Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

II364 - Bonjour Mon Père

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Méditations Année II
Source : Lueur
Réf./Date source : 01/01/2011  
Publié sur Lueur le
Partager
Jésus lui répondit: Pourquoi m’appelles-tu bon? Il n’y a de bon que Dieu seul. Luc 18:19

Il y a peu j'ai dit à un colonel avec qui je suis très à l'aise : Au lieu de me dire "Monsieur l'aumônier", appelez-moi Bernard c'est plus simple. Mais l'autre jour encore, en me voyant il disait : "désolé, je n'arrive pas à vous appeler par votre prénom".

Cette semaine c'est à un capitaine que je m'adressais pour lui dire qu'il fallait me tutoyer. Durant quinze minutes il m'a parlé sur le sujet et particulièrement sur le respect d'autrui tout en concluant qu'il allait essayer. D'autres, voyant mes épaulettes me saluent avec un "Bonjour Mon Père", je leur réponds malicieusement : "vous pouvez m'appeler grand-père car je le suis aussi". En fait j'aime bien taquiner les personnes ou les provoquer gentiment, d'autant plus dans ce milieu où existent des codes très précis.

Dans le même ordre d'idée, lorsque l'on me dit "bonjour, ca va ?", souvent je réponds "il me semble que ça va !", conscient que cela déstabilise les personnes qui ne s'attendent pas à ce type de réponse. Plus que de provoquer pour provoquer, je cherche à faire réfléchir sur le bienfondé d'usages en cours.

La réaction de Jésus est étonnante lorsque ce chef d'une synagogue l'interpelle par un 'bon maître'. Il lui pose la question, pourquoi m'appelles-tu Bon maitre, pourquoi bon ? Il insiste pour dire que Dieu seul est bon ! Sans comparaison vaniteuse, Jésus déstabilise aussi son interlocuteur, l'oblige à réfléchir sur sa pratique religieuse, sur ce qu'il pense de Dieu le Père, sur ce qu'il pense de Jésus à qui il s'adresse.

Lectures proposées : Luc 18:18-27

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères