Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Job 15

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Jb 15 (Segond 1910)

   1 Éliphaz de Théman prit la parole et dit: 2 Le sage répond-il par un vain savoir ? Se gonfle-t-il la poitrine du vent d'orient ? 3 Est-ce par d'inutiles propos qu'il se défend ? Est-ce par des discours qui ne servent à rien ? 4 Toi, tu détruis même la crainte de Dieu, Tu anéantis tout mouvement de piété devant Dieu. 5 Ton iniquité dirige ta bouche, Et tu prends le langage des hommes rusés. 6 Ce n'est pas moi, c'est ta bouche qui te condamne. Ce sont tes lèvres qui déposent contre toi. 7 Es-tu né le premier des hommes ? As-tu été enfanté avant les collines ? 8 As-tu reçu les confidences de Dieu ? As-tu dérobé la sagesse à ton profit ? 9 Que sais-tu que nous ne sachions pas ? Quelle connaissance as-tu que nous n'ayons pas ? 10 Il y a parmi nous des cheveux blancs, des vieillards, Plus riches de jours que ton père. 11 Tiens-tu pour peu de chose les consolations de Dieu, Et les paroles qui doucement se font entendre à toi ?... 12 Où ton coeur t'entraîne-t-il, Et que signifie ce roulement de tes yeux ? 13 Quoi ! c'est contre Dieu que tu tournes ta colère Et que ta bouche exhale de pareils discours ! 14 Qu'est-ce que l'homme, pour qu'il soit pur ? Celui qui est né de la femme peut-il être juste ? 15 Si Dieu n'a pas confiance en ses saints, Si les cieux ne sont pas purs devant lui, 16 Combien moins l'être abominable et pervers, L'homme qui boit l'iniquité comme l'eau !
   17 Je vais te parler, écoute-moi ! Je raconterai ce que j'ai vu, 18 Ce que les sages ont fait connaître, Ce qu'ils ont révélé, l'ayant appris de leurs pères. 19 A eux seuls appartenait le pays, Et parmi eux nul étranger n'était encore venu. 20 Le méchant passe dans l'angoisse tous les jours de sa vie, Toutes les années qui sont le partage de l'impie. 21 La voix de la terreur retentit à ses oreilles ; Au sein de la paix, le dévastateur va fondre sur lui ; 22 Il n'espère pas échapper aux ténèbres, Il voit l'épée qui le menace ; 23 Il court çà et là pour chercher du pain, Il sait que le jour des ténèbres l'attend. 24 La détresse et l'angoisse l'épouvantent, Elles l'assaillent comme un roi prêt à combattre ; 25 Car il a levé la main contre Dieu, Il a bravé le Tout Puissant, 26 Il a eu l'audace de courir à lui Sous le dos épais de ses boucliers. 27 Il avait le visage couvert de graisse, Les flancs chargés d'embonpoint ; 28 Et il habite des villes détruites, Des maisons abandonnées, Sur le point de tomber en ruines. 29 Il ne s'enrichira plus, sa fortune ne se relèvera pas, Sa prospérité ne s'étendra plus sur la terre. 30 Il ne pourra se dérober aux ténèbres, La flamme consumera ses rejetons, Et Dieu le fera périr par le souffle de sa bouche. 31 S'il a confiance dans le mal, il se trompe, Car le mal sera sa récompense. 32 Elle arrivera avant le terme de ses jours, Et son rameau ne verdira plus. 33 Il sera comme une vigne dépouillée de ses fruits encore verts, Comme un olivier dont on a fait tomber les fleurs. 34 La maison de l'impie deviendra stérile, Et le feu dévorera la tente de l'homme corrompu. 35 Il conçoit le mal et il enfante le mal, Il mûrit dans son sein des fruits qui le trompent.

Jb 15 (Annotée Neuchâtel)

   1 Eliphaz de Théman prit la parole et dit :
   2 Un sage répond-il par des paroles en l'air ?
Gonfle-t-il sa poitrine de vent,
   3 En disputant par des paroles inutiles,
Par des mots qui ne lui servent de rien ?
   4 Bien plus, tu anéantis la piété,
Tu diminues le respect envers Dieu !
   5 Car ton iniquité enseigne ta bouche,
Et tu as recours au langage des fourbes.
   6 Ta bouche te condamne et non pas moi,
Tes lèvres témoignent contre toi,
   7 Es-tu né le premier des hommes ?
As-tu été enfanté avant les collines ?
   8 Entends-tu ce qui se dit dans le conseil de Dieu ?
Attires-tu à toi la sagesse ?
   9 Que sais-tu que nous ne sachions pas ?
Que comprends-tu, qui ne nous soit familier ?
   10 Parmi nous aussi se trouvent des têtes grises, des vieillards,
Plus chargés de jours que ton père.
   11 Est-ce trop peu de chose pour toi que les consolations de Dieu,
Et que les paroles douces qu'on t'adresse ?
   12 Où t'emporte ton coeur ?
Que veulent dire ces roulements d'yeux,
   13 Que tu tournes ta colère contre Dieu,
Et que tu fasses sortir de ta bouche de telles paroles ?
   14 Qu'est-ce que l'homme pour qu'il soit pur,
Et le fils de la femme, pour qu'il soit juste ?
   15 Voici, il ne se fie pas à ses saints,
Et le ciel n'est pas pur à ses yeux ;
   16 Combien moins l'abominable et le pervers,
L'homme qui boit l'iniquité comme l'eau !
   17 Je veux t'instruire ; écoute-moi ;
Je te rapporterai ce que j'ai vu,
   18 Ce que les sages ont enseigné,
Sans rien cacher de ce qui venait de leurs pères.
   19 A eux seuls le pays avait été donné,
Aucun étranger ne passait au milieu d'eux.
   20 Tous les jours de sa vie le méchant est dans les tourments,
Pendant le nombre d'années réservées à l'impie.
   21 Des sons effrayants frappent ses oreilles ;
En pleine paix, le destructeur le surprend.
   22 Il désespère de jamais sortir de l'obscurité,
Il se sent guetté par l'épée.
   23 Il erre à la recherche de son pain : Où le trouver ?
Il sait qu'un jour d'obscurité l'attend.
   24 L'angoisse et le tourment l'épouvantent,
Ils l'assaillent comme un roi prêt à combattre.
   25 Car il a étendu la main contre Dieu,
Il s'est élevé contre le Puissant,
   26 Il a couru contre lui le cou tendu,
Sous le dos épais de ses boucliers ;
   27 Il a le visage couvert de graisse,
Les reins chargé d'embonpoint ;
   28 Et il habite des villes détruites,
Des maisons où l'on ne doit pas demeurer,
Qui sont destinées à devenir des monceaux de pierres.
   29 Il ne s'enrichira pas, sa fortune ne subsistera pas,
Ses gerbes ne s'inclineront pas vers la terre.
   30 Il n'échappera pas aux ténèbres ;
La chaleur desséchera ses rejetons,
Il disparaîtra par le souffle de sa bouche.
   31 Qu'il ne s'appuie pas sur la vanité ; c'est une illusion,
Car la vanité sera sa récompense.
   32 Et celle-ci se présentera avant l'heure ;
Son rameau ne verdira pas.
   33 Il est comme la vigne dont on arracherait le raisin trop tôt,
Comme un olivier dont on ferait tomber les fleurs.
   34 En effet, la troupe des impies est stérile ;
Le feu dévore les tentes de l'homme vénal.
   35 Il conçoit le mal, et enfante le néant ;
Et son sein n'engendre que déception.