Introduction à l'Epître aux Galates

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Commentaires Bible Annotée Neuchâtel
Source : Theotex   
Publié sur Lueur le
Partager

1

La Galatie était une province de l'Asie Mineure, bornée au nord par la Bithynie et la Paphlagonie, à l'est par le Pont et la Cappadoce, au sud par la Cappadoce, la Lycaonie et la Phrygie, à l'ouest par la Phrygie et la Bithynie. Ses villes principales étaient Ancyra, Tavium, Pessinus. Cette province tirait son nom de tribus gauloises qui s'y étaient établies deux cent cinquante ans avant Jésus-Christ. On l'appelait Gallo-Grèce ou Galatie. La population mixte de ces contrées parlait grec comme tout l'Orient ; mais, au témoignage de Jérôme, qui y avait séjourné, les tribus gauloises avaient conservé la langue usitée aux environs de Trêves. La Galatie fut soumise aux Romains dès l'an 189 avant Jésus-Christ, et réduite en province romaine l'an 25 avant notre ère, ayant, depuis la même époque, Ancyra pour métropole.

2

Paul y annonça l'Evangile dans son second voyage missionnaire (Actes 16.6 ; Luc, il est vrai, semble dire dans ce récit que l'apôtre n'avait fait que traverser la Galatie, puis il ajoute qu'il fut empêché par l'Esprit d'annoncer la Parole en Asie. Mais ces mots ne sauraient s'appliquer à la Galatie même, car il ressort clairement de Galates 4.13,14, non seulement que Paul y séjourna, mais même qu'il y fut retenu par des infirmités corporelles.) et y fonda des Eglises. (Galates 1.6-11 ; 4.13 et suivants) Il y retourna durant son troisième voyage (Actes 18.23), et affermit dans la foi les nouveaux convertis. Bientôt après cette seconde visite de l'apôtre, il vint dans ces Eglises des docteurs judaïsants (comparez Actes 15.1-5 ; Galates 2.12), qui, contrairement à la doctrine du salut par la grâce et de la justification par la foi seule qu'avait annoncée l'apôtre, enseignaient la nécessité de la circoncision et des observances de la loi, même pour les païens convertis. (Galates 5.2, 11, 12 ; 6.12 et suivants) Afin de parvenir plus facilement à leur but, ces faux docteurs s'appliquèrent à rabaisser l'autorité de Paul, en lui refusant la dignité apostolique, parce que, disaient-ils, il n'avait pas reçu sa doctrine directement du Seigneur, comme les autres apôtres, dont ils se réclamaient. (Galates 1.1-11 et suivants) Les Galates furent réellement ébranlés dans leur foi. (Galates l.6 ; 3.l ; 4.9, 21 ; 5.3 et suivants)

3

Paul apprit ces tristes nouvelles très probablement pendant son séjour à Ephèse (Actes 19), peu de temps après sa seconde visite en Galatie. (Galates 1.6 si promptement !) Et c'est pour réparer le mal causé par l'erreur que l'apôtre écrit cette lettre, vers l'an 56. Le bien qu'elle a fait à l'Eglise, par raffermissement de la saine doctrine, l'emporte de beaucoup sur le mal que firent en Galatie les faux docteurs. Très semblable, pour le fond, à l'épître aux Romains, où Paul expose paisiblement et longuement les profondes vérités de l'Evangile de Jésus-Christ, la lettre aux Galates atteint le même but, avec cette différence, qu'elle est et devait être polémique dans la forme. Et quel modèle de polémique ! quelle énergique décision dans la réfutation de l'erreur et dans l'exposition de la vérité ! Et en même temps, quel ardent amour des âmes !

4

Cette épître, dont l'authenticité n'a jamais été révoquée en doute et ne pouvait l'être, tant les preuves externes et internes sur lesquelles elle se fonde, sont évidentes, se divise naturellement en trois parties :

  1. L'apôtre justifie d'abord son apostolat en déclarant qu'il ne l'a reçu d'aucun homme, mais directement de Jésus-Christ lui-même ; que sa conversion et son appel au ministère évangélique ont été parfaitement indépendants des hommes (chapitrre 1) ; que plus tard, cependant, les apôtres de Jérusalem, reconnaissant sa mission parmi les païens, lui donnèrent la main d'association ; qu'il eut même occasion de reprendre en face l'apôtre Pierre, qui cédait par crainte des hommes aux chrétiens judaïsants (chapitre 2).
  2. Abordant la grande question de doctrine qu'il avait à traiter, savoir : la justification de l'homme pécheur par la foi seule, l'apôtre montre : que les Galates n'avaient point reçu l'Esprit de Dieu par la loi, mais par la foi, de même qu'Abraham avait été justifié, non par une loi qui n'existait point encore, mais par sa foi en la promesse de grâce (3.1-9) ; que la loi ne peut que condamner et maudire ceux qui la violent, et que Christ seul nous a délivrés de cette malédiction par sa mort sur la croix (versets 10 à 14) ; que cette alliance de grâce (ou testament), déjà traitée avec Abraham, n'a pu être invalidée par la loi venue plus tard (versets 15 à 18) ; que la loi n'a été ajoutée qu'à cause des transgressions, pour nous servir de gardien et de pédagogue jusqu'à l'accomplissement de la promesse, laquelle proclame à tous la liberté (versets 19 à 29). Vous êtes donc libres, enfants de Dieu, pourquoi retournez-vous sous l'esclavage de ces misérables rudiments ? (4.1-13) Souvenez-vous des temps heureux de votre conversion et de votre premier amour ; qu'y a-t-il de changé ? Il est venu des hommes jaloux de vous ; mais moi, j'éprouve de nouveau à votre sujet les douleurs de l'enfantement (verses13 à 20). Vous vous appuyez sur la loi ; voyez ce que la loi nous enseigne par des faits : elle nous rapporte qu'à la naissance d'Isaac, fils de la promesse, Abraham reçut l'ordre de chasser l'esclave Agar et son fils né selon la chair. Ce récit s'applique allégoriquement à nous, car nous sommes les enfants de la femme libre, les fils de la promesse (versets 21 à 31). Tenez-vous donc fermes dans cette liberté, car si vous voulez être sauvés par la loi en acceptant la circoncision, Christ ne vous sert plus de rien, et vous êtes déchus de la grâce ; mais vous vous laissez troubler par des hommes qui en porteront la condamnation (5.1-12).
  3. L'apôtre, s'adressant aux membres des Eglises qui avaient conservé la saine doctrine, les exhorte à ne pas abuser de la liberté chrétienne pour vivre selon la chair ; il leur énumère les œuvres de la chair et les fruits de l'Esprit (versets 13 à 26) ; il les engage à supporter les faibles en veillant sur eux-mêmes, puisque chacun est responsable devant Dieu de sa vie entière, et moissonnera ce qu'il aura semé (6.1-10). Enfin, après avoir jeté un dernier regard sur les faux docteurs et leurs desseins égoïstes, il prend congé de ses frères en les suppliant de ne pas ajouter à ses souffrances, et en leur souhaitant la grâce du Seigneur Jésus-Christ (versets 11 à 18).

Cette analyse peut donc encore se résumer ainsi :

  1. Apologie personnelle de l'apôtre. Chapitres 1 et 2.
  2. Partie dogmatique de sa lettre. 3.1 à 5.12.
  3. Exhortations pratiques, résumé et salutation. 5.13 à 6.18.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères