Introduction à l'Epître aux Colossiens

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Commentaires Bible Annotée Neuchâtel
Source : Theotex   
Publié sur Lueur le
Partager

1

Colosses était une ville de la Phrygie, dans l'Asie Mineure, située sur le Lycus, affluent du Méandre, non loin de Laodicée et de Hiérapolis, où l'Evangile avait aussi pénétré. (Colossiens 2.1 ; 4.13, 15) On trouve les ruines de l'ancienne Colosses près d'un bourg nommé Choné.

Bien que l'apôtre Paul eût été deux fois dans la Phrygie (Actes 16.6 ; 18.23), il ne paraît pas qu'il se soit arrêté à Colosses, ou du moins qu'il ait été le fondateur de l'Eglise à laquelle il adresse cette lettre. (Colossiens 2.1) Il est plus probable que ce titre appartient à Epaphras qui y avait fait l'œuvre d'un fidèle évangéliste. (1.7) Ce fut par lui aussi que Paul, prisonnier, reçut, sur les Eglises d'Asie, sur celle de Colosses en particulier, des nouvelles qui nécessitèrent les sérieux avertissements renfermés dans cette lettre. (2.8-11) Ce disciple était encore auprès de l'apôtre (4.12 et suivants), lorsque celui-ci écrivit notre épître, en même temps que celles aux Ephésiens et à Philémon. Ces trois épîtres furent portées en Asie par Tychique et par Onésime, que Paul renvoyait à son maître. (4.7-9 ; Philémon 1.10-12) Ces lettres furent écrites soit pendant la captivité de Paul à Césarée, soit pendant sa première captivité à Rome. (Voir l'Introduction à l'épître aux Ephésiens, paragraphe 3.)

L'authenticité de l'épître aux Colossiens ne saurait être contestée. Elle a pour elle tous les témoignages de l'antiquité. Seule l'école de Tubingue la plaçait au second siècle, comme l'épître aux Ephésiens. Les critiques qui ne peuvent admettre que Paul ait écrit deux épîtres aussi semblables que celles aux Colossiens et aux Ephésiens pensent en général que les Colossiens sont l'original authentique. Un seul a soutenu que l'épître aux Colossiens était un extrait de l'épître aux Ephésiens. Enfin on a prétendu que notre épître était une amplification d'une épître primitive de Paul aux Colossiens. Il s'est même trouvé un savant pour reconstituer cette épître primitive. Ces hypothèses ne reposent sur aucun fondement et, malgré toute l'habileté de leurs auteurs, n'ont pas le moindre caractère de vraisemblance.

2

Une question qui importerait beaucoup à l'intelligence complète de cette épître, mais sur laquelle nous ne possédons d'autres données certaines que celles que l'on peut déduire de l'épître même, serait celle-ci : Quelles étaient les erreurs que combat l'apôtre, et contre lesquelles il met en garde les chrétiens restés fidèles au pur Evangile ? Laissant de côté toutes les hypothèses qu'on a hasardées sur cette question, nous nous en tiendrons aux indications suivantes, qui ressortent assez naturellement des paroles mêmes de l'apôtre. L'Eglise de Colosses, composée en grande partie de païens convertis (1.25-27 ; 2.11), était dans un état spirituel dont l'apôtre pouvait se réjouir. (1.3-8 ; 2.5) Mais elle se trouvait menacée, comme les autres Eglises d'Asie, par l'intrusion de fausses doctrines. (2.4, 8-18) Ceux qui propageaient ces erreurs n'étaient pas des philosophes juifs restés étrangers au christianisme, ainsi que plusieurs l'ont admis ; car, dans ce cas, ils auraient été peu dangereux pour les Eglises, et l'apôtre se serait à peine occupé d'eux. C'étaient plutôt des chrétiens judaïsants, encore attachés à leurs traditions et aux rudiments du monde (2.8), à l'observation des préceptes concernant les aliments, les sabbats, les fêtes (2.16), la circoncision (2.11) ; l'apôtre leur oppose l'affranchissement de ces préceptes par la mort de Christ. (2.14.) Mais il ne faudrait pas confondre ces faux docteurs avec ceux dont l'apôtre combat les tendances pharisaïques et légales dans l'épître aux Galates. Il a en vue des hommes qui, trouvant l'Evangile trop simple et trop humiliant pour leurs orgueilleuses spéculations, bâtissaient sur leurs traditions un système de théosophie mystique et ascétique qu'ils décoraient du nom de philosophie. (2.8) Ils portaient leurs spéculations sur le monde des esprits, ainsi que toutes les sectes postérieures qui formèrent le gnosticisme. Ils concevaient Dieu comme absolument séparé du monde, ne pouvant entrer en rapport avec lui que par des êtres intermédiaires, et ils en avaient déduit, comme conséquence pratique, une sorte de culte rendu aux anges (2.18), auxquels ils attribuaient une grande puissance, peut-être même la création du monde (1.16, note), tandis que Christ n'était à leurs yeux que la première de ces créatures. De là, le soin que prend l'apôtre d'établir la vraie doctrine relative à Christ, le Fils de Dieu, par qui ont été créées toutes choses, dans lequel habite toute la plénitude de la divinité, et en qui tout a été réconcilié avec Dieu. (1.15-20 ; 2.9) Enfin, voyant dans la matière, dans le corps, la source du péché, ils s'exerçaient, par des privations et des macérations, à atteindre une fausse spiritualité, qui, à leurs yeux, était la sanctification. (2.21-23) Paul oppose à tout cela l'œuvre parfaite de Christ, sa mort (1.13, 14, 20-22), sa résurrection (1.18 ; 2.12), par lesquelles il a assuré à tout notre être une entière victoire sur le péché et la mort. L'apôtre estimait que ces erreurs exposaient les fidèles au danger d'être ébranlés dans leur foi (1.23), de ne pas marcher simplement en Christ, tel qu'ils l'avaient appris (2.6), d'être séduits enfin par ceux qui, tout en faisant profession de christianisme, ne retenaient pas le Chef. (2.19):
Aussi l'épître aux Colossiens est-elle principalement dirigée contre ces erreurs, qui ont depuis longtemps disparu, tandis que la Parole de vérité qui les dissipa nous est restée intacte. Cette Parole exerce encore sa puissance pour démolir et pour rebâtir. Car, si les formes de l'erreur changent, l'essence en reste la même dans tous les âges de l'Eglise, parce qu'elle renaît sans cesse du cœur où règne le péché. Elle a donc toujours besoin de la réfutation par la Parole de Dieu. Le point central de l'erreur qui menaçait de séduire les Colossiens consistait à chercher la sagesse et la sainteté hors de Christ, dans les spéculations et les imaginations de son propre esprit, dans des œuvres légales, des mortifications. Avec ces tendances, de quelques formes qu'elles se revêtent, grandit toujours la plante vénéneuse de la présomption dans des cœurs enflés d'orgueil. Cette parole de l'apôtre sera donc de tous les temps, et particulièrement du nôtre, où abonde la propre sagesse : En Christ sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science. (2.3) Quiconque se pénètre de cette profonde vérité, y gagnera en même temps le plus précieux trésor, l'humilité, qui ne se rencontre jamais avec la prétendue sagesse des hommes. Olshausen.
(Consulter sur les erreurs que Paul a en vue dans l'épître aux Colossiens : Néander, Siècle apostolique, trad. de M. Pontanès ; Sabatier, l'Apôtre Paul, seconde édition, p. 193 ; et les introductions aux commentaires.)

3

Le but qu'avait l'apôtre en écrivant cette lettre se trouve naturellement indiqué par les données qui précèdent. Selon sa coutume, il procède en exposant d'abord la doctrine qui, ici, devait servir à détruire l'erreur ; puis il adresse à ses lecteurs des exhortations relatives à la vie chrétienne. Il y a donc dans cet écrit deux parties assez distinctes, l'une dogmatique, l'autre morale.

I. Première Partie. Chapitres 1 et 2.

  1. Salutation apostolique (1.1, 2) ; actions de grâces à Dieu pour la foi et la charité des chrétiens de Colosses (3-8) ; prière pour leur avancement spirituel. (9-12.)
  2. Afin de préparer ses lecteurs aux avertissements qui vont suivre, Paul rappelle la rédemption accomplie en Christ, la divinité souveraine du Sauveur, en qui ils ont trouvé la réconciliation avec Dieu, pourvu qu'ils demeurent fermes dans leur foi. (13-23.)
    L'apôtre se réjouit de souffrir pour l'Evangile, ayant été établi de Dieu comme dispensateur du mystère de la réconciliation, seul capable de rendre tout homme accompli en Jésus-Christ. (24-29.)
    Son ardent désir, le sujet de ses combats, même pour ceux qu'il ne connaît pas personnellement, c'est qu'ils croissent dans la pleine connaissance de ce consolant mystère, qui renferme tous les trésors de la sagesse et de la science. (2.1-3)
  3. L'apôtre aborde directement les erreurs qu'il a en vue : Que nul ne vous séduise par de vains raisonnements ou par une fausse philosophie, puisque toute vérité a été pleinement révélée, et toute rédemption pleinement accomplie en Christ. (4-15.) Que personne ne vous asservisse en vous prêchant une légalité contraire à la liberté chrétienne, une fausse spiritualité, qui serait un reniement du Chef, et une sainteté imaginaire, qui consisterait à mortifier le corps en laissant subsister l'orgueil. (16-23.)

II. Seconde Partie. Chapitres 3 et 4.

  1. Supposant que ses lecteurs sont ressuscités avec Christ, Paul les exhorte à marcher avec lui dans une vie nouvelle, spirituelle ; à avancer dans l'œuvre de la régénération ; à pratiquer la charité et le support mutuels ; à employer les moyens de grâce pour l'édification commune ; enfin, à faire toutes choses au nom du Seigneur et avec reconnaissance envers Dieu. (3.1-17)
  2. Entrant ensuite dans le cercle plus intime de la vie de famille, l'apôtre retrace aux époux chrétiens, aux enfants et aux parents, aux serviteurs et aux maîtres leurs obligations réciproques. (3.18 à 4.1)
  3. Après avoir demandé à ses frères le secours de leurs prières pour le succès de son ministère, et leur avoir recommandé la prudence envers ceux du dehors (2-6), Paul termine sa lettre par quelques communications personnelles et par des salutations écrites de sa propre main. (7-18.)

Commentaires (1)

par Bbc62

Merci, pour moi,vous m'avez donné un cour sur les erreurs qui menacent l'Église de Jésus à Colosses. Le même danger est d'actualité aujourd'hui chez à Kinshasa, le culte des anges et la recherche d'un niveau spirituel supérieur dans le voyage dans le monde des esprits sont à la mode dans des assemblées. Encore merci, le réponse de Paul est notre aujourd'hui face aux même erreurs de temps mordene.

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères