Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Réflexions sur la sexualité pour les jeunes
2. Sexualité des jeunes : Introduction

Auteur :
Type : Dossier
Thème : La sexualité
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. Réflexions sur la sexualité pour les jeunes
  2. Sexualité des jeunes : Introduction
  3. On a toute sa vie de mariage pour « pratiquer » sa sexualité
  4. Se fréquenter pour se connaître
  5. Etre le maître de sa sexualité
  6. Aimer différemment
  7. Unir la sexualité à l'amour
  8. Mon corps est pour le Seigneur
  9. Fiancés : attendre jusqu'au mariage
  10. Sexualité des jeunes : Conclusion

L'union sexuelle de l'homme et de la femme a été préparée par Dieu dès la création, voulue par Dieu pour le bien de ses créatures.

L'institution conjugale le mariage constitue le seul lieu, ou le seul état ,dans lequel l'union est un bien, où Dieu l'approuve et la permet (et dans ce cadre, il l'ordonne!).
Que l'union sexuelle soit la réalité proche du mariage, un fait suffit à le montrer : « ils seront une seule chair » désigne au sens étroit l'accouplement (1 Co 6.17) alors qu'au sens large, c'est la formule même du mariage.

L'élément exclusif de ces affirmations heurte de front les nouvelles morales de notre temps. Parlons sans détour : la Bible classe sous la rubrique « porneia » le terme le plus général pour le sexe illicite, non seulement les perversions d'objet et de but (comme dit la sexologie), non seulement l'adultère (l'union extraconjugale, l'un au moins des partenaires étant marié), mais aussi l'union physique de deux célibataires consentants, ainsi que les relations préconjugales.

La loi de Dieu pour Israël était très sévère en cas de fraude sur la virginité (Dt 22.20-21); même sans fraude, il y a faute : une amende est infligée lorsqu'un homme et une jeune fille ont couché ensemble (Dt 22.28-29); c'était déjà le cas de Sichem et de Dina, eux qui s'aimaient passionnément, eux qui voulaient se marier au plus vite (Gn 34); or le récit, sans approuver la violence démesurée de Siméon et Lévi, considère Dina déshonorée (Gn 34.31).

Que ces dispositions divines continuent de régir les fidèles du Nouveau Testament, c'était une évidence : il n'était pas besoin de les répéter. L'histoire de Joseph et Marie le montre : malgré la force légale des fiançailles à la juive, Marie ne « connaissait » pas encore Joseph, au sens sexuel bien entendu (Lc 1.34) et Joseph, en homme de bien qu'il était, se gardait de la prendre avant les noces (Mt 1.18-25). Pour l'apôtre Paul, il est clair qu'une fiancée doit rester, jusqu'au mariage, « vierge pure » (2 Co 11.2).

Si nous admettons que l'union conjugale est le seul lieu où Dieu approuve les relations sexuelles, deux questions, légitimement, vont se poser : pourquoi Dieu a-t-il réservé les rapports sexuels au mariage et comment vivre fidèlement cette ordonnance biblique ?
Les raisons développées ci-dessous ne prétendent pas apporter une réponse exhaustive à ces deux questions. Nous ne les présentons pas non plus comme des vérités « prêtes à porter » que tu n'aurait qu'à endosser. Nous voulons tout au plus proposer quelques pistes de réflexions et t'aider à comprendre le bien fondé de l'ordonnance biblique.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères