La domingite (maladie du dimanche)

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Vie Chrétienne
Source : Vie Nouvelle   
Publié sur Lueur le
Partager

Cela peut paraître extraordinaire pour beaucoup de gens, mais il existe une maladie qui afflige l'homme et la femme, précisément le jour du repos dominical, c'est à dire le DIMANCHE. On peut lui donner le nom de DOMINGITE (maladie du Dimanche).
Dans certains cas, elle peut avoir la forme aiguë. Dans d'autres cas, elle est chronique, mais dans toutes ses phases, elle revêt un caractère grave.

Des praticiens experts se sont livrés à des études très sérieuses au sujet de cette affection. Ils en sont arrivés aux conclusions suivantes :

  1. Elle attaque essentiellement les membres et les sympathisants de l'église.
  2. Elle n'attaque jamais un autre jour que le dimanche
  3. Elle se manifeste sous la forme de symptômes variés. Cependant, elle ne prive pas le patient du sommeil ni de l'appétit. Elle ne l'empêche pas, non plus de se divertir.
  4. Elle attaque particulièrement à certaines heures du dimanche. La personne se sent bien tous les jours de la semaine et même au début du dimanche, mais lorsqu'arrive l'heure du culte, la maladie terrasse la personne et la réduit à l'impossibilité d'aller au culte.
  5. Le malade n'appelle pas le médecin lorsqu'il souffre de ces crises.
  6. Si l'on ne guérit pas de cette maladie, elle occasionne fatalement la mort de l'âme.

Contre cette maladie, il existe un remède : prendre Apocalypse 2.5 en entier. Y ajouter Psaume 122.1 et Hébreux 12.15. L'appliquer fortement sur le coeur avec la partie essentielle d'Hébreux 10.25. La guérison est assurée pour ceux qui utilisent régulièrement ce remède. Faites connaître cette ordonnance aux malades atteints de domingite !

Allons! Rappelle-toi d'où tu es tombé! Change d'attitude et reviens à ta consuite première! Sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place si tu ne changes pas d'attitude (Ap 2.5).
Je suis dans la joie quand on me dit: Allons à la maison de l'Eternel ! (Ps 122.1).
Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés. (He 12.15).
Ne prenons pas, comme certains, l'habitude de délaisser nos réunions. Au contraire, encourageons-nous mutuellement, et cela d'autant plus que vous voyez se rapprocher le jour du Seigneur. (He 10.25).

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères