Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Job 38

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Jb 38 (Segond 1910)

   1 L'Éternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit: 2 Qui est celui qui obscurcit mes desseins Par des discours sans intelligence ? 3 Ceins tes reins comme un vaillant homme ; Je t'interrogerai, et tu m'instruiras.
   4 Où étais-tu quand je fondais la terre ? Dis-le, si tu as de l'intelligence. 5 Qui en a fixé les dimensions, le sais-tu ? Ou qui a étendu sur elle le cordeau ? 6 Sur quoi ses bases sont-elles appuyées ? Ou qui en a posé la pierre angulaire, 7 Alors que les étoiles du matin éclataient en chants d'allégresse, Et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ? 8 Qui a fermé la mer avec des portes, Quand elle s'élança du sein maternel ; 9 Quand je fis de la nuée son vêtement, Et de l'obscurité ses langes ; 10 Quand je lui imposai ma loi, Et que je lui mis des barrières et des portes ; 11 Quand je dis: Tu viendras jusqu'ici, tu n'iras pas au delà ; Ici s'arrêtera l'orgueil de tes flots ?
   12 Depuis que tu existes, as-tu commandé au matin ? As-tu montré sa place à l'aurore, 13 Pour qu'elle saisisse les extrémités de la terre, Et que les méchants en soient secoués ; 14 Pour que la terre se transforme comme l'argile qui reçoit une empreinte, Et qu'elle soit parée comme d'un vêtement ; 15 Pour que les méchants soient privés de leur lumière, Et que le bras qui se lève soit brisé ? 16 As-tu pénétré jusqu'aux sources de la mer ? T'es-tu promené dans les profondeurs de l'abîme ? 17 Les portes de la mort t'ont-elles été ouvertes ? As-tu vu les portes de l'ombre de la mort ? 18 As-tu embrassé du regard l'étendue de la terre ? Parle, si tu sais toutes ces choses. 19 Où est le chemin qui conduit au séjour de la lumière ? Et les ténèbres, où ont-elles leur demeure ? 20 Peux-tu les saisir à leur limite, Et connaître les sentiers de leur habitation ? 21 Tu le sais, car alors tu étais né, Et le nombre de tes jours est grand ! 22 Es-tu parvenu jusqu'aux amas de neige ? As-tu vu les dépôts de grêle, 23 Que je tiens en réserve pour les temps de détresse, Pour les jours de guerre et de bataille ? 24 Par quel chemin la lumière se divise-t-elle, Et le vent d'orient se répand-il sur la terre ?
   25 Qui a ouvert un passage à la pluie, Et tracé la route de l'éclair et du tonnerre, 26 Pour que la pluie tombe sur une terre sans habitants, Sur un désert où il n'y a point d'hommes ; 27 Pour qu'elle abreuve les lieux solitaires et arides, Et qu'elle fasse germer et sortir l'herbe ? 28 La pluie a-t-elle un père ? Qui fait naître les gouttes de la rosée ? 29 Du sein de qui sort la glace, Et qui enfante le frimas du ciel, 30 Pour que les eaux se cachent comme une pierre, Et que la surface de l'abîme soit enchaînée ? 31 Noues-tu les liens des Pléiades, Ou détaches-tu les cordages de l'Orion ? 32 Fais-tu paraître en leur temps les signes du zodiaque, Et conduis-tu la Grande Ourse avec ses petits ? 33 Connais-tu les lois du ciel ? Règles-tu son pouvoir sur la terre ? 34 Élèves-tu la voix jusqu'aux nuées, Pour appeler à toi des torrents d'eaux ? 35 Lances-tu les éclairs ? Partent-ils ? Te disent-ils: Nous voici ? 36 Qui a mis la sagesse dans le coeur, Ou qui a donné l'intelligence à l'esprit ? 37 Qui peut avec sagesse compter les nuages, Et verser les outres des cieux, 38 Pour que la poussière se mette à ruisseler, Et que les mottes de terre se collent ensemble ? 39 (39:1) Chasses-tu la proie pour la lionne, Et apaises-tu la faim des lionceaux, 40 (39:2) Quand ils sont couchés dans leur tanière, Quand ils sont en embuscade dans leur repaire ? 41 (39:3) Qui prépare au corbeau sa pâture, Quand ses petits crient vers Dieu, Quand ils sont errants et affamés ?

Jb 38 (Annotée Neuchâtel)

   1 L'Eternel répondit à Job du milieu du tourbillon et dit :
   2 Qui donc obscurcit le conseil
Par des discours sans connaissance ?
   3 Voyons, ceins tes reins comme un homme ;
Je t'interrogerai, et tu m'instruiras.
   4 Où étais-tu quand j'ai fondé la terre ?
Parle, si tu possèdes l'intelligence.
   5 Qui en a fixé les mesures, si tu le sais,
Ou qui a étendu sur elle le cordeau ?
   6 Sur quoi ses piliers ont-ils été fondés,
Ou qui en a posé la pierre angulaire,
   7 Alors que les étoiles du matin chantaient en choeur,
Que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie !
   8 Qui a fermé la mer avec des portes,
Quand elle sortit avec force du sein maternel ;
   9 Quand je lui donnai les nuages pour vêtements,
Les sombres vapeurs pour langes ;
   10 Quand je lui donnai pour limites des berges abruptes,
Que je lui mis des barres et des portes ;
   11 Et que je dis : Jusqu'ici tu viendras, et pas plus loin ;
Ici s'arrêtera l'orgueil de tes flots !
   12 As-tu, de ta vie, commandé au matin,
As-tu assigné sa place à l'aurore,
   13 Pour qu'elle saisisse les extrémités de la terre,
Et qu'elle en secoue les méchants ?
   14 La terre est transformée comme l'argile qui reçoit une empreinte ;
Toutes choses se présentent comme un [riche] vêtement ;
   15 Les méchants sont privés de leur lumière,
Le bras qui se levait [déjà] est brisé.
   16 Es-tu entré jusqu'aux sources de la mer ?
T'es-tu promené au fond de l'abîme ?
   17 Les portes de la mort se sont-elles montrées à toi ?
As-tu vu les portes de l'ombre de la mort ?
   18 As-tu embrassé du regard les vastes espaces de la terre ?
Parle, si tu connais tout cela !
   19 Quel est le chemin qui conduit au séjour de la lumière ?
Et les ténèbres, sais-tu où est leur résidence,
   20 Pour aller les chercher dans leur domaine
Et pour distinguer les sentiers de leur demeure ?
   21 Tu le sais, car alors tu étais né,
Le nombre de tes jours est grand !
   22 Es-tu entré jusqu'aux trésors de la neige ?
As-tu vu les trésors de la grêle,
   23 Que j'ai réservés pour le temps de la détresse,
Pour le jour de la bataille et de la guerre ?
   24 Par quel chemin la lumière se répand-elle,
Et le vent d'orient souffle-t-il sur la terre ?
   25 Qui a ouvert des canaux à la pluie,
Tracé la route aux éclairs,
   26 Pour qu'il pleuve sur un pays sans habitants,
Sur un désert où il n'y a point d'hommes,
   27 Pour rassasier les solitudes désolées,
Et pour faire germer une fraîche verdure !
   28 La pluie a-t-elle un père,
Ou qui a engendré les gouttes de rosée ?
   29 Du sein de qui est sortie la glace,
Et le givre du ciel, qui l'a enfanté ?
   30 Les eaux se durcissent comme de la pierre,
Et la surface de l'abîme devient solide.
   31 Est-ce toi qui noues les liens des Pléiades,
Ou qui détaches les cordes d'Orion ?
   32 Fais-tu sortir les Hyades en leur temps ?
Conduis-tu la Grande Ourse avec ses petits ?
   33 Connais-tu les lois du ciel ?
Règles-tu son influence sur la terre ?
   34 Elèves-tu la voix jusqu'aux nues,
Tellement que des torrents d'eau te couvrent ?
   35 Les éclairs partent-ils à ton commandement,
Et te disent-ils : Nous voici ?
   36 Qui a donné de la sagesse aux sombres nuages,
Ou qui a donné de l'intelligence aux nuées ?
   37 Qui compte avec sagesse les nues,
Et les outres du ciel, qui les incline,
   38 Quand la poussière coule, puis se durcit,
Et que les mottes de terre se soudent entre elles ?