Lueur - un éclairage sur la Foi
  Lueur sur Facebook Lueur sur Twitter RSS de Lueur.org RSS de Lueur.org Soutenir Lueur  
  Lueur > Textes > Introduction à la Première Epître de Jean  

Lueur va faire peau neuve et augmenter le contenu proposé... soyez partenaire avec nous !

Une vision réaffirmée, évangéliser, édifier : participez au projet de refonte du site !

4538 € (30 %)
15000 €

Avec vous, nous faisons plus pour répandre la Bonne Nouvelle sur Internet ! Participez !

Introduction à la Première Epître de Jean

Texte
Auteur :
Type de texte : Etudes Bibliques
Thème : Commentaires Bible Annotée Neuchâtel
Source : Bible Annotée Neuchâtel, www.lueur.org

I - L'épître et le quatrième évangile

La première épître de Jean n'est pas signée, mais elle se donne, dès les premiers mots, pour l'écrit d'un témoin oculaire de la vie du Sauveur. (1.1-3) Elle s'ouvre par un préambule solennel (1.1-4), qui rappelle le prologue de l'Evangile ; les idées exprimées comme les termes employés sont semblables. Des rapprochements avec l'Evangile se présentent à chaque ligne de l'épître : même langage inimitable dans sa limpide simplicité et sa sublime grandeur ; même marche de la pensée qui revient sur elle-même et s'élève graduellement comme dans une spirale (Jean 1 :1, première note) ; même profondeur du sentiment religieux et même contemplation intuitive de la vérité qui pénètre jusqu'à ce qu'il y a de plus intime dans la communion de l'âme avec Dieu. Dieu, le Fils de Dieu, les enfants de Dieu, la foi, l'amour de Dieu et des frères se confondent aux yeux de l'auteur en un tout qu'il considère avec un cœur profondément pénétré des besoins spirituels de son Eglise... Jean se meut en un cercle autour de l'unique objet de sa contemplation, et les mêmes choses se présentent plus d'une fois à ses regards sous le même aspect. Ces répétitions qui semblent, au premier abord, une grande imperfection, ne sont donc peut-être qu'une perfection d'un ordre supérieur. (F. Theremin, Soirées d'un pasteur, traduit de l'allemand. Neuchâtel, 1844)

Rempli des enseignements de son Maître, le disciple est transporté par eux à une hauteur d'où la vie en Dieu lui apparaît dans un contraste absolu avec la vie du monde. L'homme est dans la lumière ou dans les ténèbres ; dans la vérité ou dans le mensonge ; il aime ou il hait ; il est dominé tout entier par l'amour du monde ou par l'amour du Père ; il est enfant de Dieu ou enfant du diable, dans la vie ou dans la mort. Les mêmes antithèses absolues se retrouvent dans l'Evangile. (1.5, 9-11 ; 3.19-21 ; 8.12 et suivants, etc.) Dans les deux écrits, elles s'expriment en des termes qui ne se trouvent pas ailleurs : vie, vie éternelle ; lumière, vérité, synonymes de sainteté ; faire le péché, l'iniquité, la justice ; être de Dieu, du monde ; être né de Dieu, demeurer en lui, garder sa parole, ses commandements ; voir Dieu. Ce qui leur est commun également, ce sont certaines habitudes de style, celle, par exemple, qui consiste à exprimer une pensée tour à tour par l'affirmative et par la négative : Il déclara et ne nia point (Jean 1.20) ; nous mentons et nous ne pratiquons point la vérité. (1Jean 1.6)

Enfin les enseignements des deux écrits concordent généralement. Jésus-Christ est la Parole, la vie de Dieu manifestée aux hommes (1Jean 1.1, 2 ; comparez Jean 1.1-4, 14) ; il est le Fils unique de Dieu (1Jean 4.9 ; Jean 1.18) ; pour aimer vraiment Dieu, nous devons garder ses commandements (1Jean 2.4-6 ; comparez Jean 14.21-24), et surtout le commandement nouveau de l'amour fraternel (1Jean 2.7-11 ; 3.14 et suivants, comparez Jean 13.34) ; reconnaître ou nier le Fils, c'est reconnaître ou nier le Père (1Jean 2.23 ; 4.14, 15 ; comparez Jean 5.23 ; 8.19 ; 12.44 et suivants ; 14.6, 7) ; l'Esprit procure la connaissance (1Jean 2.20, 27 ; compaez Jean 14. 26 ; 16.13) ; le monde ne connaît ni Dieu ni ses enfants (1Jean 3.1 ; Jean 16.3 ; 17.25) ; pécher, c'est obéir au diable, auteur du péché (1Jean 3.8 ; Jean 8.44) ; Dieu a manifesté son amour par le don de son Fils (1Jean 4.9 ; Jean 3.16) ; le Fils a montré son amour par le don de sa vie (1Jean 3.16 ; Jean 15.12-14) ; en lui nous avons la victoire sur le monde (1Jean 5.4, 5 ; Jean 16.33) ; celui qui a le Fils a la vie (1Jean 5.12 ; Jean 3.36) ; nous sommes assurés de l'exaucement de nos prières (1Jean 3.22 ; 5.14 ; Jean 14.13 ; 16.23) ; le but de l'auteur est le même dans les deux écrits. (1Jean 5.13 ; Jean 20.31)

On relève cependant quelques petites divergences sur lesquelles on s'est fondé pour contester l'identité d'auteur. Ainsi l'emploi de certains termes qui sont propres à l'épître : message (1Jean 1.5 ; 3.11), promesse (2.25), communion (1.3, 7), iniquité (3.4), justice (3.7) ; le terme de propitiation appliqué à Christ pour caractériser son rôle de rédempteur (2.2 ; 4.10) ; les mots onction (2.20, 27) et semence (3.9) de Dieu désignant la présence de l'Esprit dans le croyant. Dans l'épître, Christ est appelé notre avocat, grec paraclet (2.1) ; dans l'évangile (14.16), ce titre est donné au Saint-Esprit. L'épître reproduirait plutôt l'idée de Paul. (Romains 8.34) Inversement l'épître porte : l'Esprit est la vérité (5.6) ; dans l'évangile, Jésus dit de lui-même : Je suis la vérité. (Jean 14.6) Si l'on compare le préambule de l'épître et le prologue de l'évangile, on voit que dans ce dernier la doctrine de la Parole faite chair a atteint son plein développement, tandis qu'elle est seulement ébauchée dans le premier. L'épître parle de la fin prochaine du monde, de la venue d'un antéchrist, précédée d'hommes animés de son esprit (2.18 et suivants, de l'avènement du Seigneur. (2.28) Ces idées eschatologiques ne sont pas complètement absentes de l'évangile (5.28, 29 ; 6.39, etc.), mais elles y sont moins en évidence.

Ces différences incontestables s'expliquent par la diversité des sujets traités. On peut supposer aussi que l'évangile a été écrit plus tard ; il présente une pensée plus complètement développée. Avec la grande majorité des interprètes, nous admettons que les deux écrits sont du même auteur.

II - L'auteur

Si notre épître est du même auteur que le quatrième évangile, il en résulte, à nos yeux, qu'elle est l'œuvre de l'apôtre Jean. (Comparez notre Introduction à cet évangile) L'insistance avec laquelle l'auteur de l'épître, sans se nommer, affirme sa qualité de témoin oculaire de la vie du Fils de Dieu (1.1-3) est un indice à l'appui de cette opinion. (Suivant Jülicher, l'épître aurait été écrite après l'évangile, pour défendre les enseignements de celui-ci contre les abus qu'en faisaient les gnostiques. Lutbardt (Die Briefe des Johannes, deuxième édition, p. 217) incline aussi à admettre la priorité de l'évangile.)

Elle se trouve confirmée par le témoignage unanime de l'ancienne Eglise, qui a toujours attribué notre épître à l'apôtre Jean. Polycarpe, disciple de Jean, emprunte à notre épître (4.2, 3) les mots : Quiconque ne confesse pas Jésus-Christ venu en chair est un antéchrist, qui se lisent au chapitre 7 de son épître aux Philippiens. D'après Eusèbe (Hist. ecclés. III, 39), Papias se servait de la première épître de Jean. Le passage de Justin (Dialogue 123) : Nous sommes appelés vrais enfants de Dieu, et nous le sommes, rappelle 1Jean 3.1. (Comparez du même auteur Apocalypse 2.6 avec 1Jean 3.8) A la fin du second siècle, Irénée, Tertullien et Clément d'Alexandrie citent notre épître comme l'œuvre de Jean. Elle se trouve dans la Peschito et dans le canon de Muratori. Origène (Eusèbe 6, 25) et Eusèbe (3, 25) la rangent au nombre des écrits reconnus de tous, et Jérôme affirme qu'elle est reçue par tous les savants hommes de l'Eglise. (De viris illustr., 9.)

III - Destinataires et date de l'épître, Son but

On a contesté que cet écrit fût une lettre. Cette prétendue épître n'a ni adresse ni salutations et ne renferme aucune allusion aux circonstances spéciales de l'auteur et des destinataires. Elle n'est qu'un composé de méditations sur des thèmes généraux, qui conviennent aux chrétiens de tous les temps et de tous les pays. Ce jugement ne se confirme pas à un examen attentif. Sans doute l'apôtre ne nomme ni ses lecteurs ni lui-même ; mais il se donne à connaître comme un homme qui a exercé le ministère de témoin de Jésus-Christ (1.3), qui jouit de l'autorité d'un père auprès de ceux qu'il appelle ses petits enfants. Il leur répète qu'il leur écrit (2.1,12, 13), désignant ainsi sa composition comme une lettre. Enfin, dans la manière dont il caractérise les faux docteurs qu'il appelle des antéchrists, il laisse voir qu'il pense à des faits précis qui se sont passés dans une Eglise ou dans un groupe d'Eglises auxquelles il s'adresse. Aussi la supposition la plus vraisemblable est que l'épître fut écrite par l'apôtre Jean, pendant qu'il exerçait son ministère à Ephèse, à des Eglises d'Asie Mineure. Si l'épître est antérieure à l'Evangile, elle n'a pas été écrite longtemps avant lui. Elle date des derniers temps de la vie de Jean.

Le but de l'apôtre paraît complexe. Il ne veut pas seulement combattre les faux docteurs, car s'il met en garde contre leur influence (2.18-29 ; 4.1-6), il les caractérise comme déjà séparés des Eglises (2.19), et rend à ses lecteurs le témoignage, de les avoir vaincus. (4.4) On s'est demandé à quelle tendance appartenaient ces adversaires. La plupart des historiens les désignent d'une manière générale comme des docètes qui n'attribuaient à Jésus-Christ qu'une apparence humaine et niaient la réalité de son incarnation. (4.2) Depuis Schleiermacher et Neander, d'éminents critiques ont reconnu dans les erreurs combattues la doctrine de Cérinthe. D'après Irénée (Adv. haeres. I, 26, 1), Cérinthe enseignait que Jésus n'était qu'un simple homme ; à son baptême, le Christ divin s'unit à lui par l'Esprit qu'il reçut alors dans sa plénitude ; il l'abandonna de nouveau aux approches de la mort. Ainsi les faux docteurs combattus par Jean niaient que Jésus fût le Christ (2.22) ; ils admettaient que le Christ était venu avec l'eau seulement, c'est-à-dire dans l'acte du baptême, mais non avec le sang, c'est-à-dire qu'il n'était plus présent dans l'homme Jésus au moment où celui-ci mourait. (5.6, note.)

Mais cette intention de polémiser contre l'hérésie de Cérinthe et de défendre la vraie doctrine sur la personne de Jésus-Christ est secondaire dans l'épître. Il en est de même des avertissements que l'auteur adresse à ses lecteurs pour les prémunir contre l'amour du monde. (2.15-17) Son but est bien un but pratique. Il a en vue le développement de la vie chrétienne. Mais il ne veut pas seulement réagir contre les tendances antinomiennes qui poussaient à un libertinage affranchi de toute loi, ou contre des disciples de Paul qui, se fondant sur la justification par la foi, méconnaissaient la nécessité de la sanctification. Cette dernière opinion est celle de B. Weiss, qui trouve dans 3.7 le thème central de toute l'épître. Que cette idée ait une grande importance, que Jean insiste sur l'obéissance aux commandements de Dieu, et notamment sur la pratique de l'amour fraternel, comme sur la condition que le chrétien doit remplir pour avoir l'assurance de son salut (3.19), nous l'accordons. Mais cette intention négative de réfuter une erreur n'est pas la pensée dominante d'une épître où règne le ton de l'affirmation. Son but principal, l'apôtre l'énonce dès les premiers mots : La vie a été manifestée,... nous l'avons vue,... et nous vous l'annonçons afin que vous soyez aussi en communion avec nous. Or notre communion est avec le Père et avec son Fils, Jésus-Christ. (1.2, 3) La communion avec Dieu par Jésus-Christ, son Fils, source de la vie véritable et éternelle, tel est le grand sujet de l'épître, telle est la conception du salut que Jean expose, ou plutôt l'expérience vivante qu'il engage ses lecteurs à faire toujours plus complètement, de sorte qu'ils soient en communion avec lui et rendent ainsi sa joie parfaite. (1.4) Et dans le cours de son écrit, il leur signale tout ce qui serait un obstacle à cette communion (péché, amour du monde, fausses idées de la personne du Christ, haine des frères) et les conditions qu'ils doivent remplir pour la posséder pleinement : la sanctification qui nous permet de demeurer en Dieu qui est lumière, l'amour par lequel nous demeurons en Dieu qui est amour.

IV - Analyse

Cet écrit est plus difficile à analyser qu'aucun autre du Nouveau Testament. Les divisions les plus diverses ont été proposées. Plusieurs critiques renoncent à y découvrir un plan suivi ; d'aucuns estiment que c'est une erreur d'en chercher un. D'autres se bornent à partager l'épître en une série de courts paragraphes.

Cependant la plupart des interprètes distinguent trois parties principales. Ils varient dans la manière précise de les délimiter et dans l'indication des sujets qui y sont traités. Voici, à titre d'exemples, quelques-unes des divisions proposées :

Bengel, qui défendait l'authenticité de 5.7 (b) et 5.8 (a), voir la note, estimait que les trois personnes de la Trinité étaient successivement envisagées par l'apôtre :

  1. Dieu qui est lumière (1.5-10)
  2. Jésus-Christ, en qui nous devons demeurer (2.1 à 3.24)
  3. l'Esprit. (4.1 à 5.12)

De Wette reconnaît dans l'épître trois exhortations :

  1. 1.5 à 2.28
  2. 2.29 à 4.6
  3. 4.7 à 5.21.

Citons encore quelques interprètes contemporains :

B. F. Westcott :

  1. Le problème de la vie et ceux à qui il est proposé. (1.5 à 2.17)
  2. Le conflit de la vérité et de l'erreur à l'extérieur et à l'intérieur. (2.18 à 4.6)
  3. La vie chrétienne, la victoire de la foi. (4.7 à 5.21)

H. Holtzmann :

  1. La marche dans les ténèbres et la marche dans la lumière. (1.5 à 2.17)
  2. Erreur et vérité. (2.18-28)
  3. Justice et amour fraternel, signes distinctifs des enfants de Dieu. (2.29 à 3.18)
  4. Relation de l'amour fraternel avec la vraie foi. (3.19 à 5.12)

W. A. Karl :

  1. Contenu et vérité de l'enseignement donné par l'auteur. Caractéristique des destinataires et des adversaires. (1.1 à 2.11)
  2. Les adversaires sont possédés de l'Antéchrist ; les destinataires sont, par l'Esprit, en communion avec le Père et le Fils, et assurés ainsi de la vie éternelle. (2.12-27)
  3. L'habitation de Dieu dans le chrétien prouvée par la présence en lui de la parfaite justice. (2.28 à 3.24)
  4. Destinataires et adversaires montrent par leur attitude à l'égard de Jésus-Christ qu'ils ont, les premiers l'esprit de Dieu, les seconds celui du démon. (3.24 b à 4.16)
  5. En communion avec Dieu et avec Christ, les lecteurs sont certains de la vie éternelle et ont de l'assurance pour le jugement final, malgré l'idolâtrie à laquelle se livrent quelques frères. (4.17 à 5.13)

Luthardt :

  1. L'auteur part du présent ; le chrétien est en communion avec Dieu qui est lumière. Sa conduite en est déterminée positivement : il marche dans la lumière (1.5 à 2.2) et pratique le commandement de l'amour (2.3-11) ; elle en est déterminée négativement : en vertu de ce qu'il est et de ce qu'il possède (2.12-14), il fuit l'amour du monde (2.15-17) et le mensonge des antéchrists. (2.18-27)
  2. L'auteur envisage l'avenir réservé au chrétien et l'influence que cet avenir exerce sur sa conduite : il est appelé à la sanctification et pratique la justice, n'estimant pas le péché peu de chose (2.28 à 3.10) ; il est appelé à l'amour fraternel sans lequel il n'y a ni vie véritable ni vraie communion avec Dieu. (3.11-24)
  3. L'auteur revient au fondement divin de la vie chrétienne : l'Esprit de Dieu, Esprit de vérité opposé au mensonge (4.1-6) ; l'amour de Dieu, manifesté en Christ, qui fait naître l'amour en nous. (4.7-21) Enfin, de l'amour, il passe à ce qui en est la source, en même temps que le principe de notre communion avec Dieu, la foi, qui nous rend capables d'aimer (5.1-4), triomphe du monde (5.5-10), nous met en possession de la vie éternelle (5.11-13), nous assure l'exaucement de la prière (5.14-17), nous affranchit du péché et du malin et nous unit par Christ au vrai Dieu. (5.18-21)

Cette division a le grand mérite d'éviter un certain arbitraire que présentent d'autres essais de systématiser la pensée de l'apôtre. Elle en reproduit la marche avec exactitude et sans lui faire violence. C'est à une division générale presque semblable qu'aboutit F.-H. Krüger, dans une analyse approfondie de notre épître. Il y distingue les trois parties suivantes :

  1. 1.5 à 2.27.
  2. 2.28 à 4.6.
  3. 4.7 à 5.12

1.1-4 forme le préambule, et 5.13-21 une sorte de post-scriptum de la lettre. Nous ne pouvons reproduire ici cette analyse, et la résumer n'est guère possible. Voici les idées essentielles qui, d'après Krüger, forment les centres autour desquels gravite la pensée de l'apôtre. Le thème de la première partie, c'est : connaître Dieu ; la note dominante de la seconde partie : être né de Dieu ; ces deux thèmes principaux de la première et de la seconde partie se réunissent, dans la troisième partie, en ce dernier thème : aimer. (4.7) L'amour, qui est l'essence de Dieu, est aussi le principe de la vie nouvelle qui constitue le christianisme. Cette vie nouvelle est inséparable de la personne de Jésus-Christ ; en lui, elle est d'abord entrée dans l'humanité ; comme lui et avec lui, elle est le don du Père, dont il est le Fils. Donc, nier que Jésus est l'Oint, c'est-à-dire l'envoyé du Père, c'est trancher le fil qui rattache la vie nouvelle à Dieu ; le principe nouveau et divin ne peut exister, agir et se manifester que dans la vie de celui qui s'attache à Jésus le Christ ; mais en un tel il opérera l'épanouissement de l'amour divin.

Les principaux développements de la pensée dans l'épître nous paraissent se grouper comme suit :

Introduction.

Le témoignage de l'apôtre, concernant la manifestation de la vie de Dieu, destiné à rendre ses lecteurs participants de la communion avec le Père et le Fils. (1.1-4)

Première partie, 1.5 à 2.27.
Dieu est lumière. La vie dans sa communion.

  • A. Conditions de la communion avec Dieu : marcher dans la lumière, confesser nos péchés, ne point pécher, regarder à Jésus-Christ, notre avocat et notre propitiation. (1.5 à 2.2)
  • B. Nous ne connaissons vraiment Dieu que si nous pratiquons ses commandements, en particulier celui de l'amour fraternel. (2.3-11)
  • C. Se garder de l'amour du monde. (2.12-17)
  • D. L'apparition des antéchrists, leur mensonge, l'Esprit dont le chrétien est oint et qui l'instruit, le préserve contre leur influence. (2.18-27)

Deuxième partie, 2.28 à 4.6.
En vue de l'avènement du Seigneur, les enfants de Dieu doivent pratiquer la justice et l'amour fraternel.

Comme enfants de Dieu nous devons avoir une vie exempte de péché (2.28 à 3.10), et nous devons nous aimer les uns les autres. Nous avons ainsi de l'assurance devant Dieu qui nous ordonne de croire en son Fils et de nous aimer mutuellement ; et notre communion avec Dieu nous est attestée par le don de son Esprit. (3.11-24) Cet Esprit nous garde de l'erreur de ceux qui ne reconnaissent pas en Jésus le Fils de Dieu. (4.1-6)

Troisième partie, 4.7 à 5.21.
Dieu est amour. L'amour et la foi.

L'amour dont Dieu nous a aimés en son Fils, et qui est l'essence même de son être, nous pousse à l'aimer et à aimer nos frères, et nous donne ainsi l'assurance de notre salut. (4.7-21) La foi en Jésus-Christ, par laquelle nous sommes vainqueurs du monde, est fondée sur le témoignage de Dieu qui nous donne, en son Fils, la vie éternelle (5.1-13) ; elle rend efficace la prière et permet au chrétien de s'appuyer sur le Dieu véritable. (5.14-21)

Commentaires (0)

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs.
Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter.