Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Esaïe 51

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Es 51 (Segond 1910)

   1 Écoutez-moi, vous qui poursuivez la justice, Qui cherchez l'Éternel ! Portez les regards sur le rocher d'où vous avez été taillés, Sur le creux de la fosse d'où vous avez été tirés. 2 Portez les regards sur Abraham votre père, Et sur Sara qui vous a enfantés ; Car lui seul je l'ai appelé, Je l'ai béni et multiplié. 3 Ainsi l'Éternel a pitié de Sion, Il a pitié de toutes ses ruines ; Il rendra son désert semblable à un Éden, Et sa terre aride à un jardin de l'Éternel. La joie et l'allégresse se trouveront au milieu d'elle, Les actions de grâces et le chant des cantiques.
   4 Mon peuple, sois attentif ! Ma nation, prête-moi l'oreille ! Car la loi sortira de moi, Et j'établirai ma loi pour être la lumière des peuples. 5 Ma justice est proche, mon salut va paraître, Et mes bras jugeront les peuples ; Les îles espéreront en moi, Elles se confieront en mon bras. 6 Levez les yeux vers le ciel, et regardez en bas sur la terre ! Car les cieux s'évanouiront comme une fumée, La terre tombera en lambeaux comme un vêtement, Et ses habitants périront comme des mouches ; Mais mon salut durera éternellement, Et ma justice n'aura point de fin. 7 Écoutez-moi, vous qui connaissez la justice, Peuple, qui as ma loi dans ton coeur ! Ne craignez pas l'opprobre des hommes, Et ne tremblez pas devant leurs outrages. 8 Car la teigne les dévorera comme un vêtement, Et la gerce les rongera comme de la laine ; Mais ma justice durera éternellement, Et mon salut s'étendra d'âge en âge.
   9 Réveille-toi, réveille-toi ! revêts-toi de force, bras de l'Éternel ! Réveille-toi, comme aux jours d'autrefois, Dans les anciens âges ! N'est-ce pas toi qui abattis l'Égypte, Qui transperças le monstre ? 10 N'est-ce pas toi qui mis à sec la mer, Les eaux du grand abîme, Qui frayas dans les profondeurs de la mer Un chemin pour le passage des rachetés ? 11 Ainsi les rachetés de l'Éternel retourneront, Ils iront à Sion avec chants de triomphe, Et une joie éternelle couronnera leur tête ; L'allégresse et la joie s'approcheront, La douleur et les gémissements s'enfuiront. 12 C'est moi, c'est moi qui vous console. Qui es-tu, pour avoir peur de l'homme mortel, Et du fils de l'homme, pareil à l'herbe ? 13 Et tu oublierais l'Éternel, qui t'a fait, Qui a étendu les cieux et fondé la terre ! Et tu tremblerais incessamment tout le jour Devant la colère de l'oppresseur, Parce qu'il cherche à détruire ! Où donc est la colère de l'oppresseur ? 14 Bientôt celui qui est courbé sous les fers sera délivré ; Il ne mourra pas dans la fosse, Et son pain ne lui manquera pas. 15 Je suis l'Éternel, ton Dieu, Qui soulève la mer et fais mugir ses flots. L'Éternel des armées est son nom. 16 Je mets mes paroles dans ta bouche, Et je te couvre de l'ombre de ma main, Pour étendre de nouveaux cieux et fonder une nouvelle terre, Et pour dire à Sion: Tu es mon peuple !
   17 Réveille-toi, réveille-toi ! lève-toi, Jérusalem, Qui as bu de la main de l'Éternel la coupe de sa colère, Qui as bu, sucé jusqu'à la lie la coupe d'étourdissement ! 18 Il n'y en a aucun pour la conduire De tous les fils qu'elle a enfantés, Il n'y en a aucun pour la prendre par la main De tous les fils qu'elle a élevés. 19 Ces deux choses te sont arrivées: -Qui te plaindra ? -Le ravage et la ruine, la famine et l'épée. -Qui suis-je pour te consoler ? - 20 Tes fils en défaillance gisaient à tous les coins de rues, Comme le cerf dans un filet, Chargés de la colère de l'Éternel, Des menaces de ton Dieu. 21 C'est pourquoi, écoute ceci, malheureuse, Ivre, mais non de vin ! 22 Ainsi parle ton Seigneur, l'Éternel, Ton Dieu, qui défend son peuple: Voici, je prends de ta main la coupe d'étourdissement, La coupe de ma colère ; Tu ne la boiras plus ! 23 Je la mettrai dans la main de tes oppresseurs, Qui te disaient: Courbe-toi, et nous passerons ! Tu faisais alors de ton dos comme une terre, Comme une rue pour les passants.

Es 51 (Annotée Neuchâtel)

   1 Ecoutez-moi, vous qui suivez la justice, qui cherchez l'Eternel ! Regardez au rocher d'où vous avez été taillés, à la carrière d'où vous avez été tirés ! 2 Regardez à Abraham, votre père, et à Sara, qui vous a enfantés ; car je l'appelai quand il était seul, et je l'ai béni et multiplié. 3 Car l'Eternel a consolé Sion ; il a consolé toutes ses ruines, et il a fait de son désert un Eden et de sa solitude un jardin de l'Eternel. On y trouvera la joie et l'allégresse, les chants de louange et le son de la musique.
   4 Sois attentif, ô mon peuple ; vous qui êtes miens, prêtez-moi l'oreille ! Car la loi sortira de moi, et j'établirai mon commandement pour éclairer les peuples. 5 Ma justice est proche ; mon salut va paraître, et mon bras jugera les peuples ; les îles s'attendront à moi, et elles se confieront en mon bras. 6 Levez les yeux au ciel, et abaissez-les sur la terre ; car les cieux se dissiperont comme la fumée, et la terre tombera en lambeaux comme un vêtement ; et ses habitants mourront comme des mouches ; mais mon salut durera à toujours, et ma justice ne périra pas. 7 Ecoutez-moi, vous qui connaissez la justice, peuple qui as ma loi dans ton coeur ! Ne craignez pas les injures des hommes, et ne vous effrayez pas de leurs outrages ; 8 car la teigne les dévorera comme un vêtement, et la gerce les rongera comme la laine ; mais ma justice durera à toujours, et mon salut jusqu'aux siècles des siècles !
   9 Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de force, bras de l'Eternel ! Réveille-toi comme aux jours anciens, comme aux siècles antiques ! N'est-ce pas toi qui taillas en pièces Rahab, qui transperças le monstre ? 10 N'est-ce pas toi qui desséchas la mer, les eaux du grand abîme ? qui fis des profondeurs de la mer un chemin pour le passage des rachetés ? 11 Et ceux dont l'Eternel aura payé la rançon, reviendront et entreront en Sion avec des cris de joie ; une allégresse éternelle couronnera leur tête ; la joie et l'allégresse seront leur part ; la douleur et le gémissement se sont enfuis. 12 C'est moi, c'est moi qui vous console. Qui es-tu, pour avoir peur d'hommes qui doivent mourir, de fils d'homme qui passeront comme l'herbe, 13 et pour oublier l'Eternel, ton Créateur, qui a étendu les cieux et fondé la terre, et pour trembler sans cesse, tout le jour, devant la furie de l'oppresseur, lorsqu'il se prépare à te détruire ? Et où est-elle, cette furie de l'oppresseur ? 14 Bientôt celui qui est courbé sera délié ; il ne mourra point dans la fosse, et son pain ne lui manquera pas. 15 Moi, l'Eternel, je suis ton Dieu, qui soulève la mer, et ses flots mugissent ; l'Eternel des armées est son nom. 16 Et j'ai mis mes paroles dans ta bouche, et je t'ai couvert de l'ombre de ma main, pour planter des cieux et fonder une terre, et pour dire à Sion : Tu es mon peuple !
   17 Réveille-toi, réveille-toi, lève-toi, Jérusalem, qui as bu de la main de l'Eternel la coupe de sa fureur, qui as bu, qui as vidé le calice, la coupe d'étourdissement ! 18 De tous les fils qu'elle avait enfantés, il n'y en a pas un qui l'ait guidée ; de tous les fils qu'elle avait élevés, pas un qui l'ait prise par la main. 19 Deux maux t'ont frappée, qui te plaindra ? : la désolation et la ruine, la famine et l'épée ; comment te consolerais-je ? 20 Tes fils ont défailli, ils ont été gisants au coin de toutes les rues, comme un cerf dans le filet, ivres de la fureur de l'Eternel, de la menace de ton Dieu. 21 C'est pourquoi, écoute ceci, malheureuse, enivrée, mais non de vin : 22 Ainsi a dit ton Seigneur, l'Eternel, ton Dieu, qui défend son peuple : Voici, j'ai ôté de ta main la coupe d'étourdissement ; tu ne boiras plus désormais le calice, la coupe de ma fureur ; 23 je la mettrai dans la main de tes persécuteurs, de ceux qui te disaient : Baisse-toi, que nous passions !... et tu as fait de ton dos un sol, une rue pour les passants !