Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Genèse 16 (Annotée Neuchâtel)

   1 Et Saraï, femme d'Abram, ne lui avait pas donné d'enfants ; et elle avait une esclave égyptienne nommée Hagar. 2 Et Saraï dit à Abram : Voici, l'Eternel m'a rendue stérile ; viens donc vers ma servante ; peut-être aurai-je d'elle des fils. Et Abram consentit à ce que disait sa femme. 3 Et Saraï, femme d'Abram, prit Hagar, l'Egyptienne, sa servante, au bout de dix ans de séjour d'Abram dans le pays de Canaan, et elle la donna à Abram, son mari, pour qu'il en fit sa femme.
   4 Et il alla vers Hagar et elle conçut ; et voyant qu'elle avait conçu, elle n'eut plus de respect pour sa maîtresse. 5 Et Saraï dit à Abram : L'outrage qui m'est fait est sur toi. J'ai mis ma servante dans ton sein, et quand elle a vu qu'elle avait conçu, elle n'a plus eu de respect pour moi. Que l'Eternel juge entre moi et toi ! 6 Et Abram dit à Saraï : Voici ta servante est en ton pouvoir ; fais-lui ce que bon te semble. Et Saraï la maltraita, et elle s'enfuit de devant elle.
   7 Et l'ange de l'Eternel la trouva près de la source d'eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Sur, 8 et il dit : Hagar, servante de Saraï, d'où viens-tu et où vas-tu ? Et elle dit : Je m'enfuis loin de Saraï, ma maîtresse. 9 Et l'ange de l'Eternel lui dit : Retourne vers ta maîtresse et laisse-toi maltraiter par elle.
   10 Et l'ange de l'Eternel lui dit : Je te donnerai une postérité extrêmement nombreuse, si nombreuse qu'on ne la comptera pas. 11 Et l'ange de l'Eternel lui dit : Voici tu es enceinte et tu enfanteras un fils ; tu le nommeras Ismaël, parce que l'Eternel a entendu ton affliction. 12 Ce sera un âne sauvage que cet homme ; sa main sera contre chacun, et la main de chacun sera contre lui, et il dressera ses tentes à la face de tous ses frères. 13 Et elle appela l'Eternel qui lui avait parlé du nom de Atta-El-Roï, parce qu'elle avait dit : Ai-je donc ici même vu le Dieu qui me voyait ? 14 C'est pourquoi on a appelé ce puits le puits de Lachaï-Roï. Il se trouve entre Kadès et Béred.
   15 Et Hagar enfanta à Abram un fils. Et Abram donna au fils qu'Hagar lui avait enfant 16 Et Abram avait quatre-vingt-six ans quand Hagar enfanta Ismaël à Abram.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique. Plus d'informations
Genèse 16
  • Note de section ou de chapitre
    Naissance d'Ismaël (chapitre 16)
  • 16.1 Egyptienne. Hagar se trouvait probablement parmi les présents qui furent faits à Abraham par le roi d'Egypte (12.16).
  • 16.2 Ma servante. Elle était attachée spécialement à la personne de Sara, comme Zilpa et Bilha à Léa et à Rachel (29.24,29). De telles esclaves étaient sous la dépendance exclusive de leur maîtresse.
    Abraham consentit. Il est excusé Malachie 2.15 par l'intention qu'il avait d'arriver à avoir la postérité promise. Jusqu'ici en effet Dieu n'avait pas dit que ce serait Sara qui donnerait le jour au fils promis. Le péché d'Abraham et de Sara a été de ne pas savoir attendre le moment fixé par le Seigneur.
  • 16.3 Divers indices font considérer ce verset comme tiré du document élohiste.
    Dix ans. Abraham avait donc quatre-vingt-cinq ans.
  • 16.4 Elle n'eut plus de respect, littéralement : Sa maîtresse fut légère (de peu de valeur) à ses yeux. Une postérité étant pour la femme en Orient une couronne d'honneur, Hagar se sent élevée au-dessus de Sara.
  • 16.5 L'outrage... est sur toi. Ces mots peuvent signifier : Tu en es responsable si tu ne prends pas en mains ma défense. Le sens de la fin du verset serait dans ce cas : Je me suis conduite généreusement; c'est maintenant à toi de me protéger; autrement l'Eternel le fera lui-même.
    Mais il y a un autre sens possible : L'outrage fait à ta femme retombe sur toi; c'est comme maîtresse que j'ai agi; tu ne dois donc pas permettre qu'elle cesse de m'envisager comme telle.
  • 16.6 La réponse d'Abraham montre qu'il ne considère point Hagar comme une seconde épouse et qu'à ses yeux Sara reste absolument la maîtresse.
  • 16.7 L'ange de l'Eternel. Voir à 21.17
    Sur est le nom de la partie du désert méridional qui touche à l'Egypte (Exode 15.22). Ce fut plus tard la demeure des Ismaélites et des Amalékites (Genèse 25.18; 1Samuel 15.7; 27.8). Peut-être ce nom, qui signifie muraille, désignait-il primitivement une forteresse située sur la frontière d'Egypte. Hagar venait d'Hébron (13.18); elle avait donc repris le chemin de sa patrie.
  • 16.8 Servante de Saraï. L'ange lui rappelle sa position, à laquelle elle cherche à échapper.
  • 16.9 9-12. Trois fois l'ange de l'Eternel prend la parole, la première pour l'engager à se soumettre; la seconde, pour l'y encourager par une promesse, et la troisième pour lui désigner le nom et lui révéler le caractère et les destinées du fils qui naîtra d'elle.
  • 16.10 Cette promesse rentre en un certain sens dans celle qui avait été faite à Abraham (15.5), puisque la postérité d'Hagar fera partie de celle du patriarche.
  • 16.11 Ismaël signifie : Dieu entend, exauce.
  • 16.12 Un âne sauvage : libre et indomptable comme cet habitant du désert. Comparez Job 39.8-11.
    Sa main sera contre chacun... Ces mots caractérisent bien le bédouin du désert, qui attaque chacun et que chacun traite en ennemi.
    A la face de tous ses frères. Il serait possible de traduire : A l'orient de tous ses frères. Mais cette parole parait plutôt désigner une attitude hostile; c'est, pourquoi nous en restons à la traduction littérale. Il campera hardiment en face de ceux qu'il aura tant de fois dépouillés. Cette liberté de son fils sera pour Hagar la compensation de la dépendance dans laquelle elle doit maintenant rentrer.
  • 16.13 13-14 Le nom donné à l'endroit de l'apparition
    Hagar reconnaît Dieu lui-même comme l'auteur de cette révélation. Elle s'écrie : Atta-El-Roï : Tu es un Dieu de vision, c'est-à-dire un Dieu qui voit et qu'on voit. Elle explique cette exclamation en disant qu'elle a vu le Dieu qui la voyait.
    Cette parole : Ai-je donc vu...? est l'expression de la surprise. Dans ce désert même, l'endroit ou l'on pourrait le moins s'attendre à une révélation divine, Dieu l'a suivie du regard, et elle-même l'a vu. La traduction littérale de la question est : Ai-je donc vu ici même après celui qui me voyait? Elle l'avait vu et reconnu comme par derrière au moment où il disparaissait.
    Sara avait employé pour désigner Dieu le nom de Jéhova (versets 2 et 5); Hagar se sert du mot El, le Puissant; ce terme, qui désigne le Dieu de la nature, est celui qui convient dans la bouche d'une femme étrangère à l'alliance.
  • 16.14 Lachaï-Roï. En tirant de l'exclamation d'Hagar le nom populaire de ce puits, on avait changé le nom de El, le Puissant, en celui de Chaï, le Vivant, afin de désigner Dieu d'après la qualité en laquelle il venait de se manifester, comme Sauveur de la vie d'Hagar, de son enfant et de son innombrable postérité.
    Entre Kadès et Béred. Sur Kadès, voir 14.7. Béred est inconnu. Au temps de Jérôme, on montrait encore le puits d'Hagar; et de nos jours une grotte qui se trouve dans le désert, non loin d'une source, sur la route des caravanes de Syrie en Egypte, est appelée par les Arabes demeure d'Hagar.
  • 16.15 15-16 La naissance d'Ismaël
    Ces deux versets appartiennent probablement au document élohiste.