Les barreaux de la liberté

Auteur :
Type : Témoignage
Thème : Rencontrer Dieu
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Condamné à 30 ans, il a trouvé la vraie liberté en prison !!
Un Baptême en prison

Bernard Delépine, Aumônier à la Maison d'Arrêt d'Angers : La première fois que j'ai rencontré Jean-Luc, c'était sur la demande d'un policier travaillant dans une brigade criminelle. Il voulait que je dise à l'assassin de sa sœur qu'il lui pardonnait son acte.
De là est parti tout un cheminement pour Jean-Luc qui a écrit ce témoignage à l'occasion de son engagement à suivre le Christ en prenant le baptême. Jamais auparavant je n'avais accepté de baptiser un détenu, mais là... vu les circonstances et la longueur de la peine !!!

Jusqu'à l'âge de 26 ans, ma vie avait été celle de beaucoup de personnes. J'ai été élevé au sein d'une famille de 3 enfants, mon père était à la tête d'une entreprise dans le bâtiment et ma mère était femme au foyer, dévouée à l'éducation de ses enfants et au petit soin pour son mari. Notre enfance et notre adolescence ont été merveilleuses. Nos parents nous ont toujours associés à leurs activités, leurs loisirs, leurs vacances ou leurs sorties. Je n'ai pas le souvenir d'avoir eu un " non " comme réponse à toutes nos demandes. Nous étions aimés d'eux.

Ma scolarité dans des écoles privées catholique s'est déroulée sans encombres si ce n'est que je me reposais sur ma facilité d'apprendre et d'enregistrer, ce qui me laissait énormément de temps pour être le pitre de service en osant tout ce qui me passait par la tête et faisant rire la classe et l'école. Si on pouvait me reprocher mes écarts de conduite, ceux-ci étaient vite oubliés à la simple lecture de mes carnets de notes. Mon frère et moi avons été enfants de cœur au sein d'une communauté "de petites sœurs des pauvres ". Nous participions également à de nombreuses retraites spirituelles avec notre église ou avec l'école. Cela dit, personnellement je n'ai pas le souvenir d'un intérêt particulier pour le Seigneur sinon que de faire plaisir à mes parents et de me permettre de me retrouver entre copains pour plusieurs jours.

La vie était belle et répondait à ce que je demandais à l'époque. Les valeurs de mes parents perduraient et ne pouvaient m'amener que vers un bonheur identique au leur : travail, passion, amour, disponibilité, famille. En 1987, je me mariais à une femme belle, intelligente, d'un milieu artistique et musicien, mais surtout avec les mêmes attentes de la vie. Nous avons eu deux enfants.

Pour des raisons encore floues, j'ai remis en question toutes mes certitudes sur la vie et le début de six années de descente aux enfers commençait. La seule chose dont je suis sûr, c'est d'avoir paniqué, d'avoir eu peur de ne pas être à la hauteur pour subvenir au besoin de ma famille. Ma femme, une femme formidable, m'a soutenu jusqu'à épuisement et en 1995 nous avons divorcé.

Je vais vous faire grâce de tout mon cheminement mais simplement vous énumérer mes qualificatifs ; menteur, voleur, escroc, manipulateur, mauvais mari, mauvais père, mauvais fils, en un mot: à ne surtout pas croiser.
J'étais semblable à un iceberg, la partie extérieure inspirait confiance, une silhouette toujours propre, prêt à rendre service, une culture générale assez large alimentée par ma curiosité et de ma soif de découverte, une expérience commerciale plus que probante, …
Mais j'avais aussi une plus grande partie immergée qui ne se voyait pas. En même temps que je parlais à une personne, je la décortiquais littéralement l'amenant à se dévoiler. Je gagnais la confiance des gens très vite, sachant me rendre indispensable et n'ayant qu'une idée en tête : il faut que j'en tire le maximum d'argent.
J'étais aussi un vrai caméléon m'adaptant aux situations ou aux personnes que j'avais en face de moi afin de mieux profiter d'eux.

En fait, je n'avais plus de limites, plus de repères, je m'auto-détruisais à petit feu mais sûrement. Pourtant, un jour j'ai décidé que la vie était une grande aire de jeu et que c'est moi qui fixerais mes règles. Croyez-moi je n'ai épargné personne, toute ma famille, mes amis d'antan, ma femme et indirectement mes enfants.
Malgré notre divorce, mon ex-femme m'a toujours laissé voir mes enfants aussi souvent que je le désirais, c'est certainement ce qui m'a empêché de basculer dans le vrai banditisme.

Pour être tout à fait honnête, j'étais mal dans cette peau, j'avais un mal de vivre, je ne m'estimais plus et ne respectais absolument plus personne.

Le 03 décembre 1996, après une journée dans les bars et à traîner en ville, je suis rentré chez moi, j'ai rendu visite à une voisine. Peu de temps après, je lui ôtais la vie.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, quand on m'a posé la question si j'étais l'auteur de ce drame, j'ai senti que la libération était proche. J'ai pris une énorme bouffée d'air et j'ai dit "oui". Ce oui m'a enfin libéré d'une carapace qui devenait trop lourde à porter. Je suis rentré en paix en prison. Au lieu d'être accablé sur mon sort, je pensais à cette jeune femme à qui j'avais enlevé la vie et me disais que la vie n'était pas juste.

Au début de mon incarcération, j'ai ressenti le besoin de me confier, de partager avec quelqu'un mon parcours et d'essayer de comprendre. Je me suis rendu à la messe du dimanche matin. De vieux souvenirs ont réapparu mais également un non-sens au moment de la communion: comment peut-on nous présenter, enfin me la présenter alors que je suis un meurtrier. J'y suis retourné plusieurs fois, uniquement pour rencontrer un ami que je n'avais pas vu depuis longtemps.

Un jour, on m'annonce qu'un pasteur veut s'entretenir avec moi. Je suis étonné, je sais simplement qu'un pasteur ce n'est pas un vrai curé, c'était Bernard. Il se présente puis rapidement me dit qu'il est chargé d'un message du frère de la victime. Son message était simple: le frère de la victime te dit "je te pardonne" (il est catholique). Je n'ai pas la date exacte mais c'était quelques mois seulement après que j'ai tué sa sœur.
Depuis cette seconde, une seule question m'obsédait, comment ce frère pouvait me pardonner. J'ai revu Bernard plusieurs fois et toujours avec joie mais aussi curieux de l'entendre. L'élément qui a vraiment permis à ma vie de changer est ma rencontre avec d'autres détenus participant au culte protestant du samedi après-midi. Michel dans un premier temps puis Jean.

Plus le temps passait, plus je lisais la Bible, plus je me posais de questions. J'avais une seule certitude, il fallait que je reconnaisse mes péchés devant Dieu et que j'en demande pardon.

Vieux réflexe, j'ai demandé à Bernard s'il voulait recevoir ma confession, il m'a proposé de la mettre par écrit. Seul dans ma cellule, je me suis rapidement rendu compte que c'était impossible tellement j'avais commis de mauvaises actions. J'ai pris l'engagement de reprendre ma vie et d'avouer toutes mes fautes, de la plus insignifiante à la plus horrible. J'ai demandé pardon pour chacune d'elles mais encore aujourd'hui le passé refait surface et j'en découvre une de plus. Je ne sais pas si un jour je pourrais dire "Seigneur, cette fois c'est la dernière".

Longtemps, j'ai pensé que le Seigneur ne m'avait pas pardonné et il m'est arrivé d'avoir l'impression de reculer de trois pas alors que je venais d'en faire un. J'avais beau prier, il ne se passait rien. Régulièrement, Bernard permettait à des chrétiens de venir témoigner de leur foi au culte du samedi, leurs témoignages étaient souvent extraordinaires et j'ai même douté de leur véracité. Bernard et Michel m'ont été d'un grand secours dans ces moments là.

Un jour, j'ai simplement pris conscience que j'étais serein et que j'avais le cœur en paix.

Le Seigneur vous touche n'importe quand, moi il m'a surpris un dimanche soir durant lequel j'ai vidé toutes les larmes de mon cœur. J'ai été entouré d'une force impressionnante, incapable d'esquisser le moindre geste, la moindre réaction. Il m'a fallu un temps fou pour reprendre mes esprits et petit à petit un changement s'est opéré en moi.
Je suis sûr que certains d'entre vous sont surpris par ce baptême. La seule chose que je peux vous dire c'est que je suis libre, que la plus belle chose que j'ai faite c'est de donner ma vie au Seigneur.
Je suis condamné à trente ans de prison et c'est moi qui remonte le moral à ceux qui ont six mois à faire.

Aujourd'hui, je suis certain que le Seigneur est vivant et qu'il est mon Dieu. Je suis mort avec le Christ sur la croix mais je suis aussi ressuscité avec lui d'entre les morts.
La porte du Seigneur est ouverte pour tout le monde, bon ou mauvais, coupable ou innocent, ce n'est pas une porte de prison qui se referme derrière nous toutefois, le Seigneur n'impose rien à personne.

Tous les jours, Satan me tente. Il m'arrive de craquer et de faire ou dire des choses que je regrette immédiatement. Je ne suis qu'un homme et le fait de lui donner ma vie, ne rend pas celle-ci plus facile. Le Seigneur sait que l'homme est faible alors si je n'hésite pas à lui demander qu'il réponde favorablement à mes prières, je n'oublie pas non plus de lui demander également de me ramener sur le droit chemin. Sachons demander des choses très simples.

Je finirais sur les versets 1 et 4 du psaume 27 :

Le Seigneur est ma lumière et mon sauveur, je n'ai rien à craindre de sa personne. Le Seigneur est le protecteur de ma vie, je n'ai rien à redouter. (Ps 27.1)
Je ne demande qu'une chose au Seigneur, mais je la désire vraiment : c'est de rester toute ma vie chez lui, pour jouir de son amitié et guetter sa réponse dans son temple. (Ps 27.4)

Jean-Luc, Angers

A l'occasion de ce baptême, 12 personnes de notre église protestante baptiste ont pu entrer à la prison pour cette célébration.

Un message du frère de la victime reçu par Bernard juste avant sa rentrée à la prison a été lu:

"Les choses anciennes sont passées. Le Seigneur a dissipé l'obscurité.
C'est un nouveau jour, une nouvelle marche vers la Lumière, vers l'avenir.
Que le Seigneur notre Dieu te bénisse abondamment mon frère.
Avec toi dans ce jour de joie"

Commentaires (1)

par Faraniaina

Cher Jean-Luc,
j'ai pleuré en lisant votre témoignage , tant il nous a montré l'amour et la miséricorde de notre Dieu si bon : avec Bernard, le frère de la voisine comme instruments ! Quelle joie ressentie à la fin de ce témoignage particulier ! Que Dieu vous et nous encourage continuellement, car Son amour dure à toujours (His LOVE endures FOREVER !)

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères