Nos voeux nous engagent

Auteur :
Type : Réflexion
Thème : Divers
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager

Premières semaines de l'année, dernières occasions de présenter nos voeux ! Mais des voeux qui puissent réellement changer quelque chose. Parce que dire "Bonne Année !" , cela n'empêche pas l'année d'être mauvaise, si elle a envie de l'être, ni la santé d'aller de travers si elle doit flancher.

Alors, les voeux ne serviraient-ils à rien?
C'est bien possible, après tout. A moins qu'ils n'aient une autre signification, plus sérieuse que l'automatisme des mots jetés au vent.

Tenez : il y a quelques années, sur le parvis d'une cathédrale, on a fait un cadeau aux sapeurs-pompiers, qui avaient travaillé durement cette année-là, comme ce fut le cas au cours de l'année 2002 en bien des régions. On leur a offert deux splendides bateaux, des Zodiacs, -ces canots en caoutchouc équipés de moteurs hors-bord de 35 chevaux.
C'était une sorte de voeu, un souhait. Un peu comme si on leur disait : "Nous vous souhaitons d'aider et de sauver le plus de gens possibles, dans les plus brefs délais possibles. Et pour que notre voeu ne soit pas vain, voici le moyen de le réaliser efficacement."

Ces deux canots de sauvetage sont des voeux comme on les aime, sous forme d'outils de travail, d'outils de salut. Et voici ce que pourraient être nos voeux.

Quand nous disons "Bonne Année", il s'agit en fait pour nous de faire en sorte que l'année puisse être bonne pour celui à qui nous adressons nos voeux.
Quand nous disons : "Heureuse Année !" il s'agit pour nous de faire en sorte que l'année puisse être réellement heureuse pour le destinataire.

Et plus nous offrons de voeux, plus nous nous engageons nous-mêmes, en réalité. Que pouvons-nous souhaiter sérieusement si nous ne commençons pas par tout faire pour que cela se réalise ?

En substance, l'apôtre Jacques a écrit , au chapitre 2, verset 15 de son épître :
Si quelqu'un est à peine vêtu, s'il manque de nourriture quotidienne, et que nous lui disons : "Va en paix, chauffe-toi et mange..." sans lui donner ce qui lui est nécessaire, nos voeux ne sont en réalité que des moqueries (Jc 2.15).

Alors, il faudrait que nos voeux servent à quelque chose, qu'ils changent quelque chose.
Souhaiter la paix, c'est faire en sorte que les conditions de paix soient réalisées là où nous sommes.
Souhaiter le bonheur, c'est commencer par le permettre aux autres.
Souhaiter la justice, c'est commencer à travailler à l'établir.

Ah ! oui, les coutumes les plus anodines en apparence peuvent être des pièges, ou alors plutôt des occasions de nous réveiller nous-mêmes.

Des occasions de nous réveiller par le moyen de la prière ! Que nos voeux se prolongent dans la prière en faveur de tous ceux à qui nous avons ou nous allons formuler des voeux Si nous ne le faisons pas, et si nous ne mettons toutes nos possibilités à l'oeuvre pour que nos voeux ne restent pas que des voeux sans valeur, il vaudrait mieux ne pas formuler de souhaits.

Alors, aujourd'hui, en vous disant : "Bonne Année, soyez heureux , et que la paix soit avec vous", j'ai bien conscience de m'engager avec vous sur le chemin d'une année entière. Le chrétien qui vous parle devra être d'abord quelqu'un qui agit.

Bonne semaine... Bonne année ... et que vos voeux soient vrais !

(Adapté de Pierre Calimé. "Le cri d'espoir")

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères