Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Deutéronome 33 (Annotée Neuchâtel)

   1 Et voici la bénédiction dont Moïse, homme de Dieu, bénit les enfants d'Israël avant de mourir.
   2 Et il dit :
L'Eternel est venu de Sinaï
Et il s'est levé de Séir pour eux ;
Il a resplendi du mont de Paran,
Et il est sorti du milieu des saintes myriades.
De sa droite jaillissaient des jets lumineux pour eux ;
   3 Il chérit aussi les peuples ;
Tous ses saints sont en sa main ;
Et eux se sont rangés à tes pieds,
Recueillant tes paroles.
   4 Moïse nous a prescrit une loi,
Héritage de l'assemblée de Jacob.
   5 Il devint roi de Jésurun
Quand s'assemblèrent les chefs du peuple
Avec les tribus d'Israël.
   6 Que Ruben vive ; qu'il ne meure pas
Et que ses hommes ne soient pas réduits à un petit nombre !
   7 Et ceci est pour Juda ; il dit :
Ecoute, ô Eternel, la voix de Juda
Et le ramène à son peuple.
Que sa main combatte pour lui
Et que tu sois son aide contre ses ennemis !
   8 Et pour Lévi, il dit :
Tes Thummim et tes Urim
Sont à l'homme pieux, ton [serviteur]
Que tu éprouvas à Massa,
Avec, qui tu contestas aux eaux de Mériba,
   9 Qui a dit de son père et de sa mère.
Je ne les ai pas vus !
Qui n'a pas reconnu ses frères
Et ne sait rien de ses fils ;
Car ils observèrent ta parole
Et ils gardèrent ton alliance.
   10 Ils enseignent tes ordonnances à Jacob
Et ta loi à Israël ;
Ils présentent l'encens à ta narine
Et l'holocauste sur ton autel.
   11 Bénis, ô Eternel, sa force
Et agrée l'oeuvre de ses mains.
Brise les reins de ses adversaires et de ses ennemis,
En sorte qu'ils ne puissent plus se relever.
   12 Pour Benjamin, il dit :
Chéri de l'Eternel,
Il habite en assurance auprès de lui ;
L'Eternel le protège continuellement,
Et il repose entre ses épaules.
   13 Et pour Joseph, il dit :
Son pays, l'Eternel le bénit
Du précieux don du ciel, de la rosée,
Et des dons de l'abîme étendu en bas
   14 Et des produits précieux dus au soleil
Et des fruits exquis des mois
   15 Et des meilleurs produits des montagnes antiques
Et des dons précieux des collines éternelles
   16 Et des dons exquis de la terre et de son abondance.
Et que la faveur de Celui qui habita dans un buisson
Vienne sur la tête de Joseph,
Sur le front du prince de ses frères !
   17 A son taureau premier-né, à lui est la gloire ;
Ses cornes sont des cornes de buffle ;
Avec elles il renverse les peuples tous ensemble
Jusqu'aux extrémités de la terre ;
Telles sont les myriades d'Ephraïm,
Tels sont les milhers de Manassé.
   18 Et pour Zabulon ; il dit :
Réjouis-toi, Zabulon, dans tes sorties,
Et toi, Issacar, dans tes tentes !
   19 Ils appellent les peuples sur la montagne ;
Là ils offrent des sacrifices de justice,
Car ils attirent à eux l'abondance des mers
Et les richesses cachées dans le sable.
   20 Et pour Gad, il dit :
Béni soit celui qui met Gad au large !
Comme une lionne il est couché,
Et il déchire bras et tête.
   21 Il a jeté les yeux pour sa part sur les prémices du territoire
Car là une part de chef lui était réservée,
Et il s'est élancé en tête du peuple
Et il a accompli ce qui était juste devant l'Eternel
Et ses jugements en commun avec Israël.
   22 Et pour Dan, il dit :
Dan est un jeune lion
Qui s'élance de Basan.
   23 Et pour Nephthali, il dit :
Nephthali, rassasié de faveurs
Et comblé de la bénédiction de l'Eternel,
Prends possession de la mer et du midi.
   24 Et pour Asser, il dit :
Qu'Asser soit béni entre les fils,
Qu'il soit le favori de ses frères !
Et qu'il trempe son pied dans l'huile.
   25 Que tes verrous soient de fer et d'airain,
Que ton repos dure autant que tes jours !
   26 Nul, ô Jésurun, n'est comme le Dieu
Qui marche sur les cieux pour, venir à ton secours
Et, dans sa majesté, sur les nuées.
   27 C'est une retraite que le Dieu d'ancienneté !
Des bras éternels te soutiennent.
Il chasse de devant toi l'ennemi
Et il dit : Extermine !
   28 Israël habite en sécurité,
La source [qui jaillit] de Jacob coule solitaire
Dans un pays de blé et de moût ;
Son ciel aussi distille la rosée.
   29 Heureux es-tu, Israël ! Qui est comme toi,
Un peuple que protège l'Eternel,
Le bouclier de ton secours
Aussi bien que l'épée de ton triomphe !
Et tes ennemis viennent te flatter,
Et toi, tu marcheras sur leurs lieux élevés.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique. Plus d'informations
Deutéronome 33
  • Note de section ou de chapitre
    33.1 à 34.12 : Dernières paroles et mort de Moïse
    Après avoir énoncé d'aussi sévères menaces que celles qui sont renfermées dans son cantique, Moïse sent le besoin de se séparer de son peuple avec des paroles plus douces et prononce sur lui la bénédiction suivante, toute pleine de vœux et de promesses. Ce morceau est le pendant de la bénédiction de Jacob (Genèse 49.1-33), à laquelle il emprunte différentes expressions; mais il en diffère en ce que le patriarche s'adressait à des personnes vivantes, ses propres fils, dont il connaissait le caractère et la conduite tandis que Moïse a devant lui les douze tribus d'un grand peuple, qui n'ont point une individualité aussi nettement marquée. De là le caractère plus idéal des paroles qu'il leur adresse. Ce morceau est en quelque sorte l'inauguration de l'établissement d'Israël dans la Terre promise à ses pères.
    Le discours commence par une introduction rappelant le moment où l'Eternel est devenu le roi d'Israël (versets 2 à 5). Suivent les vœux de bénédiction sur chacune des tribus dans le territoire que Dieu lui assignera (versets 6 à 25). En terminant, l'auteur célèbre l'Eternel comme le puissant protecteur d'Israël dans toutes ses luttes avec ses ennemis (versets 26 à 29).
  • 33.2 2 à 5 Introduction.
    L'auteur date la royauté de l'Eternel sur Israël du moment où il lui a donné sa loi (verset 5). L'apparition de l'Eternel sur Sinaï est présentée sous l'image d'un majestueux lever de soleil. L'astre du jour apparaît du haut du Sinaï et son éclat resplendit, jusque sur les montagnes de Séir et de Paran, à l'est et au nord.
    Pour eux. Ce jour qui se lève, c'est la connaissance de la loi qui est accordée, comme un don spécial, à Israël.
    Des saintes myriades : des anges dont le cortège entoure l'Eternel qui s'avance lui-même du milieu de leurs phalanges pour parler à son peuple.
    Des jets lumineux. L'expression employée est très obscure. On lui a donné un sens spirituel : le feu de la connaissance. Nous y verrions plutôt la continuation de l'image du soleil levant : les rayons projetés qui sont l'image de la lumière que la loi répand dans les cœurs (Psaumes 19.1-15).
  • 33.3 Les peuples. Si l'on traduit, comme le font plusieurs : Certainement il chérit... on doit voir dans les peuples les tribus d'Israël (Genèse 49.10). Mais le sens plus exact est : Il chérit aussi... et, dans ce cas, le mot de peuples doit désigner comme si souvent, les peuples en général (Genèse 27.29; Exode 15.14; Deutéronome 32.8; Esaïe 8.9; Psaumes 33.10), et dans notre chapitre même, versets 17 et 19). Lors même que Dieu s'est révélé si spécialement à Israël, il aime aussi les autres peuples. Celle idée est amenée par l'opposition au mot : pour eux (Israël), deux fois répété dans ce qui précède. Nous retrouvons ici une pensée analogue à celle d'Exode 19.5-6, où, tout en déclarant Israël son peuple choisi, Dieu a soin d'ajouter : Toute la terre est à moi! et où le même mot ammim (les peuples) est employé pour désigner les peuples en général.
    Tous ses saints. Dans cette même parole de l'Exode, Israël est appelé : la nation sainte, pour le distinguer des autres peuples.
    En ta main : à ta disposition, prêts à te servir. Plusieurs ont entendu par là les anges (verset 2); d'autres, les israélites pieux uniquement, en opposition au reste du peuple. Le sens plus général, tout Israël, nous paraît plus naturel : Tu chéris tous les peuples, mais entre tous, Israël est ton peuple. A remarquer le changement de la troisième à la deuxième personne dans une seule et même proposition : tous ses saints, en ta main. De pareils changements de personnes sont très fréquents dans l'Ancien Testament, mais surtout dans ce morceau.
    Et eux : ses saints; ce peuple saint et lui seul.
    Se sont rangés à tes pieds : allusion à la scène de la promulgation de la loi, où le peuple était rangé au pied de la montagne sainte.
  • 33.4 De ce verset il paraît résulter que ce n'est pas Moïse lui-même qui a rédigé ce morceau, comme aussi il n'est point dit, comme du chapitre 32, que ce soit lui qui l'ait écrit.
  • 33.5 C'est dans cette assemblée plénière des tribus au pied du Sinaï que l'Eternel inaugura la théocratie et qu'il fut reconnu par Israël comme son Roi.
  • 33.6 6 à 25 Les bénédictions.
    L'énumération commence par Ruben, l'aîné, comme dans Genèse 49.3. Le second en âge, Siméon, est omis en raison du châtiment de dispersion dont Jacob l'avait menacé et en vertu duquel il ne devait avoir ni individualité propre, ni territoire à part en Israël. Lévi devait, d'après la même menace, partager son sort, mais il a été relevé en partie du châtiment annoncé, en vertu d'un choix qui, tout en laissant subsister la forme du châtiment (la dispersion), lui a rendu une place particulière et, à certains égards, la première de toutes. Avant de parler de lui, l'auteur prononce la bénédiction de Juda, auquel avait été transmis par Jacob le droit d'aînesse enlevé à Ruben. A la suite de Juda et de Lévi sont placés les deux fils de Rachel, la bien-aimée, puis les deux fils de Léa, non encore nommés, Zabulon et Issacar; enfin les quatre fils des servantes. Asser est séparé de Gad, fils comme lui de Zilpa, pour que l'énumération se termine par une bénédiction éclatante qui couronne dignement le tout, celle d'Asser, dont le nom signifie heureux. La réunion de Manassé et d'Ephraïm en une tribu unique aurait réduit le nombre des tribus à dix, si Lévi, ordinairement mis en dehors, ne reprenait ici sa place. Quant à l'omission de la douzième tribu (Siméon), voir plus haut.
  • Que Ruben vive. Le titre qui précède les autres bénédictions manque ici, parce que Ruben est nommé dans le corps même de la bénédiction. Le sens est celui-ci : Qu'il ait sa place parmi les tribus (qu'il ne soit pas dispersé au milieu d'elles, comme Siméon et Lévi; voir la menace Genèse 49.5-7), mais rien de plus; car le crime du premier-né de Jacob continue à peser sur la tribu descendue de lui. C'est ici qu'aurait dû venir Siméon.
  • 33.7 Le titre oppose fortement Juda à Ruben.
    Ecoute... et le ramène. Ceux qui placent la composition de ce chapitre à une époque très postérieure sont embarrassés par ce passage. On a supposé que ce vœu de voir revenir Juda vers son peuple a été exprimé par un auteur appartenant au royaume des dix tribus et qu'il voulait par là inviter Juda à venir se réunir à ce royaume. Mais que signifieraient dans ce cas les premiers mots : Ecoute la voix de Juda? Dans le sens proposé, ce serait, au contraire, la voix d'Israël rappelant à lui Juda, que Dieu devrait être prié d'écouter. Et dans toute l'Ecriture, il est question, non du retour de Juda aux dix tribus, mais, au contraire, de celui des dix tribus à Juda. Il nous paraît que l'auteur contemple Juda, le chef des tribus israélites, partant en guerre pour une expédition contre les ennemis d'Israël. La voix de Juda que Dieu est supplié d'écouter est la prière de toute la tribu demandant victoire pour son armée. Le terme de ramener se rapporte au retour de l'armée victorieuse. Les deux versets suivants conviennent parfaitement à ce sens. Juda nous apparaît dans cette strophe comme l'Israël idéal et victorieux, de même que dans Genèse 49.8-10.
  • 33.8 A la tribu dotée de la suprématie politique succède la tribu à qui est accordée la prééminence religieuse au sein du peuple. Comme cette bénédiction s'adresse à Lévi et à toute sa tribu, nous ne pouvons appliquer l'expression : L'homme pieux, ton serviteur, qu'à Lévi lui-même, comme personnification de tous ses descendants, c'est à cette tribu que sont confiés les Urim et les Thummim (voir Exode 28.30), en la personne du souverain sacrificateur. C'est cette tribu qui, en la personne de Moïse et d'Aaron, a été appelée à subir l'épreuve par laquelle le peuple a tenté l'Eternel à Massa; voir Exode 17.1-16, et surtout au verset 2 de ce chapitre l'expression : Donnez-nous, qui ne peut s'appliquer qu'à Moïse et Aaron. C'est elle qui, en leur personne également, a subi une nouvelle épreuve à Mériba de Kadès (Nombres 20.1-29). Le fait que, dans ces deux cas, la révolte du peuple contre l'Eternel se porta spécialement contre ces deux membres de la tribu de Lévi, prouve que la cause de cette tribu se trouvait déjà identifiée dans une certaine mesure avec celle de Dieu.
  • 33.9 Ce fut cette tribu enfin qui, à l'occasion du veau d'or, fournit les instruments de la sentence divine qu'ils exécutèrent sur leurs compatriotes sans aucun égard pour les liens de la chair.
  • 33.10 Récompense de Lévi. Il est chargé de la sainte mission d'enseigner la loi à son peuple et cela en la personne des Lévites dispersés dans ce but au milieu du peuple; puis c'est encore Lévi qui présente à Dieu l'encens et les sacrifices, en la personne des sacrificateurs.
  • 33.11 Bénis, ô Eternel, sa force : donne efficacité à son ministère.
    Brise les reins... Ces paroles sont inspirées par le souvenir du châtiment épouvantable dont furent frappés les adversaires du ministère lévitique (Nombres 16.1-50), et s'appliquent à tous ceux qui prétendraient renouveler cette opposition.
  • 33.12 La place assignée ici à Benjamin qui, conformément au rang d'âge, était le dernier dans la bénédiction de Jacob, s'explique probablement par cette expression : chéri de l'Eternel. On voit, par l'histoire des fils de Jacob en Egypte, combien Benjamin était particulièrement cher à son père, comme fils de Rachel, l'épouse bien-aimée, et comme le fils cadet. C'est comme tel qu'il est resté aussi, malgré sa petitesse, la tribu favorite de l'Eternel. Sans doute. son histoire subséquente ne justifierait guère ce titre, s'il lui avait été donné postérieurement. Il faudrait l'expliquer, dans le cas de la composition très postérieure de notre chapitre par le fait que Jérusalem et le temple étaient situés dans le territoire de cette tribu.
    Il habite en assurance auprès de lui, littéralement : sur lui. Cette expression a été prise dans le sens local et appliquée au fait que le temple fut bâti sur le territoire de Benjamin; mais elle peut s'entendre aussi dans un sens purement spirituel.
    Il repose entre ses épaules. Le il peut se rapporter à Benjamin, qui serait ici comparé à un enfant que son père porte sur son dos, ou bien ce il peut désigner l'Eternel, en ce sens que Dieu serait présenté comme résidant entre les épaules, c'est-à-dire entre les collines de Benjamin. Ce dernier sens est peu naturel, parce que le temple était situé, non entre les collines (dans la vallée), mais sur l'une des collines. Et l'image de l'Eternel reposant sur les épaules de Benjamin serait bien étrange, tandis que celle de Benjamin reposant sur les épaules de l'Eternel se comprend aisément; comparez Exode 19.4. Même image appliquée au rapport de Dieu à Israël, Deutéronome 1.31. Cette bénédiction ne présente aucun rapport avec celle donnée à Benjamin par Jacob (Genèse 49.27).
  • 33.13 Les bienfaits de la pluie, de la rosée et des sources qui sont si rares et si précieuses en Palestine.
  • 33.14 Plantes qui mûrissent annuellement, comme les céréales, la vigne, les oliviers; puis celles qui mûrissent d'un mois à l'autre, comme les plantes potagères.
  • 33.15 Les meilleurs produits des montagnes antiques : le lait, le miel, les forêts.
    Les épithètes : antiques et éternelles, caractérisent souvent les montagnes comme ce qu'il y a de plus solide sur la terre. Genèse 49.26.
  • 33.16 Et des dons exquis. Résumé de toute l'énumération précédente.
    A tous ces biens terrestres s'ajoute le bien suprême qui leur donne leur véritable prix : la faveur de ce Dieu de l'alliance qui est apparu pour la première fois à Moïse dans le buisson ardent pour la réalisation de ses antiques promesses.
    Prince de ses frères : Genèse 49.26.
  • 33.17 Ce verset décrit la force irrésistible d'Ephraïm. Il est appelé le taureau premier-né de Joseph, parce que, quoique le cadet, Jacob lui a donné la position de premier-né, et parce que cette expression désigne ordinairement le fils le plus fort.
    Les milliers de Manassé. Le terme de milliers, beaucoup plus faible que celui de myriades, indique l'infériorité numérique de Manassé; voir dans Nombres 10.36 les mêmes expressions.
  • 33.18 Cette bénédiction concerne, comme la précédente, deux tribus, quoique le titre n'en mentionne qu'une seule : Et pour Zabulon, il dit. Ici, comme dans Genèse 49.13, Zabulon, le cadet, est nommé en tête; autre analogie avec la bénédiction précédente. L'auteur, comme celui de Genèse 49.13-15, discerne en chacune de ces deux tribus une physionomie différente. Zabulon se livrera à des expéditions commerciales; Issacar sera plutôt agricole et sédentaire.
  • 33.19 Le premier attirera à l'Eternel de nombreux adorateurs, en retour de tous les biens dont il le comble, de sorte que des troupes nombreuses se joindront à lui pour aller adorer sur la montagne où se trouvera le lieu de culte du vrai Dieu. Ses richesses viendront spécialement du commerce maritime, de la pêche en général, de la pêche de l'insecte à pourpre en particulier, et peut-être aussi de la fabrication du verre (le sable de la mer).
    Sacrifices de justice : offerts dans les dispositions convenables (Psaumes 4.6).
    Le territoire de Zabulon paraît avoir atteint la côte de la mer Méditerranée immédiatement au sud de la Phénicie. Celui d'Issacar s'étendait à l'intérieur vers l'est et renfermait la grande et fertile plaine d'Esdraélon. Il est vrai qu'au moment du partage du pays (Josué 19.10-16) le territoire de Zabulon paraît s'être arrêté au Carmel. Mais ou bien c'est ici une description idéale du territoire de Zabulon qui ne s'est point réalisée plus tard (comparez Genèse 49.13, note), ou bien il faut admettre qu'à la suite du partage qui avait exclu Zabulon des bords de la mer, il a lui-même étendu son territoire et occupé la côte entre le Carmel et la Phénicie. Cette portion de la Terre Sainte était celle où Israël fut le plus mêlé avec les païens; elle a porté plus tard le nom de Galilée des Gentils.
  • 33.20 Gad avait reçu un vaste territoire au-delà du Jourdain.
    Déchire bras et tête : comme une lionne, couchée dans son antre, déchire sa proie. Voir Genèse 49.19, note.
  • 33.21 Il a jeté les yeux... C'étaient, paraît-il, les Gadites eux-mêmes qui, d'après Nombres 32.2,6,25,29, etc., avaient pris l'initiative de la démarche en vertu de laquelle deux tribus et demie étaient restées à l'est du Jourdain.
    Les prémices : le premier territoire conquis.
    Car là une part de chef... : une part telle qu'on l'assigne à un chef. On peut traduire aussi : une part accordée par le chef (Moïse).
    Elancé en tête du peuple : comparez Nombres 32.17.
    Ce qui était juste : ce à quoi il s'était engagé devant Dieu envers le reste du peuple (Nombres 32.25-27).
    Ses jugements en commun avec... : les jugements de Dieu sur les Cananéens, à l'extermination desquels il a concouru fidèlement de concert avec tout le peuple.
  • 33.22 Jacob avait surtout fait ressortir l'habileté et la ruse de Dan (Genèse 49.19); il s'agit ici de sa force et de son agilité qui sont comparées à celles du lion des forêts de Basan se jetant à l'improviste sur sa proie.
  • 33.23 Prends possession. Pour jouir de sa riche part, Nephthali doit la conquérir lui-même.
    De la mer. Ici, la mer de Galilée. Le mot suivant, que nous traduisons par midi (comparez aussi Ezéchiel 40.24; 42.12), paraît désigner ici une région chaude et fertile, telle que l'est la côte occidentale du lac de Genézareth.
  • 33.24 Qu'Asser soit béni entre les fils : entre tous les fils de Jacob; qu'il mérite son nom, qui signifie heureux. D'autres traduisent : béni en fils : qu'il ait une belle et nombreuse postérité. Lors du premier dénombrement. Asser comptait 1500 hommes; lors du second, 53000 déjà. D'autres encore : Béni par les autres tribus qui tireront de cette tribu des produits excellents (Genèse 49.20) En faveur de ce dernier sens on peut alléguer ce qui suit le favori de ses frères.
    Son pied dans l'huile. Sa demeure sera sur des montagnes couvertes d'oliviers (Josèphe, Guerres des Juifs II,.22).
  • 33.25 Tes verrous : les portes de tes forteresses (1Rois 4.13). En Orient, les serrures sont, ordinairement de bois.
  • 33.26 26 à 29. Conclusion. Les bénédictions particulières qui précèdent se fondent et se résument en une bénédiction générale.
    Jésurun : verset 5
  • 33.27 C'est une retraite... Tout ce verset rappelle le psaume 90 de Moïse.
    Extermine! Israël n'a plus qu'à tuer ceux que son Dieu a abattus devant lui (2Samuel 5.24).
  • 33.28 La source de Jacob : le peuple issu de lui qui se renouvelle continuellement.
    Solitaire (Nombres 23.9; Michée 7.14) : dans un territoire choisi à part et comme à l'écart de tous les autres peuples.
  • 33.29 Qui est comme toi? Le peuple d'Israël est aussi unique en son genre que l'est son Dieu (verset 26).
    Te flatter : en raison de la crainte qu'ils ont de toi (Psaumes 18.45).
    Leurs lieux élevés; leurs forteresses.
    Sur la bénédiction de Moïse.
    La date de la composition de ce morceau est difficile à déterminer. Si le contenu en est attribué à Moïse, notre texte ne lui en attribue pas la rédaction. Le verset 4, où il est parlé de Moïse à la troisième personne, les détails donnés dans les versets 18 et 19 sur le commerce maritime de Zabulon, les richesses qu'il lui procurera et l'influence religieuse exercée par lui sur ses voisins, au verset 23 sur la position de Nephthali près de la mer de Galilée. semblent. supposer la conquête accomplie. D'autre part, le peuple est envisagé comme formant encore un tout parfaitement uni. L'indice du schisme entre les deux royaumes, que l'on a cru trouver dans la bénédiction de Juda, est entièrement illusoire, comme nous l'avons constaté; la preuve que l'on a trouvée, dans la bénédiction de Benjamin, d'une date postérieure à la construction du temple, est pour le moins incertaine. En échange, le souvenir si vivement exprimé de l'établissement de Gad dans son territoire à l'est du Jourdain et de son empressement à s'associer au reste du peuple pour la conquête de Canaan, et l'éloge donné à la vaillance déployée par Juda dans l'achèvement de la conquête, paraissent placer la composition dans un temps très rapproché de l'établissement du peuple dans la Terre promise. On peut même envisager cette bénédiction comme l'inauguration solennelle de ce grand fait de l'histoire nationale du peuple, et, si elle n'a pas été rédigée par Moïse, elle peut bien être la libre reproduction d'un dernier adieu du législateur à son peuple. C'est ce que nous paraît indiquer le verset 4.