Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer Psaumes 62

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

Ps 62 (Segond 1910)

   1 (62:1) Au chef des chantres. D'après Jeduthun. Psaume de David. (62:2) Oui, c'est en Dieu que mon âme se confie ; De lui vient mon salut. 2 (62:3) Oui, c'est lui qui est mon rocher et mon salut ; Ma haute retraite: je ne chancellerai guère. 3 (62:4) Jusqu'à quand vous jetterez-vous sur un homme, Chercherez-vous tous à l'abattre, Comme une muraille qui penche, Comme une clôture qu'on renverse ? 4 (62:5) Ils conspirent pour le précipiter de son poste élevé ; Ils prennent plaisir au mensonge ; Ils bénissent de leur bouche, Et ils maudissent dans leur coeur. -Pause. 5 (62:6) Oui, mon âme, confie-toi en Dieu ! Car de lui vient mon espérance. 6 (62:7) Oui, c'est lui qui est mon rocher et mon salut ; Ma haute retraite: je ne chancellerai pas. 7 (62:8) Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire ; Le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu.
   8 (62:9) En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos coeurs en sa présence ! Dieu est notre refuge, -Pause. 9 (62:10) Oui, vanité, les fils de l'homme ! Mensonge, les fils de l'homme ! Dans une balance ils monteraient Tous ensemble, plus légers qu'un souffle. 10 (62:11) Ne vous confiez pas dans la violence, Et ne mettez pas un vain espoir dans la rapine ; Quand les richesses s'accroissent, N'y attachez pas votre coeur. 11 (62:12) Dieu a parlé une fois ; Deux fois j'ai entendu ceci: C'est que la force est à Dieu. 12 (62:13) A toi aussi, Seigneur ! la bonté ; Car tu rends à chacun selon ses oeuvres.

Ps 62 (Annotée Neuchâtel)

   1 Au maître chantre. Selon Jéduthun. Psaume de David.
   2 Oui, mon âme reste en paix, regardant à Dieu.
De lui vient ma délivrance !
   3 Oui, c'est lui qui est mon rocher et mon salut,
Ma haute retraite ; je ne serai pas fortement ébranlé.
   4 Jusques à quand vous jetterez-vous sur un homme,
Chercherez-vous tous à l'abattre,
Comme une muraille qui penche,
Comme une clôture qu'on jette bas ?
   5 Oui, ils n'ont de pensées que pour le précipiter de son poste élevé,
Se plaisant au mensonge,
Bénissant de la bouche
Et maudissant en leur coeur.
(Jeu d'instruments.)
   6 Oui, reste en paix, mon âme, regardant à Dieu ;
Car de lui vient mon espérance.
   7 Oui, c'est lui qui est mon rocher et mon salut,
Ma haute retraite ; je ne serai point ébranlé.
   8 Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire ;
Le rocher de ma force, mon refuge est en Dieu.
   9 Confiez-vous en Dieu, vous, mes gens, en tout temps ;
Répandez vos coeurs devant lui ;
Dieu est pour nous un refuge.
(Jeu d'instruments.)
   10 Pure vanité sont les fils du peuple,
Mensonge, les fils des grands ;
Sur la balance, ils montent !
Tous ensemble, ils ne sont que vanité.
   11 Ne vous confiez pas dans la violence,
Et ne tirez pas vanité de la rapine ;
Si la richesse abonde, n'y mettez pas votre coeur.
   12 Dieu a parlé une fois ;
Deux fois, j'ai entendu ceci :
La force est à Dieu !
   13 A toi aussi, Seigneur, la miséricorde,
Car c'est toi qui rends à chacun selon ses oeuvres !