La conversion

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Rencontrer Dieu
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Aujourd'hui nous allons faire plusieurs lectures qui vont converger vers la même expérience décisive et je vais d'abord dans Ézéchiel au Chapitre 18 lire les versets 30 -32 :

" 30 C'est pourquoi je vous jugerai chacun selon ses voies, maison d'Israël, dit le Seigneur, l'Éternel. Revenez et détournez-vous de toutes vos transgressions, afin que l'iniquité ne cause pas votre ruine. 31 Rejetez loin de vous toutes les transgressions par lesquelles vous avez péché; faites-vous un coeur nouveau et un esprit nouveau. Pourquoi mourriez-vous, maison d'Israël? 32 Car je ne désire pas la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur, l'Éternel. Convertissez-vous donc, et vivez !"

Nous faisons une deuxième lecture dans l'évangile selon Matthieu au chapitre 18 :

" 1 En ce moment, les disciples s'approchèrent de Jésus, et dirent : Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux? 2 Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, 3 et dit : Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. "

Puis nous faisons encore une lecture dans l'évangile de Luc au chapitre 13, verset 1-5 : " 1 En ce même temps, quelques personnes qui se trouvaient là racontaient à Jésus ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices. 2 Il leur répondit : Croyez-vous que ces Galiléens fussent de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu'ils ont souffert de la sorte? 3 Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. 4 Ou bien, ces dix-huit personnes sur qui est tombée la tour de Siloé et qu'elle a tuées, croyez-vous qu'elles fussent plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem? 5 Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. "

Le mot conversion est employé indûment bien souvent: "conversion : changement de religion ". Ce n'est pas cela qui importe, il ne s'agit pas de changer de religion, l'important n'est pas ce que nous pensons, mais c'est ce que Dieu dit de la chose : à tous ceux qui croient que pratiquer une religion est suffisant, que faire le bien suffit, Jésus révèle une nécessité absolue, indispensable, irremplaçable : la conversion. Si je ne suis pas converti, je me prive de tout ce que le Seigneur voulait donner, m'offrir. Il ne suffit pas de se prétendre chrétien, il faut passer par l'expérience de la conversion.

Qu'est-ce que se convertir? Trois exemples vont nous permettre de découvrir la chose.

Premier exemple situé au chapitre 8 des Actes : la conversion du ministre Éthiopien de la reine Candace; c'est un ministre des finances, donc un personnage spécialement important. Ce ministre des finances ne rentre pas dans la pensée générale de ceux qui disent que toutes les religions sont bonnes; il avait une religion païenne en Éthiopie, puis il s'est mis à la recherche de Dieu; il a entendu parler d'un Dieu unique qu'adoraient les Israélites à Jérusalem et il est allé dans cette ville pour adorer Dieu; il s'est procuré la parole de Dieu sous forme d'un rouleau comme cela se faisait à cette époque et le voilà maintenant qui retourne de Jérusalem en Éthiopie. Et sur son char, il lit une prophétie concernant la mort de Jésus; c'est un passage du livre d'Esaïe au chapitre 53, qui prophétise de façon précise la mort de Jésus et ce que cette mort allait nous acquérir. Cet homme est donc passé, déjà, du paganisme au judaïsme; il a donc changé de religion; en changeant de religion, pour lui, il savait que Dieu est le Dieu unique, il connaissait les dix commandements, il avait déjà une connaissance partielle du Seigneur.

Mais il lui fallait autre chose, une autre expérience. Il se conformait aux rites de sa nouvelle religion et particulièrement il était venu à Jérusalem pour célébrer l'Éternel lors d'une fête juive, mais il faut autre chose pour lui; il lui faut connaître Jésus. Et le voilà donc, assis sur son char, lisant le prophète Esaïe. Mais Dieu a envoyé à point nommé un de ses serviteurs, Philippe, pour annoncer l'Évangile à cet homme. Philippe qui vient de faire une grande campagne d'évangélisation en Samarie, a reçu du Seigneur la pensée et l'ordre d'aller sur le chemin de Jérusalem à Gaza et de se tenir là. Philippe ne savait pas pourquoi, mais il a obéit sans comprendre: Dieu peut nous utiliser quelquefois sans que nous sachions pourquoi il nous conduit à tel endroit. Pour ma part, je me souviens d'une fois où le Seigneur m'a montré que je devais aller à 22 kilomètres de chez moi et aller rendre visite dans une maison. Et quand je suis arrivé, j'ai trouvé une soeur en Christ qui était profondément attaquée par l'Adversaire et, assise sur une chaise, elle pleurait toutes les larmes de son corps; et le Seigneur m'a envoyé là pour prier avec elle et ce fut la guérison pour elle. Dieu peut nous utiliser; il a utilisé Philippe, pourquoi ne nous utiliserait-il pas aussi? C'est à nous d'être sensibles à la voix du Seigneur, et à la façon dont il veut nous diriger.

Notre ministre des finances était donc là, lisant un passage auquel il ne comprenait rien. Pour lui c'était un langage hermétique; mais Philippe, le voyant, l'aborde et lui dit : " Comprends-tu ce que tu lis? " -- " Mais comment comprendrais-je si personne ne me l'explique? ". Notre homme va faire monter Philippe sur son char et Philippe va lui révéler le plan de Dieu à l'égard de cet homme : Dieu a tant aimé ce ministre qu'il a donné son fils unique afin que le ministre vive, qu'il ait le pardon de ses péchés et qu'il ait la vie éternelle; cet homme avait été remué parce que ce n'était pas de religion dont il avait besoin, c'était de Jésus! Et maintenant que Jésus lui est annoncé, il croit, il comprend que seul Jésus pourrait le sauver par le moyen de la repentance, de la foi en Lui et cet homme accepte et en acceptant, il se convertit. On pourrait entendre dire qu'il va encore changer de religion.

L'important n'est pas là : ce qui compte, c'est qu'il a changé de vie, modifié son optique; pour lui il a soif de faire ce que Dieu lui montre. Nous ne savons quelle distance Philippe et le ministre ont parcouru en chemin ensemble, mais durant le trajet, Philippe a évangélisé notre homme, lui a parlé de Jésus, de la vie chrétienne, du baptême des croyants. Et voilà qu'ils arrivent à un endroit où il y avait un plan d'eau. Notre homme va demander à Philippe : " Qu'est-ce qui empêche que je sois baptisé? ". Et voilà que le nouveau converti va être baptisé immédiatement, plongé dans l'eau et en ressortir ayant été baptisé. Le baptême a un sens profond : il signifie être uni à Jésus-Christ dans sa mort et la sortie de l'eau signifie être uni à Jésus dans sa résurrection. C'est le signe même de la vie nouvelle, de la nouvelle naissance; et pour cet homme, les étapes ont été brûlées; il a été très vite; c'était un homme qui s'était déjà nourri de la substance de l'Ancien Testament et qui connaissait déjà la volonté de Dieu. Mais il ne connaissait pas l'Évangile; l'Évangile lui est alors révélé par Philippe, il croit, il accepte et lui même demande la grâce d'être baptisé.

Voilà donc une conversion marquante et vous savez que l'Éthiopie est le premier état qui ait été évangélisé. Et l'on peut faire remonter cette évangélisation à la conversion du ministre de la reine Candace.

Nous allons donner maintenant un deuxième exemple : il se situe au chapitre 9 des Actes des apôtres : c'est la conversion de Saul de Tarse, mieux connu sous le nom de l'apôtre Paul. C'était, avant qu'il se convertisse, un pratiquant fanatique de sa religion; on dirait maintenant: un intégriste. Et pour lui, il ne fallait surtout pas changer de religion! Surtout pas! Et précisément, il s'était fait remettre des pouvoirs de la part des autorités juives pour aller jusqu'à Damas persécuter dans cette ville de Syrie, les croyants qui avaient fondé une petite Église. Il n'était pas pour lui question de changer de religion; il pensait être agréable à Dieu en allant persécuter les chrétiens. Mais, voilà, vous le savez, il va être stoppé net sur la route de Damas par une lumière éblouissante et va entendre une voix et va poser la question :" Qui es-tu Seigneur? " Et il va entendre : " Je suis Jésus que tu persécutes! ". Il va demander : " Que faut-il que je fasse? "

--" Va à Damas et là on te dira tout ce que tu dois faire! ". Et voilà que Saul de Tarse avec son escorte va à Damas, mais la lumière éblouissante l'a rendu aveugle. Il doit être conduit; il va rester trois jours dans une maison et Dieu va envoyer vers lui de façon miraculeuse, un disciple de Jésus nommé Ananias. On ignore tout de la façon dont Ananias s'est converti mais ce que l'on sait, c'est que cet homme de Dieu était aussi quelqu'un de sensible à la voix du Saint-Esprit et qu' il va recevoir la révélation d'aller vers Saul de Tarse. Pour Saul, pendant trois jours il y a eu sans doute un temps de repentance, c'était indispensable pour lui et il fallait qu'il passe par cette expérience de brisement.

Avant sa conversion, Saul de Tarse était un homme imbu de lui-même, fier de sa religion, de son appartenance à la tribu de Benjamin, tribu très honorable et fier aussi d'être un croyant brûlant de zèle, fier d'avoir été à bonne école avec un maître très érudit. Mais c'est alors qu'il se trouve désemparé car tous ses plans s'écroulent, il se trouve arrêté net; et c'est alors qu'Ananias va venir vers lui et lui dire : " Saul, mon frère, le Seigneur m'a envoyé vers toi afin de t'imposer les mains de telle sorte que tu vois, afin aussi que tu passes de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière. " Et Saul de Tarse va être évangélisé par Ananias qui dira : " Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé ". Ananias s'est mis à prier et des écailles tombent des yeux de Saul de Tarse. Il est guéri de sa cécité, il est transformé et va être baptisé par Ananias. C'est une transformation totale; il a discerné durant cette expérience que son fanatisme ne menait à rien, que son observance religieuse l'avait perdu parce qu'il s'était endurci dans sa religion. Mais il va trouver Jésus comme son Sauveur et sa vie est alors changé; le voilà maintenant converti, abandonnant l'erreur pour la Vérité; et il regarde tout ce dont il se prévalait auparavant comme de la boue, comme quelque chose de méprisable. Il peut dire maintenant :

" C'est une parole certaine et entièrement digne d'être reçue, que Jésus Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier. "(1 Ti 1.15).

Et il écrira plus tard dans une de ses lettres :

" Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. "(Ro 10.3).

Maintenant il croit dans son coeur que Jésus est son Sauveur et plus, il va immédiatement se mettre à parler de Jésus; cela ne va pas tarder, à Damas puis ensuite en beaucoup d'autres lieux, partout où Dieu le conduira. Le voilà guéri, converti et même baptisé du Saint-Esprit et il va devenir l'apôtre bouillant pour servir le Seigneur. Et là encore, nous remarquerons que Dieu veut se servir de nous aussi tout comme il s'était servi de Philippe et Ananias pour communiquer la révélation de Jésus à ceux qui sont en recherche. Il y a des gens en recherche autour de nous plus que nous le pensons. Que notre prière soit celle-ci: " Seigneur, mets sur mon chemin des personnes qui ont soif de te connaître, qui désirent te connaître ".

Nous allons maintenant aux chapitres 10 et 11 des Actes des Apôtres pour un troisième récit de conversion : c'est celle de Cornelius. Cornelius (Corneille en français) était un capitaine romain. Lui est un païen d'origine mais un païen non satisfait de son paganisme et qui pensait que tous les dieux du culte romain ne correspondaient à rien et qu'il devait y avoir un Dieu unique quelque part. Et voilà que, alors qu'il était en service pour l'empire romain dans la ville de Césarée, sur les bords de la Méditerranée, il fait la connaissance de Juifs qui adorent Dieu, le Dieu unique. Et lui maintenant va croire en ce Dieu. Et c'est un homme qui veut mettre sa foi en pratique; il accomplit de bonnes oeuvres, des aumônes, il vit sa foi nouvelle. Mais il a soif d'autre chose. C'est alors que le Seigneur va se révéler à lui dans une vision; et il va voir un ange qui va lui dire : " Fais venir Pierre et lui te diras des choses par lesquelles tu seras sauvé, toi et les gens de ta maison ". Pour beaucoup de gens cela semble étrange, et ils se demandent : " La piété, la sincérité, les bonnes oeuvres, les prières, ce n'est pas cela qui sauve, cela ne suffit pas? ".

Mais cet homme n'avait aucune certitude du Salut; car si nous devons être sauvés par les oeuvres, à partir de quel moment pourrons-nous dire : j'en ai fait suffisamment pour que Dieu me pardonne et me fasse grâce? Il fallait à Corneille autre chose que la pratique des bonnes oeuvres pour avoir l'assurance du pardon des péchés. Et l'apôtre Pierre va être mandé de venir. Pierre arrive chez Corneille et là, il dit qu'il est venu avec un message que Dieu lui a ordonné de transmettre : ce message, c'est l'Évangile qu'il va lui annoncer. Nous, nous sommes des messagers de Jésus et nous devons venir avec un message; Bien-sûr, nous avons à rendre témoignage autour de nous, à dire ce que Jésus a fait pour nous, mais il y a un moment où nous allons présenter Jésus, celui qui a transformé notre vie. Et voilà que Pierre va résumer ce qu'il dit par un verset marquant :

10.43 " Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. " 10.44 " Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. "

Ceci est le message magnifique qui correspond exactement à ce dont Corneille avait soif. La preuve en est que le Saint-Esprit descend sur la maisonnée à ce moment; ils sont visités et transformés. C'est une expérience extraordinaire. Ce centenier expérimente la conversion et brûle les étapes lui aussi. Il est sauvé, il est converti, il est baptisé du Saint-Esprit. Il va servir maintenant le Seigneur avec ardeur et avec amour et reconnaissance. Pour lui, le Salut a été total, a été immédiat. Il sait qu'il n'y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont dans la foi en Jésus-Christ.

Voilà donc des conversions; il y a des facteurs humains dans ces conversions: Philippe pour le ministre Éthiopien, il y a eu Ananias pour Saul de Tarse, celui qui va devenir l'apôtre Paul, il y eut également Pierre pour Corneille et Dieu veut que nous, nous soyons aussi des intermédiaires, que nous soyons sur la route de ceux qui cherchent, qui ont soif. Vous me direz que les gens n'ont pas soif; c'est vrai dans leur ensemble à l'heure actuelle. Mais , quand même on commence à voir des gens qui se posent des problèmes, ne serait-ce qu'à cause du réchauffement de la planète, des dérèglement de cette nature si belle que Dieu a créée et que les hommes maltraitent (vache folle, agriculture transgénique), tout ce qui menace l'humanité et aussi ces foyers de guerre récurrents, l'endémie du sida, etc...Il y a des gens qui se demandent où trouver leur sécurité qu'il avaient crue acquise.

Pour nous, croyants, nous savons que notre sécurité n'est pas sur la terre, mais dans le ciel et que cette sécurité nous la vivons de par la grâce même de Dieu qui a transformé notre vie, qui est venu lui-même habiter en nous, faire sa demeure en nous; et nous, nous avons à demeurer dans le Seigneur et vivre maintenant notre foi, authentiquement, sept jours par semaine et autant d'heures qu'il y a dans le jour. Nous avons à vivre notre foi. La conversion a été quelque chose de bouleversant pour les trois hommes que nous avons évoqués. Cela s'est effectué rapidement; le processus de conversion a duré un peu plus longtemps pour Paul puisqu'il y a eu trois jours de ténèbres; mais je voudrais dire que si la conversion peut être instantanée, elle peut être aussi progressive; il y a des personnes qui ne peuvent pas dire exactement le jour où elles se sont converties parce que ça s'est produit sur une période de quelques jours, de quelques semaines, voire de quelques mois. Mais l'important, c'est qu'un jour on ait pris conscience que Jésus-Christ est notre Sauveur, que l'on ait aussi proclamé à d'autres ce qui nous est arrivé.

Pour ma part, j'étais très timide et je ne peux pas dire que ma conversion ait été instantanée; je sais qu'un jour, mon coeur a été touché dans une réunion à Paris, mais je ne peux pas dire que c'était le jour où je me suis converti : c'est le jour où le processus de conversion a commencé. Et puis voilà que je me destinais à être instituteur et je me revois encore dans la cour de récréation, poussé par l'Esprit de Dieu, à parler de Jésus à un camarade et lui dire ce que Jésus a fait pour nous; et j'en étais réellement stupéfait, c'était le Seigneur lui-même qui avait disposé de la chose. Alors, ce jour là j'ai découvert que l'oeuvre de Dieu était profonde en moi et que maintenant, je n'étais pas disciple en secret, mais que ma conversion m'amenait à parler de Jésus autour de moi.

La conversion est réellement un demi-tour; j'employais dans ma prédication sur la Nouvelle Naissance l'expression faire volte face; oui c'est un retour vers Dieu. D'ailleurs, dans l'Ancien Testament, la conversion est décrite comme le retour vers Dieu. " Retournez vers moi " avons-nous lu tout à l'heure dans le prophète Ézéchiel. Si nous avons à nous tourner vers le Seigneur, c'est que l'homme s'est détourné du Seigneur et il doit donc maintenant revenir vers Lui. Il faut à tout homme sur toute la terre se repentir et se convertir : c'est le plan de Dieu à l'égard de chacun. Parlant à quelqu'un je ne peux lui dire que peu de choses sur sa vie; concernant le passé, le présent, c'est lui qui sait mieux que quiconque. Mais concernant l'avenir je puis lui dire que ce futur peut changer aujourd'hui même si il ouvre son coeur à Jésus. Il était dans le désespoir, il trouvera l'apaisement. Il était dans l'inquiétude, il trouvera la sérénité. Il met sa confiance en Jésus. Il vivait dominé par des passions auxquelles il ne pouvait échapper; maintenant Jésus veut lui donner la victoire. Il était écrasé par le remords, le Seigneur veut qu'il vive une vrai repentance et connaisse le pardon et la Nouvelle Vie.

L'expérience de la conversion consiste donc à reconnaître notre péché et notre pauvreté spirituelle devant le Seigneur, tout ce qui a déplu à notre Dieu, et d'avouer notre misère, puis d'avoir foi en Christ, de se détourner de ce qui avait meublé d'une façon impure et indue notre vie d'autrefois. Maintenant nous sommes à Jésus, nous lui appartenons pour ce temps et pour l'éternité.

Nous avons vu la conversion de trois hommes qui avaient un fond religieux. Mais il ne s'agit pas d'être religieux, il s'agit d'être converti. L'enfer sera plein de gens religieux et de gens qui n'auront pas voulu venir à Jésus personnellement, qui se seront contentés de forme alors que pour le Seigneur ce n'est pas la forme qui l'emporte, c'est le fond, et Dieu veut que nous annoncions cela à d'autres. D'abord nous recevons le message de conversion puis nous devons être des instruments, peut-être moins spectaculaires que les trois envoyés dont nous avons parlé, mais nous devons être utilisés par le Seigneur pour le faire connaître.

Nous avons lu un verset que je voudrais rappeler en terminant : " Convertissez-vous et vous vivrez ! ". Voilà le message que nous avons à recevoir et si nous l'avons déjà reçu, nous avons à le transmettre.

Amen!

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères