Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Job 7

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Jb 7 (Segond 1910)

   1 Le sort de l'homme sur la terre est celui d'un soldat, Et ses jours sont ceux d'un mercenaire. 2 Comme l'esclave soupire après l'ombre, Comme l'ouvrier attend son salaire, 3 Ainsi j'ai pour partage des mois de douleur, J'ai pour mon lot des nuits de souffrance. 4 Je me couche, et je dis: Quand me lèverai-je ? quand finira la nuit ? Et je suis rassasié d'agitations jusqu'au point du jour. 5 Mon corps se couvre de vers et d'une croûte terreuse, Ma peau se crevasse et se dissout. 6 Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, Ils s'évanouissent: plus d'espérance !
   7 Souviens-toi que ma vie est un souffle ! Mes yeux ne reverront pas le bonheur. 8 L'oeil qui me regarde ne me regardera plus ; Ton oeil me cherchera, et je ne serai plus. 9 Comme la nuée se dissipe et s'en va, Celui qui descend au séjour des morts ne remontera pas ; 10 Il ne reviendra plus dans sa maison, Et le lieu qu'il habitait ne le connaîtra plus. 11 C'est pourquoi je ne retiendrai point ma bouche, Je parlerai dans l'angoisse de mon coeur, Je me plaindrai dans l'amertume de mon âme. 12 Suis-je une mer, ou un monstre marin, Pour que tu établisses des gardes autour de moi ? 13 Quand je dis: Mon lit me soulagera, Ma couche calmera mes douleurs, 14 C'est alors que tu m'effraies par des songes, Que tu m'épouvantes par des visions. 15 Ah ! je voudrais être étranglé ! Je voudrais la mort plutôt que ces os ! 16 Je les méprise !... je ne vivrai pas toujours... Laisse-moi, car ma vie n'est qu'un souffle.
   17 Qu'est-ce que l'homme, pour que tu en fasses tant de cas, Pour que tu daignes prendre garde à lui, 18 Pour que tu le visites tous les matins, Pour que tu l'éprouves à tous les instants ? 19 Quand cesseras-tu d'avoir le regard sur moi ? Quand me laisseras-tu le temps d'avaler ma salive ? 20 Si j'ai péché, qu'ai-je pu te faire, gardien des hommes ? Pourquoi me mettre en butte à tes traits ? Pourquoi me rendre à charge à moi-même ? 21 Que ne pardonnes-tu mon péché, Et que n'oublies-tu mon iniquité ? Car je vais me coucher dans la poussière ; Tu me chercheras, et je ne serai plus.

Jb 7 (Annotée Neuchâtel)

   1 L'homme n'a-t-il pas une rude corvée sur la terre ?
Ses jours ne sont-ils pas comme ceux d'un mercenaire ?
   2 Comme un esclave soupire après de l'ombre,
Comme un mercenaire attend son salaire,
   3 Ainsi j'ai eu en partage des mois de malheur,
Et l'on m'a assigné des nuits de souffrance.
   4 A peine suis-je couché que je dis :
Quand me lèverai-je ? Et l'obscurité se prolonge,
Et je suis rassasié d'inquiétudes jusqu'à l'aube.
   5 Ma chair est revêtue de vermine et d'une croûte terreuse ;
Ma peau se cicatrise, puis de nouveau suppure.
   6 Mes jours s'en vont plus vite que la navette,
Ils se consument sans espérance.
   7 Souviens-toi que ma vie n'est qu'un souffle ;
Mon oeil ne reverra plus le bonheur.
   8 L'oeil de celui qui voudra me voir ne m'apercevra pas ;
Tes yeux me chercheront, et je ne serai plus.
   9 Le nuage s'évanouit et passe ;
Ainsi, qui descend au sépulcre n'en remonte pas ;
   10 Il ne rentre pas dans sa maison ;
Son lieu ne le revoit plus.
   11 Aussi je ne retiendrai pas ma bouche ;
Je parlerai dans l'angoisse de mon coeur ;
Je soupirerai dans l'amertume de mon âme.
   12 Suis-je la mer, suis-je un monstre marin,
Que tu places une garde contre moi ?
   13 Si je dis : Mon lit me consolera,
Ma couche m'aidera à porter ma douleur,
   14 Tu m'effraies par des songes,
Tu m'épouvantes par des visions ;
   15 C'est pourquoi mon âme aimerait mieux étouffer ;
Je préférerais la mort à ces os.
   16 J'en ai assez ! Je ne vivrai pas éternellement ;
Laisse-moi, car mes jours ne sont qu'un souffle.
   17 Qu'est-ce que l'homme, que tu l'estimes si haut,
Que tu fasses attention à lui,
   18 Que tu le visites tous les matins,
Que tu l'éprouves à tous les instants ?
   19 Quand enfin cesseras-tu de me regarder,
Et me donneras-tu du relâche, ne fût-ce que le temps d'avaler ma salive ?
   20 Si j'ai péché, que t'ai-je pu faire, ô gardien des hommes ?
Pourquoi as-tu fait de moi l'objet de tes attaques,
Tellement que je suis à charge à moi-même ?
   21 Pourquoi ne pardonnes-tu pas mon offense,
Et n'effaces-tu pas ma faute ?
Car bientôt je me coucherai dans la poussière ;
Tu me chercheras, et je ne serai plus.