Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Jérémie 31 (Annotée Neuchâtel)

   1 En ce temps-là, dit l'Eternel, je serai le Dieu de toutes les familles d'Israël, et ils seront mon peuple. 2 Ainsi a dit l'Eternel : Le peuple réchappé de l'épée a trouvé grâce dans le désert ; Israël va être mis en repos. 3 L'Eternel m'est apparu de loin. Je t'ai aimée d'un amour éternel, c'est pourquoi j'ai prolongé pour toi la miséricorde. 4 Je te bâtirai encore, et tu seras rebâtie, vierge d'Israël ! Tu paraîtras encore avec tes tambourins, et tu t'avanceras en dansant au son des instruments. 5 Tu planteras encore des vignes sur les montagnes de Samarie ; ceux qui plantent planteront et ils recueilleront. 6 Car il y a un jour auquel les gardes crieront sur la montagne d'Ephraïm : Levez-vous, et montons en Sion vers l'Eternel notre Dieu ! 7 Car ainsi a dit l'Eternel : Poussez des cris de joie sur Jacob, et éclatez d'allégresse pour celui qui est la tête des nations ; faites-vous entendre ; chantez des louanges, et dites : Eternel, sauve ton peuple, le reste d'Israël ! 8 Voici, je vais les faire venir du pays du septentrion et je les rassemblerai des bouts de la terre ; l'aveugle et le boiteux, la femme enceinte et celle qui enfante seront ensemble parmi eux ; ils reviendront ici en grande troupe. 9 Ils reviendront en pleurant, et je les ramènerai demandant grâce ; je les conduirai aux courants des eaux, par un droit chemin ; ils n'y broncheront point ; car j'ai été un père à Israël, et Ephraïm est mon premier-né.
   10 Nations, écoutez la parole de l'Eternel, et l'annoncez aux îles éloignées, et dites : Celui qui a dispersé Israël le rassemblera et le gardera comme un berger son troupeau. 11 Car l'Eternel a délivré Jacob et l'a arraché de la main d'un plus fort que lui. 12 Ils viennent donc et chantent en triomphe sur les hauteurs de Sion ; et ils affluent vers les biens de l'Eternel, le froment, le moût, l'huile et les produits du menu et du gros bétail ; leur âme est comme un jardin arrosé, et ils ne sont plus dans la langueur. 13 Alors la vierge s'égaiera à la danse, et les jeunes hommes et les vieillards ensemble ; je changerai leur deuil en joie, et je les consolerai ; je les réjouirai en leur ôtant leur peine. 14 Et je rassasierai de graisse l'âme des sacrificateurs, et mon peuple sera rassasié de mes biens, dit l'Eternel. 15 Ainsi a dit l'Eternel : Une voix a été ouïe à Rama, des gémissements et des pleurs amers : Rachel pleurant ses enfants ; elle a refusé d'être consolée, parce que ses enfants ne sont plus. 16 Ainsi a dit l'Eternel : Retiens ta voix de pleurer, et tes yeux de verser des larmes ; car ton oeuvre aura sa récompense, dit l'Eternel, et on reviendra du pays de l'ennemi. 17 Il y a de l'espérance pour tes derniers jours, dit l'Eternel, et tes enfants retourneront dans leurs frontières.
   18 J'ai entendu, j'ai entendu Ephraïm qui gémit : Tu m'as châtié et j'ai été châtié comme un veau indompté ; ramène-moi et je reviendrai, car tu es l'Eternel mon Dieu. 19 Car après m'être retourné, je me suis repenti, et après m'être reconnu, j'ai frappé sur ma cuisse ; j'ai été honteux et confondu, parce que j'ai porté l'opprobre de ma jeunesse. 20 Ephraïm est-il donc pour moi un fils si cher, un enfant favori ? Car à mesure que je parle contre lui, je me ressouviens de lui ; aussi mes entrailles se sont émues à cause de lui ; j'aurai certainement pitié de lui, dit l'Eternel. 21 Dresse-toi des signaux ; pose-toi des jalons ; fais attention à la route, au chemin par lequel tu as marché... Reviens, vierge d'Israël, reviens dans tes villes. 22 Jusques à quand iras-tu errante, fille rebelle ? Car l'Eternel a créé une chose nouvelle sur la terre : la femme entourera l'homme. 23 Ainsi a dit l'Eternel des armées, Dieu d'Israël : On dira encore cette parole dans le pays de Juda et dans ses villes, quand je ramènerai leurs captifs : Que l'Eternel te bénisse, demeure de justice, montagne de sainteté ! 24 Et Juda et toutes ses villes ensemble, les laboureurs et ceux qui conduisent les troupeaux habiteront en elle. 25 Car j'ai abreuvé l'âme altérée, et j'ai rassasié toute âme languissante. 26 Sur cela je me réveillai et je vis que mon sommeil m'avait été doux.
   27 Voici, des jours viennent, dit l'Eternel, où je repeuplerai la maison d'Israël et la maison de Juda de races d'hommes et de races de bêtes. 28 Et comme j'ai veillé sur eux pour arracher et pour abattre, pour ruiner et pour détruire, pour faire du mal, de même je veillerai sur eux pour bâtir et pour planter, dit l'Eternel. 29 En ces jours-là on ne dira plus : Les pères ont mangé le verjus, et les dents des fils en sont agacées. 30 Mais chacun mourra pour son iniquité ; tout homme qui mangera du verjus, ses dents en seront agacées. 31 Voici, des jours viennent, dit l'Eternel, où je traiterai une alliance nouvelle avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda. 32 Non pas une alliance telle que celle que je traitai avec leurs pères, au jour que je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d'Egypte, alliance qu'eux ont rompue, et moi, je les avais épousés, dit l'Eternel. 33 Car voici l'alliance que je traiterai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit l'Eternel : Je mettrai ma loi au-dedans d'eux et je l'écrirai sur leur coeur, et je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. 34 Aucun d'eux n'enseignera plus son prochain, ni aucun son frère, en disant : Connaissez l'Eternel ; car ils me connaîtront tous, depuis le plus petit d'entre eux jusqu'au plus grand, dit l'Eternel, parce que je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché.
   35 Ainsi a dit l'Eternel, qui donne le soleil pour éclairer pendant le jour, qui donne des lois à la lune et aux étoiles pour éclairer pendant la nuit, qui secoue la mer et ses flots bruient, dont le nom est l'Eternel des armées : 36 Si jamais ces lois sont suspendues pour moi, dit l'Eternel, alors aussi la race d'Israël cessera d'être devant moi une nation pour toujours. 37 Ainsi a dit l'Eternel : Si les cieux se peuvent mesurer en-haut, si les fondements de la terre se peuvent sonder en-bas, alors aussi je rejetterai toute la race d'Israël, à cause de tout ce qu'ils ont fait, dit l'Eternel. 38 Voici, des jours viennent, dit l'Eternel, où cette ville sera rebâtie à l'Eternel, depuis la tour de Hananéel jusqu'à la porte de l'angle. 39 Et le cordeau à mesurer sera tiré tout droit sur la colline de Gareb et fera le tour de Goa. 40 Et toute la vallée de la voirie et des cendres et tous les champs jusqu'au torrent de Cédron et jusqu'à l'angle de la porte des chevaux, vers l'orient, seront des lieux saints à l'Eternel et ne seront jamais plus arrachés, ni ruinés.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique. Plus d'informations
Jérémie 31
  • Note de section ou de chapitre
    Ce chapitre annonce la restauration du peuple de Dieu. Il décrit d'abord son relèvement matériel; les deux grandes fractions d'Israël, séparées depuis Jéroboam, seront enfin réunies, et pour toujours, dans une Canaan renouvelée. Mais cette première perspective, déjà si brillante, ne fait qu'ouvrir au regard du prophète de nouveaux et plus glorieux horizons. Il annonce ensuite le seul relèvement valable et réel, la régénération des cœurs et la fondation d'une alliance nouvelle. Entre toutes les religions du monde, celle de l'Ancien Testament est la seule qui, tout en s'affirmant comme révélation divine, prédise sa propre transformation en une religion nouvelle et supérieure à elle-même.
    • Restauration de Canaan, versets 1 à 11
    • restauration particulière d'Ephraïm, versets 15 à 22
    • restauration particulière de Juda, versets 23 à 26
    • restauration du peuple entier, versets 27 à 30
    • fondation d'une alliance nouvelle et perpétuelle, versets 31 à 37
    • la nouvelle Jérusalem, versets 38 à 40.
  • 31.1 De toutes les familles d'Israël : aussi bien de celles des dix tribus que de celles de Juda.
    Sur l'accomplissement de cette prophétie à l'égard des dix tribus, voir 3.12 et suivants, notes. Ce premier verset résume le contenu de tout ce chapitre : le rétablissement de l'alliance sous la double forme de la relation de Dieu avec son peuple et du peuple avec son Dieu.
  • 31.2 L'expression : réchappé de l'épée, prouve qu'il ne s'agit pas ici, comme pourrait le faire penser le terme de désert, de la sortie d'Egypte. Le prophète parle du futur retour des Juifs après la captivité, qu'il contemple comme déjà accompli. Cependant le grand souvenir du séjour dans le désert et de la conquête de Canaan est présent à son esprit et lui fournit les couleurs du tableau. Comparez Osée 2.14.
    Mis en repos, comme au temps de Josué; comparez Esaïe 62.8-9; 63.14.
  • 31.3 De loin. L'Eternel est représenté comme apparaissant de Sion à son peuple qui est encore dans l'exil, et l'invitant à revenir. Comparez Psaumes 14.7.
    Entre ces mots et les suivants (je t'ai aimée...) il faut sous-entendre : Et il m'a dit. Le passé est le gage de l'avenir. L'Eternel qui a aimé son peuple de toute éternité, lui restera à jamais fidèle.
  • 31.4 Tu seras rebâtie : grande liberté d'image; la vierge d'Israël est comparée à un édifice.
    Tambourin : instrument employé dans les fêtes religieuses en Israël (Exode 15.20; Juges 11.34; Psaumes 68.26)
  • 31.5 Ils recueilleront. On a vu ici une allusion à la loi, Lévitique 19.23-25, qui ordonnait que les trois premières récoltes de toute plantation fussent laissées sur place, et enfin la quatrième consacrée à l'Eternel; la jouissance ne commençait donc qu'à partir de la cinquième année. L'Eternel fera abandon de ce droit en faveur d'Israël rapatrié. Mais il est plus simple d'expliquer d'après Esaïe 62.8-9; 65.21-22 : L'ennemi ne récoltera plus ce qu'Israël aura semé.
  • 31.6 Les gardes : peut-être les sentinelles postées sur les endroits élevés pour annoncer l'apparition du premier croissant de la lune, car c'était par ce moyen que l'on fixait l'époque des fêtes religieuses. En tout cas, le sens est : le peuple des dix tribus, si longtemps empêché par la politique de ses rois, puis par l'exil, de participer aux actes du culte à Jérusalem, viendra de nouveau célébrer les fêtes en Sion.
  • 31.7 Celui qui est la tête des nations. C'est Israël qui est ainsi désigné, en tant que peuple choisi de Dieu (Deutéronome 7.6; 26.19).
  • 31.8 L'aveugle et... Ceux-là mêmes qui sont le moins en état de voyager, reviendront des bouts de la terre; car ce sera Dieu qui les ramènera.
    Du septentrion : voir notes 1.13; 3.12.
  • 31.9 En pleurant. Ces larmes sont à la fois celles du repentir et de la reconnaissance; comparez les expressions semblables Osée 12.5. C'est en faisant l'expérience de la gratuité du salut que le pécheur verse les larmes à la fois les plus douces et les plus amères.
    Un père. Esaïe 63.16; 64.8.
    Mon premier-né. Ce terme pourrait signifier simplement qu'Ephraïm, malgré son long exil, participera de nouveau au privilège du peuple tout entier; comparez Exode 4.22 : Israël est mon premier-né. Cependant, si l'on se rappelle que Jacob mourant avait, à certains égards, donné à Joseph le droit d'aînesse, en lui accordant une double part d'héritage par l'adoption de ses deux fils, Manassé et Ephraïm; bien plus, qu'il avait encore privilégié Ephraïm, le cadet de ces deux frères, en le plaçant avant son aîné, Manassé (Genèse 48.1-21), on ne pourra méconnaître, dans l'expression que Dieu emploie ici, la promesse d'une position particulièrement honorable.
  • 31.10 Nations. Les nations païennes qui avaient assisté aux désastres du peuple de Dieu, avaient pu en conclure que Jéhova était moins puissant que leurs idoles. Ce scandale cessera par le miracle de la délivrance de son peuple et aboutira à un hommage éclatant rendu à Jéhova et à ce peuple par tous les païens. Comparez Ezéchiel 36.20-21; Psaumes 79.9-10.
  • 31.13 La danse chez les Orientaux est telle qu'elle peut s'allier même avec la gravité de l'âge. Comparez les chœurs dans la tragédie grecque.
  • 31.14 L'âme des sacrificateurs. On offrira de nouveau et en grande abondance les sacrifices de reconnaissance, dont une part était dévolue, d'après la loi (Lévitique 7.31-34), aux ministres du sanctuaire.
  • 31.15 Ces perspectives du rétablissement futur ramènent par contraste les pensées du prophète aux lugubres réalités du temps présent.
    Rachel, l'épouse bien-aimée du patriarche, la mère de Joseph, l'aïeule d'Ephraïm et de Manassé dont le prophète vient de prédire le retour, avait expiré en donnant le jour à son second fils, Benjamin, et avait été, enterrée à Ephrata, près de Bethléem (Genèse 35.19; comparez 1Samuel 10.2, note). L'ombre de cette tendre mère semble planer sur toute la contrée voisine, qu'habitent les descendants de ses deux fils Benjamin et Joseph du haut de la colline de Rama (au nord de Jérusalem), d'où l'on découvre tout le pays d'Ephraïm et de Manassé, elle fait retentir les cris de sa douleur maternelle sur ses descendants égorgés par l'ennemi. Saint Matthieu (Matthieu 2.17-18) signale une relation morale entre le massacre des enfants de Bethléem égorgés par un roi d'origine édomite, et tout ce peuple d'Ephraïm livré jadis dans son propre pays à l'épée de l'étranger.
  • 31.16 Mais l'Eternel n'a rappelé les larmes de Rachel, la représentante de toutes les mères israélites, que pour montrer la source de ces larmes à jamais tarie.
    Ton œuvre aura sa récompense. Le prophète parle ici à Rachel comme personnification de la Sion fidèle.
    Son œuvre désigne ou le travail de l'enfantement et de l'éducation des membres du peuple, ou le long deuil qu'Israël subit durant le temps de son exil.
  • 31.18 J'ai entendu. Jéhova entend par avance le cri d'Ephraïm qui, dans la terre étrangère, fait la confession de ses fautes et reconnaît la justice de son châtiment.
    Ramène-moi et je reviendrai, c'est-à-dire : ramène-moi en Canaan pour que j'y puisse revenir; forme naïve exprimant ce sentiment, que la force de Dieu seul peut accomplir ce retour. Ces mots se rapportent uniquement au retour extérieur. Puis, au verset 49, Ephraïm donne pour motif de sa demande le retour intérieur qui s'est opéré chez lui. Nous avons déjà remarqué, dans Esaïe, que le mot revenir comporte à la fois le sens extérieur de retour de l'exil et le sens moral de conversion. Jérémie passe ici du premier de ces sens au second. Ainsi s'explique le car : Que je revienne en Canaan; car de cœur je suis déjà revenu à toi. Ephraïm s'est retourné de cœur vers son père; c'est pourquoi il peut rentrer maintenant dans la maison paternelle.
    J'ai frappé sur ma cuisse : geste d'effroi (Ezéchiel 21.17). Ephraïm est comme terrifié, maintenant que dans la lumière de Dieu ses yeux s'ouvrent pour juger sa conduite passée.
  • 31.20 Dieu s'étonne lui-même de l'effet que produit sur lui la voix de son fils repentant. Il se demande comment il se fait que la tendresse subsiste encore en lui, qu'il en soit dominé comme malgré lui, au moment même où il le frappe si sévèrement : Ephraïm est-il donc un enfant favori? Nous dirions vulgairement : un enfant gâté. Ce tableau de ce qui se passe dans le cœur de Dieu à l'ouïe du gémissement de son enfant si longtemps rebelle est comme une parabole anticipée de l'enfant prodigue.
  • 31.21 Ce verset contient la réponse de l'Eternel à la prière d'Ephraïm (versets 18 et 19). Du cœur paternel vaincu par l'amour sort cette permission : Reviens!
    Dresse-toi des signaux. Israël, avant de quitter la terre étrangère, doit envoyer levant lui des éclaireurs qui jalonnent la route du retour, afin que nul ne s'égare.
    Le chemin par lequel tu as marché. A chaque pas il doit se souvenir du jour où ses ennemis l'emmenaient captif par ce même chemin dans la terre étrangère.
  • 31.22 Il n'y a pas à s'attarder sur la route. Le moment est propice, le départ urgent; Dieu va faire de Canaan le théâtre d'une œuvre nouvelle.
    A créé. Le prophète contemple déjà cette œuvre comme accomplie, lors même qu'il l'annonce encore comme future dans les mot suivants : La femme entourera l'homme. C'était peut-être là une expression proverbiale. La question est de savoir dans quel sens il faut l'appliquer ici. Cette difficulté a été résolue par les commentateurs d'une foule de manières. Les anciens ont vu dans cette image une allusion à l'incarnation du Christ s'enfermant dans le sein de la vierge. Ce sens de l'expression entourer est évidemment forcé. Mieux vaudrait, si l'on applique cette promesse au Messie, rapporter le mot entourer aux soins dont la femme (en la personne de la mère de Christ) entourera l'homme (en la personne de ce dernier). Mais sous cette forme le sens est peu naturel. D'autres traduisent : La femme sera changée en homme; c'est-à-dire que les plus faibles deviendront des héros, ou bien que le fort sera vaincu par le faible, etc., etc. Si nous tenons compte de cette idée : créer une chose nouvelle, nous devons chercher dans l'œuvre que Dieu va faire, un contraste bien tranché avec tout ce qui s'est passé précédemment. Or, quel avait été jusqu'alors le caractère de l'histoire d'Israël? Dieu l'avait cherché, mais sans que ce peuple se laissât trouver. Comme dit Esaïe : il avait étendu tout le jour ses mains vers un peuple rebelle (Esaïe 65.2). Son amour l'avait de toutes manières poursuivi, entouré; jamais Israël n'avait réellement répondu à cet amour. Maintenant tout sera changé : ce sera Israël, cette fille rebelle du verset 22, qui, comme une femme pleine d'amour, entourera de ses bras Jéhova son époux, et ne voudra plus à aucun prix se séparer de lui. La forme un peu étrange de l'expression s'explique aisément, si Jérémie applique ici un dicton populaire caractérisant ce qu'il y a d'insolite, surtout dans les mœurs de l'Orient, à ce que ce soit la femme qui recherche l'homme. La suite, verset 31 et suivants, nous paraît confirmer ce sens. L'expression : une alliance nouvelle (verset 31), rappelle celle du verset 22 : une chose nouvelle. La parole : Je les avais épousés (verset 32), explique les termes : la femme, l'homme, dans le sens figuré où nous les prenons; et toute l'œuvre décrite versets 33 et 34 : Je mettrai ma loi dans leur cœur, et ils me connaîtrout tous, répond exactement au sens que nous donnons à ces mots entourer l'homme.
  • 31.23 Le prophète passe ici à Juda, qui ne saurait être oublié dans ce tableau de la restauration du peuple de Dieu.
  • 31.26 Cette parole, qui rompt le fil du discours, ne peut être mise que dans la bouche de l'Eternel ou dans celle du prophète. Dans le premier cas, le sommeil ne saurait être que le temps de l'exil. Mais comment un pareil sommeil pourrait-il avoir été doux au cœur de Dieu? Le second sens est donc seul admissible. Ce verset marque une interruption dans la vision. Jérémie se réveille de l'extase où il était plongé durant la révélation précédente.
    Je vis que mon sommeil..., littéralement : Je vis et mon sommeil. C'est ici un hébraïsme fréquent. Comparez Genèse 1.31 : Et Dieu vit... et cela était bon, pour : Et Dieu vit que.... En revenant à lui, Jérémie se rend compte de la suavité infinie des moments qu'il vient de passer. Après tant de révélations accablantes, des messages de jugements, il vient de contempler les ravissants tableaux de l'avenir messianique. Il a ainsi bénéficié le premier de la promesse du verset 25.
  • 31.27 Les versets suivants se rapportent au peuple dans son ensemble. La formule : Voici, des jours viennent, y est répétée trois fois : au verset 27 en rapport avec le repeuplement du pays; au verset 31 en rapport avec la régénération spirituelle du peuple; au verset 38 pour annoncer la reconstruction de Jérusalem, à la gloire de l'Eternel.
  • 31.28 Répétition des termes employés lors de la vocation du prophète 1.10.
    J'ai veillé : allusion au symbole de l'amandier, 1.11-12 (note).
  • 31.29 La maxime proverbiale, mise ici dans la bouche du peuple, veut dire : que les enfants paient d'ordinaire pour les péchés de leurs pères. Elle renferme une accusation contre la justice de Dieu. Sans doute la loi elle-même semble dire quelque chose de semblable quand elle annonce que Dieu punira les péchés des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et quatrième génération (Exode 20.5); mais il ne faut pas oublier qu'elle ajoute : de ceux qui me haïssent. La dette, s'accumulant alors durant une série de générations qui continuent à marcher et à progresser dans le mal, finit par retomber tout entière sur la dernière (Luc 11.49-51). Mais il n'en est pas ainsi quand les enfants se détournent du péché des pères et rompent le lien de solidarité qui les unissait aux générations précédentes. Alors s'applique à eux le principe expressément formulé Ezéchiel 18.2-4 et développé dans la suite de ce chapitre; comparez Galates 6.5. Le sens du verset 29 n'est donc pas que Dieu suivra alors d'autres principes de gouvernement que ceux qu'il suit aujourd'hui; mais que, la conduite de l'homme ayant changé, le résultat du jugement de Dieu se trouvera être l'opposé de ce qu'il était auparavant. Pour ce peuple gracié, renouvelé, toute solidarité avec les péchés de leurs pères prendra fin, et si quelqu'un périt encore, il n'en devra accuser que lui-même et sa folie.
  • 31.31 31 et 32 Ces versets décrivent enfin la chose nouvelle que l'Eternel annonçait verset 22. Dans tout l'Ancien Testament c'est ici le seul passage où soit employée cette expression hardie de nouvelle alliance, qui semble reléguer au nombre des choses un jour passées et périmées le contrat solennel conclu avec le peuple au pied du Sinaï. Jésus s'est approprié cette expression, Luc 22.20; et saint Paul l'a développée dans toute sa profondeur, 2Corinthiens 3.6-18.
    Alliance qu'eux ont rompue. L'intention de ces mots est de mettre entièrement à la charge du peuple la rupture de ce premier contrat qui eût pu et dû demeurer toujours. A supposer en effet que le peuple y eût été fidèle, le contrat nouveau ne lui eût pas été refusé sans doute. Mais, au lieu de le conclure à la suite d'un douloureux divorce, le peuple eût passé d'une alliance à l'autre par une transformation paisible de la relation qui l'unissait à son Dieu. L'alliance de la lettre se fût épanouie sans révolution en celle de l'Esprit. L'enfant mineur fût devenu majeur.
  • 31.33 Ma loi. Comme expression de la sainte volonté de Dieu, elle restera à jamais l'essence du contrat entre Dieu et l'homme; elle ne sera ni changée, ni abolie (Matthieu 5.17-19; Luc 16.17). Seulement, au lieu d'être imposée à l'homme par une volonté étrangère et comme une obligation extérieure, elle s'emparera de son cœur et deviendra l'expression de la volonté même du fidèle.
    Sur leur cœur. A Sinaï, la loi avait été écrite sur les tables de pierre; sous cette forme elle se présentait comme une lettre impérative, qui rencontrait dans l'homme une volonté opposée à elle. Par la venue du Saint-Esprit, déjà promise dans Joël 2.28 et suivants, ce conflit de volontés entre Dieu et l'homme prend fin. Le contenu de la loi, ce que Dieu veut, devient ce que l'homme veut. Jésus-Christ, le premier, a réalisé cet idéal du parfait accord entre la volonté humaine et la volonté divine (Jean 4.31). La nouvelle naissance produit cette même harmonie avec la loi dans le cœur de l'enfant de Dieu. Le conflit est apaisé; et à l'alliance de la lettre, qui n'était que temporaire, se substitue celle de l'Esprit, qui est éternelle.
    Je serai leur Dieu... en toute vérité cette fois. Ainsi sera accomplie la promesse du verset 1.
  • 31.34 L'homme n'a une connaissance immédiate de Dieu que lorsqu'il reçoit de lui le pardon de ses péchés. Jusqu'alors un obstacle le sépare de lui, le sentiment de sa condamnation; et Dieu lui apparaît autre qu'il n'est. Pour connaître Dieu, dans cette situation, il a besoin d'être instruit par le témoignage de ses frères. Mais le pardon, en lui ouvrant l'accès jusqu'à Dieu même, le rend apte à recevoir le Saint-Esprit, qui devient son docteur et grave la volonté divine dans son cœur (verset 33). Ainsi sont rendus superflus les intermédiaires humains qui lui étaient jadis nécessaires. Lui-même connaît Dieu. Comparez Esaïe 54.13; Jean 6.45; Hébreux 7.8-12; 10.15-18.
  • 31.35 Du conflit entre la loi et la volonté de l'homme dans l'ancienne alliance, il résultait que cet ordre de choses ne pouvait être que temporaire; mais une fois l'harmonie rétablie, le nouvel état de choses est, par sa nature même, immuable.
    La stabilité des lois de la nature est le symbole visible de l'immutabilité de la grâce.
    Dans les derniers mots du verset 36 est affirmée la perpétuité d'Israël comme nation. Chez tous les autres peuples, il y a des individus élus; Israël seul est élu comme peuple (Romains 11.2).
  • 31.37 Toute la race : la nation entière. Car des individus israélites pourront certainement être rejetés. Comparez Esaïe 54.9-10.
  • 31.38 D'après tout ce passage, la Jérusalem nouvelle doit occuper à peu près le même emplacement que l'ancienne, seulement avec une extension un peu plus considérable. Mais la différence essentielle entre les deux, c'est que la nouvelle renfermera certaines localités jadis complètement souillées et situées en dehors des murs. Jamais la Jérusalem postérieure n'a compris dans son enceinte les localités indiquées. Tout ce tableau est symbolique; son sens spirituel est aisé à comprendre; comparez Zacharie 14.20-21.
    La tour de Hananéel : dans la partie nord-est de la muraille de la ville (Néhémie 3.1; Zacharie 14.10).
    La porte de l'angle : à l'angle nord-ouest de la ville (2Rois 14.13; Zacharie 14.10). Ces points forment donc les extrémités de la muraille septentrionale.
  • 31.39 Gareb et Goa sont des localités inconnues. Le premier de ces noms paraît signifier : la colline de la lèpre; cette localité, située certainement hors de la muraille, se trouvait sans doute vers le sud-ouest de la ville. La ligne droite qui la traversait, en partant de l'angle nord-ouest, dans la direction méridionale, aboutissait un peu plus au sud à la tour de Goa, qui formait par conséquent l'angle sud-ouest de la ville. Cette ligne marque donc la limite occidentale de la future ville sainte.
  • 31.40 L'expression : la vallée de la voirie et des cendres, désigne certainement la vallée impure de Hinnom, au sud de la ville, spécialement deux localités où l'on jetait les carcasses d'animaux et les corps des malfaiteurs, et brûlait des débris de toute sorte.
    Les champs jusqu'au torrent de Cédron. L'orthographe et le sens du mot rendu par champs sont incertains. Il s'agit en tout cas de la partie orientale de la vallée de Hinnom qui aboutissait à la vallée du Cédron.
    La porte des chevaux. De Néhémie 3.28, il résulte qu'elle était située vers l'extrémité méridionale de la colline du temple (Ophel) et qu'elle formait ainsi l'angle sud-est de la muraille. Goa et la porte des chevaux marquent par conséquent les deux extrémités de la limite méridionale de la ville. Quant à la limite orientale, le prophète n'en parle pas. Elle était marquée tout naturellement et sans changement possible, par la vallée abrupte du Cédron, au pied oriental de la montagne du temple.
    Saints à l'Eternel. Cette devise sacrée, gravée sur la lame d'or de la tiare du souverain sacrificateur, deviendra un jour celle de la ville entière.
    Ni arrachés, ni ruinés. On demandera comment cette promesse s'accorde avec la nouvelle destruction de Jérusalem par les Romains. Mais nous avons vu que cette description, tout en prenant son point de départ dans le retour de l'exil, se rapporte aux derniers temps. Nous attendons encore pour Jérusalem une restauration à la fois spirituelle et extérieure, lorsque le peuple aura enfin cru à son Messie et obtenu le pardon de son Dieu.