Une bonne thérapie pour l'Eglise : l'évangélisation

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : L'Eglise
Source : Construire Ensemble   
Publié sur Lueur le
Partager

Lorsqu'on parle d'évangélisation, on accompagne souvent ce mot du terme « effort ». En effet, il y a tout un effort de mobilisation, de préparation, de prière... sans parler du travail de suite. Il y a aussi la crainte de travailler et dépenser beaucoup pour peu de résultats. Sans compter depuis un certain temps, le syndrome de la secte.
A cela s'ajoute une autre remarque qui se veut pertinente : attendons que l'Eglise soit bien spirituellement. Résolvons d'abord nos problèmes, nos différences de visions et de sensibilité spirituelle, et quand l'Eglise sera au point et crédible, elle pourra sortir, Dieu la bénira.
Pour d'autres, c'est la qualité de l'Eglise qui touchera les gens : qu'on se limite à cela.
Toutes ces remarques peuvent paraître logiques, mais sont elles vraiment dans la ligne de la pensée du Nouveau Testament ? Si l'évangélisation a si bien réussi dans l'Eglise primitive, ne devrions nous pas en tirer quelques enseignements pour nous ? J'aimerais y puiser certains encouragements pour les Eglises, parce que j'ai pu le vérifier sur le terrain, et ça « marche » !

Jésus a appelé des hommes et les a envoyés aussitôt comme témoins

A peine Jésus avait il appelé des hommes, qu'il les a envoyés, malgré leur inexpérience et leurs défauts. On pourra dire qu'il ne l'a fait qu'une fois avant de les former. C'est juste. Il faut certes éviter de lancer des jeunes convertis trop vite et n'importe comment, pour leur éviter des problèmes. Pourtant c'est à ce moment là qu'ils ont le feu sacré ! Va t on attendre qu'ils se refroidissent complètement pour leur dire : « évangélisez ! ». C'est trop souvent le cas . On décourage les jeunes convertis sous prétexte qu'ils ne diront pas des « choses orthodoxes ». Par la suite, il ne nous reste plus que de « bons » membres du système souvent incapables de renouer contact avec le monde qu'ils avaient quitté : bien intégrés au milieu évangélique, mais très limités dans leurs contacts avec le monde environnant.
Laissons les faire leurs erreurs de jeunesse. Mais une chose indispensable nous est demandée : faire comme Jésus.

Il a accompagné ses disciples dans l'évangélisation

Je pose une question: voit on beaucoup d'anciens chrétiens accompagner les jeunes convertis dans l'évangélisation ? Il semble que, pour ces premiers, ils soient « montés en grade », et que cette tâche n'est plus assez « noble » pour eux. Et puis, il y tant à faire dans l'Eglise... Les pasteurs, les anciens et responsables des Eglises, malgré leurs activités doivent trouver le temps en se relayant pour participer à l'évangélisation.
Moi même, en évangélisant sur la rue piétonne auprès des nouveaux, je les ai rassurés et encouragés ; mais au delà de cela, j'ai reçu une grande bénédiction dont ils ne se sont pas rendus compte tout de suite : ils m'ont formé au contact personnel dans ce cadre là ! Chacun y est béni !

Quand une Eglise libère ses responsables pour l'évangélisation, elle ne sent plus la naphtaline !

Ne pensez vous pas que certaines Eglises passent beaucoup trop de temps à régler les conflits, et soigner leur look, alors que des hommes meurent sans Dieu autour d'elles ?
En nous engageant dans l'évangélisation, nous apprenons à faire face aux problèmes des gens. Nous devenons plus altruistes. Un des effets secondaires, c'est le désir de formation pour ceux qui évangélisent. Leur motivation première pour la formation, ce n'est pas la connaissance en soi, mais le désir d'aider les autres par la prière et la puissance de la Parole de Dieu, et d'avoir par exemple une bonne formation dans la relation d'aide.
Disons-le carrément : « moins de « Millénium », plus d'annonce de l'Evangile ». L'Eglise y trouve largement son compte!

Evangéliser : l'affaire de tous

Certains disent : il y en a qui font l'école du dimanche, d'autres le diaconat, d'autres l'enseignement, d'autres l'évangélisation, etc. Ça parait bien logique, mais ce n'est pas conforme à l'enseignement de Jésus en ce qui concerne l'évangélisation. Il dit en Matthieu 28.19 : Allez par tout le monde, prêchez la bonne nouvelle à toute la création... Cet appel concerne tous les chrétiens : tous sont appelés à être missionnaires ! Du coup l'évangélisation devient un autre facteur d'unité : en travaillant ensemble à la proclamation de l'Evangile, des chrétiens apprennent à se connaître et à s'entraider. Ils apprennent à voir l'essentiel et cela les libère des querelles de mots et de personnes.

Evangéliser : qu'est ce au fond ?

On est bien d'accord que l'évangélisation ne se réduit pas à de la propagande pour une organisation religieuse. Dirons nous que c'est faire connaître le plan du salut aux hommes ? N'est ce pas plus que cela ? Ne pourrions nous pas dire que c'est apporter une Personne aux hommes : Jésus Christ, leur Sauveur ? Excusez l'expression : nous pourrions dire que c'est « déplacer » la présence de Dieu vers les hommes !
Dieu ne se laisse pas confisquer dans un autel, un objet ou un culte du dimanche matin, fût il le plus évangélique. Il est avec nous tous les jours par son Esprit. Alors parlons de lui librement dans nos conversations, en train, dans nos familles, au cours des anniversaires, des fêtes familiales... Il agira par son Esprit. Que de fois, il arrive à des chrétiens de prier pour des personnes après des rencontres familiales ou informelles. Il ne s'agit pas de « casser les pieds » aux gens. Non il s'agit de s'intéresser à eux en tout premier lieu et de leur apporter l'amour de Dieu. Le salut vient après !

Comprenons bien le rôle du Saint Esprit

On a tendance à limiter le rôle de l'Esprit à la marche interne de l'Eglise. C'est une erreur. Au risque de vous choquer, je dirai ceci : le Saint Esprit ne nous est pas donné pour avoir des Eglises vivantes. Il nous est donné pour être des témoins (Actes 1.8) Ceux à qui nous témoignerons deviendront à leur tour des pierres vivantes ; c'est ainsi que l'Eglise revit par le biais de notre rayonnement.
Quand il y a eu la contestation parmi le peuple, Moïse dressa la tente d'Assignation à l'extérieur du camp où il vécut une nouvelle rencontre avec Dieu. Le but de Dieu est que son peuple sorte de ses murs pour voir les signes du royaume se manifester. C'est là qu'Il opère avec le plus de liberté.
Certains pensent qu'il n'est plus possible de réveiller certaines Eglises et qu'il est préférable d'en créer de nouvelles à côté. C'est une erreur ! Il faut simplement sortir des murs et annoncer la bonne nouvelle ! C'est là que le Saint Esprit agira librement hors des structures et des traditions. Et puis, j'ai constaté une chose : jamais un chrétien qui crée des problèmes dans l'Eglise n'est venu nous « embêter » dans l'évangélisation ! Par contre, la conversion des nouveaux ne laisse personne indifférent, y compris ceux qui ne nous comprennent pas. Si par la suite, une nouvelle Eglise se créait, elle ne serait pas le fruit d'une division, mais celui du témoignage : c'est tout autre !
Décidément, la stratégie de Dieu est intelligente et pleine d'humour.
Restituons à l'Eglise sa vraie nature, et elle se portera mieux !
Ne rêvons pas à l'Eglise, obéissons simplement à l'ordre de Jésus d'annoncer partout sa Parole dans toute sa puissance avec fidélité.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères