Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Job 35 (Annotée Neuchâtel)

   1 Elihu reprit la parole et dit :
   2 Est-ce juste, ce que tu as pensé,
Ce que tu as dit : Ma justice est éloignée de Dieu ?
   3 Car tu demandes quel profit tu en as :
Quel avantage ai-je de plus que si j'avais péché ?
   4 Moi, je te répliquerai,
Et à tes amis avec toi :
   5 Vois les cieux, et regarde !
Contemple les nuées, qui sont bien plus hautes que toi.
   6 Si tu pèches, quel tort, lui fais-tu ?
Si tes fautes se multiplient, quel dommage lui causes-tu ?
   7 Si tu es juste, que lui donnes-tu ?
Que reçoit-il de ta main ?
   8 Ce n'est qu'un homme, comme tu l'es, que ton péché affecte ;
Ta justice ne profite qu'à un fils d'homme.
   9 On crie à cause du grand nombre des oppresseurs,
On se plaint de la violence des grands.
   10 Mais on ne dit pas : Où est Dieu, mon Créateur,
Qui donne de quoi chanter de joie pendant la nuit,
   11 Qui nous instruit plus que les animaux sauvages,
Qui nous rend plus sages que les oiseaux du ciel ?
   12 Alors on crie, mais il ne répond pas,
A cause de l'orgueil des méchants.
   13 Les plaintes vaines, Dieu ne les écoute pas,
Le Puissant ne les considère pas.
   14 Même quand tu dis que tu ne le vois pas,
La cause est devant lui, attends-le !
   15 Mais maintenant, parce que sa colère ne punit pas
Et qu'il ne se préoccupe guère de la folie,
   16 Job ouvre la bouche en vains propos ;
Il multiplie ses discours sans intelligence.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique. Plus d'informations
Job 35
  • Note de section ou de chapitre
    Chapitre 35 Troisième partie du discours d'Elihu.
    Elihu prend pour point de départ une assertion de Job, versets 2 et 3, qui a déjà été indiquée (24.9), mais qu'il ne réfute qu'ici. Il montre que chacun se ressent, soit en bien, soit en mal, de sa conduite (versets 1 à 8). S'il paraît parfois en être autrement, c'est qu'il y a des lacunes dans la piété (versets 9 à 16).
  • 35.2 2 à 8 Indication et réfutation d'une erreur spéciale de Job.
  • 35.4 Et à tes amis avec toi : car ils n'ont pas été convainquants lorsqu'ils ont touché ce point (22.2). Voir 32.3,12.
  • 35.5 5 à 8 Le mal nuit, Mais à qui? il suffit de regarder le ciel, tellement élevé au-dessus de nos têtes, pour comprendre que Dieu, qui y habite, ne peut être affecté par nos agissements. Ni le mal, ni le bien que nous faisons, n'influe sur Dieu. C'est donc nous-mêmes qui recueillons les fruits de notre conduite.
  • 35.9 9 à 16 Ici Elihu se fait à lui-même une objection (verset 9) : Oui! la méchanceté de l'homme nuit à l'homme et n'affecte pas Dieu. Mais souvent elle nuit aux voisins du coupable plutôt qu'au coupable lui-même. De là tant de plaintes! Et ces plaintes, Dieu ne semble pas les entendre.
  • 35.10 Réponse : Quand on souffre, on sait bien crier à Dieu pour avoir du secours, mais on ne songe pas à se demander ce que Dieu a voulu nous dire par ces souffrances.
    Qui donne... Dieu, même au milieu de la nuit, c'est-à-dire de la plus profonde affliction, vient à notre secours quand nous nous sommes humiliés, et change nos soupirs en chants de délivrance.
  • 35.11 Plus que les animaux sauvages. Nous avons reçu de Dieu une âme capable, de le connaître et de comprendre le but qu'il se propose dans toutes ses dispensations à notre égard.
  • 35.12 12 à 13 Dans ces conditions-là, Dieu ne peut pas exaucer.
  • 35.14 Que tu ne le vois pas, c'est-à-dire que tu ne comprends pas la manière dont il dirige ta vie.
    Ta cause est devant lui : n'en est pas moins devant lui. Au lieu de te décourager, sache que ta plainte est montée jusqu'à lui.
  • 35.15 Ne punit pas, assez tôt, au gré, de Job.