse qui a son importance

Je voudrais aller plus loin en faisant une parenthèse qui me semble indispensable. Les victimes doivent porter plainte parce que leur guérison passe aussi par là et plus particulièrement en ce qui concerne les agressions sexuelles. Chez les chrétiens, il y a souvent une confusion parce que l'on parle de pardon.
"Tu DOIS pardonner, sinon tu ne pourras pas t'en sortir" entend-on quelque fois avec autorité ou "tu ne dois rien dire sinon TU vas porter préjudice à la famille, à l'Eglise, ..." ajoutant à la souffrance subie une culpabilité plus grande encore ainsi qu'un sentiment d'injustice.
La guérison passe obligatoirement par la prise en compte du traumatisme par l'entourage, voire la société, c'est pourquoi il faut porter plainte auprès des tribunaux.
Je le sais pour avoir accompagné au tribunal une jeune fille violée durant dix ans, pour avoir incité une mère à faire un signalement à la police parce que son mari avait un comportement inexcusable envers ses enfants.
En même temps, j'approche et j'aide des agresseurs sexuels depuis dix huit ans en tant qu'aumônier dans une prison.
La victime doit être entendue, crue, aidée, reconnue dans sa souffrance, l'agresseur doit être arrêté dans sa délinquance sexuelle au risque de faire d'autres victimes et doit prendre conscience de ses actes. Cela est indispensable pour l'un et pour l'autre.

Oui, dans ces circonstances-là il faut être en colère, c'est sain pour la victime comme pour son entourage, c'est une protection envers soi !

Cette émotion indispensable

L'article cité spécifie justement cette notion :

"La Bible place la colère parmi les 7 péchés capitaux. Cette émotion est pourtant indispensable. Réprimée, elle transforme l'existence en véritable drame. Insultés, bafoués ou humilies, certains ne se fâchent jamais. Au fond, ces "toujours gentils" se détestent car, de peur de déplaire, ils finissent par développer une personnalité en contradiction totale avec ce qu'ils sont réellement… un coup de gueule occasionnel permet de s'affirmer, de mettre les pendules à l'heure, de montrer que nous sommes consistants, qu'il faut tenir compte de nous et ne pas nous oublier. La colère permet de préserver la tranquillité et de couper la route à toute culpabilité"

Il est bon de se mettre en colère lorsque nous sommes offensés et blessés nous appellerons cela "la bonne colère"

La mauvaise colère

S'il y a une colère saine, il y en a une mauvaise, celle qui se trouve être un trait de caractère. La personne colérique, et souvent susceptible, doit apprendre à se maîtriser, accepter que cette attitude un problème pour elle … mais aussi pour son entourage, une remise en question est indispensable et doit aboutir à une volonté de changement et de transformation du caractère. Nous entendons dire quelques fois "je suis comme cela, on n'a qu'à me prendre comme je suis" et bien non, Jésus nous a donné l'Esprit Saint pour devenir conforme à Lui, voici quelques versets de la Bible qui en témoignent :
- "Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ" Philippiens 2:5
- Ne vous conformez pas à ce monde–ci, mais soyez transfigurés par le renouvellement de votre intelligence, pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréé et parfait. Romains 12:2
- Et, comme si vous aviez mis un vêtement neuf, vous êtes devenus une personne nouvelle. Cette personne se renouvelle sans cesse et elle ressemble de plus en plus à son Créateur. C’est ainsi que vous pourrez connaître Dieu pleinement. Colossiens 3:10

Je visite en prison des personnes qui n'ont pas su maîtriser leur colère et régulièrement nous entendons parler de cela dans les infos : un homme tue un autre parce qu'il ne démarre pas assez vite après l'arrêt à un feu tricolore ou cet autre qui tue son coiffeur parce qu'il n'était pas content de sa coupe de cheveux. Certes ce sont là des exemples très extrêmes mais je trouve très juste la réflexion du magazine : "la seule manière de ne pas sombrer dans la colère, c'est de ne pas y prendre goût, convaincu d'être incompris, le coléreux condamne tout et tout le monde".

Ne pas pécher

Revenons à notre texte initial : "mettez-vous en colère mais ne commettez pas de péché" Ephésiens 4.26
La colère est un sentiment juste quand il permet de se protéger d'agressions, quand il dit "stop", quand il est l'expression d'une offense.
Mais il ne faut pas pécher par un esprit de vengeance, par une décision délibérée de faire mal à autrui en acte, en attitude ou en parole.
Il faut remettre sa blessure au Seigneur en ayant confiance qu'il est Celui qui va pouvoir la guérir par son amour … et en même temps, faire les démarches indispensables pour essayer de régler le problème.

Le pardon

Le pardon quant à lui, viendra au fur et à mesure que l'Esprit fait son œuvre en profondeur dans nos vies. Personne, y compris l'Eglise, n'a le droit d'exiger votre pardon.
Je vous invite à dire au Seigneur "je veux pardonner mais ne le peux pas aujourd'hui, vient et guérit-moi jusqu'à ce que je puisse pardonner du plus profond de mon cœur afin qu'il soit vrai et sincère". Certes vous verrez probablement toujours la cicatrice de la blessure, mais cette dernière ne vous fera plus mal !

Conseils de psy ... très valables pour tous !

Je voudrais terminer en vous donnant les conseils que ce magazine donnait, mettez-les en pratique ! "Top 10 de l'engueulade productive"

Ce qu'il faut faire

  1. Passer sous silence les accrocs mineurs et s'expliquer sur les choses importantes
  2. Constater son sentiment sans accuser l'autre
  3. Exprimer son grief en favorisant la réconciliation plutôt que la vengeance
  4. Se fixer une limite qui est l'intégrité de l'autre
  5. Admettre sa part de responsabilité avant de pointer celle de l'autre

Ce qu'il ne faut pas faire

  1. s'il y a frustration, ne pas retarder l'affrontement, sous peine d'accroître le ressentiment
  2. ne pas réagir de façon exacerbée à un simple incident
  3. ne pas partir du principe que l'autre a toujours tort
  4. Ne pas faire de grands gestes en criant: cela énerve plus encore
  5. ne pas bouder, mais pardonner

* France TGV n° 18 d'octobre 1999

Commentaires (0)

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs.
Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter.