Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

II291 - Etre utile au lieu de s'apitoyer

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Méditations Année II
Source : Lueur
Réf./Date source : 01/01/2011  
Publié sur Lueur le
Partager
L’Esprit du Seigneur est sur moi, il m’a oint… pour guérir ceux qui ont le cœur froissé Luc 4:18

J'ai regardé l'autre jour un reportage dans le cadre des infos télévisées. C'était une mère de famille qui témoignait du décès de sa fille frappée d'une leucémie à l'âge de 23 ans.

Ce qu'elle disait sonnait très vrai : "Au lieu de m'apitoyer sur le décès de ma fille, de me renfermer pour pleurer sa disparition, j'ai voulu au contraire que sa mort serve à quelque chose, à quelqu'un. J'ai donc regardé aux autres, à ceux qui étaient malades de la même maladie et je me bas depuis pour qu'ils puissent vivre. C'est ainsi que je cherche depuis 10 ans à sensibiliser la population sur le don de sang, de plaquettes, de moelle. Sa disparition doit servir aux autres et je me devais de sortir de ma souffrance personnelle pour voir que d'autres avaient besoin de mon combat."

C'est un genre de thérapie, celle de continuer à exister malgré le malheur qui nous touche. Pour certains c'est une fuite en avant, un plongeon dans l'activisme pour oublier en quelque sorte, penser à autre chose. Je ne suis bien sûr pas contre, c'est beaucoup mieux que de sombrer dans le désespoir et la déprime.

Cela dit, le risque est d'enfouir son chagrin par l'activité, chagrin qui risque de ressortir comme un boomerang dans un moment de faiblesse, c'est pourquoi il faut guérir de sa blessure.

Jésus qui connait le fond de notre âme, de nos sentiments, de nos souvenirs les plus enfouis, vient nous proposer la guérison de nos traumatismes, ce qui n'exclut en rien la valeur et l'utilité du combat de cette mère.

Lectures proposées : Esaïe 53:6-10

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères