Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Une maison tombée du ciel

Auteur :
Type : Témoignage
Thème : Chrétien au quotidien
Source : Lueur
Réf./Date source : 21/09/2020  
Publié sur Lueur le
Partager

Je vais vous raconter l’histoire d’un rebondissement totalement inattendu concernant notre maison et qui finalement en dit long sur la vie ! Je vais partir du principe que j’ai une relation avec Dieu, un peu comme je peux en avoir avec mes amis, mais plus subtil au niveau communication. C’est comme si je pouvais lui parler (en français ou autre, il est plus que bilingue), mais lorsque lui me parle, il faut une sorte de décodeur. Si ce principe vous dérange, voyez-le comme l’ami invisible de l’enfance. En définitive, je parle à Dieu comme à un père (ou une mère, ou les deux à la fois) qui serait près de moi, avec la certitude qu’il m’écoute en permanence. Et je l’entends de diverses manières, par des pensées, la lecture de la Bible, des émotions, des personnes, des sensations, des circonstances et Facebook (et oui, comme quoi, Il utilise tous les moyens modernes pour communiquer avec nous) !

Partir, mais pour où ?

En janvier 2020, nous avons signé le compromis pour vendre la maison que nous avions depuis 12 ans. Deux ans avant, Dieu m’avait partagé qu’il désirait nous faire changer de maison pour quelque chose de plus grand, de mieux, et m’avait prévenu que nous n’aurions pas besoin de chercher mais que cela arriverait d’une manière surprenante. J’avais eu une vision prophétique à ce moment-là, d’une femme venant à moi avec une maison posée sur ses mains pour me l’apporter.

Malheureusement, en ce début d’année 2020, la situation familiale était compliquée et il fallait plutôt trouver rapidement un appartement à louer. J’ai donc cherché, visité, mais à chaque fois ça n’allait pas, j’étais certain qu’il ne fallait pas signer. Il faut dire que l’immobilier est assez cher à Montpellier et nos moyens ne permettaient de viser que des choses assez éloignées de nos idéaux. Par deux fois j’ai été tenté de prendre une des locations car le temps pressait, mais j’ai entendu Dieu me dire « j’ai mieux pour toi ». Il y avait quelques critères importants (mais on était prêt à en sacrifier) : pratique et rapide pour les transports en communs des enfants, si possible un garage pour mettre ma moto à l’abri, 3 chambres et surtout une très bonne connexion Internet car je suis informaticien et travaille de chez moi, et puis si possible un jardin, … et des aspects que nous aurions appréciés : plus grand, une baignoire, lumineux, un parking, une terrasse, moins cher…

Finalement, le confinement est arrivé, la signature pour la vente a été repoussée, il n’était pas possible de trouver une location. J’ai remercié Dieu de nombreuses fois de vivre ce confinement dans notre maison avec jardin, ça n’aurait pas été le même confort en ayant pris un appartement juste avant ! Durant ce temps, je me suis rendu compte que j’aimais mon quartier et j’ai dit à Dieu que finalement j’aimerais rester dans le coin, comme un critère de plus dans la liste.

Je commençais toutefois à me demander s’il fallait vraiment prendre une location ou s’il ne valait pas mieux trouver une solution temporaire en attendant de voir ce que Dieu allait faire. En avril, j’ai décidé de libérer la maison rapidement à la sortie du confinement, sans attendre de trouver un autre logement, par honnêteté pour les acquéreurs, qu'il ne fallait pas faire attendre plus longtemps. Sans location d’ici là, tout irait dans un garde-meuble, on se ferait héberger chez des amis et dans des locations temporaires.

C’est là que les choses commencent.

L’atterrissage se fait à une bien meilleure destination !

Le dimanche 10 mai, la veille du déconfinement en France, j’appelle une amie et elle me dit ceci : « depuis plusieurs mois, lorsque je prie pour votre situation de logement, je ne vois pas une location ni un appartement, mais l’achat d’une maison ». Elle ne sait pas pourquoi elle ne me l’avait pas dit avant, mais il y a une bonne raison, vous verrez ! Je réponds, très surpris, que ce n’était pas du tout notre optique, un achat prend 3 mois et on partait bientôt… mais si elle avait cette pensée dans la prière, c’est certainement Dieu qui voulait dire quelque chose.

Sans tarder ce soir-là, juste après avoir raccroché, je regarde pour la première fois les annonces de ventes de maisons. Avec quelques filtres, sur la première page, mon œil est attiré par une photo, je regarde l’annonce et la maison me plait, elle répond assez bien à nos critères, et en plus avec une surface habitable bien plus grande. Mais elle est trop cher à cause des frais d’agence. Comme il se fait tard, je demande à Dieu : « j’aimerais la trouver demain, en direct vendeur, sans frais d’agence ».

Dès le lendemain matin, lundi, je regarde un autre site d’annonces, sur la première page de recherche, je vois cette maison, mais cette fois en direct vendeur, sans frais d’agence ! On dirait bien que Dieu a répondu très vite !

J’appelle tout de suite les propriétaires. Je commence en demandant si la maison est libre rapidement car nous quittons la nôtre, la dame me répond qu’ils comptent partir avant l’échéance de la vente et que nous pourrons donc emménager avant l'achat ! Elle cherche même des solutions pour pouvoir m’héberger temporairement ! La deuxième chose qu’elle me décrit, sans que je ne pose de question : son mari est informaticien et travaille de la maison, il a la meilleure connexion Internet possible et tous les branchements sont faits ! Exactement ce que je cherchais. Je lui explique que c’est parfait parce que je fais la même chose, elle me répond d'une phrase qui m'a semblé venir de Dieu : « vous n'avez plus qu'à poser vos affaires ».

Moi qui étais déçu de quitter le quartier et demandais à Dieu d’y rester, elle est dans le même quartier, à 1km à vol d’oiseau. Pour les enfants, c’est la même ligne de bus, encore plus proche de leurs écoles, donc idéal. Il y a 4 chambres et non 3, il y a un garage, un jardin devant et un jardin derrière, terrasse, baignoire, très lumineuse, elle ne fait pas 80m² comme on cherchait mais 120… la liste des choses qui sont exactement ce que l’on cherchait s’allonge de manière impressionnante ! On prend rendez-vous pour une visite le lendemain midi, mardi.

Juste après, une autre amie (il faut s’entourer de bonnes amies, et de bons amis, de ceux qui écoutent Dieu pour ta vie), qui devait m’appeler le mardi, m’appelle un jour plus tôt. Je la mets au courant et elle me donne le contact d’un courtier en prêt immobilier. La situation ne paraissait vraiment pas permettre un achat. Je le contacte et rendez-vous est pris pour mardi matin.

Il y eu un soir, il y eu un matin, mardi arrive : rendez-vous téléphonique avec le courtier qui me rassure vraiment sur le dossier, en disant qu'il trouvera une banque qui soutienne le projet !

Enhardi par cette bonne nouvelle, je me rends à la visite. Les propriétaires sont vraiment très sympathiques, ils cherchent des solutions pour nous laisser la place le plus tôt possible, on peut dire que j’hallucine ! On fait le tour et dans le garage trône déjà… une moto ! Le reste aussi me plait beaucoup. Plusieurs fois, je suis attiré par le t-shirt du mari où il est écrit en gros sur plusieurs lignes GOO OOO OOD, j'ai l'impression que le Saint-Esprit est en train de me dire « regarde, c'est bon » !

En rentrant, à table, j’annonce la nouvelle que cette fois j’ai fait une visite pour un achat. La réponse de ma fille est : « alors ce sera chez nous ? » J’avais sous-estimé l’importance de se sentir chez soi, d’avoir notre logement « à nous », c’est précieux aux yeux de mes enfants et Dieu le savait. Je leur montre les photos, ils sont conquis. On visite ensemble l’après-midi et il devient clair qu’on a très envie d’y habiter.

Des petits détails s’ajoutent qui ne semblent rien mais qui nous touchent. Ma fille, dont le deuxième prénom est Rose, aime beaucoup cette fleur. Depuis des semaines elle regardait avec admiration les roses du voisin et les prenait en photo. En regardant le jardin de la nouvelle maison, elles s’exclame : « mais c’est un rosier blanc qui est là ! », elle affirme que c'est un signe de la part de Dieu et cela la rend joyeuse. Plus tard, dans la voiture, la radio passe Stand On The Word, des Joubert Singers (version Larry Levan). C'est une chanson que j'aime énormément (je suis mélomane) et dont les paroles invitent à rester ferme sur les paroles de Dieu, parce qu'on ne sait pas quand ni comment mais il fait les choses, et c'est comme s'Il était en train de me dire « tu es resté sur mes paroles, aujourd'hui je fais les choses ». Et bien sûr, Dieu me dit ça en musique et pas avec n'importe laquelle au niveau musical et au niveau des paroles, tellement il me connaît parfaitement. Ensuite, je demande un conseil avisé et on me dit de foncer…

La réflexion du prix d’achat se fait donc et, basé sur le fait que la maison est à un prix très attractif, voire bas par rapport à sa surface dans Montpellier, et le fait de voir les propriétaires tellement avenants, il ne semble pas honnête de vouloir grapiller et nous faisons une offre au prix de vente proposé. Elle est acceptée une heure après.

Tout est allé si vite ! le samedi on cherchait encore, moroses, à louer un appartement de 80m², le mardi, tout joyeux, on se met d’accord pour l’achat d’une maison de 120m². Tout ça pour une seule raison : Dieu avait planifié de nous faire entrer dans cette maison. Il nous l’a communiqué au bon moment, on l’a entendu et on a fait nos choix en conséquence.

Un timing parfait pour la réalisation prophétique

Les propriétaires m’ont expliqué avoir mis la maison dans deux agences pour la vente, en début d'année, mais qu’aucune n’avait permis d’aboutir. Ils ont donc décidé de la vendre en direct et ont publié l’annonce le samedi 9 mai.

Si mon amie m’avait parlé de sa pensée en prière plus tôt, ça n’aurait pas raisonné pour nous, l’idée n’était pas de s’embarquer dans un achat. D’autre part, on n’aurait pas fait l’achat de cette maison via une agence, donc on l'aurait certainement mise de côté et passé des heures à éplucher les sites d’annonces pour trouver autre chose. On s’est téléphoné le 10 au soir, j’ai eu les propriétaires le 11 au matin, l’achat a été validé le 12 après la visite !

Le lundi 11, des personnes avaient déjà visité la maison et auraient pu faire une proposition d’achat acceptée. Le 14, les propriétaires m’ont appelé pour me demander de confirmer mon intention d’achat car une personne ayant visité proposait d’acheter cash, donc sans les délais et complications d’un prêt bancaire. Bien entendu, on a confirmé.

La fenêtre de tir était donc très restreinte ! Il a fallu que mon amie soit inspirée au bon moment par Dieu pour me donner la pensée qu’elle avait depuis plusieurs mois, que je sente qu’il y avait quelque chose de divin, qu’on pose des actes de foi et même un peu de folie… mais au final, les choses que Dieu m’avait dites se sont accomplies de la manière dont il les avait prédites. Premièrement, il nous a déménagé dans une meilleure maison, une vraie bénédiction. Deuxièmement, nous n’avons pas eu à réellement chercher (un petit bout de soirée ce n’est rien du tout pour un achat !). Troisièmement, ma vision d’une femme qui vient apporter une maison dans ses mains s’est produite : mon amie nous a ouvert la voie pour retourner la situation et qu’en deux jours on achète une maison !

Ça c’est mon Dieu : aimant, attentionné, précis !

Une réalisation divine pour des personnes imparfaites

En 2018 j’avais acquis la conviction que Dieu allait ouvrir une saison de bénédiction pour notre famille, que sa faveur allait se déployer envers nous. Quelques mois plus tard, des problèmes ont commencé à nous tomber dessus. Est-ce que j’avais mal compris ? Non. J’allais comprendre que Dieu avait bien ouvert la saison de la faveur pour notre famille, mais que selon les choix de chacun, tous n’allaient pas en bénéficier autant que Dieu voudrait.

La situation familiale encore compliquée du début 2020 ne présageait pas que la promesse que Dieu avait faite concernant la maison puisse se réaliser à ce moment-là. Nous étions en train de vendre la précédente, il fallait la quitter, et il n’était pas question de racheter. En fait, au regard humain, il semblait plutôt que c’était le plus mauvais moment pour ça. Cela m’a fait réfléchir sur plusieurs points.

Parfois, Dieu fait des promesses, parfois il partage ce qu’il aimerait faire. La différence est énorme. Les promesses de Dieu s’accomplissent toujours. Ce qu’il aimerait faire peut ne pas s’accomplir à cause de nos mauvais choix.

Dieu a donc réalisé ce qui était une vraie promesse envers nous. Il a dit « je vais faire » et il a fait. Et cela ne dépend pas de nous et de nos bons ou mauvais choix. Il est le spécialiste de l’agencement des circonstances pour que ses plans justes et parfaits s’accomplissent. Le verset d’Habacuc 2:3 dit : les choses que je te fais voir arriveront, mais seulement au moment fixé. Une promesse que Dieu révèle de manière prophétique s’accomplira. La promesse de Dieu n’est pas en retard, elle est en route, il prépare les choses. C’est merveilleux de voir que si on l’écoute, il nous prévient de ce qu’il veut faire, et il sait l’accomplir même lorsque les circonstances semblent toutes aller dans le sens inverse. C’est la puissance de notre Père Céleste ! Et il le fait pour nous amener ou nous ramener toujours plus auprès de Lui.

Ensuite, Dieu aime les familles. La famille est le projet de Dieu pour l’être humain. Si une famille veut suivre Jésus-Christ, elle pourra être bénie en retour car suivre le Christ est la clé qui ouvre le Ciel. Si des membres de la famille s’en éloignent, se retirent, ils vont malheureusement se soustraire à cette bénédiction et ne pas bénéficier de la faveur divine qui en découle. Mais le noyau familial continue d’être béni. C’est pourquoi Dieu appelle, comme le Père qu’il est, à ce que les familles se rassemblent, car c’est là que coule la bénédiction, comme le dit le Psaumes 133.

Il n’a pas attendu que notre famille soit parfaite, unie et fasse telle ou telle chose religieusement. Dans un moment difficile, il a choisi de réaliser sa promesse, malgré nous en fait, mais pour nous. Par amour, pour le bonheur de bénir, de réconforter, de fortifier, d’encourager.

Le matin même de ce mardi 14 mai (juste avant de commencer cette journée spéciale avec la bonne nouvelle du courtier, la visite, l’offre d’achat acceptée), je lisais ma Bible, comme presque tous les matins. Le passage qui m’a interpellé était Nombres 23:19-20 : Dieu n'est point un homme pour mentir, ni fils d'un homme pour se repentir. Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas ? Ce qu'il a déclaré, ne l'exécutera-t-il pas ? Voici, j'ai reçu l'ordre de bénir : Il a béni, je ne le révoquerai point. Dieu me disait, juste avant de vivre tout cela, ce qu’il allait faire dans la journée ! Il allait réaliser ses promesses, il n’avait pas menti et laissé tomber sa parole, il allait bénir. Et il a abondamment béni, il l’a fait !

Jette ton pain

Un verset biblique qui semble bizarre dit : Jette ton pain à la surface des eaux, car avec le temps tu le retrouveras (Ecclésiaste 11:1).

Durant le confinement, j’ai eu à traiter une affaire qui m’a demandé de faire un choix difficile. A deux personnes, nous avions une somme qui, légalement, devait être partagée par moitié. La loi est claire sur ce sujet, mais la personne me demandait de récupérer la somme dans sa totalité, sans partage. Il s’agissait de plusieurs dizaines de milliers d’euros, donc une somme importante. J’avais répondu que je demandais à ce que la somme soit bel et bien partagée, la personne n'était pas d'accord.

Au mois de mars, deux fois Dieu m’avait parlé par des personnes en me disant un seul mot : « lâche ». Je ne comprenais pas de quoi il s’agissait. J’avais prié, jeûné, cherché à comprendre. Et finalement, un matin, tout s’était éclairci. J’ai lu Luc 6:29-30, la première partie est très connue même chez les non-chrétiens, mais la suite est moins facile à accepter : Si quelqu'un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre encore ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas ton bien à celui qui s'en empare. En lisant cela, le Saint-Esprit m’a permis de faire le lien. Il fallait que je renonce à ce partage et que je laisse toute la somme à l’autre personne. Je lui ai donc écrit tout de suite pour lui signifier que j’acceptais de tout lui laisser. C’était financièrement un peu osé car dans mon travail d’auto-entrepreneur j’allais assez rapidement ne plus avoir de revenus suffisants pour finir l’année. Mais c’était un pas de foi et d’obéissance à Dieu.

Par la suite, le lendemain de l’accord d’achat (mercredi 13 mai), je réfléchissais au fait que la maison était à un prix vraiment bas pour sa superficie, avec jardin, dans la ville de Montpellier même… et là (sous ma douche, je l’avoue), une pensée m’a traversé : y aurait-il un lien entre les deux histoires ? Je suis donc retourné sur le site d’annonces, j’ai fait une recherche des maisons à vendre sur Montpellier avec la même surface, et là, en effet, la mienne était moins cher que le prix du marché. Plus que cela : la moins cher des maisons à vendre avait un prix supérieur qui correspondait au montant exact que j’avais accepté de ne pas garder deux mois auparavant ! A l’euro près !

Cela me porta en joie de voir la fidélité de Dieu. Il m’avait demandé de perdre une somme importante, puis il me permettait d’acquérir une maison dont le prix était inférieur de ce montant exact. J’avais jeté mon pain et Dieu m’avait permis de le retrouver. Peut-être même que mon obéissance à Dieu avait ouvert une porte pour que la bénédiction se révèle. Dieu est fidèle !

Il faut conclure maintenant !

En cherchant une location, j’avais demandé à Dieu de pouvoir payer moins cher chaque mois. La première version du prêt bancaire donnait des mensualités nettement supérieures. Mais un changement inattendu des paramètres du prêt, durant l’été, pourtant après qu’il ait été accepté par la banque, a bien permis de descendre en-dessous de mon loyer précédent !… Aujourd’hui, nous sommes dans la maison, en tant que propriétaires, en ayant eu la joie d’y habiter plus d’un mois en avance par rapport à la signature de la vente. C’est un plaisir quotidien de bénéficier de cette bénédiction et d’en faire profiter d’autres, car toutes les bénédictions que Dieu donne méritent d’être partagées, pour le bonheur de tous.

Certains pourront lire cette histoire et y voir de la chance, ou une vision mystique de la loi du hasard. Ce n’est nullement le cas. Certes, de belles histoires comme celle-ci arrivent sans que Dieu y participe, mais là il était complètement dans le coup ! Dieu existe, il a créé le monde, il a créé l’humanité, il vous a créé et il désire vivre une vie de famille avec vous. C'est la même proximité que celle que vous pouvez avoir avec un ami, un vrai, avec qui vous discutez dans la cuisine ou votre salon. Dans votre discussion, vous vous apercevez que celui-ci vous connait tellement bien et vous aime d'une manière dont vous ne pouvez même pas imaginer. Ce Père Céleste veut aller plus loin encore, il désire que Jésus-Christ vienne prendre place dans votre cœur, et que le Saint-Esprit vienne demeurer en vous, pour ne jamais plus être séparés.

Ce petit témoignage personnel est un de plus dans une liste innombrable d’histoires réelles et parfois plus incroyables encore, que des millions de croyants vivent sur toute la planète, main dans la main avec Jésus-Christ.

Vivre en étant guidé par Dieu chaque jour est un défi en même temps qu’une joie profonde de le voir agir dans notre quotidien. Pas dans un livre poussiéreux, mais dans les détails de la vie de chaque jour. Comme le Père de notre famille, toujours présent et attentionné.

Alors, si vous avez aussi envie de goûter à cela, il suffit de s’ouvrir à Dieu, inviter Jésus-Christ et aller à la rencontre de chrétiens près de chez vous ! Et commencer à vivre une nouvelle dimension, la plus enthousiasmante de l'univers !

Que Dieu vous bénisse.

Commentaires (1)

par chantal

Quel bel encouragement à l'obéissance à Dieu quoiqu'il nous en coûte!
Merci pour ce partage

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères