De l'Islam à Jésus : la source de la force

Auteur :
Type : Témoignage
Thème : Rencontrer Dieu
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Témoignage de Khadija (Femme – France)

Je m'appelle Khadija, j'ai 41 ans et deux enfants de 17 et 12 ans. Je suis née et j'ai grandi en Algérie (Kabylie), de tradition musulmane "faire le ramadan, égorger le mouton...", mais je n'ai jamais vu mes parents prier ; la prière était réservée aux vieux. Il faut savoir qu'elle est récitée uniquement en arabe. Or, ma langue maternelle est le kabyle. J'étais bien entourée de ma famille.

À 22 ans, j'ai rencontré mon futur mari. Nous nous sommes fiancés. Alors que nous n'étions encore que fiancés, je suis tombée enceinte. Ni le respect, ni la crainte que j'avais envers mes parents, ni la religion musulmane malgré la peur que j'éprouvais envers Allah, ne m'ont empêchée de "tomber". La seule personne que j'ai pu mettre au courant de ma grossesse était ma mère. Elle a été très secouée et déçue de mon comportement ; elle a décidé de garder secrète ma grossesse jusqu'au mariage. Je me culpabilisais énormément, suite à la peine que j'ai fait subir à mes parents. À partir de là, il me fallait vivre avec cette culpabilité. Après le mariage, ma relation avec mon mari s'est détériorée, car il s'éloignait de plus en plus de nous. Il s'accrochait à la drogue, ce qui me rendait malheureuse. Toutes ces épreuves étaient lourdes à porter, mon seul réconfort était mes enfants. La culpabilité et la situation familiale que je vivais m'ont conduite à une dépression.

J'ai accepté mon sort, c'est-à-dire ma souffrance, car pour moi c'était la punition que je méritais pour avoir fait souffrir mes parents. La question qui me revenait souvent à l'esprit était celle-ci : "pourquoi Dieu est si dur envers moi ?"

Je regrettais la peine que j'avais causée à mes parents, mais il fallait que cela s'arrête. J'ai enfin pris la décision d'entamer une procédure de divorce, ce qui a une fois de plus provoqué des réactions négatives au sein de ma famille. La séparation de corps a été prononcée en 2001 et j'ai donc emménagé dans un nouvel appartement avec mes enfants. Début 2004, j'ai fait la connaissance d'une personne qui m'a parlé de Jésus. J'ai d'abord été réticente et lui ai dit que moi, maghrébine, je suis automatiquement musulmane ; j'ai une religion, je la garde. Jésus est réservé aux français.

Il m'a répondu ceci avec un sourire : "nul n'a le pouvoir de te faire changer de religion ; il n'y a que Dieu qui en est capable". Le nom de Dieu m'a rassurée ; je lui ai dit que moi aussi je crois en Dieu, le créateur de cette terre. Il m'a invitée à plusieurs reprises à venir au culte. La première fois que je suis allée dans cette église, cette plaque accrochée au mur m'a interpellée : "Dieu est amour". Ensuite, les louanges m'ont beaucoup touchée, ainsi que l'étude de la Parole de Dieu par l'intermédiaire du pasteur. J'avais ce sentiment qu'il s'adressait particulièrement à moi.

Avec l'aide du pasteur, j'ai commencé à faire des études bibliques pour faire la comparaison entre la Bible et le coran. Le pasteur m'a fait connaître Jésus "Aïssa" à travers le coran. Voilà ce que le coran dit de Jésus : "c'est le fils de Marie, il a vécu 33 ans sans connaître le péché" et le verset 55 sourate 3 : "Jésus, certes, je vais mettre fin à ta vie terrestre et t'élever vers moi, te débarrasser de ceux qui n'ont pas cru et mettre jusqu'au jour de la résurrection ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne te croient pas". C'est ce verset du coran qui m'a convaincue, ainsi que celui de Jean 14.6 dans la Bible où Jésus dit : je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi.

Le remède que j'ai tant cherché, je l'ai trouvé aussi dans ce verset de la Bible : j'ai effacé tes crimes comme un nuage et tes péchés comme une nuée. Reviens à moi, car je t'ai racheté (Es 44.22). Je me suis toujours dit : "si seulement je peux tout effacer et recommencer !" Jésus m'a donné cette solution ; oui, Lui seul a payé le prix fort pour moi et pour vous.

Le vendredi 2 juillet 2004, lors d'une réunion de prière à l'église, j'ai senti ce besoin de demander l'aide au Tout-Puissant et ce soir-là, seule dans ma chambre, j'ai demandé à Jésus de venir demeurer en moi, en étant mon Sauveur et mon Seigneur. J'ai pleuré des heures, et à chaque fois que je demandais pardon à Dieu pour un péché que j'ai commis, Il m'en montrait un autre. Je me suis sentie vide, oui, vidée de larmes mais remplie d'amour et de paix. Ma souffrance, ma peine, Jésus les a transformées en paix.

Aujourd'hui encore je passe par des épreuves à cause de ma foi, mais je ne suis plus seule. Dieu est avec moi et c'est en Lui que je puise mes forces.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères