Qui est responsable de la mort de Jésus ?

Auteur :
Type : Enseignement
Thème : Jésus-Christ
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Nous allons procéder à deux lectures qui permettront de fixer un cadre à la question posée:

Esaïe 53

1 Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ?
2 Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée. Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire.
3 Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.
4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
5 Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités. Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
6 Nous étions tous errants comme des brebis. Chacun suivait sa propre voie et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.
7 Il a été maltraité et opprimé et il n'a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent. Il n'a point ouvert la bouche.
8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu'il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple ?
9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec le riche, quoiqu'il n'eût point commis de violence et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche.
10 Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance. Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours et l'oeuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains.
11 A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards. Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes et il se chargera de leurs iniquités.
12 C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands. Il partagera le butin avec les puissants parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et qu'il a intercédé pour les coupables.

Marc 15

1 Dès le matin, les principaux sacrificateurs tinrent conseil avec les anciens et les scribes, et tout le sanhédrin. Après avoir lié Jésus, ils l'emmenèrent, et le livrèrent à Pilate.
2 Pilate l'interrogea : Es-tu le roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Tu le dis.
3 Les principaux sacrificateurs portaient contre lui plusieurs accusations.
4 Pilate l'interrogea de nouveau : Ne réponds-tu rien ? Vois de combien de choses ils t'accusent.
5 Et Jésus ne fit plus aucune réponse, ce qui étonna Pilate.
6 A chaque fête, il relâchait un prisonnier, celui que demandait la foule.
7 Il y avait en prison un nommé Barabbas avec ses complices, pour un meurtre qu'ils avaient commis dans une sédition.
8 La foule, étant montée, se mit à demander ce qu'il avait coutume de leur accorder.
9 Pilate leur répondit : Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?
10 Car il savait que c'était par envie que les principaux sacrificateurs l'avaient livré.
11 Mais les chefs des sacrificateurs excitèrent la foule, afin que Pilate leur relâchât plutôt Barabbas.
12 Pilate, reprenant la parole, leur dit : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ?
13 Ils crièrent de nouveau : Crucifie-le !
14 Pilate leur dit : Quel mal a-t-il fait ? Et ils crièrent encore plus fort : Crucifie-le !
15 Pilate, voulant satisfaire la foule, leur relâcha Barabbas; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié.
16 Les soldats conduisirent Jésus dans l'intérieur de la cour, c'est-à-dire, dans le prétoire, et ils assemblèrent toute la cohorte.
17 Ils le revêtirent de pourpre, et posèrent sur sa tête une couronne d'épines, qu'ils avaient tressée.
18 Puis ils se mirent à le saluer: Salut, roi des Juifs !
19 Et ils lui frappaient la tête avec un roseau, crachaient sur lui, et, fléchissant les genoux, ils se prosternaient devant lui.
20 Après s'être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent la pourpre, lui remirent ses vêtements, et l'emmenèrent pour le crucifier.

Qui a crucifié Jésus ? Cette question n'a pas seulement de valeur historique, mais, compte tenu de la justification que cette mort nous a acquise, elle est vitale pour tout chrétien. C'est à cause de cette question que, dans les siècles passés et même, nous le savons, il y a encore une cinquantaine d'années, les Juifs traités de déicides, furent horriblement persécutés. Un écrivain juif a dit que le récit de la crucifixion " a causé plus de persécutions et de pogroms que tous les livres antisémites écrits depuis le règne de Constantin, le premier empereur chrétien de Rome " qui a fondé l'assise de l'Église catholique romaine.

Cependant, la faute n'est pas due au récit de l'Évangile; les hommes ont fait un usage fallacieux et ont utilisé ce prétexte pour justifier les persécutions antisémites.

Qui est responsable de la mort de Jésus ? C'est une question importante pour tous les hommes, juifs, chrétiens, athées et même pour Dieu.

1. LES ROMAINS ONT UNE PART DE RESPONSABILITE, car les juifs n'avaient pas droit de mettre à mort (voir Jean 18.31). De plus, la crucifixion n'était pas utilisée par les juifs qui pratiquaient la lapidation, le bûcher et la pendaison; la crucifixion était un supplice spécifiquement romain.

Ce sont les soldats romains qui ont cloué Jésus sur la croix, c'est un soldat romain qui lui a percé le côté; ce sont des soldats romains qui ont tiré au sort ses vêtements, et c'est un centurion romain qui a dirigé l'exécution. Les romains ont donc une part de responsabilité, mais pas toute, loin s'en faut.

2. CERTAINS JUIFS SONT RESPONSABLES; contrairement à ce que l'on pourrait croire, les pharisiens n'ont joué qu'un rôle secondaire; en effet cette branche du judaïsme, représentait un mouvement populaire, fondant sa doctrine sur une stricte observance formelle de la Loi, mais considérée comme dissidente par les scribes, les docteurs et les souverains sacrificateurs, gardiens du Temple et de l'orthodoxie juive, appelés saducéens; leur soucis principal était de se concilier les romains pour garder le statut d'exception dont bénéficiait le judaïsme dans l'empire romain. Jésus représentait un danger à cette voie politique, et son exécution s'imposait.

