Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

L'empressement

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Vie Chrétienne
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Nous parlerons de l'empressement que le Seigneur désire que nous ayons pour le servir, pour vivre notre foi. Une première lecture dans Chroniques II, au chapitre 24 :

"4 Après cela, Joas eut la pensée de réparer la maison de l'Éternel.
5 Il assembla les sacrificateurs et les Lévites, et leur dit : Allez par les villes de Juda, et vous recueillerez dans tout Israël de l'argent, chaque année, pour réparer la maison de votre Dieu; et mettez à cette affaire de l'empressement. Mais les Lévites ne se hâtèrent point ".

Dans le psaume 69, nous lirons un verset : " 9 (69:10) Car le zèle de ta maison me dévore, Et les outrages de ceux qui t'insultent tombent sur moi ".

C'est une parole prophétique qui est appliquée à notre Seigneur Jésus dans l'évangile de Jean au chapitre 2 :

"13 La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem.
14 Il trouva dans le temple les vendeurs de boeufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis.
15 Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables ;
16 et il dit aux vendeurs de pigeons : Ôtez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.
17 Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit : Le zèle de ta maison me dévore ".

Dans la deuxième épître aux Corinthiens au chapitre 5 : " 12 Nous ne nous recommandons pas de nouveau nous-mêmes auprès de vous; mais nous vous donnons occasion de vous glorifier à notre sujet, afin que vous puissiez répondre à ceux qui tirent gloire de ce qui est dans les apparences et non dans le coeur. 13 En effet, si je suis hors de sens, c'est pour Dieu; si je suis de bon sens, c'est pour vous. 14 Car l'amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts ". L'amour de Christ nous presse.

Le mot empressement ne se trouve pas souvent dans la Bible, mais il s'y trouve. Et quand il n'y s'y trouve pas, l'idée s'y trouve.

Qu'est-ce que l'empressement? C'est la hâte, c'est l'ardeur qui sont montrées à l'égard de quelqu'un pour l'accomplissement d'une tâche; l'empressement peut être aussi une façon de manifester de la politesse. Manquer d'empressement peut avoir des conséquences graves; par exemple, un médecin est appelé à s'occuper d'un malade dont le cas est grave; le médecin a d'autres choses à faire, et se dit qu'il a encore le temps ; et lorsqu'il va arriver, il n'y aura plus rien à faire pour le malade. Si on n'a pas d'empressement pour accomplir une tâche, cela peut devenir une négligence coupable, non-assistance à personne en danger, en particulier.

Nous avons lu quelque chose concernant le roi Joas. C'est un roi qui a régné à Jérusalem de 836 à 797 avant JC. Étant tout enfant, il a été sauvé miraculeusement de la mort, par le dévouement d'une de ses tantes. La reine Athalie, a été prise d'une folie meurtrière après la mort de son fils tué par Jéhu. Elle a fait tuer tous les enfants de son fils, sauf Joas, parce que Joas a été enlevé par sa tante, qui était femme du Grand Prêtre. Joas fut élevé dans la clandestinité. Athalie a régné six ans et Joas va être proclamé roi alors qu'il a sept ans ; c'est le Grand Prêtre qui mobilise tout le collège des prêtres et fait proclamer roi, Joas. Il y a une grande joie dans le royaume : très bon début de règne dans l'histoire de Joas. Et, comme nous l'avons vu, Joas ordonne que l'on répare le temple de Jérusalem, maison de l'Éternel. Il y a des dizaines d'années, en effet, que le temple n'a pas été entretenu et Joas voit ce qu'il faut faire. Un deuxième texte parallèle que nous trouvons en 2 Rois 12, qui nous donne davantage de détails. Nous avons vu que chargés de remettre en état le temple, les lévites manquèrent d'empressement, ils ne se hâtèrent pas. Dans le deuxième livre des Rois, au chapitre 12 nous lisons : 11 " Ils remettaient l'argent pesé entre les mains de ceux qui étaient chargés de faire exécuter l'ouvrage dans la maison de l'Éternel. Et l'on employait cet argent pour les charpentiers et pour les ouvriers qui travaillaient à la maison de l'Éternel, ". En effet, c'est une question d'argent, cela nécessite des fonds. Et Joas demande aux lévites de mettre de l'empressement à la réparation. Joas maintenant est âgé de trente ans et les réparations tardent encore, elles ne sont pas faites, car les lévites ne se sont pas appliqués à la tâche. Ils vont être finalement évincés et Joas va prendre un coffre, il va y faire une ouverture pour faire un tronc; et tous ceux qui sont bien disposés dans le peuple de Juda, vont apporter de l'argent; et cet argent va être affecté aux réparations du temple.
Ce sont des responsables qui sont établis là pour surveiller ces fonds; ils font un travail consciencieux, il est inutile de vérifier ce qu'ils font parce qu'ils le font avec honnêteté, ils se donnent à la tâche et l'argent qui va être collecté là, ne servira pas à autre chose que ce pour quoi il a été collecté. C'est, du reste, un principe dans les Églises évangéliques : quand des dons ont été recueillis pour l'Église persécutée, par exemple, ces dons, vont être envoyés à l' Église persécutée ; l'Église peut avoir des besoins très grands, mais puisque les dons ont été consacrés à une cause précise, il le seront. On a ici la notion de trésorier d'Église qui est sous-jacente; le tronc était vidé régulièrement et les sommes étaient remises aux réparateurs ; on ne demandait pas de comptes aux trésoriers, car ils agissaient avec probité. Le Seigneur se réjouit de l'empressement qu'apportent ses enfants, à faire ce qu'il montre. Ne pas montrer d'empressement, c'est sommeiller; nous désirons le réveil. Le Seigneur désire que nous soyons sensibles aux besoins de son oeuvre. Lorsque j'étais pasteur à Niort, nous avions un lieu de culte convenable, mais c'était dans un ensemble d'immeubles qui avaient été bâtis les uns contre les autres avec des imbrications. Nous étions voisins du Crédit Lyonnais et un jour, cette banque nous a dit qu'elle avait des réparations à faire dans son circuit d'eau, or les tuyaux passaient par notre église. Cela nécessitait que nous refassions toute notre conduite d'eau. Cela coûtait cher, et nos moyens étant limités, nous avons fait appel à la générosité de nos frères et soeurs. Voilà qu'un homme qui venait depuis relativement peu de temps, qui venait de passer par une conversion personnelle, un père de famille nombreuse, est venu le dimanche suivant avec une enveloppe destinée à la réparation car, dit-il : « Cette maison-là, est ma maison, car c'est là où j'ai découvert Jésus.
Je consacrais cet argent pou améliorer une petite maison que j'ai achetée d'occasion pour ma famille, mais là où nous sommes, nous pouvons encore subsister et ça prendra son temps ». Nous avons eu des scrupules à accepter mais ce don était fait avec tellement d'empressement, que nous n'avons pas pu dire à ce frère qu'il apportait quelque chose qui était au dessus de ses moyens.

L'empressement c'est le zèle, c'est donc l'ardeur, c'est aussi le soin que l'on apporte à une tâche quelconque. Nous avons lu tout à l'heure, cette parole prophétique : « Le zèle de ta maison me dévore ». Ce n'était pas le zèle de la maison du Seigneur qui dévorait les juifs au temps du prophète Aggée ; au temps du prophète Aggée, en effet, on peut lire au chapitre 2 : 9 « Vous comptiez sur beaucoup, et voici, vous avez eu peu ; Vous l'avez rentré chez vous, mais j'ai soufflé dessus. Pourquoi ? dit l'Éternel des armées. A cause de ma maison, qui est détruite, Tandis que vous vous empressez chacun pour sa maison ». La maison du Seigneur était en mauvais état, mais chacun s'empressait pour ses propres affaires et le Seigneur passait après, si on en avait le temps.

Par contre, Jésus dans le temple de Jérusalem, met de l'ordre : les vendeurs de pigeons et les changeurs font un trafic éhonté ; Jésus se fait un fouet de corde et chasse tous ces trafiquants. L'apôtre Jean rapporte alors cette parole qui s'appliquait au Seigneur : « Le zèle de ta maison me dévore ». Nous devons donc avoir du zèle, de l'ardeur, et d'apporter tout le soin nécessaire à ce que le Seigneur nous demande.

J'ai dit que le mot empressement n'est pas fréquent dans la Bible, mais on trouve des textes disant : mener rapidement cette affaire, hâtez vous de faire ceci, ou apportez tout votre soin à accomplir cette tâche. Dans le Nouveau Testament, l'apôtre Paul félicite les Corinthiens pour leur empressement pour la façon de traiter un problème : 11 " Et voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n'a-t-elle pas produit en vous ! Quelle justification, quelle indignation, quelle crainte, quel désir ardent, quel zèle, quelle punition ! Vous avez montré à tous égards que vous étiez purs dans cette affaire " (2 Co 7.11). Paul ici les félicite pour leur empressement dans la façon de traiter un problème de leur Église. Un autre texte dira l'empressement de Tite : 16

" Grâces soient rendues à Dieu de ce qu'il a mis dans le coeur de Tite le même empressement pour vous ;
17 car il a accueilli notre demande, et c'est avec un nouveau zèle et de son plein gré qu'il part pour aller chez vous " (2 Co 8).

L'empressement, c'est le zèle dans l'accomplissement d'une tâche de plein gré; on n'est point obligé de le faire, mais on accomplit cela car le coeur est rempli d'amour. En effet, on peut se poser la question: l'empressement est-il un devoir ou est-ce une manifestation de l'amour ? Si l'empressement est fait par devoir, il va vite s'émousser; c'est un peu comme en pâtisserie, le gâteau qui, gonflé, s'affaisse. Mais si l'empressement jaillit d'un coeur qui aime le Seigneur, cet empressement va être quelque chose de durable et c'est cela qui est agréable au Seigneur; Tite a eu de l'empressement pour aller visiter ses frères. Donc ayons le coeur plein d'amour pour nous donner du zèle. Ayez de l'empressement, ne laissez pas traîner les choses, dès que vous êtes informés d'un problème, dès que vous entendez qu'un frère ou une soeur se trouve dans une difficulté, le coeur plein d'amour manifestez votre empressement! Dès qu'on a de l'amour, on marque de l'empressement, spontanément; une mère n'a-t-elle pas de l'empressement pour son enfant ? On va au-devant des besoins des autres et c'est rarement le devoir qui est manifesté dans cet empressement. On peut penser aussi à l'empressement des croyants de la Macédoine à venir en aide à leurs frères judéo-chrétiens, par une collecte au profit de leurs frères de Jérusalem. On peut lire : 1 " Nous vous faisons connaître, frères, la grâce de Dieu qui s'est manifestée dans les Églises de la Macédoine. 2 Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part. 3 Ils ont, je l'atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au-delà de leurs moyens, 4 nous demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à l'assistance destinée aux saints. 5 Et non seulement ils ont contribué comme nous l'espérions, mais ils se sont d'abord donnés eux-mêmes au Seigneur, puis à nous, par la volonté de Dieu ".
On voit donc ici ce qu'est l'empressement: c'est le désir de venir en aide, c'est presque demander : " Puis-je aider mes frères et que dois-je faire pour cela ? "

Dieu veut que nous ayons du zèle pour toutes choses. Un chrétien de Suisse, ancien missionnaire, racontait qu'il était assis sur un banc avec sa femme, tous les bancs étaient occupés, et les promeneurs nombreux dans le parc. Un femme africaine est passée d'un groupe à l'autre, posant la question : " Connaissez-vous Jésus ? Savez-vous qu'il revient bientôt ? Lisez la Bible, elle vous parle de lui " ; Et joignant le geste à la parole, elle donnait un traité parlant de Jésus. L'ancien missionnaire a engagé le dialogue avec cette femme africaine qui leur dit qu'elle allait bientôt retourner dans son pays pour y témoigner de son Sauveur. Cet ancien missionnaire disait : " Quel défi ! Pour des personnes auxquelles auparavant l'Évangile a été porté par des missionnaires, les voici évangélisant en Europe, ce continent actuellement déchristianisé ". Dans un sondage d'opinion datant de 1988, donc déjà ancien : en Suisse, on demandait aux gens s'ils étaient chrétiens et l'on obtenait la réponse ou ; mais seulement 6,5% des questionnés ont pu dire que Jésus étaient leur sauveur. Et depuis 1988 il est certain que le taux a baissé.

Pour nous, si nous avons laissé le Saint Esprit nous remplir, nous visiter, nous baptiser, si nous sommes sous la pression de l'Esprit Saint, alors nous pouvons dire avec Paul : " L'amour de Christ me presse " ; car qu'est-ce avoir de l'empressement ? C'est avoir un coeur pressé par l'amour de notre Seigneur et qui, ensuite, se met au travail. Priorité au Seigneur, c'est l'empressement du chrétien. Jeanne d'Arc disait : " Messire Dieu premier servi ! "; pour nous : Dieu premier servi ! Dès le début de la journée, ayons une pensée pour le Seigneur; ayons déjà cet empressement. Ayons aussi de l'empressement pour aller au-devant de nos semblables vers nos frères et soeurs en la foi, en témoignant vers le prochain, en apportant aussi au Seigneur, la part qui lui revient, dans ce que nous sommes, dans ce qu'il nous a confié. Et puis de l'empressement pour prier, pour nous mettre à l'écoute de ce que le Seigneur veut nous dire par sa Parole et par son Esprit. De l'empressement pour évangéliser autour de nous, pour faire connaître Jésus. Il faut aussi que le zèle de la maison du Seigneur nous dévore, nous saisisse au plus profond de nous-mêmes pour la gloire de Dieu. Pour que soit hâté le jour du retour de Jésus. Le Seigneur veut que nous soyons empressés, c'est-à-dire pressés de le servir, agissant par la pression de son amour qui étreint notre coeur. Le Seigneur veut que nous nous hâtions pour le servir parce que les temps sont proches où Jésus va revenir. Nul ne sait combien de temps nous avons à servir notre Seigneur, mais nous devons être empressés. Des gens sont malheureux, car Dieu leur a donné des occasions dans leur vie et qu'ils n'ont pas su saisir : ils ont refusé de s'approcher du Seigneur et ont négligé ce que le Seigneur leur proposait avec empressement.
Pour nous, agissons avec empressement, sachant que c'est une qualité que le Seigneur nous demande : avoir du zèle pour lui, pour le servir, de l'empressement à aller au-devant des besoins des autres car le Seigneur nous aura révélé la détresse des autres par son Esprit, parce que le Seigneur nous aura montré la tâche à laquelle il nous destinait. Croyons que notre Dieu va nous bénir, dans la mesure où nous manifesterons de l'empressement. Croyons qu'il veut nous faire sortir de nos ornières de nos chemins battus, et qu'il veut que nous le servions avec tout le zèle qu'il met dans notre coeur. C'est le Saint Esprit qui déverse dans notre esprit ce zèle. Ne pas mettre d'empressement, c'est refuser ce que le Seigneur voudrait que nous fassions. Il n'en sera pas ainsi; nous voulons travailler pour lui, tandis qu'il fait jour, et le faire avec zèle, amour, c'est-à-dire avec empressement.

Amen!

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères