Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

La guérison : pourquoi ? comment ?
4. Un pouvoir fascinant ?

Auteur :
Type : Dossier
Thème : La guérison
Source : Aimer & Servir
Réf./Date source : 109  
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire du dossier :
  1. La guérison : pourquoi ? pourquoi pas ? comment ?
  2. La guérison et l'imaginaire
  3. Un pouvoir fascinant ?

La demande de soins de la part du malade et la capacité de guérir chez le thérapeute créent une situation asymétrique dans laquelle le thérapeute se trouve inévitablement investi d'un pouvoir à la fois réel et imaginaire. Pouvoir qui devient aisément source de plaisir et objet d'envie.

Un exemple nous en est rapporté dans les Actes (chapitre 8). Un certain Simon, jouissant déjà d'une bonne réputation dans le genre spectaculaire (il était magicien), avait été subjugué par la façon dont Philippe guérissait paralytiques, boiteux ou démoniaques. Il adhéra bientôt au message des apôtres, fut baptisé, sans perdre de vue la possibilité de continuer à faire lui aussi quelques miracles. Aussi offre-t-il de l'argent en échange de ce pouvoir. Bien sûr il apprend dans ce cas précis "qu'on ne peut acquérir le don de Dieu à prix d'argent" (verset 20). La démarche de Simon nous paraît aujourd'hui scandaleuse et incongrue, surtout peut-être parce qu'elle a été démasquée et exposée sur le champ.

Pourtant l'acquisition d'un savoir, d'une capacité, ou d'un diplôme a de tous temps été chose coûteuse. Les professeurs romains, dont Saint Augustin à son époque, se plaignaient de l'ingéniosité des étudiants à ne pas régler leurs honoraires ! Aujourd'hui encore, ne dépense-t-on pas des sommes importantes pour assister à des séminaires et acquérir une qualification nouvelle ?

Faut-il alors comprendre que le désir de posséder le pouvoir de guérir n'est pas suffisamment noble, car c'est le motif avancé par Simon ? Le pouvoir apparemment convoité par Simon est en réalité d'un tout autre ordre que ce qu'il perçoit. Il ne s'agit pas seulement ici d'effectuer des guérisons du corps, mais de guérir en même temps toute la personne, pouvoir qui ne peut appartenir à aucun homme, ni surtout être envisagé comme moyen d'asseoir une quelconque notoriété.

Cette petite histoire rappelle utilement au thérapeute, au croyant en particulier, qu'une situation de pouvoir peut aisément devenir un objet de convoitise plus ou moins secrète au service de notre rêve atavique de toute puissance.

Les inconvénients seraient toutefois limités s'ils ne concernaient que le malheureux ambitieux. Or les processus même de guérison risquent d'en être affectés. En effet, dès que s'instaure une relation de pouvoir, aussitôt apparaissent des réactions spécifiques. Ou bien une relation de dépendance, ou bien une situation d'opposition si ce n'est d'hostilité. Dans les deux cas la guérison peut se voir compromise.

La situation de dépendance patient-thérapeute peut alors indéfiniment se prolonger et avec la maladie, si chaque partie y trouve son compte. A l'inverse, le patient peut s'insurger contre ce qu'il perçoit comme une domination ou une intrusion. Il pourra inconsciemment faire échouer le traitement privant ainsi à ses dépens le thérapeute d'un triomphe trop voyant. Comment se garder de ces écueils ?

Chacun à sa place

Là encore il s'agit de lucidité sur soi et sur ses propres motivations ainsi que d'une conviction intime : à qui appartient la guérison et le pouvoir de guérir ?

L'Ecriture rappelle fort opportunément cette déclaration : "...Car je suis l'Eternel, qui te guérit" (Exode 15 : 26) ou "...je guéris... " (Deutéronome 32 : 29).

C'est sans doute ce qui faisait dire à un médecin célèbre, grand à la fois par son art et par sa lucide humilité : "Je le soignai et Dieu le guérit !"

Ainsi la présence consciente de Dieu renvoie patient et thérapeute, chacun de son côté, à sa finitude et à sa fragilité de créature. Car, écrit l'apôtre Paul : "Nous portons ce trésor dans des vases de terre..."(2 Corinthiens 4 : 7).

Si l'un peut demander : "Viens au secours de mon incrédulité"; l'autre peut tout aussi sûrement prier : "Viens au secours de mon impuissance !"

La guérison a donc bien aussi quelque chose à voir avec la réalité et la lucidité de l'homme en tant que créature vivant de la grâce de Dieu.

Commentaires (1)

par jospi

C'est vrai que Dieu a un pouvoir surnaturel qu'il donne a ses fils que nous sommes au moment ou nous le croyons sincerement.Le don de guerison miracle est tres necessaire, il defie les incredules et les attirent vite au seigneur jesus.D'ou il est vraiment important que l'eglise et serviteurs puissent demontrer de sa capacite' en cas des problemes multiples par le moyen du saint esprit comme christ lui meme l'a demontre' plusieurs fois detenant l'onction sans mesures. Christ a dit que tout pouvoit nous a ete donner...

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères