Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Job 6

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Jb 6 (Segond 1910)

   1 Job prit la parole et dit: 2 Oh ! s'il était possible de peser ma douleur, Et si toutes mes calamités étaient sur la balance, 3 Elles seraient plus pesantes que le sable de la mer ; Voilà pourquoi mes paroles vont jusqu'à la folie ! 4 Car les flèches du Tout Puissant m'ont percé, Et mon âme en suce le venin ; Les terreurs de Dieu se rangent en bataille contre moi. 5 L'âne sauvage crie-t-il auprès de l'herbe tendre ? Le boeuf mugit-il auprès de son fourrage ? 6 Peut-on manger ce qui est fade et sans sel ? Y a-t-il de la saveur dans le blanc d'un oeuf ? 7 Ce que je voudrais ne pas toucher, C'est là ma nourriture, si dégoûtante soit-elle !
   8 Puisse mon voeu s'accomplir, Et Dieu veuille réaliser mon espérance ! 9 Qu'il plaise à Dieu de m'écraser, Qu'il étende sa main et qu'il m'achève ! 10 Il me restera du moins une consolation, Une joie dans les maux dont il m'accable: Jamais je n'ai transgressé les ordres du Saint. 11 Pourquoi espérer quand je n'ai plus de force ? Pourquoi attendre quand ma fin est certaine ? 12 Ma force est-elle une force de pierre ? Mon corps est-il d'airain ? 13 Ne suis-je pas sans ressource, Et le salut n'est-il pas loin de moi ?
   14 Celui qui souffre a droit à la compassion de son ami, Même quand il abandonnerait la crainte du Tout Puissant. 15 Mes frères sont perfides comme un torrent, Comme le lit des torrents qui disparaissent. 16 Les glaçons en troublent le cours, La neige s'y précipite ; 17 Viennent les chaleurs, et ils tarissent, Les feux du soleil, et leur lit demeure à sec. 18 Les caravanes se détournent de leur chemin, S'enfoncent dans le désert, et périssent. 19 Les caravanes de Théma fixent le regard, Les voyageurs de Séba sont pleins d'espoir ; 20 Ils sont honteux d'avoir eu confiance, Ils restent confondus quand ils arrivent. 21 Ainsi, vous êtes comme si vous n'existiez pas ; Vous voyez mon angoisse, et vous en avez horreur !
   22 Vous ai-je dit: Donnez-moi quelque chose, Faites en ma faveur des présents avec vos biens, 23 Délivrez-moi de la main de l'ennemi, Rachetez-moi de la main des méchants ? 24 Instruisez-moi, et je me tairai ; Faites-moi comprendre en quoi j'ai péché. 25 Que les paroles vraies sont persuasives ! Mais que prouvent vos remontrances ? 26 Voulez-vous donc blâmer ce que j'ai dit, Et ne voir que du vent dans les discours d'un désespéré ? 27 Vous accablez un orphelin, Vous persécutez votre ami. 28 Regardez-moi, je vous prie ! Vous mentirais-je en face ? 29 Revenez, ne soyez pas injustes ; Revenez, et reconnaissez mon innocence. 30 Y a-t-il de l'iniquité sur ma langue, Et ma bouche ne discerne-t-elle pas le mal ?

Jb 6 (Annotée Neuchâtel)

   1 Job prit la parole et dit :
   2 Ah ! si l'on pesait ma plainte,
Et que l'on mit en même temps mon malheur dans la balance !
   3 Vraiment, il est plus lourd que le sable des mers ;
Voilà pourquoi mes discours s'égarent.
   4 Car les flèches du Tout-Puissant m'ont atteint.
Mon esprit en boit le venin,
Les terreurs de Dieu m'assaillent.
   5 L'onagre se met-il à braire devant l'herbe ?
Le boeuf mugit-il devant son fourrage ?
   6 Peut-on manger ce qui est fade et sans sel ?
Le blanc de l'oeuf a-t-il de la saveur ?
   7 Mon âme refuse d'y toucher ;
C'est pour moi un aliment dégoûtant.
   8 Qui fera que ma prière soit entendue,
Que Dieu réponde à mon attente ?
   9 Qu'il plaise à Dieu de m'écraser,
Qu'il étende sa main et me retranche !
   10 Il me resterait encore cette consolation,
Et j'en tressaillerais de joie dans les maux qu'il ne m'épargne pas :
C'est que je n'ai pas renié les paroles du Saint.
   11 Quelle est ma force, pour que j'espère encore,
Et la fin qui m'est réservée, pour que je prenne patience ?
   12 Ma force est-elle une force de pierre ?
Ma chair est-elle d'airain ?
   13 Tout secours ne m'est-il pas refusé ?
Toute délivrance n'est-elle pas refoulée loin de moi ?
   14 L'homme désespéré a droit à la pitié de son ami,
Quand même il aurait abandonné la crainte du Puissant ;
   15 Mes frères ont été perfides comme un torrent,
Comme le lit de torrents qui débordent,
   16 Qui sont troublés par la glace,
Et dans lesquels s'enfonce la neige.
   17 Quand le soleil les brûle, ils tarissent ;
Quand viennent les chaleurs, ils disparaissent de leur lieu.
   18 Les caravanes se détournent de leur chemin ;
Elles montent dans le désert et périssent,
   19 Les caravanes de Théma les ont cherchés du regard ;
Des troupes de Scbéba ont espéré en eux.
   20 Ils ont été trompés dans leur attente ;
Ils sont venus jusque-là et ont été confus.
   21 En effet, vous n'êtes rien ;
Vous voyez un objet d'effroi, et vous vous effrayez.
   22 Est-ce que j'ai dit : Donnez-moi,
Faites-moi part de vos biens,
   23 Sauvez-moi de la main de l'oppresseur,
Délivrez-moi de la main des violents ?
   24 Instruisez- moi, je me tairai ;
Montrez-moi en quoi j'ai erré.
   25 Qu'elles sont puissantes, les paroles de droiture !
Mais à quoi servent tes exhortations ?
   26 Voulez-vous donc blâmer des mots ?
Mais on livre au vent les paroles du désespéré !
   27 Vous jetteriez le sort même sur un orphelin,
Et vous trafiqueriez de votre ami !
   28 Et maintenant veuillez vous tourner vers moi ;
Je ne vous mentirai pas en face.
   29 Revenez donc ! Ne vous montrez pas injustes !
Revenez ! Je suis encore innocent.
   30 Y a-t-il de l'injustice sur ma langue ?
Mon palais ne discerne-t-il pas le mal ?