Nous en sommes témoins

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Témoigner
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Actes au chapitre 1 : l'apôtre Pierre, entre l'Ascension et la Pentecôte prend la parole au milieu des fidèles de Jésus qui l'environnent, et voici en particulier ce qu'il dit :

"20 Or, il est écrit dans le livre des Psaumes : Que sa demeure devienne déserte, et que personne ne l'habite ! Et : Qu'un autre prenne sa charge ! 21 Il faut donc que, parmi ceux qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu avec nous, 22 depuis le baptême de Jean jusqu'au jour où il a été enlevé du milieu de nous, il y en ait un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection. ".

Vous savez que Judas s'était pendu, qu'il n'y avait plus que onze apôtres, et dans la pensée de Pierre il en fallait un douzième, donc un remplaçant. C'est ainsi que Mathias a été désigné, ce que nous apprend la fin du chapitre 1. Et nous lisons au chapitre 2 des Actes aux verset 22 et 23; Pierre s'adresse à la foule au jour de la Pentecôte :

" 22 Hommes Israélites, écoutez ces paroles ! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges et les signes qu'il a opérés par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes; 23 cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié, vous l'avez fait mourir par la main des impies. 24 Dieu l'a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu'il n'était pas possible qu'il fût retenu par elle. ".

Et je lis encore aux versets 29 à 32 :

" 29 Hommes frères, qu'il me soit permis de vous dire librement, au sujet du patriarche David, qu'il est mort, qu'il a été enseveli, et que son sépulcre existe encore aujourd'hui parmi nous. 30 Comme il était prophète, et qu'il savait que Dieu lui avait promis avec serment de faire asseoir un de ses descendants sur son trône, 31 c'est la résurrection du Christ qu'il a prévue et annoncée, en disant qu'il ne serait pas abandonné dans le séjour des morts et que sa chair ne verrait pas la corruption. 32 C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité; nous en sommes tous témoins ".

Je lis encore au chapitre 3 et verset 15 : " 15 Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts; nous en sommes témoins. ".

Et au chapitre 4 :

" 33 Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous. "

Et enfin au chapitre 5 :

" 29 Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. 30 Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois. 31 Dieu l'a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. 32 Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. "

Il est frappant en lisant le début du livre des Actes des apôtres, de découvrir que les apôtres se sont davantage affirmés comme témoins de la résurrection de Jésus que témoins de la mort de notre Seigneur. Nous avons lu, qu'ils rendaient avec beaucoup de force témoignage à la résurrection de notre Sauveur. Il y a tant de gens qui se réclament du christianisme et qui s'en sont arrêtés à la croix. On raconte qu'aux Indes, au temps où les missionnaires défrichaient du point de vue spirituel ce sub-continent, un hindou à qui on avait fait cadeau d'une Bible, avait arboré un brassard noir; c'était le temps où pour marquer le deuil, on mettait à son bras, un tissu noir. Et voilà que le missionnaire aperçoit cet hindou et lui demande s'il a subi un deuil familial; il répond qu'il avait lu les Évangiles et avait lu que Jésus était mort; cela lui donnait beaucoup de tristesse et c'est pourquoi il avait mis un brassard noir. Le missionnaire lui demanda s'il avait lu la suite de l'Évangile et l'hindou lui répondit que non. Sur les conseils du missionnaire, l'hindou est retourné chez lui pour lire la suite de l'Évangile et a découvert que Jésus est vivant; il a alors ôté son brassard. Il y tant de croyants qui en sont encore avec le brassard noir, alors que Jésus est vivant. Nous pouvons parler de la croix comme une victoire, parce que la croix du Seigneur Jésus n'est pas la défaite; il y a un chant qui le dit : " La croix n'est pas la défaite, Christ est ressuscité ! ". Mais comment savons nous que la croix n'est pas la défaite ? Par la résurrection de Jésus. La victoire de la résurrection, est la victoire retentissante du Fils de Dieu et la défaite totale de Satan.

On peut essayer de démontrer que Jésus est ressuscité et il y a, par exemple, dans le dernier numéro de Croire et Servir, un article qui démonte les arguments de ceux qui s'élèvent contre la réalité de la résurrection; il y a donc une apologétique, une défense de la foi chrétienne que l'on peut mettre en évidence; mais la meilleure des preuves que Jésus est ressuscité, devrait être apportée par les chrétiens et moi je voudrais dire qu'il y a deux milliards de témoins de la résurrection de Jésus sur cette terre actuellement, puisque l'on dit qu'il y a deux milliards de chrétiens sur terre qui se réclament du christianisme. Ah! si tous les croyants étaient d'authentiques témoins de la résurrection de notre Seigneur, dans la puissance du Saint-Esprit, les choses changeraient ici-bas; et le Seigneur le désire. La meilleure des preuves que Jésus est ressuscité doit être la vie des croyants qui ont été sauvés par grâce, qui ont été rachetés par le sang de notre Seigneur Jésus. L'apôtre Paul parle de la résurrection dans un texte magnifique en 1Co chapitre 15; il va citer des témoins de la résurrection; nous pouvons jeter un regard sur ce passage aux versets 1 à 9 :

" 1 Je vous rappelle, frères, l'Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, 2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain. 3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; 4 qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures; 5 et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze. 6 Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. 7 Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. 8 Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton; 9 car je suis le moindre des apôtres."

Après avoir montré au début de la première épître aux Corinthiens, comment Dieu a manifesté sa sagesse par la folie de la croix, maintenant Paul insiste sur la puissance de Dieu qui se manifeste par la victoire qui résulte du fait que Jésus est ressuscité au jour de Pâques. La croix atteste, c'est vrai, que Christ est mort pour nos péchés, donc à cause de nos péchés, mais c'est aussi pour subir la peine que méritait nos péchés. Jésus est mort pour nos péchés, il a été fait péché pour nous-mêmes, ira jusqu'à dire Paul; il a porté notre condamnation, il s'est substitué à nous, il a pris notre place. Mais la croix, si elle est le signe de l'amour de Dieu, de sa justice, du pardon qu'il nous accorde, du fait que Christ a payé pour nous notre rançon, la croix est suivie du miracle de Pâques. Pour nous, prêchons la croix, mais pas seulement la croix. J'ai été un peu humilié, il y a des années lorsque j'étais Pasteur à Niort; nous avions dans nos réunions des personnes qui venaient quelquefois de la campagne et j'ai parlé de la croix; et à la sortie, une dame âgée m'a serré la main et a secoué la tête d'un air un peu désolé en disant : " Pauvre défunt Bon Dieu! " C'était sa façon à elle de dire que Jésus était mort et qu'il était bien à plaindre. J'étais un peu humilié, car je n'avais peut-être pas assez souligné le fait que Jésus était ressuscité. Par la suite j'ai pris la précaution de bien l'affirmer; il faut aussi que nous ne parlions pas seulement de la croix mais de la puissance de la résurrection; et toute évangélisation profonde ne se fera pas sans qu'on parle de la croix, mais ne se fera pas , non plus, sans que l'on parle de la résurrection de notre Seigneur Jésus. Et pour cela, le Seigneur a besoin de témoins, et ces témoins, c'est vous et moi. Chacun d'entre-nous pour notre part.

Ce qui plaide en faveur de l'authenticité de la résurrection de Jésus, c'est que les disciples, en dépit de ce que Jésus leur avait annoncé plusieurs fois, doutaient encore. Ils ne s'attendaient aucunement à ce que Jésus leur apparaisse ressuscité; pas du tout. Et on peut voir cet étonnement quand Jésus leur apparaît dans la chambre haute, quand Jésus apparaît à Thomas, qui lui avait douté et ne s'était pas caché pour le dire. Témoins de sa résurrection. Pendant quarante jours, Jésus s'est entretenu avec ses disciples en leur apparaissant à diverses occasions, au moins onze. Et Jésus avait dit : " Vous recevrez une puissance survenant sur vous et vous serez mes témoins " Témoins du Christ mais lorsque le Christ leur parle à cette période, c'est le Christ ressuscité; vous serez témoins du Ressuscité, de moi le Ressuscité. Nos avons donc à être les témoins du Christ ressuscité. Quand les Témoins de Jéhovah affirment qu'ils sont témoins de Jéhovah (façon inexacte de signifier YHWH), nous leur disons : " Vous retardez " Le Seigneur avait des témoins : c'était le peuple d'Israël, témoins de YHWH; mais nous, nous avons à être témoins du Christ vivant et ressuscité. Et vous le savez, la résurrection de Notre Seigneur est suivie de son élévation dans la gloire. Et lorsque les disciples prient, ils prient dans la joie de ce que Jésus est ressuscité.

La décision qui a été prise par les apôtres, de désigner un remplaçant à Judas, n'est pas des plus heureuses. Notons cependant les deux conditions qu'avait fixées Pierre : Que ce soit d'abord quelqu'un qui ait accompagné Jésus depuis le baptême de Jean-Baptiste, jusqu'au moment où Jésus a été enlevé au ciel; et puis qu'il ait été témoin de la résurrection de Jésus. Cela était une condition ferme. Mathias a été désigné par élection; mais qu'est devenu Mathias? Nul ne le sait. Il n'est plus question de lui dans le Nouveau testament. Était-il pertinent que Pierre fasse procéder à cette élection? On peut se poser la question; en tout cas, ce que l'on sait, c'est que après la Pentecôte, la désignation des serviteurs de Dieu se fera d'une toute autre façon; ce sera le Saint-Esprit qui appellera, qui désignera, qui apportera confirmation prophétique, etc. Il y a eu sans doute précipitation de Pierre et des dix autres apôtres, car Jésus leur avait dit d'attendre à Jérusalem la promesse du Père. Il est vrai qu'ils ont prié mais faisons attention, sous le couvert de piété on peut dérailler; on peut demander à Dieu sa caution sur nos bévues, sur nos mauvaises façons d'apprécier les choses; et cela n'est pas la bonne prière; ce n'est pas la prière qui glorifie Dieu. Que notre prière ne soit pas une mise en demeure adressée à Dieu pour lui dire : " Seigneur, sanctionne cette initiative que j'ai prise et malgré la gaffe que j'ai faite ".

Ne soyons pas comme ce petit écolier qui priait le soir en présence de ses parents en disant : " Seigneur, permet que Berlin soit la capitale de l'Angleterre! ". Devant l'étonnement de ses parents, il répondit : " C'est parce que dans ma composition, j'ai dit que Berlin était la capitale de l'Angleterre et je me suis aperçu que c'était Londres, alors je demande au seigneur que Berlin devienne la capitale de l'Angleterre ! ". Cela nous fait sourire, mais n'y a-t-il pas autant de croyants qui prient pour dire : " Seigneur, cautionne un peu l'erreur, la gaffe ou la bêtise que j'ai faite ". Là le Seigneur n'est pas d'accord; c'est à nous à nous plier à la volonté de Dieu et non pas de mettre le Seigneur devant le fait accompli. Du reste, le Saint Esprit va bientôt montrer qu'il y a un autre apôtre que Dieu avait mis à part pour annoncer l'Évangile; ce sera Saul de Tarse, l'apôtre Paul. Celui-là, il en sera question dans les Actes des apôtres : il tient une place primordiale dans le Nouveau Testament de par les épîtres fondamentales qu'il a écrites. Mais que d'épreuves seraient épargnées si nous, nous attendions les directives du Saint-Esprit au lieu de dire comme l'avait dit Pierre : " Il faut qu'il y ait un remplaçant à Judas ".

Pour notre part, nous sommes appelés à être témoins de la résurrection de notre Seigneur. Le témoignage rendu à la résurrection est d'abord la résultante immédiate du fait que Jésus est ressuscité, bien entendu, mais aussi de la Pentecôte. La foi qui est sublimée--si je puis m'exprimer ainsi--en Christ vivant dans la prédication des apôtres. Cette prédication, nous l'avons soulignée tout à l'heure, au chapitre 2 versets 23,24 des Actes, parlant de Jésus, Pierre avait dit

" 23 cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié, vous l'avez fait mourir par la main des impies. 24 Dieu l'a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu'il n'était pas possible qu'il fût retenu par elle. ". Et au verset 32 : " 32 C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité; nous en sommes tous témoins. ". Et au chapitre 3 : " 13 Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, que vous avez livré et renié devant Pilate, qui était d'avis qu'on le relâchât. 14 Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu'on vous accordât la grâce d'un meurtrier.15 Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts; nous en sommes témoins. "

Amen ! Et puis c'est par la foi en ce Christ ressuscité que le mendiant de la Belle porte a été guéri. Ce qui mécontente les chefs religieux au chapitre 4 :

" 1 Tandis que Pierre et Jean parlaient au peuple, survinrent les sacrificateurs, le commandant du temple, et les sadducéens, 2 mécontents de ce qu'ils enseignaient le peuple, et annonçaient en la personne de Jésus la résurrection des morts. "

C'est donc bien le témoignage de la résurrection de Christ qui provoque une vive réaction des juifs du Sanhédrin.

Plus tard, chez Corneille, ça va être encore l'annonce de la résurrection de notre Sauveur : " 38 vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable, car Dieu était avec lui. 39 Nous sommes témoins de tout ce qu'il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Ils l'ont tué, en le pendant au bois. 40 Dieu l'a ressuscité le troisième jour, et il a permis qu'il apparût, 41 non à tout le peuple, mais aux témoins choisis d'avance par Dieu, à nous qui avons mangé et bu avec lui, après qu'il fut ressuscité des morts. " (Ac 10).

Le témoignage apporté par les apôtres à la résurrection de Jésus est un témoignage spontané, un témoignage dynamique au sens fort, c'est-à-dire rempli de puissance, c'est une véritable dynamite spirituelle que le fait que Jésus est ressuscité. La mort est vaincue, et c'est quelque chose d'ineffable. Ceux qui transmettent ce message ont été transformés totalement. De lâches qu'ils étaient, pusillanimes au moment de l'arrestation de Jésus, les voilà maintenant courageux, prêts à tout, prêts à se laisser emprisonner ou tuer, parce qu'ils savent que Jésus est ressuscité, il affirment cela comme un témoignage de gens convaincus et convaincants par la puissance du Saint-Esprit. C'est vrai que ceux à qui ils annoncent l'Évangile ne se convertissent pas tous, mais il faut dire qu'il y a à cette époque toute proche de la vie terrestre de Jésus, une croissance spectaculaire de l'Église, au fur et à mesure que ceux qui ont à transmettre le message de la résurrection vivent et prêchent et vivent en témoins de la résurrection. Et ces témoins de la résurrection amènent bien des gens à la conversion et la Parole de Dieu est appuyée par des miracles, des guérisons, par des prodiges--le Seigneur Lui agit--. Des Églises sont fondées qui rayonnent autour d'elles et la Parole de Dieu s'étend.

Cependant, rappelons-nous que Jésus ressuscité, lorsqu'il apparaît à Thomas, lui dit entre autres, cette parole qui est la dernière des béatitudes que Jésus ait prononcée avant de monter au ciel : " Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru "; et nous sommes de ceux-là: nous n'avons pas vu de nos yeux le Christ ressuscité, mais nous avons cru et en tant que tels nous avons nous aussi à être des témoins de la résurrection. Si nous sommes passés par la repentance, si nous nous sommes convertis, si nous sommes nés de nouveau, alors nous avons à annoncer la résurrection comme nous-mêmes nous l'avons vécu. Lisez avec moi Col 2.12 qui s'adresse à des chrétiens : " 12 ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts. ". Nous avons à attester que Christ est ressuscité mais nous avons à attester que nous aussi, nous sommes ressuscités avec Christ et par lui, et le baptême en est la démonstration--le Baptême selon la Parole--.
Les gens qui nous entourent, maintenant, doivent voir et entendre et constater que nous sommes témoins de la résurrection de Jésus. Et pour évangéliser dans la puissance du Saint-Esprit, il nous faut de nouveau, et peut être plus que jamais insister sur la résurrection du Christ; il est vrai qu'il y a une ignorance terrible à l'heure actuelle, concernant la crucifixion même de Jésus. Je citais cette parole d'une dame professeur agrégée qui est préposée au Louvre, pour accueillir les visites scolaires; elle disait que bien souvent, il y avait des enfants qui posaient la question disant : " qui c'est ce monsieur qui est là sur la croix ? ". Une ignorance terrible, qui nous amène à souligner qu'il faut parler de la croix; mais il ne faut pas que nous en restions là: il nous faut déclarer avec force, avec joie, avec enthousiasme que le Seigneur qui a été crucifié est aussi ressuscité. Les lectures que nous avons faites établissent très puissamment que les apôtres n'en sont pas restés au message de la croix; il ont "éclaté" en affirmations glorieuses : Christ est ressuscité !.

Ce n'est pas, non plus, notre débordement d'enthousiasme qui va amener les gens vers la conversion; c'est le fait que pour nous, la résurrection est une réalité à laquelle nous croyons, qui a transformé notre vie, maintenant nous ne sommes plus les mêmes. Lorsque nous étions à Niort, un homme qui était un ivrogne invétéré a été délivré par la puissance du Saint-Esprit et quelques jours après, on a vu une dame arriver dans nos réunions; elle nous a dit qu'elle était venue car elle connaissait bien l'ancien alcoolique, et elle l'a vu transformé; elle lui a demandé ce qui s'était passé et il a parlé de Jésus; c'est pourquoi elle est venue à la réunion. Voilà un témoin de la résurrection : cet homme ne savait ni lire ni écrire, mais c'était une nouvelle créature, quelqu'un qui avait été ressuscité par le Seigneur. Je cite ce cas, mais vous connaissez des témoignages semblables. Dans la mesure où nous nous vivons dans la puissance du Saint-Esprit, et où nous vivons dans la sainteté qui sied aux disciples de Jésus-Christ, les gens vont être mis au contact de celui qui est le Sauveur cloué sur la croix, mais ressuscité.

Témoins de sa résurrection, voilà notre programme. Témoins de Christ mais aussi témoins de sa résurrection. Et je pose une question en terminant, c'est à chacun de donner la réponse: et si nous, chrétiens, n'accomplissons pas ce témoignage à la résurrection du Seigneur, qui l'accomplira ? Si nous, croyants, qui avons cru au Christ mort et ressuscité pour nous, nous ne rendons pas avec puissance un témoignage à la résurrection du Seigneur, qui apportera ce témoignage à ce monde?

Amen!

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères