Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Nos pensées

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Le Caractère du Chrétien
Source : Aimer & Servir
Réf./Date source : 106
  
Publié sur Lueur le
Partager

Car mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas mes voies. Autant les cieux sont élevés au dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au dessus de vos voies. Et mes pensées au dessus de vos pensées (Es 55.8-9)

Si nous comparons la pensée du Dieu qui a conçu l'incroyable plan de rédemption en Jésus Christ, la gloire, la noblesse et la sainteté de son caractère, oui, si nous comparons la pensée de notre Dieu avec la petitesse et la vanité de nos propres pensées, nous réalisons qu'il y a un abîme entre la pensée de Dieu et la nôtre. Toutefois il faut que ces deux pensées se rejoignent, que nous arrivions à entrer dans celle de Dieu. Comme l'exprime l'apôtre Paul, il faudrait amener notre propre pensée captive à l'obéissance au Christ (2 Co 10.5). Paul parle de la pensée d'autres personnes qu'il a pu amener à l'obéissance. Il faudrait souligner la nécessité que chacun d'entre nous rende sa propre pensée captive de l'obéissance à Jésus Christ. Pourquoi ?

1- C'est la pensée qui est en nous qui produit nos attitudes, nos actions et une partie de nos émotions. Un proverbe dit : Il est comme les pensées de son âme (Pv 23.7). ou «comme les arrière pensées de son âme» dans une autre version. Telle est la pensée, telle sera l'attitude dans la vie ou l'action. Autrefois, étant sans Dieu, nous vivions selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées (Ep 2.3).

2- De plus notre pensée est polluée par notre coeur : la parole de Dieu dit que le coeur de l'homme est tortueux par dessus tout (Jr 17.9). De nombreux textes de l'Ecriture et du Seigneur lui même montrent que le coeur, l'âme régit aussi jusqu'à un certain point notre pensée. Jésus disait : Pourquoi avez vous de telles pensées dans vos coeurs ? (Mt 9.4). Est-ce que nous pensons avec le coeur ou avec l'intelligence ? Nous sommes persuadés que nous pensons avec notre intelligence mais la Bible nous dit que nous pensons aussi avec le coeur. Siméon dit à Marie, alors qu'elle vient d'enfanter Jésus : Voici, cet enfant est destiné à devenir un signe qui provoquera la contradiction afin que les pensées de beaucoup de coeurs soient dévoilées et d'ajouter à toi une épée te transpercera l'âme (Lc 2.34-35).
Cette épée est évidemment l'épée de l'Esprit, la Parole de Dieu qui est l'arme par laquelle le Saint Esprit dévoile quelles sont les pensées de nos coeurs. Hébreux le dit clairement : La parole de Dieu est vivante, efficace, plus tranchante que l'épée à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du coeur (He 4.12.). Il est donc nécessaire que les pensées du coeur soient jugées. Le but de notre réflexion aujourd'hui, c'est de faire le ménage dans nos pensées, de nettoyer tout ce qui est mensonge ou séduction afin d'être ensuite rempli de l'Esprit de Dieu.

- Il y a des gens dont la pensée est constamment régie parla pitié de soi :
un sentiment de dévalorisation, d'infériorité, de culpabilité, de rejet. «Personne ne m'aime. Je ne suis rien. Je n'arriverai jamais à rien dans ma vie». Si telle est la pensée dominante, cette vie sera totalement inhibée, cette personne sera atteinte d'une multitude de maladies psychosomatiques et déstabilisée sur le plan spirituel. Or, il s'agit d'une pensée mensongère; pour le chrétien d'abord ; mais aussi dans l'absolu puisque aux yeux de Dieu tout homme est création et créature de Dieu faite à son image ; créature merveilleuse, pardonnée en Christ, acceptée, aimée, valorisée. La pensée basée sur la pitié de soi est une pensée de mensonge. Elle doit être éradiquée car elle offense l'amour de Dieu, de notre Père qui prend soin de nous, qui nous adopte comme ses enfants.

- Pour d'autres, la pensée est régie par la crainte. Leurs pensées fournissent à leur coeur toutes sortes de bonnes raisons: peur de la maladie, peur du cancer, de l'avenir, de la retraite, des problèmes financiers, des enfants (seront ils touchés par la drogue ?), des agressions, du vol, etc. Tout cela est renforcé par l'état actuel de précarité et d'insécurité dans lequel vit la société, mais une telle pensée conduit ces personnes à vivre dans l'angoisse, l'insomnie et la dépression. Ils ne sont pas maîtres d'eux mêmes.

- La pensée peut aussi être régie par un esprit blessé, perpétuellement blessé par n'importe quoi alors se développent la jalousie, l'amertume, la rancune : véritables poisons. La cause, c'est le refus du pardon. La conséquence, ce sont «les querelles, les disputes, les rivalités», les sectes, le fanatisme. Un tel comportement est une offense à la grâce de Dieu qui pardonne au coupable, qui ne conteste pas sans cesse, qui ne se lasse pas de pardonner, qui a conçu un plan de salut, un plan d'amour pour nous. C'est une offense à l'ordre formel que Dieu nous a donné de pardonner à notre prochain de tout notre coeur et de l'aimer. Une telle pensée, c'est une forteresse de mensonge qui dit «je ne peux pas pardonner» au lieu de dire «je ne veux pas pardonner» parce que nous pouvons pardonner.

La loi tout entière est accomplie dans une seule parole Tu aimeras ton prochain comme toi même (Mt 22.39). Il faut arriver, chacun d'entre nous, à faire le diagnostic de ce qui est notre pensée dominante, celle qui peut jusqu'à un certain point régir notre vie. Si tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi laisse ton offrande et va d'abord te réconcilier avec ton frère (Mt 5.23-24).

- La pensée est également régie par la curiosité. Intellectualisme, démangeaison d'entendre des choses nouvelles, insolites, les courants intellectuels à la mode, le sensationnel. Ce sont des gens qui s'intéressent à tout : à l'écologie, à la macrobiotique, aux médecines parallèles, à la psycho et à la parapsychologie, à l'analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique, la culture, etc. Les maîtres mots sont: ouverture, dialogue, remise en question. La curiosité est une bonne chose. Mais il ne faut pas pousser trop loin le raisonnement, ni même être trop curieux de connaître la pensée de Dieu.

Certaines versions chrétiennes de ces personnalités aiment le sensationnel, tombent dans certains excès. Mais ce qui est beaucoup plus grave, c'est que leur pensée est parasitée par une sagesse d'en bas ; celle d'en haut est obscurcie dans leur esprit. C'est une porte ouverte à toutes sortes de séductions ; les séducteurs sont légion autour de nous, qui captivent la pensée de ceux qui veulent apprendre sans cesse mais n'arrivent jamais à la connaissance de la vérité.

Cela aussi offense Dieu, l'autorité de Dieu : cette pensée ne reconnaît pas que la vérité, toute la vérité est dans la révélation en Jésus Christ. L'apôtre Paul a dit : Il y a un seul Evangile et il n'est pas de l'homme (Ga 1.9-11). Je ne dois pas le chercher chez des hommes ou des gourous. Jésus Christ est : le chemin, la vérité et la vie (Jn 14.6). Celui qui refuse de le croire ouvre la porte à la séduction.

Il y a aussi la pensée régie par ce que la Bible appelle l'orgueil de la vie :
les personnes ambitieuses pour lesquelles tout ce qui compte est la carrière, le statut social, la réussite, le fait d'être en vue, le pouvoir. Chez ces personnes, se développent une dureté de coeur, l'attrait de la richesse, l'invasion des convoitises et bien sûr, l'orgueil qui précède la chute.

- Un dernier exemple à propos de la pensée régie par la convoitise :
la convoitise, suscitée d'ailleurs, et même alimentée par les médias. Il s'agit de matérialisme, et de l'omniprésente sexualité. Cette convoitise là régit le comportement de beaucoup d'hommes, jusqu'à l'obsession. Le prophète Esaïe compare celui qui est régi par cette convoitise à quelqu'un qui couve des oeufs de basilic. Si on mange ces oeufs, on en meurt ; si on en brise un, il en sort une vipère. Héberger et entretenir en nous des pensées de convoitise, c'est couver des oeufs qui font éclore des serpents : ils vont se nicher dans un coin de notre coeur et le détruire. C'est donc un système de pensée qui est encore une fois mensonger. Pour le chrétien, cela conduit, s'il cherche à se justifier, au relativisme moral et à la permissivité ; s'il ne se justifie pas, il sera culpabilisé et vivra péniblement tous les jours de sa vie. C'est une pensée de mensonge parce que la Bible nous dit :

Aucune tentation vous est survenue qui n'ait été humaine, Dieu qui est fidèle nous donne toujours les moyens de la surmonter (1 Co 10.13). Nous ne sommes pas redevables à la chair pour vivre encore selon la chair (Rm 8.12).

D'autres exemples encore : une pensée narcissique :
mes droits, mes prérogatives, mon confort, ma chère et adorable petite personne, les égards que l'on me doit. Le conformisme par rapport aux idéologies dominantes, le doute. Ces forteresses de mensonge doivent être détruites. Elles sont un poison pour notre âme. Sinon, nous serons comme ceux qui, n'ayant pas connu la vérité de Dieu, la retienne captive.

L'apôtre Paul dit : Ils se sont égarés dans leurs pensées et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres (Rm 1.21).

Jésus a dit : L'oeil est la lampe du corps. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé mais si ton oeil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres (Mt 6.22). Qu'est ce que cet oeil ? C'est notre discernement spirituel, la pensée qui dirige notre vie et qui est devenue notre raison d'être, notre raison de vivre. C'est cela l'oeil spirituel, la «lampe du corps».

Le but de cette réflexion c'est que nous apprenions devant Dieu, en nous ranimant nous même et en nous laissant examiner par l'esprit de Dieu à débusquer ce qui en nous est une pensée stéréotypée, mensongère, qui nous ramène toujours vers des attitudes et des actions contraires à la volonté de Dieu. C'est ce que l'apôtre Paul appelait «toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu» (2 Co 10.5). Nous pouvons démanteler ces pensées de mensonge par la vérité, celle qui est la parole de Jésus Christ, épée de l'Esprit. Renonçons à toute complaisance, à toute rationalisation, à toute justification ou excuse.

Dans Ephésiens 4 Paul dit : mais vous, vous les croyants, vous les enfants de Dieu ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l'avez entendu et écouté et si vous avez été instruit en Lui conformément à la vérité qui est en Jésus Christ (Ep 4.20-21).

Chacun de ces mots pèse très lourd. C'est la vérité qui nous affranchit, qui permet de balayer le mensonge de nos cerveaux, c'est Jésus christ qui nous affranchit c'est bien lui le Libérateur mais Il opère en nous par la vérité de sa Parole.

Soyons transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin de discerner la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait (Rm 12.2).

Le bon schéma de pensée du croyant est régi par l'amour, par la foi dans la vérité de l'Evangile : l'amour pour Dieu et pour le prochain.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères