Pasteur, berger et relation d'aide

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Vie Chrétienne
Source : Aimer & Servir   
Publié sur Lueur le
Partager

La relation d'aide évoque encore de nos jours les images assez voisines de pasteur et de berger.

Les siècles ont passé et, avec eux, les modes de vie ont changé, en sorte que les mots correspondent davantage à des représentations traditionnelles qu'à des expériences proches. Il en est d'ailleurs de même avec la plupart des métaphores agricoles. Pourtant, les images de brebis, de moutons, d'agneaux et de berger possèdent encore une charge émotive très forte. En effet les besoins de protection, de nourriture et de soins qu'elles évoquent existent toujours. Aucune expérience moderne de notre univers technique et mécanique n'a encore offert d'image aussi riche et parlante. Rien ne traduit mieux la relation du plus fort et du plus faible en dehors des relations familiales habituelles. Cette relation est fort complexe et maintes fois interrogée afin d'en discerner les multiples aspects ; aussi l'histoire des mots est elle à cet égard très instructive.

En français, la personne traditionnellement chargée de la relation d'aide est le pasteur, ou berger du troupeau ; lisons : de la communauté. «Pastor» est le terme le plus ancien. Il est peu à peu devenu «pâtre» dans la langue populaire. Mais la forme «pasteur» a fait carrière par son entrée dans le langage ecclésiastique. C'est ce qu'on appelle un doublet : pasteur, pâtre. Le terme de berger est apparu plus tard en latin populaire puis en vieux français. Le «berbicariu(m)» s'occupait des «vervex», plus tard «berbix» ou «brebis». Le mot mouton est d'origine celte. On le voit, le berger tire son nom de la brebis, c'est-à-dire de l'objet de ses soins et non des soins eux-mêmes. A la différence, le pastor, pâtre, existe par son action, «pascere», paître. Il y a donc là deux regards sur une même situation et sans doute deux façons d'y répondre, un mode plutôt technique, et le mode relationnel. Les mots n'ont jamais créé le sens, mais ils témoignent éventuellement, comme on le voit ici, d'attitudes devant une situation donnée. Les termes de pasteur et de berger ne sont donc pas superposables.

Comme l'image du berger est fréquemment utilisée dans la Bible, on ne sera pas surpris que soit privilégié l'aspect relationnel. Trois textes peuvent servir de référence : Ez 34, Es 40.11 et Jn 10. La première tâche du berger est de paître, ou faire paître le troupeau. Il le conduit dans de «bons pâturages». Mais là ne s'arrête pas son rôle, car il s'intéresse aux faibles, soigne les malades et ramène les égarés. Esaïe précise qu'il adapte son pas à l'allure des plus lents et porte éventuellement les petits qui ne peuvent pas marcher. Enfin, la voix du berger est suffisamment familière et rassurante pour être le point de ralliement du troupeau, qui ne suit pas un étranger

Ces diverses fonctions, sorte de «cahier des charges», composent le portrait (on dirait aujourd'hui le profil) du berger pasteur compétent selon la pensée biblique. De toutes façons, les obligations traditionnelles du berger doivent être remplies chaque fois que se constitue un troupeau. Les divers besoins énumérés dans nos textes, le soin des plus faibles, le soutien des malades et le retour des égarés, ont fini avec le temps par devenir le travail de spécialistes, c'est à dire de personnes rémunérées à cet effet, même lorsque le berger-pasteur s'attelle aussi à cette tâche. Toutes ces démarches se regroupent aujourd'hui sous le titre général de «relation d'aide». En sorte que les personnes amenées à participer à ce service s'exposent aux critiques et aux reproches jadis adressés aux mauvais bergers, que ce soit dans le texte d'Ezéchiel ou de Jean 10. Ou bien ils exploitent la situation à leur seul profit, ou bien ils s'esquivent au moindre risque. Dans les deux cas, l'intérêt de la brebis fouaille patient client) n'est pas au premier plan, car, dit le texte de Jean, le berger n'est alors que «mercenaire» (ou employé salarié). Préoccupé de son salaire (ou de sa situation), il n'est pas directement et personnellement concerné par le sort de la brebis.

Au moins, pourrait-on penser, la perception d'un salaire convenable protège-t-elle, dans une certaine mesure, le troupeau d'exactions sauvages et intempestives, ce qui est généralement le cas. Mais l'intérêt matériel n'est pas seul en cause, car il existe bien d'autres satisfactions dans une relation de pouvoir telle que celle qui s'établit entre le berger et la brebis, entre le fort et le faible, entre le bien portant et le nécessiteux. L'épître de Pierre met en effet en garde les anciens contre le plaisir de dominer et d'asservir. (Il est question de «tyranniser», 1 Pi 5.2). Avertissement qui apparaissait déjà dans les recommandations de Jésus aux apôtres : Les chefs des nations les tyrannisent, il n'en sera pas de même parmi vous... (Mt 20.25).

Les praticiens de psychothérapie, qui est la forme moderne et laïcisée de la relation d'aide, connaissent bien les diverses formes de lien affectif qui peuvent s'établir entre thérapeute et patient. Ils veillent justement à ce que la relation ne s'installe pas dans un rapport de fort et d'assisté où chacun trouve au fond assez de plaisir pour ne pas aller plus loin. Le thérapeute peut avoir besoin, sans trop s'en rendre compte, de la reconnaissance d'un certain pouvoir, de l'estime, voire de l'affection émerveillée de son patient. Son assurance intime en dépend. Et peut être à l'origine est-il thérapeute pour ces raisons subtiles et inavouées. Bien entendu, une formation sérieuse devrait le préserver de cet écueil en le rendant un peu plus conscient de ses attentes secrètes. Il doit en effet chercher ailleurs que dans sa pratique des satisfactions de ce genre.

On ne sera pas surpris de trouver une préoccupation analogue dans la préparation des apôtres à leur ministère de pasteur. Une illustration nous en a été transmise dans le dialogue entre Jésus et Pierre à la fin de l'Evangile de Jean (Jn 21.15-17). Le Seigneur fonde le travail de pasteur sur un attachement à sa personne. Il pose trois fois la question pour insister entre autres choses sur la réalité et la conscience d'une affection réelle envers le maître du troupeau. En raison de cet attachement profond et suffisant, le berger ne cherchera plus à satisfaire son besoin d'aimer et d'être aimé avec les brebis confiées à ses soins. Il sera capable d'aimer autrement, en adulte, en berger confirmé pour le plus grand bien des individus dont il a la charge. Pierre a parfaitement assimilé le message puisqu'il pourra à son tour prévenir les anciens du troupeau d'éviter des modes de relation peu compatibles avec leurs fonctions de berger (Cf 1 Pi 5.2-3).

Il serait trop facile de réserver toutes ces exhortations et recommandations aux seuls pasteurs dont la fonction officielle est justement de paître le troupeau du souverain pasteur. Elles concernent évidemment tous les chrétiens qui, soit dans le cadre de communauté, soit à l'occasion d'une pratique plus large, sont amenés à exercer une relation d'aide. L'expérience et la compétence technique ne peuvent faire l'économie de la réponse à la question autrefois adressée par Jésus à Pierre : M'aimes tu ? As tu davantage d'amour pour moi que ceux qui t'entourent ? (Jn 21.15), car c'est la garantie de relations équilibrées et indispensables au développement et à l'épanouissement des personnes. C'est ce qui fait la différence entre le métier et le ministère au sens plein du terme.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères