Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Job 24

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Jb 24 (Segond 1910)

   1 Pourquoi le Tout Puissant ne met-il pas des temps en réserve, Et pourquoi ceux qui le connaissent ne voient-ils pas ses jours ? 2 On déplace les bornes, On vole des troupeaux, et on les fait paître ; 3 On enlève l'âne de l'orphelin, On prend pour gage le boeuf de la veuve ; 4 On repousse du chemin les indigents, On force tous les malheureux du pays à se cacher. 5 Et voici, comme les ânes sauvages du désert, Ils sortent le matin pour chercher de la nourriture, Ils n'ont que le désert pour trouver le pain de leurs enfants ; 6 Ils coupent le fourrage qui reste dans les champs, Ils grappillent dans la vigne de l'impie ; 7 Ils passent la nuit dans la nudité, sans vêtement, Sans couverture contre le froid ; 8 Ils sont percés par la pluie des montagnes, Et ils embrassent les rochers comme unique refuge. 9 On arrache l'orphelin à la mamelle, On prend des gages sur le pauvre. 10 Ils vont tout nus, sans vêtement, Ils sont affamés, et ils portent les gerbes ; 11 Dans les enclos de l'impie ils font de l'huile, Ils foulent le pressoir, et ils ont soif ; 12 Dans les villes s'exhalent les soupirs des mourants, L'âme des blessés jette des cris... Et Dieu ne prend pas garde à ces infamies !
   13 D'autres sont ennemis de la lumière, Ils n'en connaissent pas les voies, Ils n'en pratiquent pas les sentiers. 14 L'assassin se lève au point du jour, Tue le pauvre et l'indigent, Et il dérobe pendant la nuit. 15 L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ; Personne ne me verra, dit-il, Et il met un voile sur sa figure. 16 La nuit ils forcent les maisons, Le jour ils se tiennent enfermés ; Ils ne connaissent pas la lumière. 17 Pour eux, le matin c'est l'ombre de la mort, Ils en éprouvent toutes les terreurs.
   18 Eh quoi ! l'impie est d'un poids léger sur la face des eaux, Il n'a sur la terre qu'une part maudite, Il ne prend jamais le chemin des vignes ! 19 Comme la sécheresse et la chaleur absorbent les eaux de la neige, Ainsi le séjour des morts engloutit ceux qui pèchent ! 20 Quoi ! le sein maternel l'oublie, Les vers en font leurs délices, On ne se souvient plus de lui ! L'impie est brisé comme un arbre, 21 Lui qui dépouille la femme stérile et sans enfants, Lui qui ne répand aucun bienfait sur la veuve !... 22 Non ! Dieu par sa force prolonge les jours des violents, Et les voilà debout quand ils désespéraient de la vie ; 23 Il leur donne de la sécurité et de la confiance, Il a les regards sur leurs voies. 24 Ils se sont élevés ; et en un instant ils ne sont plus, Ils tombent, ils meurent comme tous les hommes, Ils sont coupés comme la tête des épis. 25 S'il n'en est pas ainsi, qui me démentira, Qui réduira mes paroles à néant ?

Jb 24 (Annotée Neuchâtel)

   1 Pourquoi n'y a-t-il pas des temps réservés de la part du Puissant ?
Pourquoi ses amis ne voient-ils par les jours de sa justice ?
   2 On déplace les bornes,
On vole un troupeau et on le fait paître ;
   3 On enlève l'âne des orphelins,
On prend pour gage le boeuf de la veuve.
   4 On chasse les pauvres du chemin ;
Tous les misérables du pays se cachent.
   5 Voici, pareils aux onagres du désert,
Ils sortent pour leur, travail cherchant leur proie ;
Le désert doit leur fournir le pain pour leurs enfants.
   6 Ils recueillent leur pâture dans les champs,
Ils grappillent dans la vigne du méchant.
   7 Nus ils passent la nuit, faute de manteau ;
Ils n'ont point de couverture contre le froid.
   8 Ils sont percés par la pluie des montagnes ;
N'ayant pas de refuge, ils se blottissent contre le rocher,
   9 On arrache l'orphelin à la mamelle ;
On prend des gages sur les malheureux.
   10 Ceux-ci s'en vont nus, faute d'habits ;
Affamés, ils portent des gerbes.
   11 Dans les enclos [des méchants] ils font de l'huile,
Ils foulent au pressoir et ont soif.
   12 De la ville s'élèvent les soupirs des mourants ;
L'âme des blessés crie vengeance,
Et Dieu ne prend pas garde à ces infamies !
   13 D'autres sont devenus ennemis de la lumière,
Ils n'en connaissent pas les voies,
Ils ne restent pas dans ses sentiers.
   14 A l'aube le meurtrier se lève,
Il tue le malheureux et le pauvre,
Et la nuit il rôde comme un voleur.
   15 L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ;
Il dit : Nul oeil ne me verra !
Il met un voile sur sa figure.
   16 On fait effraction la nuit ;
De jour on s'enferme,
On ne connait pas la lumière.
   17 Le matin est pour eux tous l'ombre de la mort :
Dès qu'ils le voient, ils éprouvent les terreurs de la mort.
   18 Il est emporté rapidement sur la face des eaux,
Sa part sur la terre est maudite...
Il n'ira plus visiter ses vignes !
   19 La sécheresse et la chaleur enlèvent les eaux de neige :
Le sépulcre, ceux qui ont péché.
   20 Le sein maternel les oublie,
Les vers font d'eux leurs délices.
On ne pense plus à eux ;
Le crime est brisé comme un arbre.
   21 C'est qu'ils dévoraient la femme stérile qui n'avait pas d'enfants,
Et ne faisaient pas de bien à la veuve.
   22 Mais [Dieu] prolonge par sa force l'existence des violents ;
Il les relève quand ils désespéraient de la vie.
   23 Il leur donne la paix, tellement qu'ils sont affermis ;
Ses yeux reposent sur leurs voies.
   24 Ils se sont élevés ; en un instant ils ont disparu ;
Ils tombent, ils s'affaissent comme tous les hommes,
Ils sont coupés comme le haut des épis.
   25 N'en est-il pas ainsi ? Qui me convaincra de mensonge ?
Qui réduira ma parole à néant ?