Oui, je le suis !

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Divers
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager
Je t'ai fait connaître mon péché, je n'ai pas couvert ma faute, et toi, tu as enlevé la faute de mon péché. (Ps 32.5)

L'homme qui refuse de se voir loin de Dieu, comme pêcheur face à la glorieuse sainteté de l'Eternel, est tel une personne qui voudrait marcher sur une corde raide pour la première fois en se voilant les yeux. Il est obligatoire qu'il tombe et se fasse mal.

Romains 3.13 nous dit que tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. Et Romains 14.23 explique que tout ce qui ne résulte pas de la foi est péché.

La nature humaine est indéniablement pécheresse. C'est pourquoi le Malin parvient à nous faire tomber dans le péché sans que nous ne nous en rendions compte.

La seule façon de sortir de cette mer de mêlasse où le péché nous enlise comme des sables mouvants, c'est d'accepter de nous voir comme étant pécheur. Le verset d'introduction montre que si nous confessons nos péché à Dieu, de façon précise ( " mon péché..., cette faute " ) et pleine de repentance, Dieu dans son grand amour, l'efface.

Dieu enlève la faute de mon péché veut dire que les conséquences du péché restent dans notre vie actuelle car il a été réel et la portée de nos actes n'est pas annulée sur Terre, mais que puisque nous lui avons demandé de nous pardonner, Lui l'a oublié, dans le ciel.

Ainsi lavés de nos péchés, nous pouvons avancer dans le chemin de la vérité et de la sanctification. Sinon nos péchés restent comme autant d'obstacles à notre communion avec Dieu et nous stagnons. Alors qu'attendons-nous pour nous mettre à genou et nous repentir de nos faiblesses ? Car Dieu pardonne toujours à celui qui se repent.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères