Réflexions sur la sexualité pour les jeunes

6. Aimer différemment

Auteur :
Type : Dossier
Thème : La sexualité
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. Réflexions sur la sexualité pour les jeunes
  2. Sexualité des jeunes : Introduction
  3. On a toute sa vie de mariage pour « pratiquer » sa sexualité
  4. Se fréquenter pour se connaître
  5. Etre le maître de sa sexualité
  6. Aimer différemment
  7. Unir la sexualité à l'amour
  8. Mon corps est pour le Seigneur
  9. Fiancés : attendre jusqu'au mariage
  10. Sexualité des jeunes : Conclusion

Je ne peux pas aimer tout le monde de la même façon.

Le don de mon corps, qui est aussi don de mon être tout entier, est un signe, une preuve d'amour. C'est un cadeau que je ne peux donner qu'à une personne, car je ne peux pas aimer tout le monde de la même façon.

L'expression « devenir une seule chair », qui revient si souvent dans la Bible, n'est utilisée que dans le contexte du mariage (Gn 2.24, Mt 19.5-6, Mc 10.8, Ep 5.31); sauf dans 1 Cor. 6 où il est démontré que, hors mariage, cette union intime est tout simplement absurde. « Ne savez-vous pas qu'un homme qui s'unit à une prostituée devient avec elle un seul corps? » (1 Co 6.16). Les comparaisons et les relations très audacieuses que Paul fait dans ce chapitre, n'ont qu'un objectif : nous démontrer qu'une relation sexuelle consentie à la légère, est un non-sens. Nous ne pouvons l'envisager avec légèreté.
L'acte sexuel n'est pas un produit de consommation que l'on peut « utiliser » de façon neutre, impunément. Au travers de la rencontre sexuelle, j'abandonne à mon partenaire 1a valeur et la profondeur infinie de mon être; je me livre et je me donne complètement à lui et c'est cet abandon qui est formateur du couple. Ce don mutuel et exclusif ne peut être vécu que dans le cadre d'une promesse de durée et de fidélité.

L'expérience sexuelle constitue donc un secret qui lie l'homme et la femme qui s'abandonnent ainsi l'un à l'autre... Je ne suis pas appelé à connaître si intensément des hommes ou des femmes, ou encore l'homme ou la femme, mais cet homme-ci, cette femme-là et rien que celui-ci et rien que celle-là. Je suis désormais pour toi, tu es désormais pour moi, tout entier, sans partage et je suis seul maintenant à connaître cette image de toi. Là est notre secret.

Si en tant que garçon, je considère le don de mon corps comme exclusif que je ne peux donc donner qu'à UNE personne alors, c'est la garantie pour vous, chères soeurs, que vous serez considérées comme des personnes et non comme des « expériences » ou des objets de consommation.
Si en tant que fille, je considère le don de mon corps comme exclusif que je ne peux donc donner qu'à UNE personne, alors c'est la garantie pour vous, chers frères, que vous serez considérés comme des personnes et non comme des « expériences » ou des objets de consommation.

Beaucoup de jeunes gens attendent de leur futur conjoint ce qu'ils ne sont pas en mesure d'offrir eux-mêmes. Par exemple, on espère épouser une personne qui n'aura pas gaspillé sa sexualité dans des expériences sans lendemain, alors qu'on est, soi même, beaucoup plus conciliant et indulgent à l'égard de sa propre sexualité.
Il n'y a pas, comme le dit la vieille chanson, « les filles que l'on aime et celles avec qui l'on dort » et « celles que l'on aurait pu aimer et un jour ... la femme qu'on attendait ». Par estime pour toi et pour l'autre, tu dois refuser d'être ainsi consommé.
Il faut dire non à l'acte d'amour que l'on pratique comme des gens qui fument une cigarette. Le temps de la fumer et le mégot est jeté. Nous disons à chacun : prenez garde de ne pas être le mégot. De ne jamais faire de l'autre un mégot.
La discipline et la cohérence sont bonnes dans ce domaine.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères