Lueur - un éclairage sur la Foi
  Lueur sur Facebook Lueur sur Twitter RSS de Lueur.org RSS de Lueur.org Soutenir Lueur  
  Lueur > Textes > La souffrance dans la Bible  

Lueur va faire peau neuve et augmenter le contenu proposé... soyez partenaire avec nous !

Une vision réaffirmée, évangéliser, édifier : participez au projet de refonte du site !

5631 € (38 %)
15000 €

Avec vous, nous faisons plus pour répandre la Bonne Nouvelle sur Internet ! Participez !

Dossier : La souffrance

4. La souffrance dans la Bible

Texte
Auteur : Dr.
Type de texte : Dossiers
Thème : La souffrance
Source : Aimer & Servir (UEMP), www.lueur.org

Dans le contexte biblique, le seul endroit où il est fait mention de souffrance au sens actuel, c'est-à-dire souffrance physique, est cette femme qui avait souffert entre les mains des médecins (Marc 5/26).

Trois mots sont souvent utilisés pour souffrance : douleur, angoisse et affliction.

Douleur :

  • physique « C'est pour lui seul qu'il éprouve de la douleur en son corps, c'est pour lui seul qu'il ressent de la tristesse dans son âme. » (Job 14:22). « Pourquoi ma souffrance est-elle continuelle ? Pourquoi ma plaie est-elle douloureuse et ne veut elle pas se guérir ? » (Jérémie 15/18).
  • de l'enfantement,
  • mentale ou émotionnelle « les angoisses de mon coeur augmentent » (Psaume 25/17) ; le mot peut être traduit par douleur.

Angoisse : douleur extrême physique ou mentale.

  • « La détresse et l'angoisse m'atteignent. » (Psaume 119/143).
  • « Je parlerai dans l'angoisse de mon coeur » (Job 7/11) (angoisse mentale) fait référence à la peur.
  • peut-être en relation avec le jugement de Dieu. « Tribulation et angoisse sur toute âme qui fait le mal... » (Romains 2/9).

L'affliction dans deux contextes :

  • problèmes nationaux « Tu as vu la détresse de nos pères en Egypte, tu as entendu leurs cris près de la mer des joncs. » (Néhémie 9/9). Correspond à un groupe de personnes : ethnie, nation ou famille, ville.
  • problèmes personnels : « Ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs dont il s'est chargé. » (Esâie 53/4).

La souffrance dans le domaine médical

Lorsqu'on souffre physiquement, la douleur comprend le souvenir de la douleur passée, le ressenti dans le présent et la peur pour le futur. La douleur est une sensation subjective ; quelqu'un qui s'occupe de personnes originaires du bassin méditerranéen sait qu'elles expriment violemment leur souffrance alors que des personnes d'origine nordique sont d'apparence plus stoïques.

La douleur exprimée physiquement est parfois la somatisation d'un ensemble de souffrances ; quand, par exemple, on est angoissé, c'est difficile de le dire ainsi, alors qu'il sera plus facile de dire « j'ai mal à l'estomac » ; on exprimera ainsi au niveau du corps l'angoisse intérieure, d'origine émotionnelle, de culpabilité voire spirituelle ou relationnelle. Il existe une limite à la capacité de la souffrance car, lorsqu'elle est trop intense, on s'évanouit.

La souffrance psychique a aussi différents degrés. Comme cause de cette dernière, des facteurs actuels sont en augmentation, en particulier le dysfonctionnement familial (familles monoparentales ou reconstituées en sont les témoins) qui a des conséquences sur la société aujourd'hui, mais en aura aussi sur les générations à venir. Le dysfonctionnement entraîne du rejet, des problèmes d'identité, de la colère, de la culpabilité, etc.

La souffrance spirituelle chez l'être humain est due à sa séparation d'avec Dieu. Elle existe chez l'homme qui ne connaît pas Dieu. « Le vide dans le coeur en forme de Dieu. » Pour le chrétien aussi, existe une tension entre ce que l'on est et ce que l'on devrait être.

Il peut y avoir des relations pathologiques avec la souffrance ; elle peut devenir la carte d'identité d'une personne.

L'origine biblique de la souffrance

Au commencement dieu créa l'univers, et l'homme. Il le créa intelligent, avec un libre choix, lui donna le mandat de dominer sur la création, lui donna aussi sa justice, sa sainteté ; en fait l'homme est un reflet de la gloire de Dieu.

Dieu créa l'homme avec une volonté libre ; il a une capacité de choix : c'est à la fois la réalité la plus grandiose, et celle qui a suscité le plus de problèmes ; car en donnant cette liberté, Dieu donnait au mal et à la mort la possibilité d'entrer dans la création. Pourquoi ? Parce que l'homme a eu à ce moment-là la possibilité de choisir soit la voie de Dieu, soit celle de l'ennemi. Dans le jardin d'Eden, Satan a tenté Eve en insinuant « Dieu a-t-il réellement dit ? » Le doute s'est alors installé dans le coeur d'Eve à propos de ce que Dieu avait dit, ce qui l'a conduite à la désobéissance et c'est par cette désobéissance que le mal est entré dans la création. La souffrance est liée à l'introduction du mal dans la création et au fait que nous soyons des êtres libres.« C'est pourquoi comme par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, ainsi la mort s'est étendue à tous les hommes parce que tous ont péché. » (Romains 5/12). Ainsi la souffrance est en étroite relation avec l'origine de la chute et avec le péché au sens large du terme. Il est important de comprendre cette base de la souffrance.

Commentaires (0)

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs.
Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter.