Le Chemin de Dieu, d’un cancer à une nouvelle vie

Auteur :
Type : Témoignage
Thème : La guérison
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Je m'appelle Céline, j'ai 29 ans ; j'ai 5 formidables enfants et un bon mari grâce à Dieu. Mais tout n'a pas été toujours rose dans ma vie.

Quand on a le Seigneur Jésus-Christ dans sa vie, on se croit invincible, à l'abri de tout. On pense pouvoir tout diriger, mener sa vie comme un bon chrétien. On passe notre temps à louer Dieu et à le remercier. Lorsque tout va bien, ce n'est pas très compliqué. Mais même en tant que chrétien, peut-on tout accepter avec le sourire ? On le devrait pourtant.

En mars 2006, mon époux était parti en Côte d'Ivoire pour une durée de 4 mois pour son travail, j'ai donc profité de ce temps d'absence pour rendre visite à ma famille dans la région parisienne. J'ai décidé lors de ces vacances au mois d'avril de faire un bilan de santé complet (ophtalmologiste, dentiste…). Lors de ma visite chez le gynécologue, j'ai dû effectuer un frottis de contrôle. Quelques semaines plus tard, j'apprends que le résultat est « anormal ». Des examens supplémentaires s'imposaient (biopsie, colposcopie…). Résultat : cancer du col de l'utérus.

A l'annonce de cette nouvelle, je me suis effondrée. Pourquoi Seigneur ? J'ai une vie saine et je fais ta volonté. Une intervention chirurgicale s'imposait. Il a fallu annoncer la nouvelle à mon mari qui était à des milliers de kilomètres de moi. Il a été rapatrié le 18 juin 2006 pour être présent à mes côtés.

Les médecins m'avaient prescrit une pilule contraceptive afin que je n'aie pas de saignements lors de l'opération qui devait se dérouler le 26 juin 2006. Le gynécologue m'a ensuite expliqué qu'il serait difficile voir impossible pour moi de porter un enfant à son terme si je devais tomber enceinte. J'étais perdue et je me laissais porter par les évènements sans savoir pourquoi cela m'arrivait. C'est bizarre comme on cherche toujours des raisons à nos problèmes.

Après mon intervention, j'ai été sous traitement durant quelques semaines. Mais je me sentais toujours mal avec de violentes douleurs. Après avoir changée de traitement plusieurs fois, mon état ne s'était toujours pas amélioré. Un jour, lorsque mon mari travaillait et que les enfants étaient chez leurs grands-parents, j'ai été invitée par mon Pasteur et sa femme. Les douleurs étaient revenues alors que je partageais le repas avec eux. C'est alors que mon Pasteur Arnaud, m'emmena d'urgence à l'hôpital. Après des examens et une échographie, je vois à l'écran un petit être. J'étais enceinte depuis environ 16 semaines (début de grossesse le 20 juin 2006 ; j'étais donc enceinte lors de l'opération).

Mais comment est ce possible ? Je m'effondre. Comment vais-je le dire à mon mari ? En l'annonçant à mon Pasteur, il semble fou de joie ; il l'était certainement plus que moi. J'avais déjà 4 enfants dont le dernier avait à peine un an. Et puis, la maladie…j'avais aussi prévue de reprendre mes études. Bref, j'avais plein de projets, et tout était chamboulé. Et tout ça pour un enfant que je ne désirai pas et que je n'étais même pas sûre de pouvoir garder. Et qui me garantissait qu'il serait en bonne santé avec tous ces médicaments ? Mon mari lui, était beaucoup plus ravi. Il a juste dit : « Il va falloir que l'on change de voiture ».

Je m'en voulais de ces mauvais sentiments. Après tout, je priais pour que Dieu me guérisse et non pas pour avoir un bébé. Mais Dieu n'a-t-il pas le droit de m'offrir ce cadeau ? Ce formidable cadeau.
Plus le temps passait et plus je m'attachais à cet enfant qui était issu d'un miracle. La première fois que je l'ai senti bouger, j'ai oublié tous mes soucis. Je l'ai aimé tout simplement comme j'aime mes autres enfants. Le Seigneur a aussi permis que je continue mes études durant ma grossesse, soutenue par ma famille et mon église. Et le 12 mars 2007 est né Malcolm, qui signifie « faiseur de miracles ». Car c'est un vrai miracle de Dieu. Et comme un miracle ne vient pas sans un autre, aujourd'hui je suis guérie du cancer. Ce sont les anticorps du bébé que j'ai développé durant ma grossesse qui ont facilités ma guérison.

Grâce à Dieu j'ai appris l'acceptation (accepter ce qu'il nous donne sans condition) et le renoncement (renoncer à nos propres projets pour suivre la volonté de Dieu).
Aujourd'hui, je le loue et je le remercie pour tous ses bienfaits. L'homme cherche toujours des raisons à ce qui lui arrive, mais c'est manquer de foi que de ne pas accepter ce qui nous arrive. Dieu sait tout au-delà de nos espérances. Remercions le car il a posé son regard sur nous. Faisons lui confiance.

Céline

Commentaires (1)

par G-KIENTEGA

Formidable comme témoignage. Il est vrai que nous manquons parfois de foi. Je suis également malade mais Dieu est puissant et me guérira.

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères