Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

II019 - Accueillir le plus petit

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Méditations Année II
Source : Lueur
Réf./Date source : 01/01/2011  
Publié sur Lueur le
Partager
Mais si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer. Matthieu 18:6

Kaled est le fils d'une ancienne musulmane qui fréquentait nos cultes avant de déménager dans la région parisienne. Un jour, il est venu au culte et s'est assis au premier rang. Il applaudissait fortement après chaque chant de l'assemblée, voulait aussi prier à haute voix, ce qu'il fit d'ailleurs avec ses propres mots. Au moment de la distribution de la Sainte-Cène, il disait à qui voulait l'entendre : « Moi aussi je veux partager cela avec vous ». Ce qu'il fit avant de prendre son sac et, se tournant vers l'assemblée, de nous saluer en ces termes : « Il fait chaud, je vais aller me baigner, Bon dimanche à tous » et il est parti. Je l'ai revu des mois après, à la prison, il me remerciait de notre accueil.

Certains seraient choqués par ce "manque d'ordre" dans le culte mais je suis persuadé que Jésus l'aurait aussi laissé faire et dire. Faisons attention de ne pas être trop légaliste, au point d'empêcher certaines personnes de s'approcher de Jésus. N'est-ce pas ce qu'il voulait dire aux hommes religieux de son temps : Malheur à vous aussi, docteurs de la loi ! Parce que vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter et que vous ne touchez pas vous-mêmes de l’un de vos doigts.1 Laissons venir vers Jésus ceux qui en ont besoin et ne les chargeons pas trop d'interdits en tout genre qui risquent de les décourager.

Lectures proposées : Luc 18:9-17

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères