La protection de l'environnement : une urgence

5. L'état de notre planète en bref

Auteur :
Type : Dossier
Thème : Questions de Société
Source : Construire Ensemble   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. La protection de l'environnement : une urgence
  2. Foi chrétienne et protection de l'environnement
  3. Hans JONAS : un philosophe engagé en faveur de la protection de la nature
  4. Nucléaire et environnement
  5. L'état de notre planète en bref

Effet de serre :

L'effet de serre est un phénomène naturel qui permet le réchauffement de l'atmosphère et une température moyenne à la surface de la terre d'environ 14° Celsius (elle serait sinon de - 18°C.). C'est le renforcement de cet effet qui est à redouter, car il tend à augmenter cette température moyenne, qui est passée de 13.5°C. en 1880 à 14.5°C. en 2000. La hausse des températures moyennes en 2100 par rapport à 1990 devrait se situer entre 1,5 et 6°C.

La concentration de dioxyde de carbone (CO²), quant à elle, mesurée en partie par millions (ppm), est passée de 280 ppm en 1880 à 360 ppm en 2000.

Gaz à effet de serre et part dans l'effet de serre :
- Dioxyde de carbone (CO2) : 55%
- CFC (chlorofluorocarbones) : 17%
- Méthane (CH4) : 15%
- Oxyde nitreux (N2O) : 6%
- Autres (divers) : 7%

Précisions : le CO2 est naturellement présent dans l'atmosphère, l'océan et les organismes vivants. Les végétaux et les océans en absorbent une partie, mais l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère est due essentiellement à la combustion de pétrole, gaz et charbon, qui produit l'énergie utilisée pour le chauffage, l'industrie, les transports, etc. La concentration de CO2 a augmenté de 30% en un siècle. La destruction des forêts contribue à cette augmentation, car les jeunes arbres stockent une partie de ce CO2.

Couche d'ozone :

La couche d'ozone, située entre 25 et 30 km d'altitude, filtre les ultra-violets du soleil et protège ainsi les êtres vivants d'un rayonnement qui serait mortel. Cette couche mince est menacée en particulier par la production (par l'homme) de chlore, qui modifie les molécules d'ozone et les transforme en oxygène à haute altitude. C'est pour cette raison qu'on a interdit en 1990 l'utilisation des chlorofluorocarbones (CFC) contenus notamment dans les bombes de peinture, insecticide, mousse à raser, etc. Le trou aurait atteint, en octobre 2000, la surface record de 29 millions de km² en Antarctique.

Dans l'un comme dans l'autre cas, il ne suffit hélas pas d'interdire ou de diminuer les gaz à effet de serre ou destructeurs de la couche d'ozone, car les molécules de ces gaz demeurent actives de 50 ans à 2 siècles dans l'atmosphère avant de disparaître. Le mal est donc déjà fait pour longtemps... Ce qui ne doit pas faire renoncer à la lutte contre ces fléaux.

CO2 et activités humaines :

Part du CO2 selon l'activité :
- énergie : 43%
- transports 24 %
- industrie : 19%
- autres : 14%

Le pétrole est le combustible qui produit le plus de CO2 (43%), devant le charbon (39%) et le gaz (19%).

Les conséquences du réchauffement :

- Les effets du réchauffement seront répartis de manière inégale selon les régions du globe. Dans l'ensemble, il faut s'attendre à une multiplication des événements météorologiques extrêmes dans les zones tempérées : tempêtes, inondations.
- Un aggravation de la désertification est prévue, en particulier en Afrique, en Europe orientale, en Australie et dans l'ouest des Etats-Unis.
- L'élévation du niveau de la mer en 2100 par rapport à 1990 devrait être comprise entre 0,14 et 0,80 m. Elle menacera de nombreuses îles et régions côtières.

Disparition des espèces :


- 400 000 plantes et 1 300 000 animaux ont été recensés dans le monde (il existe probablement 4 à 5 fois plus d'espèces dans le monde).
- 2 à 3 espèces animales ou végétales disparaissent chaque jour, dont certaines peuvent contenir des éléments nécessaires à la fabrication de médicaments.
- 20% des espèces menacées se trouvent dans la zone méditerranéenne.
- La forêt équatoriale se réduit d'environ 100 000 km² par an (1/5e de la France).

Conférences des Nations unies


- La convention de Rio, signée en juin 1992, a sonné l'alarme du changement climatique.
- En 1995, par le protocole de Kyoto, les pays industrialisés s'engageaient à réduire, d'ici à 2012, leurs émissions de gaz à effet de serre de 5,2% en moyenne par rapport aux niveaux de 1990.
- La récente conférence de La Haye (novembre 2000) était censée mettre en place les dispositifs permettant aux Etats de remplir leurs objectifs de réduction. Mais aucun accord n'a pu être trouvé. Les Etats-Unis et l'Union européenne sont restés divisés.

N.B. : sources : Le Supplément du Monde : " Coup de chaud sur la planète " du samedi 18 novembre 2000 et La Croix du lundi 27 novembre 2000. Avec l'aimable collaboration de M. Frédéric Baudin.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères