Regard sur la louange et l’adoration aujourd’hui

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : La louange
Source : Construire Ensemble   
Publié sur Lueur le
Partager

D'emblée, une constatation réjouit mon coeur : depuis quelques années, la louange et l'adoration ont pris une place de plus en plus importante dans l'Église. Parfois même, cet aspect de notre piété est devenu premier. Si chaque période de l'histoire de l'Église a été marquée par une accentuation de telle ou telle pratique, les générations récentes ont principalement choisi cette expression. Nous pouvons croire du reste que cela répond aussi à une attente divine et à un besoin spécifique lié aux particularités de notre époque. Car si Dieu ne change pas, le monde ne cesse de se transformer et nous avec lui. Or, je crois, que dans sa grâce et la perfection de ses sentiments, Dieu a la faculté de s'accorder avec ce que nous sommes, y compris nos besoins, notre vision, nos sentiments, nos émotions… tant que rien ne s'oppose à sa Parole. J'aime me rappeler que Dieu ne cherche pas l'adoration mais des adorateurs. Il ne recherche pas des « louangeurs » qui louent sans conscience et sans vérité mais Il veut notre coeur.

L'accent mis sur cette dimension forte de l'expression chantée de notre foi et de notre reconnaissance à notre Seigneur a plusieurs raisons. En effet, elle est :

  • moyen de libération de nos sentiments engageant tout notre être dans la louange,
  • support à un recentrage sur la personne de Jésus Christ et de son oeuvre,
  • occasion d'une vraie mise à la disposition de l'action de Dieu, de Sa parole et de Ses dons.

K. Osbeck voit quatre objectifs spirituels principaux au chant dans l'Église :

  1. Il est un moyen d'unir un groupe dans l'adoration, la prière et la louange.
  2. Il enseigne des vérités spirituelles et les grave dans les esprits.
  3. Il donne à chacun une possibilité d'exprimer ses attitudes intérieures et ses expériences parfois mieux qu'il ne pourrait le faire avec ses propres mots.
  4. Il prépare à l'écoute du message.

Cette évolution de la place donnée au chant, et en particulier à la louange et à l'adoration, s'est matérialisée de plusieurs manières.

L'utilisation du vidéoprojecteur

Même un insignifiant détail matériel comme celui là est un signe fort qui accompagne cette évolution. Le rétroprojecteur est libérateur. Plus de numéros de cantiques à donner, plus de pages à tourner… Place à une expression physique la plus grande possible (frapper des mains, « gestuer » les paroles, danser …) au service de la ferveur. N'est-ce pas là une attente de notre Dieu ? Comme toujours, on peut également remarquer des aspects plus négatifs. Pour moi, un des revers à la médaille, c'est la tentation de ne plus apprendre ou retenir les paroles, mais simplement de les lire…L'imprégnation peut être ainsi fortement atténuée. Si l'extérieur est important, il ne doit être que le reflet d'un intérieur imbibé de la présence et de l'oeuvre de Christ.

L'abondance de compositions nouvelles et variées

C'est aussi une particularité de notre société de consommation que nous retrouvons aussi dans l'Église, et pas simplement dans cet aspect d'ailleurs. Le « chantez au Seigneur un cantique nouveau » s'est ainsi vu appliqué avec grande efficacité ! Aujourd'hui, chaque organisation a son recueil, ses compositeurs… Un grand nombre d'Églises locales ont même leur propre répertoire maison. C'est vrai, Il y a abondance de nouveautés en la matière ! Mais là aussi, si cette variété peut être riche et motivante il y a parfois manque, voir danger. Manque de repères, de fondements, parfois de matières, voire de ne plus être toujours biblique. Danger d'oublier, d'être léger,… La modernité ne doit jamais négliger l'héritage passé mais au contraire prendre appui sur lui. Je voudrais en profiter là pour vous encourager, à savoir mélanger les registres, à ne pas vous enfermer dans une louange exclusivement contemporaine ou traditionnelle. Pour appuyer cette réflexion je vous laisse cet extrait d'un article de Ron Man d'une Eglise Evangélique à Memphis au Tennessee (USA) traitant de leur expérience personnelle positive d'une mixité dans le domaine de la louange communautaire.

« Il est remarquable de noter combien notre louange et notre musique servent d'éléments unificateurs dans notre Église quand si souvent cela peut conduire aux conflits et à la division. Nos jeunes gens ont appris à apprécier les grands hymnes de la foi quand leurs nobles textes sont compris à mesure qu'ils développent le thème d'une façon nouvelle et inhabituelle. Et nos plus vieux croyants entrent pleinement dans l'adoration, chantant même durant les nouveaux cantiques de louange, et ces chants contribuent à un développement cohérent de la vérité inaltérable de Dieu. » (Ron Man)

Le phénomène de mode

S'il y a profusion de chants nouveaux, nous devons remarquer qu'il y a un phénomène de mode qui souvent l'accompagne. Il se retrouve dans les styles musicaux, les thèmes abordés et même la façon de chanter. On pourra critiquer assez facilement cet aspect en y voyant un manque de personnalité et d'ancrage solide pouvant éviter les dérives et les courants parfois dévastateurs. Mais à l'inverse, nous pouvons souligner la force de l'unité qui peut s'en dégager. Ne peut-on pas y reconnaître l'inspiration du St Esprit qui met telle ou telle valeur en avant à un moment donné et conduisant l'Église dans ce courant ? Je conviens alors que le mot « mode » n'est pas le meilleur mais il a le mérite d'être compréhensif ! Oui, donc, à une « mode » qui harmonise sur les choix de Dieu mais qui ne jette pas tout ce qui n'est pas identique.

Spectacles et productions

C'est le dernier point que j'aimerais souligner. La louange n'est pas restée une particularité interne de l'Église. Elle « s'expatrie », elle franchit les portes si souvent cloisonnées de notre microcosme ecclésial à travers CD, vidéos, DVD, concerts, spectacles… Bien entendu, il y aurait là aussi bien des critiques à émettre sur tel ou tel aspect mais je veux y voir aussi des aspects positifs. Quel privilège de pouvoir si facilement être au bénéfice d'un enregistrement, l'utiliser comme support à notre prière et à notre adoration personnelle ! Voilà aussi des occasions multipliées pour un témoignage glorieux à notre Père et pour partager Sa Bonne Nouvelle au monde. Je soulignerai enfin les progrès évidents quand à la qualité musicale et technique des productions rendant là encore honneur au Seigneur mais aussi à Son Église.

Il n'y a toujours rien de nouveau sous le soleil ! Comme dans chaque aspect de notre vie, il est nécessaire de chercher l'équilibre et de gérer afin que ce soient les bons fruits qui restent et nourrissent notre amour et notre vécu.

Laissons le mot de la fin à Alfred Kuen :

« Oui à la musique. Mais attention : ne tombons pas de Charybde en Scylla ! Après avoir réduit la musique à la portion congrue, il ne s'agit pas de lui attribuer la part du lion. L'essentiel, dans un culte, ne sera jamais la musique, mais l'enseignement des apôtres, la communion fraternelle, la fraction du pain et les prières (Ac 2.42) : prières de louange, de reconnaissance, d'intercession, confession de foi. Certaines de ces prières pourront être chantées, une partie de la louange peut se faire "en musique", mais il serait regrettable que les cantiques empêchent les prières spontanées ou que la musique instrumentale prenne le temps des lectures bibliques ou de la prédication. Gardons à la musique la place qui lui revient : mais cette place, accordons-la lui : La balance fausse est en horreur à l'Éternel mais le poids juste lui est agréable (Pv 11.1) ». (Alfred Kuen)

Commentaires (2)

par Bbc62

Un grand débat aujourd'hui en RDC concernant la place de la musique dans l'Église et la musique profane. Merci pour votre réflexion.

Signaler un commentaire inapproprié
par ELISHEVA

Bonjour, je suis à la recherche de musiciens et de chanteurs (euses) pour mettre en place une chorale qui pourra se déplacer dans les Assemblées afin d'amener la Présence de Dieu. Je souhaiterais donc recevoir des "candidatures" sérieuses de consacrées et mises à part, c'est-à-dire sans compromission avec le monde. Merci.

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères