Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Job 19

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Jb 19 (Segond 1910)

   1 Job prit la parole et dit: 2 Jusques à quand affligerez-vous mon âme, Et m'écraserez-vous de vos discours ? 3 Voilà dix fois que vous m'outragez ; N'avez-vous pas honte de m'étourdir ainsi ? 4 Si réellement j'ai péché, Seul j'en suis responsable. 5 Pensez-vous me traiter avec hauteur ? Pensez-vous démontrer que je suis coupable ? 6 Sachez alors que c'est Dieu qui me poursuit, Et qui m'enveloppe de son filet. 7 Voici, je crie à la violence, et nul ne répond ; J'implore justice, et point de justice !
   8 Il m'a fermé toute issue, et je ne puis passer ; Il a répandu des ténèbres sur mes sentiers. 9 Il m'a dépouillé de ma gloire, Il a enlevé la couronne de ma tête. 10 Il m'a brisé de toutes parts, et je m'en vais ; Il a arraché mon espérance comme un arbre. 11 Il s'est enflammé de colère contre moi, Il m'a traité comme l'un de ses ennemis. 12 Ses troupes se sont de concert mises en marche, Elles se sont frayé leur chemin jusqu'à moi, Elles ont campées autour de ma tente. 13 Il a éloigné de moi mes frères, Et mes amis se sont détournés de moi ; 14 Je suis abandonné de mes proches, Je suis oublié de mes intimes. 15 Je suis un étranger pour mes serviteurs et mes servantes, Je ne suis plus à leurs yeux qu'un inconnu. 16 J'appelle mon serviteur, et il ne répond pas ; Je le supplie de ma bouche, et c'est en vain. 17 Mon humeur est à charge à ma femme, Et ma plainte aux fils de mes entrailles. 18 Je suis méprisé même par des enfants ; Si je me lève, je reçois leurs insultes. 19 Ceux que j'avais pour confidents m'ont en horreur, Ceux que j'aimais se sont tournés contre moi. 20 Mes os sont attachés à ma peau et à ma chair ; Il ne me reste que la peau des dents. 21 Ayez pitié, ayez pitié de moi, vous, mes amis ! Car la main de Dieu m'a frappé. 22 Pourquoi me poursuivre comme Dieu me poursuit ? Pourquoi vous montrer insatiables de ma chair ?
   23 Oh ! je voudrais que mes paroles fussent écrites, Qu'elles fussent écrites dans un livre ; 24 Je voudrais qu'avec un burin de fer et avec du plomb Elles fussent pour toujours gravées dans le roc... 25 Mais je sais que mon Rédempteur est vivant, Et qu'il se lèvera le dernier sur la terre. 26 Quand ma peau sera détruite, il se lèvera ; Quand je n'aurai plus de chair, je verrai Dieu. 27 Je le verrai, et il me sera favorable ; Mes yeux le verront, et non ceux d'un autre ; Mon âme languit d'attente au dedans de moi. 28 Vous direz alors: Pourquoi le poursuivions-nous ? Car la justice de ma cause sera reconnue. 29 Craignez pour vous le glaive: Les châtiments par le glaive sont terribles ! Et sachez qu'il y a un jugement.

Jb 19 (Annotée Neuchâtel)

   1 Job prit la parole et dit :
   2 Jusqu'à quand affligerez-vous mon âme,
Et m'écraserez-vous de vos paroles ?
   3 Voici dix fois que vous m'injuriez,
Que vous n'avez pas honte de me malmener.
   4 Si vraiment j'ai manqué,
Mon manquement ne concerne que moi.
   5 Ou bien chercheriez-vous vraiment à vous glorifier à mes dépens
Et à me convaincre d'ignominie ?
   6 Sachez donc que Dieu m'a fait tort,
M'enveloppant de son filet.
   7 Voici, je crie : Violence ! et on ne me répond pas ;
Je me lamente, et il n'y a pas de justice.
   8 Il ferme mon chemin, je ne puis passer ;
Il place l'obscurité sur mes sentiers.
   9 Il m'a dépouillé de mon honneur,
Il a enlevé la couronne de ma tête.
   10 Il me brise de tous côtés, c'en est fait de moi !
Il arrache mon espérance comme un arbre.
   11 Sa colère s'embrase contre moi,
Il me met au nombre de ses ennemis ;
   12 Ses troupes s'avancent ensemble,
Elles se fraient un chemin contre moi,
Elles campent tout autour, de ma tente.
   13 Il a éloigné de moi mes frères,
Mes amis se sont tous détournés de moi.
   14 Mes proches ne se montrent plus,
Mes intimes m'ont oublié.
   15 Mes domestiques et mes servantes me considèrent comme un étranger,
Je suis devenu à leurs yeux un inconnu.
   16 J'appelle mon serviteur, il ne répond pas ;
Il faut que je l'implore de ma bouche ;
   17 Mon haleine est devenue odieuse à ma femme,
Mon odeur à mes propres enfants.
   18 Les enfants mêmes me méprisent ;
Quand je me lève, ils se moquent de moi.
   19 Mes familiers m'ont tous en horreur ;
Ceux que j'aimais m'ont tourné le dos.
   20 Mes os sont collés à ma peau et à ma chair,
C'est à peine si je m'échappe avec la peau de mes dents.
   21 Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, vous, mes amis,
Car la main de Dieu m'a frappé.
   22 Pourquoi me poursuivez-vous comme Dieu,
Et êtes-vous insatiables de ma chair.
   23 Si seulement mes paroles étaient écrites,
Si elles pouvaient être consignées dans un livre et gravées,
   24 Avec un burin de fer et du plomb
Sculptées pour toujours sur le roc !
   25 Et moi, je sais que mon vengeur est vivant ;
Et qu'il s'élèvera le dernier sur la poussière.
   26 Et quand après ma peau ce reste aura été détruit,
Sans ma chair, je verrai Dieu !
   27 Oui, moi, je le verrai propice,
Mes yeux le verront, et non pas comme un étranger !
Mes reins se consument d'attente au-dedans de moi.
   28 Vous qui dites : Poursuivons-le avec ardeur !
Et qui trouvez en moi la racine de tout le mal,
   29 Craignez pour vous le glaive !
Car la colère est un péché qui mérite le glaive,
Afin que vous sachiez qu'il y a une justice.