Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Job 30

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Jb 30 (Segond 1910)

   1 Et maintenant !... je suis la risée de plus jeunes que moi, De ceux dont je dédaignais de mettre les pères Parmi les chiens de mon troupeau. 2 Mais à quoi me servirait la force de leurs mains ? Ils sont incapables d'atteindre la vieillesse. 3 Desséchés par la misère et la faim, Ils fuient dans les lieux arides, Depuis longtemps abandonnés et déserts ; 4 Ils arrachent près des arbrisseaux les herbes sauvages, Et ils n'ont pour pain que la racine des genêts. 5 On les chasse du milieu des hommes, On crie après eux comme après des voleurs. 6 Ils habitent dans d'affreuses vallées, Dans les cavernes de la terre et dans les rochers ; 7 Ils hurlent parmi les buissons, Ils se rassemblent sous les ronces. 8 Etres vils et méprisés, On les repousse du pays. 9 Et maintenant, je suis l'objet de leurs chansons, Je suis en butte à leurs propos. 10 Ils ont horreur de moi, ils se détournent, Ils me crachent au visage. 11 Ils n'ont plus de retenue et ils m'humilient, Ils rejettent tout frein devant moi. 12 Ces misérables se lèvent à ma droite et me poussent les pieds, Ils se fraient contre moi des sentiers pour ma ruine ; 13 Ils détruisent mon propre sentier et travaillent à ma perte, Eux à qui personne ne viendrait en aide ; 14 Ils arrivent comme par une large brèche, Ils se précipitent sous les craquements.
   15 Les terreurs m'assiègent ; Ma gloire est emportée comme par le vent, Mon bonheur a passé comme un nuage. 16 Et maintenant, mon âme s'épanche en mon sein, Les jours de la souffrance m'ont saisi. 17 La nuit me perce et m'arrache les os, La douleur qui me ronge ne se donne aucun repos, 18 Par la violence du mal mon vêtement perd sa forme, Il se colle à mon corps comme ma tunique. 19 Dieu m'a jeté dans la boue, Et je ressemble à la poussière et à la cendre. 20 Je crie vers toi, et tu ne me réponds pas ; Je me tiens debout, et tu me lances ton regard. 21 Tu deviens cruel contre moi, Tu me combats avec la force de ta main. 22 Tu mu soulèves, tu mu fais voler au-dessus du vent, Et tu m'anéantis au bruit de la tempête. 23 Car, je le sais, tu me mènes à la mort, Au rendez-vous de tous les vivants. 24 Mais celui qui va périr n'étend-il pas les mains ? Celui qui est dans le malheur n'implore-t-il pas du secours ? 25 N'avais-je pas des larmes pour l'infortuné ? Mon coeur n'avait-il pas pitié de l'indigent ? 26 J'attendais le bonheur, et le malheur est arrivé ; J'espérais la lumière, et les ténèbres sont venues. 27 Mes entrailles bouillonnent sans relâche, Les jours de la calamité m'ont surpris. 28 Je marche noirci, mais non par le soleil ; Je me lève en pleine assemblée, et je crie. 29 Je suis devenu le frère des chacals, Le compagnon des autruches. 30 Ma peau noircit et tombe, Mes os brûlent et se dessèchent. 31 Ma harpe n'est plus qu'un instrument de deuil, Et mon chalumeau ne peut rendre que des sons plaintifs.

Jb 30 (Annotée Neuchâtel)

   1 Et maintenant de plus jeunes que moi se moquent de moi :
Gens dont j'aurais dédaigné de placer les pères
Parmi les chiens de mon troupeau !
   2 A quoi m'aurait servi la force de leurs mains ?
Ils étaient incapables de parvenir à maturité.
   3 Amaigris par la misère et la faim,
Ils rongent les lieux arides,
Dès longtemps dévastés et désolés.
   4 Ils arrachent l'herbe salée au bord des buissons,
La racine des genêts est leur pain.
   5 On les chasse de la société,
On crie après eux comme après le voleur.
   6 Ils habitent des gorges affreuses,
Des trous dans la terre et dans les rochers.
   7 Parmi les buissons, on les entend braire ;
Ils se rassemblent sous les épines ;
   8 Fils d'insensés, oui, fils de gens sans nom,
Ils ont été chassés du pays à coups de fouet.
   9 Et maintenant je suis devenu leur chanson,
Le sujet de leurs propos.
   10 Ils me détestent, ils se détournent de moi,
Ils ne craignent pas de me cracher au visage.
   11 Car il a délié sa corde et m'a humilié,
Tellement qu'eux rejettent tout frein devant moi.
   12 Cette engeance se lève à ma droite,
Ils me poussent les pieds,
Ils fraient contre moi leurs chemins de malheur.
   13 Ils ont détruit mon sentier,
Ils travaillent à ma perte,
Eux que personne ne soutient.
   14 Ils approchent comme par une large brèche,
Ils se précipitent en avant au milieu des ruines.
   15 Des terreurs se tournent contre moi ;
Elles emportent ma dignité comme le vent ;
Mon bonheur a passé comme un nuage.
   16 Et maintenant mon âme se répand en moi,
Des jours de malheur me saisissent.
   17 La nuit transperce et détache mes os ;
Les douleurs qui me rongent n'ont pas de repos.
   18 Par la grande puissance [de Dieu], mon manteau se transforme,
Et n'est plus que comme la tunique qui m'enserre.
   19 Il m'a jeté dans la boue ;
Je suis devenu semblable à la poussière et à la cendre.
   20 Je crie vers toi et tu ne me réponds pas,
Je me tiens debout et tu me regardes fixement.
   21 Tu deviens cruel envers moi,
Tu me fais la guerre avec toute la force de ta main.
   22 Tu m'enlèves sur le vent, tu m'emportes ;
Tu me fais disparaître dans la tempête.
   23 Car je le sais : tu me ramènes à la mort,
Au rendez-vous de tout ce qui vit.
   24 Mais en tombant n'étend-on pas la main ?
Ne crie-t-on pas quand on périt ?
   25 N'ai-je pas pleuré sur l'opprimé,
Mon âme ne s'est-elle pas affligée pour le pauvre ?...
   26 Car j'espérais le bonheur, et le malheur est venu ;
Je m'attendais à la lumière, et les ténèbres sont venues.
   27 Mes entrailles bouillonnent sans cesse,
Des jours de souffrance m'ont surpris.
   28 Je m'avance tout noirci, mais non par le soleil ;
Je me lève dans l'assemblée, et je crie.
   29 Je suis devenu le frère des chacals,
Le compagnon des autruches.
   30 Ma peau noircie tombe de dessus moi,
Mes os brûlent, tant ils sont secs.
   31 Ma harpe est devenue un instrument de deuil,
Mon chalumeau ne rend que ses sons plaintifs.