Ils insistent auprès de Pilate pour que Jésus soit crucifié. Et pourtant son innocence est avéré, y compris dans l'esprit de Pilate (Lc 23.41 et Jn 19.6). Mais Pilate sera finalement sensible à l'argument politique qu'ils lui assènent : le roi des Juif n'est pas Jésus mais César.

Au pied de la croix, les chefs du peuple, les pharisiens et des agitateurs zélotes (mouvement violent anti-romain) se moquent de Christ Et c'est une grande partie du peuple qui crie: " Ôte, Ôte, crucifie! ". Que dire de Judas qui a trahit ? De Pierre qui renie son Maître et des apôtres qui s'enfuient; seules les femmes fidèles de leur Seigneur (et peut-être Jean ?) seront au pied de la croix.

3. PILATE EST AUSSI RESPONSABLE, lui le gouverneur romain, qui a la décision suprême. D'abord il déclare Jésus innocent. Sa femme vient le presser de ne pas s'occuper de cette affaire, à la suite d'un songe qu'elle a fait.

Pilate discute avec la foule, comme s'il n'avait pas autorité sur elle ; quelle faiblesse ! Finalement il se lave les mains pour se déclarer innocent dans cette affaire - lâcheté inouïe de la part d'un procurateur de l'Empereur -, mais il fait battre Jésus à coups de verges. La responsabilité de Pilate est écrasante, ainsi que celle la populace romaine qui a, tout autant que les Saducéens, pesé sur la lâcheté de Pilate.

4. JÉSUS A SA PART DE RESPONSABILITÉ dans sa propre mort. Jusqu'à présent, selon ce que nous avons évoqué, on pourrait prendre le Christ pour un martyr passif d'une noble cause ou la victime d'un complot judiciaire. Grossière erreur !

Il a voulu offrir volontairement sa vie en sacrifice pour nos péchés. Jusqu'alors l'heure n'était pas venue; mais toute la vie publique de Jésus devait tendre vers le sacrifice propitiatoire de sa personne pour notre justification. Il a annoncé plusieurs fois cette mort, par exemple en disant qu'il était le bon berger qui donne sa vie pour ses brebis. Il a dit aussi qu'il donne sa vie afin de la reprendre, qu'il la donne de lui même, qu'il a le pouvoir de la donner


17 Le Père m'aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre.
18 Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même; j'ai le pouvoir de la donner, et j'ai le pouvoir de la reprendre : tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père. (Jn 10)

Jésus a la responsabilité de sa mort car il nous a aimés au point de donner sa vie en rançon pour nos péchés et pour nous (Mt 20.28).

Et on songe avec émotion aux dernières paroles de Jésus, qui indiquent que sa mission est achevée. "Tout est accompli" (Jn 19.30)

Mais ce n'est pas tout. Pour bien connaître la vérité, il faut être conscient que...

5. DIEU AUSSI A SA PART DE RESPONSABILITÉ dans la mort de son Fils.

Dans le psaume 22 au verset 16, Jésus dit à Dieu par prophète interposé : Tu me réduis à la poussière de la mort .

Dans le chapitre 53 du livre d'Ésaïe, consacré à l'annonce prophétique de la mort de Jésus et écrit au VIIIème siècle avant J-C, on peut lire : verset 10 : Il a plu à l'Éternel de le briser par sa souffrance

Dans le nouveau Testament Paul nous dit :

Dieu n'a pas épargné sont propre Fils, mais il l' a livré pour nous tous (2Co 20.28)

L'amour de Dieu a été pleinement manifestée à la croix. Et n'oublions pas que le verset central de toute la Bible, Ancien et Nouveau Testaments est celui-ci :

Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donne son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. ( Jean 3.16).

EN DÉFINITIVE, nous devons admettre que le monde entier a eu sa part de responsabilité dans la mort de Jésus, nous les premiers. Car, en fait, ce sont les péchés de tous les hommes (Tous ont péché et se sont privés de la gloire de Dieu (Rm 3.23) qui ont rendu la mort de Jésus nécessaire : Chacun suivait sa propre voie, et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de tous (Es 53.6).

Un chrétien fit un songe : il se trouvait présent au moment où un soldat romain fouettait Jésus, avant sa crucifixion. Il saisi le soldat par l'épaule pour qu'il mette fin à sa funeste besogne et lui fit faire un demi-tour. Mais ô surprise et confusion : il reconnu dans le visage de ce romain son propre visage. Ce fut pour lui comme une nouvelle révélation de sa culpabilité dans le sacrifice du Christ.

Chacun doit savoir que, si vil que soit un homme, ses péchés ont été portés par Christ et que le salut est pour lui. À la seule condition qu'il se repente et qu'il croie que Jésus est mort pour lui, à sa place, afin qu'il ait le pardon et la vie éternelle.

En demeurant dans le péché nous sommes contre Jésus. En manifestant notre foi envers lui, le crucifié, nous sommes alors pour lui.

Sachons que nous sommes coupables, nous aussi de la mort de Jésus, mais sachons aussi, que, par la grâce de l'Éternel, son sacrifice nous sauve au moment où nous croyons à Christ comme notre Sauveur et Seigneur.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères