Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

II095 - Otages décapités

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Méditations Année II
Source : Lueur
Réf./Date source : 01/01/2011  
Publié sur Lueur le
Partager
Car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain. Philippiens 1:21

Il y a quelque temps, les informations nous faisaient part de la décapitation d'otages américains et anglais. Ces civils s'étaient rendus dans un pays lointain pour leur travail et ne pensaient certainement pas à une issue aussi fatale.

Mon épouse me disait : "ça doit être horrible d'attendre tout en sachant que les jours sont comptés et que la mort nous attend d'ici peu … et quelle mort !". Ceux qui sont passés à la guillotine dans notre pays devaient ressentir la même appréhension, à la différence qu'ils se savaient souvent coupables d'une faute commise.

Je me demande ce que je ferais moi-même dans une telle situation, quel serait mon état d'esprit.

Un otage britannique a lancé un appel pressant dans l'angoisse et les pleurs, nous pouvons le comprendre. Par contre, je me suis posé des questions sur l'un des otages américains lorsque le porte parole de sa famille a dit contre toute attente : "Nous sommes heureux qu'il soit maintenant avec Jésus au ciel".

Je ne pense pas que ce soit de l'américanisme ou du fatalisme, certainement cet homme était un véritable chrétien, il savait où il irait après sa mort, y était préparé et l'avait très certainement partagé à ses proches. Dans ces conditions, il n'est pas impossible qu'il ait vécu sa mort, non comme une fatalité, non pas dans l'angoisse mais dans une certaine paix, sachant où il allait et sûr que sa famille, même étant dans la tristesse, recevrait la consolation de le savoir auprès de Jésus.

Et vous, quel serait votre état d'esprit devant le moment fatal ?

Lectures proposées : Psaumes 71

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères