Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Connaître Dieu (Méditation sur le psaume 34)

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Etude d'un passage biblique
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Psaumes 34:2-9, 18-20 (suivant la traduction de la Bible, la numérotation du Psaume 34 peut être décalée) :

"(34-2) Je bénirai l'Eternel en tout temps; Sa louange sera toujours dans ma bouche.
2 (34-3) Que mon âme se glorifie en l'Eternel! Que les malheureux écoutent et se réjouissent!
3 (34-4) Exaltez avec moi l'Eternel! Célébrons tous son nom!
4 (34-5) J'ai cherché l'Eternel, et il m'a répondu; Il m'a délivré de toutes mes frayeurs.
5 (34-6) Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie, Et le visage ne se couvre pas de honte.
6 (34-7) Quand un malheureux crie, l'Eternel entend, Et il le sauve de toutes ses détresses.
7 (34-8) L'ange de l'Eternel campe autour de ceux qui le craignent, Et il les arrache au danger.
8 (34-9) Sentez et voyez combien l'Eternel est bon! Heureux l'homme qui cherche en lui son refuge! [...]
17 (34-18) Quand les justes crient, l'Eternel entend, Et il les délivre de toutes leurs détresses;
18 (34-19) L'Eternel est près de ceux qui ont le coeur brisé, Et il sauve ceux qui ont l'esprit dans l'abattement.
19 (34-20) Le malheur atteint souvent le juste, Mais l'Eternel l'en délivre toujours.
20 (34-21) Il garde tous ses os, Aucun d'eux n'est brisé."

On peut constater qu'il y a 2 personnages principaux qui ressortent de ce psaume : David, qui en est l'auteur et celui dont il parle et à qui il s'adresse, c'est à dire : l'Eternel lui-même !
Et au travers du langage de David, des mots qu'il emploie, de la façon dont il communique, nous sommes frappés de la parfaite connaissance qu'il semble avoir de celui à qui il s'adresse et de la confiance absolue qu'il lui manifeste.
C'est ce qui nous intéresse aujourd'hui pour nous même et pour l'église une connaissance aussi profonde et personnelle du Dieu de l'Univers.

COMMENT DAVID CONNAIT- IL L'ETERNEL ?

Quelle est sa compréhension de Dieu ? Ou plutôt quelle est sa perception de Dieu ? Autrement dit QUI EST DIEU POUR LUI, PERSONNELLEMENT ?
Le verset 3 nous dit : le Seigneur est toute ma fierté ! De qui pouvons-nous être objectivement fier ? Et pour quelles raisons ?

Témoignage :
Quand j'étais jeune j'avais un camarade de classe qui se référait toujours à son père lorsqu'il affirmait quelque chose et cela avait le don de m'énerver ! En effet son père était maçon et, avec tout le respect que je porte à cette profession, il me semble qu'il était loin d'avoir une connaissance sans faille, ni même une connaissance générale très poussée ( à l'époque les gens de sa génération quittaient l'école de bonne heure pour aller travailler) et pourtant ce camarade avait une confiance absolue dans ce que disait ou faisait son père et il n'y avait à argumenter d'aucune façon avec lui : quand son père avait affirmer une chose cela devenait dès lors une vérité absolue et quiconque s'y opposait était un ignorant !
Il portait une telle admiration à son père, il en était tellement fier, que cela avait quelque chose d'irréaliste et d'un peu ridicule !

Ce n'est pas le cas de David. Il est fier de l'Eternel car il a connaissance de la grandeur de celui-ci – un personnage, ô combien important, grandiose, incomparable –
"... je suis l'alpha et l'oméga – dit Jésus dans Apocalypse 21.6 – le commencement et la fin..." et encore : "... les cieux et les cieux des cieux ne peuvent le contenir..." 2 Chroniques 6.18
...et en même temps il a vécu des expériences avec ce Dieu exceptionnel qui lui a répondu dans certaines situations de détresse
A lui, homme parmi les hommes, certes roi, mais aussi ancien gardien de brebis, le dernier de la famille, un être limité dans le temps et dans l'espace, appelé à retourner à la poussière !
Au verset 4 David dit : "proclamons bien haut QUI IL EST". David sait QUI EST DIEU.

COMMENT CONNAISSONS-NOUS JESUS AUJOURD'HUI ?

Qui est Jésus pour nous ? Avons-nous envers lui la même confiance que David dans ce psaume ?
Si je vous pose la question, que répondrez-vous ?

  • Moi je connais Jésus, il est mon sauveur ! – bien
  • Ou encore, il est mon Seigneur – peut-être ?
  • C'est mon ami !
  • Il est mon frère !
  • Etc...ce sont de bonnes réponses ! Pourtant...

David, quant à lui affirme que l'Eternel l'a délivré de ses craintes ( v5)
Qu'il est rayonnant de joie lorsqu'il tourne ses regards vers lui ( v6)
Il a éprouvé – il a reconnu la valeur – et il a constaté – expérimenté – combien le Seigneur est bon ( v9)
Quand il a appelé au secours l'Eternel lui a répondu ( v18)
Il a connu la proximité du Seigneur alors qu'il avait le coeur brisé ! ( v19a)
Il a été sauvé alors que son esprit était complètement abattu!( v19b)
Au milieu de tous ses maux et de toutes ses épreuves il a expérimenté la délivrance divine ! ( v20)

connais-tu Dieu au travers de n'importe quelle circonstance de ta vie : bonne ou mauvaise ?...)

Lorsqu'il parle de l'Eternel, il n'en parle pas comme quelqu'un qui connaîtrait de manière intellectuelle ou religieuse. Il nous parle des expériences vécues avec le Seigneur, comment il a crié à lui, comment il a expérimenté les exaucements de prière. Et, à travers ce psaume que nous avons lu, nous réalisons comment ce Dieu si proche de lui, a profondément changé son coeur, son être intérieur, sa personnalité.

Si nous disons aujourd'hui que nous connaissons Dieu et que nous sommes connus de lui, qu'est-ce que çà change dans nos vies ?
Car connaître Dieu devrait faire que nous ne sommes plus les mêmes. Nos pensées devraient être nouvelles. Nos façons d'agir devraient être nouvelles. Nos comportements différents. Nos projets différents, notre façon de parler, de voir devrait être changée. Nos relations avec les autres devraient être différentes.

Mais est-ce vraiment la réalité ? Sommes-nous délivré de nos craintes ? Qui nous lient et nous empêchent d'être réellement changé. Sommes-nous rayonnants de joie dans sa présence ? Avons-nous goûtés combien l'Eternel est bon ? Le caractère de Jésus, ses sentiments, ses enseignements, ses actions et ses commandements trouvent-ils écho dans nos vies !

"Demeurez dans mon amour. Si vous obéissez à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour..." Jn 15.9.10

Comment garder les commandements de Dieu , si nous n'avons pas une véritable connaissance de qui il est et de qui nous sommes en lui ?
Nous pouvons venir à la conversion tôt ou tard ; et vivre dans la continuité de ce que nous vivions auparavant, avec en plus une petite pointe de spirituel puisque nous sommes chrétiens.
Mais qui verra que notre vie a changé ?
Nous proclamons bien haut que Jésus–Christ nous a racheté de la malédiction et arraché à la mort. C'est vrai...Mais est-ce que cela s'arrête là ? N'a-t-il rien racheté d'autres dans nos vies ?

Nous sommes invités à connaître Jésus comme étant celui qui a racheté le projet de Dieu pour nos vies et celui qui nous rétablit dans notre personnalité et notre identité !

David de berger qu'il était, est devenu Roi d'Israël parce que c'était le projet de Dieu pour lui. Comment un simple berger pourrait-il devenir roi autrement ? David est entré dans ce projet de Dieu pour lui.

Mais les pharisiens du temps de Jésus, qui lisaient, étudiaient et enseignaient les Ecritures, ne connaissaient pas Dieu puisque lorsque celui-ci, conformément aux Ecritures, s'est fait homme et est venu sur la terre, ils ne l'ont pas reconnu et l'ont rejeté ! Le projet de Dieu pour leur vie était qu'ils soient des conducteurs spirituels, amenant Israël à la connaissance de l'Eternel. Or Jésus parlera d'eux en les traitant de conducteurs aveugles. En Jean 16.3, il dira même : "ils n'ont connu ni le Père ni moi"

Dans la parabole de l'enfant prodigue et du fils aîné, ce dernier côtoyait le Père chaque jour. Il travaillait avec lui, mangeait avec lui, dormait dans la même maison que lui ! On pourrait penser qu'il connaissait le Père !
Mais il n'avait pas expérimenté que ce qui était au Père était aussi à lui. Et quand survient l'épisode qui nous est relaté dans Luc 15.11, nous le voyons se mettre en colère et faire preuve de jalousie et d'incompréhension devant l'attitude du Père. Quelle est la nature de sa relation au Père. Il est frustré parce qu'il n'a jamais réalisé qu'elle était sa place dans la maison du Père !

Combien de chrétiens aujourd'hui vivent cette même frustration et n'ont pas découvert leur position en Christ, dans les lieux célestes, mais surtout dans le coeur du Père ! Pourtant Dieu nous appelle à vivre bien autre chose !

La Bible parle d'une vie en abondance. En Christ Dieu se révèle et comme le Père de la parabole, il veut nous rétablir dans sa maison, dans notre filiation et dans le projet qu'il avait pour chacun d'entre nous depuis la fondation du monde !

Témoignage :
Un jour j'ai réalisé que le Seigneur m'appelait à être pasteur. J'aurais pu dire à peu près la date ou j'ai ressenti cet appel. Et je voyais les choses de la façon suivante : j'imaginais Dieu ,réfléchissant et se disant – il faudrait bien un pasteur à A... qui soit un berger, Y... pourrait bien remplir se service, je vais le lui demander ! Un peu comme si le hasard dictait les décisions de Dieu !
Par la suite, j'ai compris que c'était depuis ma conception déjà le projet de Dieu et que je n'avais pas été choisi pour boucher un trou quelque part dans le plan divin.
Mais les circonstances de la vie depuis ma toute petite enfance, dans l'adolescence et même dans mes premières années d'adulte , à travers l'abandon de mon père, les difficultés de tous ordres, les nombreux péchés, l'acharnement de l'ennemi à vouloir détourner chaque être humain de sa véritable personnalité et du véritable sens de sa vie, ce qu'il avait particulièrement bien réussi contre moi, toutes ces choses m'avaient rendu imperméable à la connaissance de Dieu, à la compréhension de sa volonté et jusqu'à la perception de ma propre identité et du sens de ma vie !

Vous connaissez ce verset : "je vous ais choisis et je vous ais établis afin que vous alliez et que vous portiez du fruit" Jn 15.16
Pour la plupart d'entre nous les choses ses sont passées ainsi : nous avons été choisis – c'est le moment de notre conception – et il y a tout un passage à vide avant que Dieu nous dise : je t'ai établi ! Perte de mémoire divine ? Dieu aurait-il oublié son projet pour nous ? Non, c'est que nous, nous avons mis tout ce temps pour connaître Dieu et ses projets. ( parfois des dizaines d'années et même plus ! ! !) Mais quand enfin nous nous réveillons, l'Eternel nous dit : je t'ai établi afin que tu ailles et que tu portes du fruit !

ALORS : COMMENT CONNAITRE DIEU?

Vous avez compris que je ne parle pas ici de la nouvelle naissance qui est la première étape dans la connaissance de Dieu (cette question s'adresse bien entendu à des chrétiens). Un bébé reconnaît ses parents rien qu'en les regardant, mais il ne les connaît pas : il ne sait pas encore comment ils pensent, fonctionnent, quels sont leurs goûts, leurs envies, leurs désirs, leurs craintes, leurs projets etc...

Job disait : "Oh ! si je savais ou te trouver". David, dans un psaume s'écrie : "mon âme te poursuit avec avidité". Paul écrit "Que je puisse te connaître". Voilà des hommes qui semblent ne jamais être satisfaits de la connaissance qu'ils ont de Dieu et qui le recherche avec toujours plus de faim et de soif de sa présence !
Je parle de connaître Dieu comme ces hommes qui en ont fait la priorité de leur vie !

Je retiendrais 5 points concernant cette connaissance de Dieu !

  • Le découvrir à travers les écritures.
  • Vivre des expériences avec lui.
  • Recevoir une onction de révélation de notre adoption (il est réellement mon Papa) qui sera le rétablissement de notre identité.
  • Recevoir la guérison de nos blessures.
  • Croître dans la maturité.

Le découvrir dans les Ecritures

La Bible est un livre historique, poétique, théologique, prophétique et spirituel. Il est à la portée de beaucoup d'en faire une lecture historique, poétique et théologique. Et certainement ceux qui en feront une telle lecture en tirerons des enrichissements. Rappelons-nous pourtant que les pharisiens et les scribes qui connaissaient bien les Ecritures sont passés à côté de la vérité qui se trouve au sein même des Ecritures.
Jésus dira : "je te loue, Père, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents de ce siècle et de ce que tu les a révélé aux petits". (Luc 10.21)

Tout ceci nous enseigne sur deux choses :
- Une lecture intellectuelle de la Bible peut satisfaire notre intelligence mais n'aura pas une grande portée sur notre vie spirituelle.
- Nous devons recevoir de Dieu une révélation concernant le sens des Ecritures.( la révélation de tes Paroles éclairent :dit le Proverbe)

Autrement dit seul Jésus – en qui la compréhension des Ecritures nous est ouverte – seul Jésus nous donne la capacité de faire de la lecture de la Bible une lecture spirituelle, inspirée, éclairée par le St Esprit.

Pour autant il nous faut aborder cette lecture avec beaucoup d'humilité, sachant que notre compréhension de la Parole est évolutive, que nous ne sommes pas propriétaires de ce qui est écrit (je suis le seul à avoir la bonne interprétation ?) et qu'il nous faudra beaucoup de persévérance dans cette lecture ainsi que de constance !
Nous devons devons trouver le goût à cette lecture de la Parole de Dieu, apprendre à la méditer et à la mettre en pratique dans nos vies. (Jc 1.22)

Ce n'est qu'alors que la Parole s'enracine dans la vie du Chrétien et produit le miracle

Vivre des expériences avec Lui

Les expériences ne doivent pas être le fondement de notre foi ! Pourtant on ne peut les gommer et affirmer qu'elles sont sans intérêt spirituellement parlant. Ceux qui parlent ainsi oublient que Dieu nous a créé : corps, âmes et esprit et que c'est ainsi que nous sommes à sa ressemblance ! Les expériences ont ceci de positif, qu'elles se rattachent à la fois à notre humanité et à la Divinité de Dieu.

Quelqu'un qui a vécu une guérison physique divine, par exemple, ne devra pas en faire le fondement unique de sa foi et l'ériger en dogme. Mais il connaîtra par cette expérience l'amour et la puissance surnaturelles de celui envers qui il est redevable. Cet amour l'attirera avec reconnaissance vers le divin guérisseur. Et il aura une attitude de crainte respectueuse devant celui qui manifeste autant de puissance.

Au travers de cette expérience, il découvrira Dieu dans une intimité qui lui sera toute personnelle !

Recevoir une onction de la révélation de notre adoption

Il est mon Papa ! Bien sûr la Bible nous l'enseigne – Abba Père...mon Père, votre Père - et nous devons recevoir cette vérité par la foi. Mais est-ce suffisant ?
Nous avons reçu Jésus comme notre sauveur personnel, mais le Père est-il notre "Père personnel", celui dans l'intimité duquel nous pouvons venir en disant : me voici, Papa, c'est moi Yannick... ton fils ?
Jésus dit : "je suis le chemin, la vie, la vérité, nul ne va au Père que par moi" (Jn 14.6) Et "si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père" Jn 14.7
Jésus donc est la porte et le St Esprit ,qui nous conduit dans toute la vérité, le révélateur. Pourtant cette révélation de Dieu comme père n'est souvent pas immédiate. Seule une soif et une faim de Dieu peuvent nous amener à une recherche, qui devient tellement vitale, que notre but premier, notre aspiration profonde est de le rencontrer, de vivre sa présence, son intimité, sa proximité : "O Dieu ! tu es mon Dieu, je te CHERCHE ; mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi..." Ps 63.2
Quand pour la dernière fois avons-nous éprouvé cette soif intense, indispensable pour nos vies, quand nos corps ont-ils soupiré après l'Eternel pour la dernière fois ?

Témoignage :
Je me souviens que lorsque j'étais encore dans l'entreprise ou je travaillais précédemment, cette faim me prenait de manière tellement forte que je m'isolais avec ma Bible pour vivre un moment d'intimité avec le Seigneur. Certain jour cela m'était aussi indispensable que l'air pour respirer.
Avoir faim et soif de Dieu, le rechercher pour vivre sa présence, recevoir le pain de vie et l'eau vive !
C'est dans un de ces moments d' intimité profonde avec le Seigneur qu'un jour le Père s'est révélé à moi :
Lisant ce passage de Luc 3.21 : "Tu es mon Fils bien aimé, en toi j'ai mis toute mon affection" parole du Père à Jésus lors du baptême de celui-ci, cette parole a pris vie pour moi d'une manière toute personnelle au point de m'arracher des larmes de reconnaissance profonde !

Une église forte est une église ou chaque membre, me semble-t-il, a pu retrouver son identité, ou sa personnalité a été restaurée, sa vie reconstruite dans la présence bienfaisante du Père...

Recevoir la guérison de nos blessures

Je disais tout à l'heure, que pour beaucoup de personnes il y a toute une période entre le moment ou nous avons été choisis et le moment ou nous avons été établis.

Une des raisons est que la vie se charge de nous détourner du plan de Dieu, du projet de Dieu et cela, parfois dès notre plus tendre enfance. L'ennemi de notre âme est à l'oeuvre pour favoriser des circonstances qui seront destructrices et blessantes. Nous sommes alors atteints au plus profond de notre personnalité et de notre identité. Lorsque nous venons à Christ lors de notre conversion, la relation est rétablie au niveau de l'esprit – entre notre esprit et l'Esprit de Dieu – mais au niveau de l'âme, au niveau de l'affectif, des sentiments, des habitudes de vie, des schémas de pensée nous sommes parfois – passez-moi l'expression – complètement "cabossés" .

Il faudra un attouchement divin, pour que la libération arrive au travers d'une guérison intérieure. Nous aurons besoin de la prière et de l'aide de ministères (ministère du berger : celui qui sait reconnaître le besoin des brebis celle qui porte le petit, celle qui allaite, celle qui est malade ou blessée etc..). Parfois il faudra des mois ou des années pour expérimenter la délivrance totale !

Mais lorsque nous l'aurons expérimentée : quelle découverte d'une nouvelle facette de la personnalité de Dieu. Celui qui est capable de reconstruire les murs éboulés de nos vies, restaurer notre personnalité et nous rétablir dans son plan divin !

Croître dans la maturité

Je ne m'étendrais pas outre mesure concernant ce dernier point – nous savons tous que la maturité n'est pas facultative mais qu'elle est la volonté de Dieu pour nous (Paul parle de parvenir à la stature parfaite de Christ) je ne m'étendrais pas, sinon pour dire que cette croissance nous conduit dans une révélation à chaque étape plus intense et profonde de la connaissance des commandements de Dieu : "Aimer Dieu et s'aimer les uns, les autres" et donc de Dieu lui-même. L'épître de Jean chap.2 versets 3 et suivants nous dit ceci :

"Si nous obéissons aux commandements de Dieu nous pouvons avoir la certitude que nous connaissons Dieu. Si quelqu'un affirme : "je le connais", mais n'obéit pas à ses commandements, c'est un menteur et la vérité n'est pas en lui. Par contre si quelqu'un obéit à sa parole, l'amour est véritablement parfait en lui . Voilà comment nous pouvons avoir la certitude d'être uni à Dieu. Celui qui déclare demeurer en lui doit vivre comme Jésus a vécu."

Et comment vivre comme Jésus a vécu sinon au travers d'une relation d'amour, de foi, d'espérance, de confiance, de connaissance de Dieu, de sa parole et de ses commandements ?

DAVID CONNAISSAIT L'ETERNEL !

Il connaissait le Dieu d'Abraham, d'Isaac, de Jacob, le Dieu de Moise, mais au travers d'expérience vécues il connaissait SON DIEU, intimement, personnellement.

Combien aujourd'hui connaissent réellement le Père ? Combien le voient au travers du miroir déformant de leurs blessures non guéries, de leurs expériences malheureuses, de leur frustration, de leur éducation, ou de leur culture, et ne vivent pas dans la réalité cette proximité avec lui ?
Combien entendent le Père leur dire : "Tu es mon fils bien-aimé" ?

Un défi pour l'église est quelle soit FORTE ! Une église forte est une église ou les membres sont forts : c'est-à-dire guéris, consolés, conduits dans la maturité et la connaissance de l'Eternel.
C'est un défi au sein même de l'église, mais aussi pour le monde qui observe l'église.

Tant de nos contemporains se tournent vers des pratiques occultes, dangereuses, ou vers des sectes, parce que ils n'ont pas vu, pas su, pas entendu que l'église pouvait répondre à leurs besoins !

Jésus a appelé l'église à être sel de la terre et lumière du monde ! Mais il nous annonce aussi que si le sel perd sa saveur il bon à être jeté à terre et foulé aux pieds !

Aujourd'hui, comme Martin Luther King, je fais un rêve :

je rêve d'une église forte,
guérie,
vivante,
qui donne envie à tous ceux de l'extérieur
de venir voir ce qui s'y passe,
d'entendre la parole de Dieu
et de voir les signes qui l'accompagnent...

AMEN

Commentaires (1)

par leblanc_laurent@hotmail.com

une vérité extraordinaire quelle puisse faire le tour du monde

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères