Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Comparer 2 Corinthiens 7

La versification des traductions pouvant varier, l'alignement ne correspond parfois pas à la même phrase.

2Co 7 (Segond 1910)

   1 Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Donnez-nous une place dans vos coeurs ! Nous n'avons fait tort à personne, nous n'avons ruiné personne, nous n'avons tiré du profit de personne. 3 Ce n'est pas pour vous condamner que je parle de la sorte ; car j'ai déjà dit que vous êtes dans nos coeurs à la vie et à la mort. 4 J'ai une grande confiance en vous, j'ai tout sujet de me glorifier de vous ; je suis rempli de consolation, je suis comblé de joie au milieu de toutes nos tribulations.
   5 Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n'eut aucun repos ; nous étions affligés de toute manière: luttes au dehors, craintes au dedans. 6 Mais Dieu, qui console ceux qui sont abattus, nous a consolés par l'arrivée de Tite, 7 et non seulement par son arrivée, mais encore par la consolation que Tite lui-même ressentait à votre sujet: il nous a raconté votre ardent désir, vos larmes, votre zèle pour moi, en sorte que ma joie a été d'autant plus grande. 8 Quoique je vous aie attristés par ma lettre, je ne m'en repens pas. Et, si je m'en suis repenti, -car je vois que cette lettre vous a attristés, bien que momentanément, - 9 je me réjouis à cette heure, non pas de ce que vous avez été attristés, mais de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance ; car vous avez été attristés selon Dieu, afin de ne recevoir de notre part aucun dommage. 10 En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort. 11 Et voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n'a-t-elle pas produit en vous ! Quelle justification, quelle indignation, quelle crainte, quel désir ardent, quel zèle, quelle punition ! Vous avez montré à tous égards que vous étiez purs dans cette affaire.
   12 Si donc je vous ai écrit, ce n'était ni à cause de celui qui a fait l'injure, ni à cause de celui qui l'a reçue ; c'était afin que votre empressement pour nous fût manifesté parmi vous devant Dieu. 13 C'est pourquoi nous avons été consolés. Mais, outre notre consolation, nous avons été réjouis beaucoup plus encore par la joie de Tite, dont l'esprit a été tranquillisé par vous tous. 14 Et si devant lui je me suis un peu glorifié à votre sujet, je n'en ai point eu de confusion ; mais, comme nous vous avons toujours parlé selon la vérité, ce dont nous nous sommes glorifiés auprès de Tite s'est trouvé être aussi la vérité. 15 Il éprouve pour vous un redoublement d'affection, au souvenir de votre obéissance à tous, et de l'accueil que vous lui avez fait avec crainte et tremblement. 16 Je me réjouis de pouvoir en toutes choses me confier en vous.

2Co 7 (Annotée Neuchâtel)

1 Ayant donc de telles promesses, mes bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.
   2 Accueillez-nous ; nous n'avons fait tort à personne ; nous n'avons corrompu personne ; nous n'avons trompé personne. 3 Je ne dis pas ceci pour vous condamner ; car j'ai dit ci-devant que vous êtes dans nos coeurs pour mourir et pour vivre ensemble. 4 J'ai une grande confiance en vous ; j'ai tout sujet de me glorifier de vous ; je suis rempli de consolation, je suis comblé de joie dans toutes nos afflictions. 5 Car depuis que nous sommes arrivés en Macédoine, nous n'avons eu aucun repos ; mais nous avons été affligés en toutes manières, au dehors des combats, au dedans des craintes. 6 Mais celui qui console les humbles, Dieu, nous a consolés par l'arrivée de Tite ; 7 et non seulement par son arrivée, mais aussi par la consolation qu'il avait ressentie à votre sujet ; nous ayant raconté votre ardent désir, vos larmes, votre zèle pour moi ; en sorte que ma joie en a été augmentée.
   8 Parce que, si même je vous ai attristés par ma lettre, je ne m'en repens pas ; si même je m'en suis repenti (car je vois que cette lettre vous a donné de la tristesse bien que pour un peu de temps), 9 maintenant je me réjouis, non de ce que vous avez été attristés, mais de ce que vous avez été attristés à repentance ; car vous avez été attristés selon Dieu, afin de ne recevoir de notre part aucun préjudice. 10 Car la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut, dont on ne se repent jamais ; mais la tristesse du monde produit la mort. 11 Car voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n'a-t-elle pas produit en vous ! mais quelle défense ! mais quelle indignation ! mais quelle crainte ! mais quel ardent désir ! mais quel zèle ! mais quelle punition ! Vous avez montré à tous égards que vous étiez purs dans cette affaire. 12 Ainsi, si je vous ai écrit, ce n'a été ni à cause de celui qui a fait le tort, ni à cause de celui à qui le tort a été fait ; mais afin que fût manifesté parmi vous votre empressement pour nous devant Dieu. 13 C'est pourquoi nous avons été consolés. Mais outre notre consolation, nous avons été réjouis plus encore par la joie de Tite ; car son esprit a été soulagé par vous tous ; 14 parce que si je me suis glorifié de vous devant lui en quelque chose, je n'en ai point eu de confusion ; mais comme nous vous avons toujours parlé selon la vérité, de même aussi ce dont nous nous étions glorifiés auprès de Tite s'est trouvé la vérité. 15 Aussi, quand il se souvient de votre obéissance à tous, et comment vous l'avez reçu avec crainte et tremblement, son affection pour vous en devient plus grande. 16 Je me réjouis de ce qu'en toutes choses je puis me confier en vous.