Dieu, le sens de la vie (Romains 1 et 2)

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Etude d'un passage biblique
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Cette étude se base sur Romains chapitres 1 et 2.
Remarquons premièrement que s'il n'y a pas de Dieu, la Bible est fausse, l'au-delà qu'elle nous présente n'existe donc pas. A moins d'avoir d'autres idées de l'au-delà ou de ruminer l'espérance de recommencer à l'infini des vies dans lesquelles on ne peut rien garder des précédentes, l'existence humaine se borne à 80 ans de difficultés de toutes sortes, pour mourir finalement. Cela paraît totalement dépourvu de sens. Or, pourquoi TOUT homme rechercherait-il le sens de la vie, beaucoup avec une puissante ferveur, si elle n'en avait pas ?

Dieu a mis en l'homme la pensée de Dieu afin qu'en le trouvant, il n'ait plus à subir le péché sans autre solution. En effet, nul n'est dépourvu de la notion du vrai Dieu. Tous les hommes ont une connaissance innée de Lui, Lui-même l'ayant placé avec netteté dans leur coeur (Rm 1.19).

Dieu n'a pas voulu le péché mais il a laissé l'homme choisir entre lui faire confiance et tenter de mener sa vie sans lui. Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, ainsi la mort a passé sur tous les hommes (Rm 5.12).

Les hommes ont voulu oublier Dieu, et/ou le remplacer. Voulant que les hommes soient libres, Dieu les a laissé faire. Les malheurs qui arrivent à l'homme ne sont donc pas des punitions que Dieu envoie, mais la conséquence de leurs actions lorsqu'ils s'éloignent des lois parfaites de Dieu pour s'enfoncer dans les voies tortueuses et ténébreuses de leur nature pécheresse. Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes (Rm 1.28).
Ces "choses indignes" ne sont que le résultat de l'écartement des voies divines. Si Dieu nous a donné des commandements, ce n'est pas pour le plaisir de commander, c'est pour notre bien. Il nous a laissé sa Parole afin que l'on connaisse ce qu'il désire de bon pour nous, mais Bien qu'ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui agissent ainsi, non seulement ils persistent dans leur voie, mais en plus ils se réjouissent en voyant d'autres marcher sur leur traces et ils approuvent ceux qui les font (Rm 1.32).
La mort ici, c'est l'éloignement de Dieu pour l'Eternité. C'est la mort de l'esprit. Ne voit-on pas, dans la dernière phrase, ce qui peut se passer en ce moment : les homosexuels se montrant de plus en plus et encourageant tout le monde à ne pas se laisser arrêter sur le chemin de la dépravation?...

Les hommes s'éloignent donc de plus en plus de Dieu par leurs péchés. Un autre exemple serait les idoles : Ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l'homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles (Rm 1.23).
Si dans nos sociétés occidentales nous avons moins de représentations bestiales devant qui nous prosterner, nous n'en sommes pas moins des peuples idolâtres. Les idoles sont d'abord, au sens premier du terme, les personnes et personnages que l'on place au-dessus de Dieu dans notre vie : les stars en tous genres, de la musique à la mode en passant surtout par le sport. Combien de fois n'entendons-nous pas : "Lui, c'est mon idole, je veux lui ressembler, je veux faire pareil...". Mais ce sont aussi les philosophes, des scientifiques fort réputés, mais encore toutes les Maries que l'on rencontre à la croisée de nombreux chemins, ces statues de pierre inerte qui n'entendent ni ne répondent, ces bouts de bois sculptés et peints de mains d'hommes que l'on promène avec adulation. Ou tous ces saints, morts depuis des siècles qui, du fond de leur tombe n'apporteront jamais vers le Dieu Très-Haut les prières qu'on leur remet. Enfin, et peut-être plus proche de ce que vous vivez : c'est simplement tout ce que l'on place avant Dieu : travail, sport, télé, musique et même famille... Réfléchissez : lorsque vous avez un moment de libre, est-ce à Dieu que vous pensez en premier?....

Le péché c'est donc tout ce qui éloigne de Dieu et nous fait tomber dans le malheur...
Ils sont remplis de toute espèce d'injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice; pleins d'envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d'intelligence, de loyauté, d'affection naturelle, de miséricorde (Rm 1.29-31).
Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu (Ga 5.19-21).
Quelqu'un n'a-t-il jamais été médisant, rebelle envers ses parents, dépourvu de miséricorde, plein d'inimitié, jaloux, coléreux et querelleur... Nous pouvons l'être parfois, mais nous devons chercher à l'être de moins en moins pour ressembler à Christ. Si nous avons de l'amour pour Dieu, nous nous éloignerons des maux cités ci-dessus. Si nous ne l'aimons pas, nous ne pourrons accéder à la vie éternelle à Ses côtés et nous ne pourrons pas nous débarrasser de tout cela.
La Bible dit bien que c'est la façon dont les gens se comportent qui leur amène le malheur. Par exemple, l'homosexualité : C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions avilissantes : car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement (Rm 1.26-27).
"Dieu les a livré" veut dire "Dieu les a laissé faire", Dieu a permis que leur nature pécheresse soit totalement "libérée", puisque les hommes eux-mêmes le désiraient. Et Dieu l'a permis car auparavant ces hommes et femmes s'étaient éloignés de Lui.
Ce n'est pas Dieu qui met toutes ces choses (cruauté...) dans le coeur de l'homme, c'est notre propre nature et le péché que Dieu laisse agir quand on ne veut pas que Lui agisse en nous.

Dieu nous donne des signes patents de son existence
On a vu en Romains 1.19 que tout homme a en lui la pensée de Dieu. Tout homme se demande s'il n'y a pas quelque chose "au-dessus de tout ça". La Création est un autre des éléments que Dieu a mis à notre disposition pour se révéler dans toute sa splendeur : En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages (Rm 1.20)
Le pur hasard est une invention de l'homme qui n'est pas le moteur de la formation de tout ce qui nous entoure : C'est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu'on voit n'a pas été fait de choses visibles (He 11.3).
La Bible est aussi un signe de l'existence de Dieu : Toute écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice (2 Tm 3.16).

Chacun a le choix de croire ou non. En faisant le mauvais choix, l'homme se condamne lui-même : Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses oeuvres (Rm 2.5-6).
Mais l'irritation et la colère à ceux qui, par esprit de dispute, sont rebelles à la vérité et obéissent à l'injustice. Tribulations et angoisse sur toute âme d'homme qui fait le mal, sur le Juif comme sur la païen! (Rm 2.8-9).

Croire en Dieu, en son Fils Jésus-Christ et en son oeuvre suffit à nous sauver. Il faut simplement croire à la chose formidable que la Bible affirme, tellement formidable que peut-être vous n'y croyez pas : Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu (Jn 3.17-18).
La seule chose que nous ayons à faire pour être libéré du monde et sauvé, c'est à dire pouvoir enfin communiquer avec notre Père, c'est de prendre pour soi que Jésus-Christ est mort pour nous, afin que le péché meurt en nous, puis est ressuscité afin qu'en même temps nous puissions renaître tout à fait libre, auprès de notre Dieu d'Amour.

Il faut rechercher Dieu afin qu'il se montre à nous. C'est de là aussi que tu chercheras l'Eternel ton Dieu; tu le trouveras, si tu le cherches de tout ton coeur et de toute ton âme (Dt 4.29).
Il faut donc premièrement laisser de côté nos préjugés et partir de la simple phrase : "Si Tu existes, montres-Toi à moi."
Dieu répond : Moi, j'aime ceux qui m'aiment, et ceux qui me cherchent me trouvent. (Pv 8.17).

On ne demande pas d'adhérer à une religion, on invite à une relation personnelle avec Christ. Car c'est de Lui que vient la grâce et
C'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie (Ep 2.8-9).
La Bible dit clairement que ce ne sont pas les "B.A." qui nous sauvent, mais la grâce que l'on ne peut pas gagner par nos propres moyens.

Comment pouvons-nous avoir la certitude que Jésus est vivant ?
Lorsqu'on le cherche par la prière et la lecture de la Bible, que l'on demande qu'il se révèle à nous, il parle à notre coeur, nous avons petit à petit la certitude qu'il est en nous. Selon sa promesse : Quand sera venu le Consolateur que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité qui provient du Père, il rendra témoignage de moi (Jn 15.26).
Il nous envoie le St Esprit et Le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, l'amabilité, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi (Ga 5.22-23).
Qui refuserait d'avoir un caractère contenant toutes ces choses. En ayant accepté Jésus, en ayant fait de la Bible notre livre de vérité, Christ nous donne cet Esprit qui nous aidera a acquérir toutes ces qualités.

On croit en Dieu par la foi, c'est un pas de foi à faire. il est écrit La foi est la ferme assurance des choses qu'on espèrent, la démonstration de celles qu'on ne voit pas (He 11.1).
Avoir la foi c'est être certain que ce en quoi l'on croit est la vérité. Il faut donc croire... et on ne croit que ce qu'on veut. La démarche, le pas à faire est à faire personnellement. Vient un moment dans la recherche de Dieu où l'on se dit qu'Il existe vraiment, et là on fait le pas, à partir de ce moment, par la Foi, on proclame : "oui, je crois".
Mais la foi ne suffit pas Maintenant donc, trois choses demeurent : la foi, l'espérance et l'amour; mais la plus grande c'est l'amour (1 Co 13.13).
La première chose est la foi, mais si on croit que Dieu existe sans l'aimer, cela ne sert à rien, on ne voudra pas l'écouter, rechercher les voies qu'il forme pour nous.

On n'est pas chrétien parce qu'on est faible et qu'on cherche un appui. Quand on subit des moqueries parce que l'on croit, quand on se fait rejeter, insulter, battre même, parce que l'on croit en Jésus, on a plus vite fait de ne pas croire, si l'on prend cette optique là! Au contraire, être chrétien demande un effort quotidien, une maîtrise de soi, une force intérieure implacable face au péché, aux tentations, aux médisances des gens qui nous entourent… Il faut être fort pour suivre Christ et Dieu nous aide à surmonter nos faiblesses.
Dieu dit : Ma grâce te suffit car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse (2 Co 12.9).
Paul écrit aussi : Je n'ai pas honte de l'Evangile car c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit (Rm 1.16).

Tout est possible par la foi.
Jésus dit : tout est possible à celui qui croit (Mc 9.23).
Par la prière tout est possible. Elle est une puissance que l'on peut et l'on doit utiliser tout au long de notre vie. Tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et cela vous sera accordé (Mc 11.24).

La compréhension des choses. En lisant la Parole de Dieu et en suivant Christ, on comprend énormément de choses qui nous restaient cachées avant car Jésus dit : Moi, la lumière, je suis venu dans le monde afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres (Jn 12.46).

Pour suivre Jésus, il faut accepter de nous voir comme étant loin de Lui, dans le péché. Cela nous amène à la repentance, essentielle pour que Dieu puisse se montrer personnellement à nous.
Penses-tu, toi qui juges ceux qui agissent mal envers l'amour de Dieu tout en faisant de même, que tu échapperas à Son jugement ? Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance? (Rm 2.3).


Un professeur ne met pas de mauvaises notes pour le plaisir mais parce que le travail n'en mérite pas une bonne, de même Dieu ne punit pas pour son bon plaisir mais parce qu'il est juste, il récompense ceux qui le suivent et pas ceux qui le fuient : Revenez à l'Eternel, votre Dieu; car il fait grâce, Il est compatissant, et riche en bienveillance, et il regrette le malheur qu'il envoie (Jl 2.13).
Il veut plutôt faire le bien à tous ceux qui s'approchent de Lui : Qui est un Dieu semblable à toi ? Qui pardonne les fautes et oubli les péchés, qui ne garde pas sa colère à toujours car il prend plaisir à la bienveillance (Mi 7.18).

Mais comment s'approcher de Lui sans croire qu'il existe? Ce n'est pas possible car si l'on ne croit pas en son existence, si on ne le cherche pas, il ne peut pas se dévoiler. Or, sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu; celui qui s'approche de Dieu doit croire qu'il existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent (He 11.6).

Conclusion

Dieu a mis en l'homme la pensée qu'Il existe, mais l'homme a préféré s'éloigner de lui et l'oublier. Il a subi les conséquences de son choix : tous les vices et malheurs qu'il se fait à lui-même par ses comportements et ce qu'ils entraînent inéluctablement.
Dieu nous montre de diverses façons qu'Il existe, c'est à chacun de faire le choix de le suivre. Un mauvais choix nous condamne alors qu'accepter Jésus nous libère.
Etre chrétien n'est pas une faiblesse mais la foi est une force.

Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.
A peine accepterait-on de mourir pour un juste; quelqu'un peut-être aurait le courage de mourir pour un homme bon ?
Mais en ceci Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.
Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie.
Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation.
(Rm 5.6-11).

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères