Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

2 Rois 11 (Annotée Neuchâtel)

   1 Et quand Athalie, mère d'Achazia, vit que son fils était mort, elle se leva et fit périr toute la race royale. 2 Et Jéhoséba, fille du roi Joram, soeur d'Achazia, prit Joas, fils d'Achazia, et l'enleva à la dérobée du milieu des fils du roi qu'on faisait mourir, et le mit, lui et sa nourrice, dans la chambre des lits et le cacha de devant Athalie ; et il ne fut pas mis à mort. 3 Et il resta auprès d'elle caché dans la maison de l'Eternel six ans ; et Athalie régnait sur le pays.
   4 Et la septième année, Jéhojada envoya chercher les chefs de centaines des gardes du corps et des coureurs ; il les fit venir vers lui dans la maison de l'Eternel, fit un pacte avec eux, les assermenta dans la maison de l'Eternel, et il leur fit voir le fils du roi. 5 Puis il leur donna ses ordres en disant : Voici ce que vous ferez : Un tiers d'entre vous qui entrez [en service] au sabbat, vous monterez la garde de la maison du roi, 6 un tiers à la porte de Sour, un tiers à la porte derrière les coureurs, et vous monterez la garde de la maison pour éloigner [tout le monde]. 7 Et quant à vous, les deux divisions de tous ceux qui sortent [de service] le jour du sabbat, vous monterez la garde de la maison de l'Eternel auprès du roi. 8 Et vous entourerez le roi, chacun ses armes à la main ; et quiconque voudra pénétrer dans les rangs sera mis à mort, et vous serez avec le roi, quand il sortira et quand il entrera. 9 Et les chefs des centaines firent selon tout ce que Jéhojada, le sacrificateur, leur avait ordonné ; ils prirent chacun ses hommes, ceux qui entraient le jour du sabbat avec ceux qui sortaient le jour du sabbat, et ils vinrent auprès de Jéhojada, le sacrificateur. 10 Et le sacrificateur donna aux chefs de centaines les lances et les boucliers qui avaient appartenu au roi David et qui étaient dans la maison de l'Eternel. 11 Et les coureurs, chacun les armes à la main, se tinrent depuis l'angle méridional de la maison jusqu'à l'angle septentrional de la maison, jusqu'à l'autel et jusqu'à la maison, autour du roi. 12 Et Jéhojada fit sortir le fils du roi, posa sur lui le diadème et lui remit le témoignage ; ils le proclamèrent roi et l'oignirent et battirent des mains, et dirent : Vive le roi !
   13 Et Athalie entendit la voix des coureurs et du peuple, et elle vint vers le peuple à la maison de l'Eternel. 14 Et elle vit, et voici, le roi se tenait sur l'estrade, conformément à l'usage, et les chefs et les trompettes étaient auprès du roi, et tout le peuple du pays était dans l'allégresse et sonnait de la trompette. Et Athalie déchira ses vêtements et s'écria : Conjuration ! conjuration ! 15 Et Jéhojada, le sacrificateur, donna ses ordres aux chefs de centaines qui étaient à la tête de la troupe et leur dit : Faites-la sortir entre deux rangs ; celui qui la suivra, qu'on le fasse mourir par l'épée. Car le sacrificateur avait dit : Qu'on ne la fasse pas mourir dans la maison de l'Eternel ! 16 Et ils se rangèrent de chaque côté pour la laisser passer, et elle arriva à la maison du roi par le chemin de l'entrée des chevaux, et là elle fut mise à mort.
   17 Et Jéhojada traita alliance entre l'Eternel et le roi et le peuple, pour qu'ils fussent le peuple de l'Eternel, et entre le roi et le peuple. 18 Et tout le peuple du pays vint à la maison de Baal et ils la démolirent ; ils détruisirent complètement ses autels et ses images et ils tuèrent Matthan, le prêtre de Baal, devant les autels ; et le sacrificateur mit des gardes à la maison de l'Eternel. 19 Et il prit les chefs de centaines et les gardes du corps et les coureurs et tout le peuple du pays, et ils firent descendre le roi de la maison de l'Eternel et vinrent par le chemin de la porte des coureurs à la maison du roi, et il s'assit sur le trône des rois. 20 Et tout le peuple du pays se réjouit et la ville resta calme, lorsqu'on fit mourir par l'épée Athalie dans la maison du roi.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique. Plus d'informations
2 Rois 11
  • Note de section ou de chapitre
    Chapitres 11 et 12 : Athalie et Joas, en Juda.
    Chapitre 11 : Proclamation de Joas et mort d'Athalie.
  • 11.1 Athalie, veuve de Joram et mère d'Achazia, rois de Juda, fille d'Achab et de Jézabel, roi et reine d'Israël, avait pris les rênes du gouvernement en l'absence de son fils, le roi Achazia.
    Se leva. Ce terme indique ici une résolution subite, prise avec emportement.
    Fit périr... C'étaient ses propres petits-fils, les enfants d'Achazia. Pourquoi ce massacre? Jéhu avait fait périr toute sa famille au nom de Jéhova; dans sa fureur elle veut exterminer jusqu'au dernier reste de la famille de David, dont on disait que Jéhova l'avait mise sur le trône et lui avait promis de l'y maintenir à perpétuité. Il s'agissait pour elle de se venger de l'Eternel, en faisant mentir ses promesses. Jusqu'ici cette promesse-là s'était remarquablement réalisée; tandis qu'en Israël plusieurs dynasties s'étaient rapidement succédé, la famille de David s'était perpétuée en Juda. On a cherché d'autres motifs à ce massacre contre nature; ils ne soutiennent pas l'examen. Les liens de l'affection maternelle n'étaient rien pour cette femme à côté de la satisfaction impie qu'elle cherchait dans cette vengeance.
  • 11.2 Fille du roi Joram : vraisemblablement d'une autre mère qu'Athalie; celle-ci n'aurait pas autorisé le mariage de sa propre fille avec le grand sacrificateur de Jéhova.
    La chambre des lits : un garde-meubles, appartement retiré où l'on pouvait cacher l'enfant. C'était probablement une de ces chambres qui entouraient le temple (1Rois 6.5 et suivants).
  • 11.4 Sur la révolution qui va être racontée, comparez 2Chroniques 23.1-21. Bien des détails diffèrent dans les deux récits, mais ils se complètent plutôt qu'ils ne se contredisent, et ils s'accordent en attribuant la délivrance de Juda au grand sacrificateur Jéhojada.
    Envoya chercher les chefs de centaines. D'après les Chroniques, ils étaient au nombre de cinq, ce qui fait monter à cinq cents hommes la troupe armée qui devait agir. Elle se composait des Kéréthiens ou garde royale ordinaire, et des coureurs, chargés de porter au loin les ordres royaux. Voir 10.25, note. Il les fit venir, certainement dans le plus grand secret, pour s'assurer de leur fidélité et leur communiquer son plan. D'après les Chroniques ils furent en même temps chargés par lui de sonder les dispositions des Lévites et des chefs de famille israélites dans tout le pays d'Israël, et de leur donner rendez-vous à Jérusalem, probablement pour une des grandes fêtes, afin que leur arrivée simultanée n'excitât pas de soupçons.
  • 11.5 Leur donna ses ordres. Le plan tracé était celui-ci : Au jour du sabbat, où se changeait, paraît-il, la garde du palais et du temple, la garde montante devait se partager en trois détachements :
  • 11.6 Le premier occuperait le local ordinaire de la garde royale; le second, la porte de Sour; ce nom, qui ne se retrouve nulle part, vient d'un verbe qui signifie : se retirer, s'écarter, et désigne sans doute une des portes de côté du palais royal. Le troisième se posterait à la porte qui se trouve derrière les coureurs, ou, comme il est dit au verset 19, à la porte des coureurs, celle où ceux-ci se trouvaient pour recevoir les ordres. Comme c'est par cette porte que Joas fit son entrée (verset 19), c'était la porte principale du palais, qui était ainsi convenablement gardée.
    Pour éloigner : tenir à distance les partisans de la reine, qu'elle aurait pu chercher à grouper autour d'elle pour la défendre.
  • 11.7 Voilà l'instruction pour la garde montante; voici celle de la garde descendante. Les hommes étaient divisés en deux troupes, qui devaient occuper, l'une le côté nord, l'autre le côté sud du temple, et se rejoindre sur le devant, près de l'autel des holocaustes (verset 11), de manière à entourer le jeune roi quand il viendrait se placer là sur l'estrade (verset 14). Il paraît d'après les Chroniques que les sacrificateurs et les Lévites, avec le peuple présent, devaient se joindre à cette partie de la garde (2Chroniques 23.6-7), lorsqu'on sortirait du temple pour se rendre au palais.
  • 11.8 Quand il sortira : du temple; et quand il entrera : dans le palais.
  • 11.10 Donna aux chefs de centaines. Probablement ceux qui sortaient de garde, avaient coutume de déposer leurs armes pour les laisser à la garde montante. Mais cette fois-ci ils devaient rester en activité de service, et on les arma de la sorte. Les chefs des trois tiers de la garde montante et ceux des deux divisions de la garde descendante étaient sans doute les cinq dont parlent les Chroniques.
    Nous avons donné de ce passage l'interprétation qui nous paraît la plus naturelle; on en a donné d'autres très différentes. Ainsi on a pensé qu'il s'agissait uniquement du temple et de la troupe des Lévites et des sacrificateurs qui y faisaient le service et changeaient à chaque sabbat. Ce sens conviendrait sans doute au récit des Chroniques; mais il est incompatible avec celui du livre des Rois; comparez les expressions : chefs de centaines, et : la garde de la maison du roi (verset 5), qui ne peut signifier : la garde du temple du côté de la maison du roi; enfin la mention des coureurs (verset 11).
  • 11.11 L'angle méridional : celui du sud-est.
    L'angle septentrional : celui du nord-est. Ils formaient les deux coins de la façade orientale du temple.
    Autour du roi. Il devait, lorsqu'il sortirait de sa retraite se trouver entouré par ces deux haies de soldats.
  • 11.12 Le témoignage. Pendant qu'on posait le diadème sur sa tête, on remit entre ses mains le Décalogue qui dans Exode 16.34; 25.21 est appelé le témoignage; comparez Deutéronome 17.19, note.
  • 11.13 Et du peuple. Il faut comprendre aussi dans cette expression les Lévites, dont il est parlé dans les Chroniques.
  • 11.14 Sur l'estrade. Salomon avait fait établir une tribune (2Chroniques 6.13), qui se trouvait devant l'autel des holocaustes, plus rapprochée du parvis extérieur où le peuple était assemblé. Il est probable que cette espèce de tribune était restée la place ordinaire du roi lorsqu'il assistait aux sacrifices. De là l'expression : son estrade (2Chroniques 23.13).
  • 11.16 Le chemin de l'entrée des chevaux. On entend ordinairement par là le chemin conduisant aux écuries royales; mais il nous paraît plus probable qu'il s'agit de la route carossable par laquelle les voitures royales montaient du palais au temple. Le chemin direct, qui était l'escalier magnifique dont il a été parlé à l'occasion de la reine de Séba, doit rester intact pour le nouveau roi qui fera par là son entrée dans le palais.
  • 11.17 Jéhojada renouvelle par un serment, accompagné sans doute d'un sacrifice, le contrat qui unissait l'Eternel au peuple et à son roi, et le contrat subsidiaire qui unissait le peuple au roi, représentant de la souveraineté divine.
  • 11.18 Matthan. Comme il périt seul, on peut en conclure que le clergé de Baal n'était pas nombreux en Juda.
  • 11.20 La facilité avec laquelle s'opéra cette révolution, prouve que la souveraineté de la maison d'Omri et le culte phénicien n'avaient pas pris racine dans le peuple de Juda.