Vaincre la solitude

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Vie d'Eglise
Source : Croire & Servir   
Publié sur Lueur le
Partager

À l'heure du fax, de la photocopieuse et du satellite, il est tout de même inconcevable que l'un des plus grands maux qui affligent nos contemporains, à l'aube du troisième millénaire, soit la solitude.

Le peuple dit "que l'on est jamais seul dès que l'on est avec soi-même" et "qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné"; toutefois, ce n'est pas là la solution idéale. L'homme n'est pas une île. Et l'Ecclésiaste l'affirme en ces mots: Malheur à l'homme qui est seul (Ec 4.10), donc isolé, abandonné à lui-même, solitaire. Pourquoi? Parce que la solitude détruit l'être humain. Baudelaire disait: "La solitude est l'antichambre de la folie".
Celui qui ne communique pas, meurt. L'homme a besoin de vivre en contact avec ses semblables et d'établir la communication avec eux. Il a besoin d'être en relation avec d'autres personnes par la convivialité, le partage et la réciprocité. L'échange de paroles, de regards et d'actes d'amitié font, non seulement, développer la personnalité de l'individu, mais aussi, augmenter sa joie de vivre – et peut-être sa longévité, si l'on tient compte de ce proverbe biblique qui dit: Un coeur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os! (Pv 17.22) – tandis que la solitude empêche le développement normal de la personnalité et élimine la joie de vivre.

C'est vrai que l'on peut se sentir seul au milieu de la foule et, hélas, même au sein de la communauté des frères et des soeurs en Christ, il arrive qu'un visiteur se sente isolé et oublié. Un jour, un prédicateur a prêché sur le thème: "Nous reconnaîtrons-nous dans le ciel?" et il a essayé de démontrer bibliquement que dans l'état de résurrection, nous jouirons d'étroites et heureuses relation avec nos amis, nous souvenant des temps lointains où nous cheminions ensemble sur la terre. Quelques jours après, il recevait une lettre qui disait: "Je me demande si vous ne pourriez pas nous parler dimanche prochain sous ce titre: "Pouvons-nous nous reconnaître déjà sur la terre?" Voici une année que j'assiste aux réunions dans votre salle, et si quelques-uns m'ont salué parfois, personne ne m'a jamais demandé d'où je venais, ni pourquoi je me rendais parmi vous". C'est également vrai qu'il y a des personnes plus communicatives que d'autres, mais toutes ont besoin de communiquer et de se rencontrer.

Malgré les imperfections des membres qui la composent, l'Église est, sans nul doute, un des lieu de communication et de relations par excellence. À tel point que les premiers chrétiens étaient unis et mettaient tout en commun... unanimes, ils se rendaient chaque jour assidûment au Temple; ils rompaient le pain à domicile, prenant leur nourriture dans l'allégresse et la simplicité de coeur. Ils louaient Dieu et trouvaient un accueil favorable auprès du peuple tout entier (Ac 2.44-47).
Dans cette famille spirituelle, chacun a quelque chose à donner et à recevoir. C'est en son sein que nous prenons conscience que nous sommes tous semblables, malgré nos différences physiques, de race, de sexe, de tempérament, etc... Dans l'Église de Jésus-Christ, les conditions sont réunies pour que les uns et les autres se rapprochent, se comprennent, se respectent, s'aiment et communiquent entre eux. Et cela ne nous étonne pas, parce qu'une relation avec le Créateur a inévitablement des répercussions positives sur le plan horizontal, avec nos semblables. Alors, mettons nous ensemble pour communiquer nos sentiments à notre Dieu et Père céleste et aussi pour vivre en communion les uns avec les autres. parce que communiquer, c'est vivre.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères