Sommes-nous l'image de Dieu ?

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Théologie
Source : Construire Ensemble   
Publié sur Lueur le
Partager

Avant la Création

Pour comprendre cette idée de l'Ecriture, il nous faut remonter à la volonté de Dieu d'avant la création 1. Par avance, il nous avait destinés à être semblables à l'image de son Fils. Cela faisait partie de l'objectif de Dieu à notre égard.

Or, nous apprenons que l'être humain, lorsqu'il accepte ("reçoit" dit Jn 1.11) le sacrifice et la souveraineté de Jésus de Nazareth, quitte la vieille nature humaine et revêt une nature nouvelle. C'est une réalité complexe qui se propage sur plusieurs plans : nous sommes déclarés justes par le Père et nous entrons dans un style de vie nouveau avec la capacité de vivre selon l'Esprit. La personne qui est ainsi renouvelée (c'est la nouvelle naissance) entre à partir de ce moment dans un processus de renouvellement qui va dans le sens d'une restauration de l'image de son Créateur (Col 3.9) en elle. Cela signifie que l'image de notre Créateur a été "brouillée" en nous et qu'elle a besoin d'une restauration en vue de permettre la relation avec Dieu.

Une rupture

Et c'est vrai que nous avions à l'origine été créés pour être l'image et la ressemblance de Dieu (Gn 1.26). C'est la désobéissance humaine qui a provoqué la chute par laquelle l'alliance de Dieu avec sa créature a été rompue (Gn 3). Dès lors, l'image de Dieu en nous était loin d'être aussi claire qu'au commencement. Sans qu'elle soit totalement effacée cependant, elle était affectée par la séparation d'avec Dieu.

L'être humain a été créé selon l'image et la ressemblance de Dieu, ce qui signifie qu'il correspond, qu'il fait référence à quelqu'un d'autre à qui il ressemble. Pour mieux comprendre cette idée, considérons l'usage fait par l'Ancien Testament du mot "image"2. Il désigne aussi des idoles païennes (Am 5.26, 2 Ch 23.17) ou encore des tumeurs, des souris (1 Sam 6.5). Donc, dans la pensée de l'Ancien Testament, l'image est une représentation qui fait référence à quelque chose qui existe ou que l'on voudrait faire exister (les dieux). L'être humain est une créature qui fait référence au Dieu créateur. Dans la pensée de Dieu, lorsque l'on considère l'être humain, on sait quelque chose de son origine3, exactement comme les fabricants d'idoles pensaient que le bois ou la pierre conduisaient vers la divinité représentée.

Ressemblance physique ?

Mais il nous faut déterminer en quoi consiste cette ressemblance à Dieu. La question qui jaillit spontanément chez celui qui découvre ce concept dans la Bible est "S'agit-il, à tout le moins, de ressemblance physique ? " Une lecture plus approfondie de l'Ecriture amène à la compréhension de l'étendue de la création. L'univers tout entier est création de Dieu, à partir du néant. L'univers dans sa totalité est "la fabrication" de Dieu. Dieu ne réside pas dans l'univers qu'il a créé, il est en dehors de tout concept d'espace, de temps et de matière. Ces réalités sont toutes des créations de Dieu. Dieu ne résidait pas dans l'espace avant la création, et ainsi de suite.

L'être humain existe, de par la volonté de Dieu, à l'intérieur de ces limites d'espace de temps et de matière4. Dieu, en son être, dépasse radicalement toute notion de temps, de matière et d'espace et donc d'apparence. Tout cela, c'est sa création et il n'est soumis à aucune de ces réalités. La ressemblance se trouve donc ailleurs que dans une similitude physique ou visuelle.

Tel père, tel fils (et telle fille)

C'est dans notre être moral et spirituel que nous portons la ressemblance de Dieu. C'est ce que notre destinée finale nous enseigne. A cause de Christ, l'être humain sera adopté par Dieu parce qu'il est à son image, et il vivra dans la compagnie permanente de Dieu. Dieu accomplira ainsi pleinement son désir de paternité aimante (Ap 21.1-4). L'être humain est adopté et fait partie de la famille de Dieu parce qu'il est moralement et spirituellement à son image. L'adoption ne fonctionne qu'avec les semblables.

Il est remarquable que cette image que nous portons nous place dans une situation très particulière de responsabilité dans le monde (cf. Rm 8.18-22). Fondamentalement, l'homme et la femme sont de peu inférieurs à Dieu qui leur a confié la gérance de la création et en cela les a couronnés de gloire et d'honneur (Ps 8.5-9). Même l'infériorité humaine par rapport aux anges n'est que temporaire (He 2.7), puisque ceux-ci ne sont pas destinés à l'adoption.

L'image parfaite de Dieu sur la Terre

Après la chute, Dieu voulait rétablir son image en la race humaine. Il a donc envoyé celui qui est parfaitement l'image de Dieu. Jésus de Nazareth, et lui seul, est d'une façon totale "l'image de Dieu" (Col 1.15). C'est ainsi qu'il est le seul à être capable de révéler complètement le Père parce que lui seul vient du Père et porte ainsi son image parfaite, l'expression de son être (He 1.3).

Ainsi, en considérant Christ dans l'Ecriture, nous connaissons le Père. Comme Christ aimait, le Père aime, comme Christ était rempli de compassion, le Père est rempli de compassion, comme Christ pardonnait, le Père pardonne, ce que Christ enseignait, le Père nous l'enseigne, etc.

Dieu en l'homme

Dans son incarnation, Christ s'est fait humain comme nous. Il s'est fait semblable en toutes choses à ses frères5. Cependant, nous ne pouvons connaître Christ et donc connaître Dieu en partant de l'être humain. La loi de l'image ne fonctionne pas dans ce sens. Nous ne pouvons partir de nous pour connaître Dieu. On ne peut comparer Dieu à rien qui soit de sa création : c'est une démarche qui échoue (Es 40.18). On ne peut donc en rien "découvrir Dieu" au plus profond de nous.

Vers qui se tourner ?

Puisque l'être humain porte encore une part de l'image de Dieu en lui, il a la capacité de se tourner vers Jésus de Nazareth, accepter sa personne et son projet, pour naître de nouveau (Tt 3.5-6). Nous entrons alors dans un processus d'apprentissage de la volonté de Dieu, de la connaissance de Dieu qui fait que nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l'éclat ne cesse de grandir (2 Co 3.18). Ceci signifie que, au cours de cet apprentissage, au contact de Christ, de sa Parole, de son Saint-Esprit et de son Eglise, notre nature humaine, encore marquée par la chute, se transforme progressivement. Nous ressemblons progressivement et de plus en plus, à Christ.

L'image de Dieu a été restaurée en nous par la nouvelle naissance, cette oeuvre dynamique se poursuit au sein de notre comportement. En ressemblant de plus en plus au Dieu trois fois saint, nous sommes engagés dans un processus de sanctification. C'est ainsi que nous entrons dans le style de vie gratifiant voulu par le Père, marqué par la paix et la joie (Rm 15.13), par notre volonté d'être et de vivre comme ses enfants qui sont à son image et à sa ressemblance.


1 En étant conscients du paradoxe de "l'avant" de la création, alors que le temps n'avait pas encore été créé. 2 Hébr. tsèlèm 3 Sans que cela soit un moyen de connaître Dieu (voir après). 4 Bien entendu, nous soulevons des questions qui ne peuvent être traitées dans le cadre de cet article. 5 Sans être marqué par le péché.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères